AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.53/5 (sur 567 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Casablanca,Maroc , 1945
Biographie :

Anne Bragance a grandi dans une famille d'origine andalouse. Adolescente, elle va s'installer à Paris où elle apprend la langue française pour se consacrer à l'écriture.
Elle écrit son premier roman à 28 ans : « Tous les désespoirs vous sont permis. »

Maintenant, elle est mariée, elle a deux enfants et elle vit dans les Cévennes gardoises. Elle a écrit de nombreux romans dont "Bleu indigo", "Anibal", "La chambre andalouse", "Rose de pierre",...

Elle est aussi l'auteur de plusieurs nouvelles comme "Changement de cavalière" et "Le damier de la reine" et d'une biographie, "Mata Hari".

Elle reçoit le prix Chronos pour deux de ses livres: "Passe un ange noir" et "La reine nue".

Source : www.livres-a-gogo.be
Ajouter des informations
Bibliographie de Anne Bragance   (37)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Une affection longue durée Marque-page 05-07-2011


Citations et extraits (253) Voir plus Ajouter une citation
La famille est cette île, cet anneau de chair qui vous entoure, qui vous étouffe, l’ile est ce nom qui vous lie, qui vous ligue contre tous ceux qui ne le portent pas, l’île est ce sang épais qu’on habite ensemble. On a échoué là au jour de sa naissance, on n’a pas choisi mais on appartient dès lors à une communauté banale et unique, de grés ou de force on apprend à évoluer sur un territoire primitif et primordial. On doit se conformer, on doit subir. La famille devient vite une île inhabitable où l’on vous retient prisonnier. Alors, on fait des rêves d’évasion, on a parfois des réflexes de naufragés : on jette des bouteilles à la mer mais, autour, il n’y a pas de mer.
Commenter  J’apprécie          432
Avec un livre je sais où je vais, je vais où je veux et je vois même l'invisible. (p.25)
Commenter  J’apprécie          430
La fois suivante, je lui offrirai ce livre d’Erri de Luca parce qu’il faut toujours partager les livres qu’on aime avec les gens qu’on aime.
Commenter  J’apprécie          372
Ce qu’il y a de bien avec les livres, c’est qu’ils ne vous déçoivent jamais. Tout le contraire des saints qui, à la longue, se révèlent être des fumistes, des créatures auxquelles on ne peut pas se fier. Les livres sont là, au garde-à-vous sur un rayonnage, ils attendent votre bon plaisir et à la première sollicitation, dès que vous les ouvrez, ils répondent « présent ». Jamais, à ma connaissance, un livre ne s’est défilé devant son lecteur. Il n’en existe aucun qui se refuse à être ouvert, à être lu.
Commenter  J’apprécie          320
La souffrance, la douleur de l'autre restent indicibles (...) Ce qui s'exprime entre deux êtres n'est jamais que l'infime partie, la partie accessible de ce formidable iceberg que chacun porte en soi. (p.174)
Commenter  J’apprécie          290
Elle raconte qu’elle est là depuis des heures et que pour patienter elle a raccourci un nuage, elle l’a calé sous sa tête en guise d’oreiller et elle a piqué un petit roupillon. Les enfants rient, ils aiment les fables de mémé-l’escargot.
Commenter  J’apprécie          285
–Vous savez, Magda, on ne vieillit pas jour après jour mes par à-coups. Le temps a des accélérations, des fièvres, et puis il se calme, il accorde une armistice… On est un seau en fer blanc qui pend au bout d’une corde dans le goulot d’un puits. Tout à coup, la corde file, c’est la glissade vers le fond, on se cogne aux parois, on prend quelques bosses de plus. Et puis la corde se fixe, on reste suspendu : un peu plus bas, un peu plus cabossé.
Commenter  J’apprécie          260
On ne cesse jamais de se soucier de l’image que l’on offre aux autres. Comment me voit-elle, la petite mignonne ? Comment me voient-ils, les chauffeurs du bus, que voient-ils ?

Un vieux bonhomme si seul, si désaffecté qu’il n’a pas d’autre ressource que de s’asseoir là, sur le banc de l’abribus, et d’attendre celui où celle qui viendra pour faire un brin de causette.

Ils s’en remettent à leurs yeux, ils emportent la vision d’une enveloppe usée, d’un corps qui s’appuie sur une canne pour avancer, ils s’en contentent, ils ne cherchent pas au-delà. Ils se fient à ce qu’ils voient, ils ignorent qu’au-dedans le cœur continue de trépigner dans sa petite cage, qu’il refuse de se laisser museler, qu’il mène sa sarabande et n’accorde jamais de repos.

Ils sont jeunes, pas de blâme, ils ne peuvent imaginer que le cœur ne vieillit pas, qu’il exige toujours, s’embrase toujours.

Dès lors que les autres nous voient vieux, nous classent dans la catégorie des vieux, nous sommes des damnés, nous basculons en enfer. Le moindre mal serait que l’enfer nous attende après la mort, mais non, le gouffre maudit s’ouvre sous nos pas dans la réalité des jours présents et nous en parcourons les dédales avec ce coeur qui ne vieillit pas, qui ne renonce pas.
Commenter  J’apprécie          243
Ou elle est triste comme jamais, ou elle a ce sourire de solitude, ce sourire pire qu’une grimace qui fait penser à la fusée de détresse envoyée par un bateau perdu dans la tempête.
Commenter  J’apprécie          250
Je me suis tu. Le silence fait besoin après qu'on a prononcé certaines paroles.
Commenter  J’apprécie          250

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Anne Bragance (709)Voir plus

Quiz Voir plus

Les étoiles *****

Qui a écrit la nouvelle simplement intitulée "Les étoiles", racontée par un jeune berger?

Le Clézio
Daudet
Colette
Maupassant

12 questions
127 lecteurs ont répondu
Thèmes : astronomie , Ciel , lune , étoile , poésieCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..