AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2364749328
Éditeur : Thierry Magnier (21/09/2016)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Pour sauver un âne promis à l'abattoir, Jonas part avec lui dans la montagne. Très vite, il est rejoint par Aloyse. Les deux enfants vont marcher dans le froid, bravant la neige et la nuit. Au petit matin, les deux garçons grandis sauront trouver une réponse à leurs interrogations.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  11 novembre 2016
Voici un roman jeunesse d'Alexandre Chardin particulièrement adapté aux collégiens. de courts chapitres, une narration claire, des héros de leur âge et pas forcément bien dans leur peau, une sorte de voyage, de quête initiatique, quelques idéaux universels : tous les ingrédients d'une oeuvre jeunesse accomplie.
Sincèrement, je trouve qu'il s'agit d'un bon roman jeunesse. Ma vieillesse aurait très certainement des choses à lui reprocher, certaines facilités, certains coups de téléphones un peu trop appuyés aux oreilles du lecteur, une épaisseur anormale du passé pour des héros de cet âge, etc., etc. mais franchement, rien de grave ; ça fonctionne très bien et nos collégiens n'y verront que du feu.
Je n'ai nulle intention de vous en dévoiler tous les secrets d'écriture mais il me paraît difficile de faire l'économie de la parabole biblique de Jonas, qui symbolise le pardon (et qui, transitoirement, séjourne dans le ventre d'un " gros poisson " que certains gratifient du nom de baleine). le titre fait explicitement référence à cette parabole et le second personnage principal, Aloïse, prétend avoir " pénétré " à l'intérieur du squelette d'une baleine.
L'histoire débute par un voyage en camion. L'un veut que l'on parte, l'autre pas. Celui qui souhaite le départ, c'est monsieur Claude, une paysan voisin de Jonas. Celui qui ne souhaite pas partir, c'est Sorgo, le vieil âne de monsieur Claude. le voyage est censé le mener à l'abattoir. Bien évidemment, l'âne ne veut pas… et Jonas non plus. Car il a tout vu, depuis sa fenêtre.
Il demande à Mireille, celle qui l'accueille depuis qu'il ne vit plus avec sa mère, où monsieur Claude souhaite mener Sorgo. le silence de la dame est la réponse que Jonas attendais. Sans rien dire, il quitte la maison, passe discrètement détacher la longe de l'âne et s'enfuit avec lui, dans le soir et dans la montagne qu'il ne connaît pas.
Après quelques encablures, il passe devant la maison d'un camarade de classe, Aloïse, avec lequel il n'a pas particulièrement d'atomes crochus. Il faut dire que l'un et l'autre, chacun à sa façon, sont un peu des asociaux en cours, qui ne parlent à personne ou presque. Aloïse décide de se joindre à Jonas dans son escapade nocturne avec l'âne.
Un peu comme dans le récit de Stevenson, Voyage avec un Âne dans les Cévennes, la route escarpée des montagne sera le lieu d'une communion avec la nature et d'une rencontre avec soi-même… et peut-être avec l'autre. On y assistera éventuellement, qui sait ?, à une espèce de catharsis où les deux jeunes gens exorciseront certains de leurs démons…
Toutefois, je sens que j'arrive de plus en plus proche de la Zone Interdite ou Jonasz s'exprime… euh, je veux dire Jonas, vous m'aviez corrigé de vous-mêmes. Donc, je n'en dévoilerai pas davantage et laisse le soin à tous ceux qui voudront bien mettre Jonas dans le ventre de leur sac à main trouver les réponse à ces questions.
Il me reste à remercier chaleureusement les éditions Thierry Magnier ainsi que Babelio pour m'avoir permis de découvrir cet ouvrage que je conseille bien volontiers aux collégiens et collégiennes désireux de lire un vrai livre de littérature adapté à leur âge. Bien entendu, ce n'est que mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1000
MahaDee
  18 novembre 2016
Pour sauver un âne promis à l'abattoir, Jonas part avec lui dans la montagne. Très vite, il est rejoint par Aloyse. Les deux garçons vont marcher toute la nuit, bravant la neige et le froid. Au petit matin, ils sortiront grandis de cette expérience qui les rendra plus forts pour affronter leurs propres problèmes.
C'est un bon roman jeunesse à destination des ados de début de collège. Il aborde les thèmes de l'amitié, de la colère, de la désobéissance, de la nature, de l'environnement et surtout de la re-naissance. le titre du livre fait d'ailleurs référence à cette résurrection, car si le Jonas des textes bibliques, avalé dans le ventre d'un poisson, annonçait la résurrection du Christ, le Jonas d'Alexandre Chardin va lui «renaître» après son propre passage dans «le ventre de la nuit». C'est un récit quasi initiatique au terme duquel les deux personnages connaîtront la libération de leurs problèmes par la parole. Jonas en particulier réussira à chasser de son esprit les idées noires qui l'encombrent et le paralysent.
La présentation en chapitres courts et bien structurés, de même que le vocabulaire choisi, me semblent bien adaptés à l'âge du public visé. Les garçons devraient pouvoir s'identifier assez facilement à l'un ou l'autre des personnages de cette aventure. Malheureusement, c'est beaucoup moins vrai pour les filles, car aucun personnage d'adolescente n'a trouvé place dans cette histoire.
Merci aux éditions Thierry Magnier et à Babelio pour m'avoir fait découvrir ce bon livre de littérature jeunesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Saiwhisper
  06 décembre 2017
Voici un roman jeunesse/ado avec une ambiance particulière : le rythme est lent, l'histoire ne dure presque qu'une nuit, on s'attarde sur des descriptions de la nature en pleine nuit, on se focalise plutôt sur les échanges entre deux héros mal dans leur peau et on voyage tout doucement. Je ne sais pas du tout si l'ouvrage aura tout le succès qu'il mérite auprès de son lectorat, car c'est rare de trouver un récit de ce type… Pour ma part, j'ai trouvé ces pages pleines de tendresse, d'espoir et de poésie. Cette histoire de vie m'a autant bouleversée qu'apaisée, si bien qu'à la fin de ma lecture, je n'ai pu retenir un soupir en me disant que c'était vraiment joli et bien écrit…
On suit Jonas, un jeune homme patient, doux et têtu, qui va décider en pleine nuit d'emmener Sorgo, un vieil âne malade dont le propriétaire veut se débarrasser. Dans sa fugue nocturne, il va croiser la route d'Aloïse, un camarade de classe plutôt solitaire, direct, avec la langue acerbe et un physique rondouillard. D'abord sur ses gardes, Jonas va finalement prendre le temps d'échanger avec son nouveau partenaire de voyage. Ils vont apprendre à se connaître, à se comprendre, à ignorer tous les racontars qu'ils ont entendu l'un et l'autre sur eux et vont surtout ouvrir les yeux sur leur propre existence. Plus qu'un simple périple plaidant la cause animal, ce récit met surtout en scène deux ados avec des problèmes familiaux, des peines dissimulées et un quotidien difficile. En fond, on distingue également les thématiques de la quête initiatique, l'amitié, l'environnement ainsi que la colère/le pardon.
La plume d'Alexandre Chardin est simple, claire, efficace et dynamique. Il nous emporte rapidement dans son univers, si bien que l'ouvrage se lit d'une traite. Les chapitres sont courts et aérés. Les dialogues sont nombreux, ce qui apporte du rythme, tandis que l'on bascule parfois dans des descriptions riches en détails. Ces deux personnages masculins m'ont conquise et touchée. C'est vraiment un bel ouvrage à découvrir début collège.

