AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2752603347
Éditeur : L'Aube (26/04/2007)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 28 notes)
Résumé :

Dans l'immensité neigeuse, le professeur Nicolef cherche à passer inaperçu lors d'un mystérieux périple. Mais c'est compter sans l'assassinat d'un de ses compagnons de voyage... Accusé de crime par les Allemands, comment ce savant dévoué à la cause russe peut-il espérer se voir innocenter ? Au cœur d'une trame politique, « Un Drame en Livonie » est le récit de ce fait divers authentique... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
Sachenka
15 février 2015
Le roman s'ouvre sur la longue marche de Wladimir Yanof, échappé d'un bagne russe et qui espère traverser la frontière via la Livonie, une ancienne région des pays baltes avec l'Estonie et la Courlande. Affamé, pourchassé tant par des loups que par les représentants de l'ordre mais surtout souffrant du rude hiver, le fugitif réussira-t-il son pari ? Pas sans aide et surtout si Eck et Raguenof ont leur mot à dire. Si ces deux policiers s'entendent bien, malgré le fait que le premier soit d'origine allemande et le deuxième, russe, il n'en va pas de même pour le reste de la population, toute aussi mélangée. En effet, les tensions raciales sont grandes dans la région entre Germains et Slaves. Parlez-en à Dimitri Nicolof ! Ce professeur émérite espère gagner la mairie de Riga mais est considéré comme un citoyen de second classe comme beaucoup de Russes par la bourgeoisie allemande. Toutefois, cela s'explique peut-être aussi par sa situation financière difficile et ses fréquentations douteuses…
Malheureusement, Eck et Raguenof doivent abandonner le fugitif Yanof pour se consacrer à une autre affaire : le meurtre d'un pauvre employé de bureau d'un banquier allemand. le corps est découvert dans l'auberge de la Croix-Rompue, un petit établissement en périphérie de Riga, et les quinze mille billets qu'il transportait restent introuvables. Les deux seuls suspects sont l'aubergiste Kroff et… Dimitri Nicolof ! Qui est le coupable ? Les banquiers allemands exigent réparation et la populace, justice.
Avec Un drame en Livonie, Jules Verne s'est essayé au roman policier. L'enquête n'est pas au premier plan du récit. Comme dans la plupart de ses histoires, ce qui est à l'honneur, c'est surtout le dépaysement (Riga et la Livonie ne sont pas endroits particulièrement exploités dans la littérature occidentale), l'aventure et les rebondissements, un peu de romance. Bref, l'auteur a encore une fois réutilisé sa recette gagnante mais en y ajoutant l'élément policier. Je dois admettre que j'ai aimé cette histoire et il est dommage que ce titre ne soit pas plus connu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          373
Musardise
27 février 2016
Incursion de Jules Verne, une fois n'est pas coutume, dans le genre du roman policier, Un drame en Livonie est un ouvrage plutôt court, plaisant, qui se lit bien. Cela dit, l'intrigue criminelle, qui repose sur le meurtre d'un employé de banque dans une auberge isolée des environs de Riga, n'est pas le seul postulat du roman. Car à l'heure où la Livonie, dirigée par une élite allemande, voit la majorité slave des habitants manifester des velléités d'indépendance, la politique vient proprement compliquer l'enquête de la police. C'est donc tout naturellement que le professeur Nicolef, porteur des espoirs russes aux prochaines élections, se voit propulsé suspect n°1 dans cette affaire criminelle.
Dommage que, des deux sujets abordés, aucun ne prenne vraiment le pas sur l'autre et restent donc peu approfondis. L'intrigue policière, en particulier, avec son aspect sordide, promettait mieux ; mais elle se retrouve en partie évincée par l'auteur, préfèrant se consacrer à la grande injustice dont est victime Nicolef, qui, si tout le désigne comme coupable, s'avère évidemment innocent - ce que tout lecteur aura deviné dès le commencement. le roman, à mon sens, y perd en suspens et en intensité dramatique.
Enfin, chose amusante, Verne, à qui l'on connaît une passion pour le caractère écossais et un certain mépris pour l'étroitesse d'esprit anglaise, reprend sa vieille rengaine en substituant les Russes aux Écossais et les Allemands aux Anglais. C'est dire comme les uns sont courageux, et les autres détestables !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
LiliGalipette
03 mai 2016
Dans ce roman, vous trouverez :
Un fugitif slave qui tente d'échapper à la police allemande.
Une jeune femme qui attend son fiancé, emprisonné dans les mines de sel.
Un commis de banque un peu trop bavard.
Une diligence accidentée.
Un meurtre et un vol dans une auberge isolée.
Un homme dont la capuche dissimule le visage.
Des billets de banque numérotés.
Un innocent accusé à tort.
L'opposition des Allemands et des Slaves dans les pays baltes.
Une dette qui arrive à échéance.
