AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.88 /5 (sur 724 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon , 1985
Biographie :

Abel Quentin est avocat pénaliste à Paris.

"Soeur" (2019) est son premier roman. Il a remporté le Prix de Flore 2021 pour Le Voyant d’Etampes (L’Observatoire).

Source : https://www.livreshebdo.fr/article/soeur-dabel-quentin-aux-editions-de-lobservatoire
Ajouter des informations
Bibliographie de Abel Quentin   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'émission complète : https://www.web-tv-culture.com//emission/abel-quentin-le-voyant-d-etampes-53027.html Son roman est assurément l'un des meilleurs de cette fin d'année 2021. Avec « le voyant d'Etampes », Abel Quentin s'est retrouvé sur les listes de plusieurs prix littéraires dont le Goncourt et le Renaudot avant d'obtenir le prix de Flore. Et il est vrai que par la qualité de son écriture, l'originalité de son intrigue et les thèmes abordés, le roman d'Abel Quantin ne peut laisser indifférent. Remarqué en 2019 pour son 1er titre « soeurs » qui abordait le sujet de la radicalisation, le jeune auteur concourait déjà pour le Goncourt. Avec la réussite de ce nouvel opus, Abel Quentin fait assurément partie de ces nouveaux auteurs qui vont compter dans les années à venir. Nous sommes ici en 2025. Jean Roscoff, ancien prof d'université, est un type un peu paumé, mal à l'aise dans son divorce, mal à l'aise avec sa fille, mal à l'aise dans son quotidien, Jean Roscoff passe à côté de sa vie. Il se rêvait écrivain mais végète depuis des années, lui qui croyait pourtant en un avenir radieux quand il votait Mitterrand et défilait pour SOS Racisme. le monde a changé, Jean Roscoff n'a rien vu venir. Essayant de se rattraper, il se lance dans l'écriture de la biographie d'un obscur poète américain, mort sur une route de l'Essonne, tout près d'Etampes, au début des années 60. Oui mais voilà, sans bien comprendre ni comment, ni pourquoi, le voilà embarqué au coeur d'une cabale et d'un déchainement médiatique qui vont le terrasser. Sur le thème du poète maudit, Abel Quentin construit son livre comme un polar mais nous offre un vrai roman sociétal en abordant des thèmes qui ressemblent furieusement à notre actualité. Les réseaux sociaux, le féminisme, le communautarisme, le repli identitaire, le rejet de l'autre… ici tout est dit et ça fait froid dans le dos. Et chacun de nous de trouver sa place dans cette histoire, en s'attachant à cet anti-héros qui, comme nous, découvre chaque matin, un monde auquel il ne comprend plus rien. L'écriture d'Abel Quentin est fine, précise, originale, teintée d'un humour féroce qui cache une vision désabusée de notre époque. Ne manquez pas ce roman qui, jusqu'à la dernière page, vous réservera de belles surprises. « le voyant d'Etampes » d'Abel Quentin, est publié aux éditions de l'Observatoire.

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (170) Voir plus Ajouter une citation
Abel Quentin
HordeDuContrevent   13 novembre 2021
Abel Quentin
On ne dira jamais assez le vertige de celui qui réalise qu’il n’est plus dans le coup.
Commenter  J’apprécie          645
migdal   19 octobre 2021
Le voyant d'Étampes de Abel Quentin
Il était vingt heures et la soirée était mal engagée. Lorsque j'avais demandé une Suze, le serveur m'avait jeté un regard interrogatif : à l’évidence, il n'en avait jamais entendu parler. J'avais dû me rabattre sur un cocktail au concombre où surnageaient des graines de sésame. « On dirait des fientes de souris naines » avais-je ricané sans réussir à défendre l’atmosphère.
Commenter  J’apprécie          442
migdal   25 octobre 2021
Le voyant d'Étampes de Abel Quentin
Dans ma génération, parmi ceux qui avaient défilé entre République et Nation, parmi tous les enfants chéris du mitterrandisme, beaucoup s'étaient droitisés pour des raisons essentiellement économiques. Ils avaient forci, acheté un

appartement, deux appartements dont le prix avait quintuplé sous l’effet du boom immobilier. Ils avaient acheté des maisons de campagne.