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Lagagne
  16 novembre 2016
C'est un livre un peu lent, qui prend son temps, hors du temps. C'est un livre à part. Des adolescents qui ont des vies pas faciles, c'est là tout ce que ce livre a de commun avec les romans ados habituels. Mais ici règne le froid, le blanc, le silence, les non dit et la parole utile, les sentiments profonds et enfouis, la tendresse, la peur et le courage de l'inconnu.
Une très jolie lecture, de beaux personnages et une écriture simple qui m'a fait vivre une petite parenthèse bienvenue.
Commenter  J’apprécie          130
Moro
  20 décembre 2016
Merci à Babelio et aux éditions Thierry Magnier pour l'envoi de ce livre ! J'avouerai que je m'attendais plus à un album en voyant la jolie couverture, mais cette lecture a tout de même été bien plaisante. Jonas est en famille d'accueil chez Mireille, à la campagne. Il est très attaché à Sorgo, l'âne du voisin, doux et paisible. Mais son propriétaire décide de l'amener à l'abattoir lorsque Sorgo devient trop vieux, trop malade, et saisi d'un puissant sentiment d'injustice, il décide d'emmener le vieux Sorgo ailleurs, dans la montagne, durant la nuit. En partant en catimini il croise Aloïse (d'ailleurs mal orthographié sur la quatrième de couverture...), les yeux rougis, qui demande à l'accompagner. S'en suit alors un voyage plein de philosophie au coeur de la montage et de la nuit noire... C'est un roman quasi philosophique, où le vieux Sorgo, silencieux et effacé, n'est qu'un prétexte pour réunir deux garçons déracinés, subissant des situations familiales difficiles, pour les pousser à se rapprocher et à se confier. de fait les dialogues entre Jonas et Aloïse sont au coeur de cette histoire plus que leur voyage en lui-même, voyage qui finira (heureusement) bien. La nature a une grande place dans le récit, à travers cette nuit à apprivoiser, ou les histoires de bêtes et de loup qui semblent les suivre dans leur périple sans véritable destination, sinon approfondir une rencontre. le style reste simple mais efficace, s'appuyant sur quelques images fortes, accessible pour les plus jeunes mais non empreint de poésie, les dialogues surtout sont fluides et bien construits, même s'il devient un peu lassant de n'avancer dans le récit qu'à travers les dialogues. Au final ce fut une lecture sympathique, assez douce, que je recommanderai pour un public de collégiens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Ricochet   15 décembre 2016
Un joli roman qui capte l'essence de l'enfance, pas ses mines.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   06 novembre 2016
— Dis-moi, s'il te plaît, demande Jonas d'une voix douce. Dis-le-moi.
— Sorgo est vieux.
Alors le garçon comprend.
— Il ne reviendra plus, c'est ça ?
— Oui.
Elle le regarde, ses yeux brillent.
— Il l'emmène à l'abattoir, dit-il trop fort. Il l'emmène pour le tuer.
— Sorgo est vieux, et malade, Jonas, très malade. Monsieur Claude lui donne des médicaments depuis des mois pour l'empêcher de souffrir, c'est un homme bon, il a fait le maximum pour cette vieille bête.
— Il a pourtant l'air d'avoir beaucoup de force encore ! Plus que monsieur Claude. Regarde, il n'arrive pas à la faire monter !
Mireille pourrait lui dire que l'animal lutte pour sa vie, que tout être vivant est capable de dépasser ses propres limites pour continuer de vivre. Mais elle se tait, car l'enfant sait cela aussi bien qu'elle.
Les larmes coulent sur les joues de Jonas. Mireille se lève, l'entoure de ses bras. Il se colle à elle, puis s'écarte, les bras tendus.
— Je ne veux pas !
— Ce n'est pas ton animal, Jonas.
— Il a raison de résister ! S'il entre dans le camion, c'est fini pour lui. Et s'il résiste comme ça c'est qu'il veut encore vivre ! Je veux qu'il vive !

