AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.02 /5 (sur 527 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Strasbourg , le 08/02/1971
Biographie :

Alexandre Chardin est un auteur pour la jeunesse.

Après des études de lettres, il devient professeur de français. Depuis 2001 il enseigne au collège de Saint-Amarin en Haut-Rhin.

Son premier album, "Petit lapin rêve de gloire" (2013), est paru chez Casterman. Chez Magnard Jeunesse, il a publié son premier roman, "Le goût sucré de la peur" (2016), qui a reçu un très bel accueil de la presse comme du public.

Source : DNA
Ajouter des informations
Bibliographie de Alexandre Chardin   (24)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Pour ce premier épisode de la série d'interviews d'auteurs en podcast « Ecrire des mots », Interbibly vous invite à découvrir Alexandre Chardin, écrivain alsacien en proie à une grande joie de vivre et d'écrire ! « Pour en finir avec le Groc », à paraître le 19 mai 2021 aux éditions Magnard jeunesse, est son prochain livre. Installez vos écouteurs et bonne écoute ! Qui est Alexandre Chardin ? Il aurait voulu être Rahan ou Davy Crocket et devenir éleveur de colibris ou surfeur de vagues géantes. Mais il est né à Strasbourg, ce qui n'est déjà pas si mal. Après des études de lettres, il déménage à Mulhouse dans un immeuble plein de yorkshires et de sorciers et devient professeur de français. Il est l'auteur de nombreux romans à succès chez Magnard Jeunesse : le goût sucré de la peur, Des vacances d'Apache, Ma fugue dans les arbres et Lola à la folie.

+ Lire la suite

Citations et extraits (114) Voir plus Ajouter une citation

— Dis-moi, s'il te plaît, demande Jonas d'une voix douce. Dis-le-moi.

— Sorgo est vieux.

Alors le garçon comprend.

— Il ne reviendra plus, c'est ça ?

— Oui.

Elle le regarde, ses yeux brillent.

— Il l'emmène à l'abattoir, dit-il trop fort. Il l'emmène pour le tuer.

— Sorgo est vieux, et malade, Jonas, très malade. Monsieur Claude lui donne des médicaments depuis des mois pour l'empêcher de souffrir, c'est un homme bon, il a fait le maximum pour cette vieille bête.

— Il a pourtant l'air d'avoir beaucoup de force encore ! Plus que monsieur Claude. Regarde, il n'arrive pas à la faire monter !

Mireille pourrait lui dire que l'animal lutte pour sa vie, que tout être vivant est capable de dépasser ses propres limites pour continuer de vivre. Mais elle se tait, car l'enfant sait cela aussi bien qu'elle.

Les larmes coulent sur les joues de Jonas. Mireille se lève, l'entoure de ses bras. Il se colle à elle, puis s'écarte, les bras tendus.

— Je ne veux pas !

— Ce n'est pas ton animal, Jonas.

— Il a raison de résister ! S'il entre dans le camion, c'est fini pour lui. Et s'il résiste comme ça c'est qu'il veut encore vivre ! Je veux qu'il vive !

SORGO NE REVIENDRA PLUS.

Commenter  J’apprécie          1031

Jonas observe par-dessus l'épaule d'Aloïse. Devant eux, au-delà du halo de la lampe, au milieu du chemin, deux points rouges les fixent sans bouger.

— C'est quoi ? demande Jonas tout bas.

— Chamois, biche. Cerf peut-être.

— Rien de méchant.

— Il n'y a que les humains qui sont méchants dans les forêts.

LES YEUX ROUGES.

Commenter  J’apprécie          462

Oublie moi.

Ce n'est pas à moi que tu t'es confié. Mais, si ça peut te rassurer, tu n'es pas maudit.

Et puis, je ne veux pas influencer ton destin. Tu es encore sur le chemin, tu fais des choix, des rencontres.

Tu n'es pas arrivé à destination, ni elle.