Ils s'étaient félicités lorsqu'un fils d’ouvrier, un socialiste austère et probe du nom de Pierre Bérégovoy avait dérégleinenté les marchés financiers. Ils avaient acheté des actions, poussé les portes capitonnées des fonds d'investissement, ils avaient de plus en plus d'argent et des nuances s'étaient glissées dans leurs conversations : « Il y aun principe de réalité », « il ne faudrait pas non plus décourager les gens », « bien sûr que je crois à limpôt, oui, je suis socialiste : mais pas à la fiscalité punitive ». Et puis bientôt : « il faut arrêter de faire croire aux gens qu’on peut raser gratis », « on est bien obligés de regarder ce que font les autres », « la concurrence mondiale

est une réalité ».



Arrivés à la cinquantaine, la peau ravinée par les plaisirs, la peau creusée et ravinée, ces hommes et ces femines prononcèrent des mots comme « le culte malsain de la dépense publique ». Les hommes portaient des vestes légères sur des chemises bleu ciel, des chapeaux, des pantalons chino. Ils apparaissaient, épanouis par leurs festins de viande, repus de carnages, dans la loge d'un client, à RoIand-Garros. Ils ressemblaient tous plus ou moins, dans l’allure générale, dans limpression qui demeure après que le souvenir d'un visage s’est évanoui, à Dominique Strauss-Kahn.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          354
migdal   27 octobre 2021
Le voyant d'Étampes de Abel Quentin
Mon message de contrition, sur Twitter, avait-il calmé la meute ? Je l’avais écrit avec l'aide de Marc, j'avais écrit les mots que l'on attendait de moi. J'avais dit que j'avais manqué de discernement, que j’avais sous-estimé les blessures encore vivaces de la communauté noire. J'avais écrit les mots apaisement, sensibilités, heurter, racîsé. Cela a joué sans doute.



Je crois aussi qu'il y avait autre chose. Les experts en shaming, trollers et lanceurs de raids sont les rejetons criards du Spectacle, qui courent d'une proie à l'autre comme des poulets sans tête. Ils tombent d'un coup sur une proie et la dépècent dans une frénésie vraiment épouvantable mais il suffit d'un bruit, d'une distraction pour qu'ils se débandent vers d'autres carnages. Le flux ininterrompu de notifications digitales avait lourdement obéré leur capacité de concentration. Oui, ils étaient les produits de leur temps : écervelés, inconsistants, cruels.



Qui étaient-ils, d'ailleurs ?



Je ne les connaissais pas. Un « monde de silhouettes », disait Camus en 1948. Ainsi de mes persécuteurs : des silhouettes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
HordeDuContrevent   12 novembre 2021
Le voyant d'Étampes de Abel Quentin
— « Nous sommes tous des enfants d’immigrés »… Ça veut dire quoi, ça ? Vous pensez vraiment que vous pouvez ressentir le dixième de ce que ressent un immigré ? Vous ne pensez pas qu’il était temps de les laisser parler, les « enfants d’immigrés » ? De ne plus confisquer leur voix ? Jeanne, la nouvelle copine de ma fille avait un regard dur, la bouche pincée. Elle me faisait penser à une puritaine qui aurait vécu dans l’Iowa, disons, en 1886. Sa mâchoire était contractée sous l’effet d’une souffrance continue.

(Incipit)
Commenter  J’apprécie          320
migdal   27 octobre 2021
Le voyant d'Étampes de Abel Quentin
Camus se lève, donc. Quatre mille personnes tendent l'oreille. Il ne harangue pas, il veut parler aux intelligences et il veut parler aux cœurs aussi. Il veut atteindre cet endroit fragile qui est le point de contact entre le cœur et lintelligence. Il veut faire entendre une voie différente «au milieu d'un monde desséché par la haine». Il parle du courage de la mesure. Il refuse l'injonction qui est faite aux artistes : «de tous les coins de notre société politique un grand cri s'élève à notre adresse qui nous enjoint de nous justifier». Il met en garde contre les idéologies. Il se méfîe. Il a une méfîance atavique, viscérale « de leur raison imbécile ou de leur courte vérité ».