SORGO NE REVIENDRA PLUS.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1021
Nastasia-BNastasia-B   07 novembre 2016
Jonas observe par-dessus l'épaule d'Aloïse. Devant eux, au-delà du halo de la lampe, au milieu du chemin, deux points rouges les fixent sans bouger.
— C'est quoi ? demande Jonas tout bas.
— Chamois, biche. Cerf peut-être.
— Rien de méchant.
— Il n'y a que les humains qui sont méchants dans les forêts.

LES YEUX ROUGES.
Commenter  J’apprécie          452
MahaDeeMahaDee   16 novembre 2016
La scène pourrait sembler comique. Un homme tente de faire rentrer un âne têtu dans un camion garé au bord de la route. Mais Jonas, qui les observe de la fenêtre de la cuisine, ne rit pas. Il connaît l’homme, monsieur Claude, et Sorgo, l’âne. L’homme tire de toutes ses forces sur la corde au bout de laquelle l’animal résiste de toutes ses forces, la tête levée. C’est une lutte acharnée. Monsieur Claude grimace, jure et gesticule. L’âne est immobile, les pattes avant tendues sur la planche menant au camion. Ses grands yeux blancs où roulent la terreur et la folie ne savent où se poser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
SaiwhisperSaiwhisper   02 décembre 2017
Mais ce n'est pas pour ça qu'on l'appelle "l'âne" au collège. C'est parce qu'il n'est pas bon élève. Il a des réponses souvent étranges, décalées, qui font rire les élèves, pas les professeurs. "Qui est l'adversaire du Petit Chaperon rouge ? - Sa mère. Elle devait bien savoir qu'un loup rôdait dans les bois. On ne fait pas prendre tant de risques à son enfant quand on l'aime."
Commenter  J’apprécie          100
SaiwhisperSaiwhisper   02 décembre 2017
- Moi aussi je serais seul, dit Jonas.
- Mais vous ne l'êtes plus. Vous vous ressemblez beaucoup tous les deux. Vous ne voulez pas seulement voir la surface du monde, vous voulez sa magie, ses trésors. Alors vous creusez, quitte à vous éloigner parfois des autres. Mais on peut creuser à deux.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Alexandre Chardin (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Chardin
Alexandre Chardin - Des vacances d'Apache & Le goût sucré de la peur
autres livres classés : voyage initiatiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

le goût sucré de la peur

Qui est la narratrice(comment s'appelle-t-elle)?

Lucie
Louise
Kochka
Julie

8 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Le goût sucré de la peur de Alexandre ChardinCréer un quiz sur ce livre