Si tu crois en Lui, alors sois sous son regard. Moi, je suis à la même hauteur que toi. En tant qu'homme, Gabriel, je te trouve... merveilleusement fou, mais ça, c'est moi, Joël, qui le dit, pas le père Asourel. Parce que religieusement parlant, il faut l'admettre, c'est une catastrophe, Gabriel, une véritable catastrophe...

Commenter  J’apprécie          340

Je dédie ce livre à tous les enfants dont je croise le chemin de l’école : les joyeux, les timides, les furieux, les « c’est pas moi ! », les enthousiastes, les stupéfaits, les fragiles, les protecteurs, les rêveurs, les « ça passe trop vite ! », les endormis, les « moi-je-sais ! » et les « ben, j’sais pas », les « et moi mon chat s’appelle Marcel », les coiffés à la dynamite, les « j’vous jure ! ».

Ma confiance dans l’enfance.

Commenter  J’apprécie          342

- C'est lui, Moïse ?

- Oui.

- C'est drôle, je l'imaginais plutôt...blanc.

- Blanc ? Qui t'a dit ça ? Un chat blanc, c'est bien trop salissant !

- Et la clochette sur son collier, c'est pour ne pas le perdre ?

- Non, répond mon grand-père. C'est un cadeau de Nine, pour alerter les souris...Elle ne veut pas qu'il les mange.

Commenter  J’apprécie          251

En ce moment, on étudie la poésie et elle nous a demandé d'écrire un poème sur un animal. J'ai vraiment du mal avec la poésie ! Pour commencer, quel animal choisir ? Jeanne aura bien une idée. Elle me suggérera peut-être le papillon, mais les mots me semblent trop lourds pour eux. Frôler leurs ailes des doigts suffit à les condamner, j'ai l'impression que mes mots les écraseraient.

Commenter  J’apprécie          240

"Pas voler, chiper, marauder. ça n'est pas pareil. Une fraise prise dans un jardin qui n'est pas le tien n'a pas le même goût que celle qui vient d'un grand magasin, tu ne trouves pas ?

- Si ! Mais pourquoi ?

- Parce qu'à celle du magasin, il manque le goût sucré de la peur."

Commenter  J’apprécie          220

- Je te préviens, Belzébuth, toi tu restes avec moi cet après-midi ! Nous avons à faire. Je vais te donner une bonne leçon !

- Mais....je n'ai rien fait, monsieur Miluche !

- Je vais te donner une leçon de français, andouillette gazeuse !

- ... de français ?

- Je sais que je m'attaque à l'Everest avec une paire de tongues et un slip en laine, mais...que veux-tu j'aime les défis.

Commenter  J’apprécie          161

Couché sur son lit, les yeux cachés sous sa tignasse de mouton noir jamais tondu,

Mon frère ne me regarde pas. Mais moi je ne le lâche pas du regard. Je me tais, c'est ma meilleure arme. Il attend que je sorte de sa chambre, mais je ne bouge pas.

Commenter  J’apprécie          140

La scène pourrait sembler comique. Un homme tente de faire rentrer un âne têtu dans un camion garé au bord de la route. Mais Jonas, qui les observe de la fenêtre de la cuisine, ne rit pas. Il connaît l’homme, monsieur Claude, et Sorgo, l’âne. L’homme tire de toutes ses forces sur la corde au bout de laquelle l’animal résiste de toutes ses forces, la tête levée. C’est une lutte acharnée. Monsieur Claude grimace, jure et gesticule. L’âne est immobile, les pattes avant tendues sur la planche menant au camion. Ses grands yeux blancs où roulent la terreur et la folie ne savent où se poser.

Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Quiz Voir plus

le goût sucré de la peur

Qui est la narratrice(comment s'appelle-t-elle)?

Lucie
Louise
Kochka
Julie

8 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Le goût sucré de la peur de Alexandre ChardinCréer un quiz sur cet auteur