Résumer un roman de Jules Verne, c'est souvent une gageure et parfois du gâchis. Je préfère vous inviter à découvrir ce titre trop méconnu, loin des voyages extraordinaires et des machines sensationnelles. Ici, il est question d'honneur, de fidélité et d'amour. Amour pour l'amant, amour pour la famille, amour pour la patrie.
Commenter  J’apprécie          130
gill
07 juin 2012
Dans l'auberge de la Croix-Rompue, en Livonie, un meurtre est commis, Poch un employé de banque qui transportait de l'argent est assassiné.
Les deux seules personnes alors présentes dans l'auberge sont le tenancier et le professeur Nicolef qui devient le principal suspect...
Ce roman est un des trois livres policiers de Jules Verne (''le pilote du Danube'' et ''les frères Kipp'').
Il est écrit sur un fond d'hostilité ethnique entre russes d'origines slaves et russes d'origines allemandes.
Un peu méconnu, cet ouvrage est pourtant passionnant.
Commenter  J’apprécie          60
davzen
09 juin 2012
Ce roman écrit en 1893, n'est sorti qu' en 1903.
Excellent roman d'aventure autour d'un crime.
Dimitri Nicoleff accusé d'un meurtre qui n'a pas commis, va rentrer dans un tourbillon infernal , où tout va se retourner contre lui.
Ce livre politiquo-policier est passionnant .Jules Verne raconte avec passion une histoire de son temps.
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MusardiseMusardise27 février 2016
Le père de Dimitri Nicolef, négociant à Riga, avait laissé en mourant des affaires très embrouillées. La liquidation désastreuse se chiffrait par un passif de vingt-cinq mille roubles. Dimitri, ne voulant pas que le nom de son père soit compromis dans une faillite, résolut de payer les dettes. Faisant argent de tout ce qu'il possédait, il parvint à rembourser quelques milliers de roubles. On lui donna du temps pour le reste, et, chaque année, il put économiser sur son travail de quoi fournir de nouveaux acomptes au créancier. Or, ce créancier, c'était la maison Johausen frères. A l'époque actuelle, engagé pour son père, Dimitri Nicolef redevait encore la somme, énorme pour lui, de dix-huit mille roubles.
Et, ce qui aggravait la situation, ce qui la rendait même absolument effrayante, c'est que l'échéance de cette somme venait dans moins de cinq semaines, au 15 mai suivant.
Dimitri Nicolef pouvait-il espérer que les frères Johausen lui accorderaient un délai, qu'ils consentiraient à un renouvellement ?... Non ! Ce n'était pas seulement le banquier, l'homme d'affaires, devant lequel il se trouvait : c'était l'ennemi politique, dont l’opinion publique le constituait le rival dans le mouvement anti-germanique qui se préparait. Frank Johausen, le chef de la maison, le tenait par cette créance, cette dette, la dernière, mais la plus forte.
Il serait impitoyable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
gillgill17 janvier 2013
Cet homme était seul dans la nuit. Il passait comme un loup entre les blocs de glace entassés par les froids d'un long hiver. Son pantalon doublé, son "khalot", sorte de cafetan rugueux, en poil de vache, sa casquette à oreillettes rabattues, ne le défendaient qu'imparfaitement des atteintes de l'âpre bise.
De douloureuses gerçures fendaient ses lèvres et ses mains. La pince de l'onglée lui serrait l’extrémité des doigts. Il allait à travers une obscurité profonde, sous un ciel bas dont les nuages menaçaient de se résoudre en neige, bien que l'on fût déjà aux premiers jours d'avril, mais à la haute latitude du 58° degré.
Il s'obstinait à ne pas s'arrêter. Après une halte, peut-être eût-il été incapable de reprendre sa marche.....
(extrait de "frontière franchie", premier chapitre du volume de poche paru en 1968)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
MusardiseMusardise01 mars 2016
Dimitri Nicolef était slave, et les Slaves le soutiendraient autant dans l'intérêt de la cause que parce que, en réalité, ils se refusaient à le croire coupable de ce crime.
Kroff était d'origine germanique, et les Allemands s'en faisaient le défenseur, bien plus pour combattre Dimitri Nicolef que parce qu'ils portaient intérêt à ce tenancier d'un misérable kabak de campagne.
Commenter  J’apprécie          130
MusardiseMusardise28 février 2016
Les frères Johausen ne désespéraient pas, cependant, de combattre avec avantage, tout au moins, le rival qui leur était opposé. Cette popularité naissante de Dimitri Nicolef, ils espéraient l'écraser dans l’œuf.
Commenter  J’apprécie          140
LiliGalipetteLiliGalipette03 mai 2016
« Dans cette ville de Riga, si infestée de germanisme, il ne pouvait en être ainsi. Les hautes classes ne supporteraient pas que ce professeur, le représentant des intérêts slaves, fut quitte de l’accusation portée contre lui. » (p. 191)
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : Pays baltesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jules Verne

Quel est le premier livres écrit par Jules Vernes?

Robur le conquérant
Les enfants du capitaine grant
5 semaine en balon
L'étoile du sud

5 questions
184 lecteurs ont répondu
Thème : Jules VerneCréer un quiz sur ce livre