Il dit : «II n'y a pas de vîe sans dialogue.» II dit que le dialogue est remplacé aujourd'hui par la polémique, que «le XXe siècle est le siècle de la polémique et de l’insulte». Il s'interroge, il réfléchit à haute voix, et sa pensée a été accouchée dans la douleur, matière à la fois robuste et composite, le fruit d'intenses ruminations et de scrupuleuses observations : «Mais quel est le mécanisme de la polémique ? Elle consiste à considérer l'adversaire en ennemi, à le simplifier par conséquent et à refuser de le voir. Celui que j'insulte, je ne connais plus la couleur de son regard, ni s'il lui arrive de sourire et de quelle manière. Devenus aux trois quarts aveugles par la grâce de la polémique, nous ne vivons plus parmi des hommes, mais dans un monde de silhouettes.» Le cœur et l'intelligence pour trouver l’équilibre. Camus est bien seul, en ces temps d'anathèmes et d'excommunication, à parler ainsi ; il essaie de faire comprendre aux jeunes gens de la salle Pleyel que la nuance n'est pas le compromis, ni le maquignonnage. Elle est le courage suprême.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
migdal   22 octobre 2021
Le voyant d'Étampes de Abel Quentin
Lou Basset-Dutonnerre était une cumularde de très haute volée. Editrice, chroniqueuse radio et critique dans une demi douzaine de revues, elle ne s'embarrassait pas trop de scrupules et exploitait ces multiples casquettes pour pousser les champions de l'écurie LBD.



Elle en parlait tous les samedis dans l’émission Dans les mots de Lou, qu'elle animait sur une radio publique. Elle faisait la réclame en des termes choisis : les mots fables modernes, urbaines et électriques, sans concession, plume nerveuse, économie de moyens, récit choral, hymne à la vie, pudeur, apprivoîser sa douleur, mettre des mots sur l’indicible étaient régulièrement prononcés.



Sur les conseils de Marc, je l’avais écoutée en podcast pour préparer notre rendez-vous : l'éditrice affichait une prédilection pour les livres qui témoignaient d'un traumatisme (inceste, accident de la route) et mettaient en scène des personnages de soignants. C'était assez habile, l'idée étant qu'il est toujours indécent de critiquer formellement, je veux dire d'un point de vue littéraire, le récit d'une personne qui s'est faite amputer un bras. Hors antenne, elle était plus lucide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
ODP31   25 octobre 2021
Le voyant d'Étampes de Abel Quentin
J'aimais son ironie amère, dans certains poèmes de la première période; il avait le cynisme de ceux qui essaient d'être méchants et ne parviennent qu'à se blesser eux-mêmes.

(page 288)
Commenter  J’apprécie          311
HordeDuContrevent   13 novembre 2021
Le voyant d'Étampes de Abel Quentin
Elle avait lu quelque part qu’un senior de 2025 avait la forme physique d’un trentenaire sous Louis VI le Gros.
Commenter  J’apprécie          319
Jean-Daniel   05 novembre 2021
Le voyant d'Étampes de Abel Quentin
(…) l’injure est entrée dans les mœurs. L’injure est devenue un mode d’expression. Elle a empoisonné toute la société.
Commenter  J’apprécie          292

Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Envolez-vous 🦆🦅🦜🕊

Dans ce roman policier, un lynchage se prépare. Frère Cadfael, réussira- t-il à sauver le frêle baladin soupçonné de ce crime ?

Le moineau du temple
Chante joli moineau
Le moineau de l'abbaye
Le moineau du sanctuaire

15 questions
76 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , oiseaux , littératureCréer un quiz sur cet auteur