AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782742744404
259 pages
Éditeur : Actes Sud (16/08/2003)
4.05/5   29 notes
Résumé :
Voilà un portrait de femme haut en couleur. Celui de Giuletta, forte tête et fantasque, au-dessus d'une formidable entreprise familiale, mère de sept enfants, comptant comme autant de péchés, et romancière à succès. La Reine nue s'ouvre sur ses moments d'égarements, des premiers troubles, des dérèglements bénins. On se doute comment cela se terminera...
En attendant, l'état s'aggravant (elle décide notamment de vendre ses souvenirs, disparates et d'inégales v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Marmara
  23 août 2020
J 'attribue volontiers 4 étoiles à ce roman, même si je sors de cette lecture avec un profond sentiment de mal-être. "Dieu sait" pourtant combien j'ai aimé mes parents, et avec quelle force je me suis accrochée à leur souffle...Mais j'ai trouvé malsaine, et je dirais même pathologique et relevant de la psychiatrie, cette adulation dont Giuletta est l'objet.
Fantasque et forte tête, cette mère de 7 enfants, 4 fils et 3 filles, règne sans partage sur son entreprise familiale. Romancière à succès, elle partage sa vie entre l'éducation de ces derniers, son métier d'auteure, ...et ses escapades, jusqu'au jour où la mémoire lui fait défaut, et que s'amorcent une longue déchéance, une vie cauchemardesque, tant pour elle que pour les membres de sa famille.
Anne Bragance est de ces auteurs dont j'apprécie particulièrement la finesse de la plume et la richesse du vocabulaire. de surcroit, elle n'est pas férue de digressions qui, en soi, ne sont pas une mauvaise chose, mais s'avèrent souvent trop longues, et de ce fait, ennuyeuses.
Dans ce roman, par le biais d'une trame en quelque sorte chorale, l'auteure brosse le tableau d'une famille confrontée à l'adversité. Chaque chapitre est consacré aux pensées des différents protagonistes, dont celles de la mère qui, en dépit de la maladie dont elle souffre, semble bien consciente de l'enfer qu'elle fait vivre à ces "messieurs et à ces dames" qui, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, pareils à des dévots s'affairent autour d'elle. Ces "messieurs et dames " n'étant rien de moins que ses enfants dont elle ne se souvient plus.
Cette immersion dans les pensées des différents membres de la fratrie met en relief la complexité de l'esprit, ses contradictions et ses ambivalences.
Si de prime abord, j'ai adhéré à cette mobilisation, l'amour filial étant un sentiment noble, j'ai été moins partie prenante à mesure que j'avançais dans ma lecture.
Il est vrai que la personnalité de Giuletta m'avait d'emblée déplu, car bien que présentée comme une maman aimante, elle n'en était pas moins égoiste et dominatrice pour autant. Soit dit en passant, le cliché de la mère italienne possessive est décidément bien récurrent...
Le malaise ressenti m'est venu de l'attitude de ces adultes qui vouent à leur mère un véritable culte, comme on voue un culte à un dieu. Ils entreprennent de l'accompagner comme on entre dans les ordres et qu'on embrasse une vie de renoncement, jusqu'à en oublier les besoins de leur conjoint et enfants respectifs.
Cette excessivité m'a tenue à distance, a fait obstacle à toute émotion de ma part, car je n'ai pu me figurer cette mère autrement que comme une déité ; à des années-lumière d'une maman désarmée et malmenée par la vie, celle que j'aurais eu envie d'étreindre, de rassurer et de protéger.
Sans doute était-ce le choix de l'auteure de représenter cette mère que je qualifie de toxique, et de mettre en exergue combien l'image de la mère "parfaite et irréprochable" peut s'avérer dommmageable pour les adultes en devenir que sont les enfants.
Je dirai pour terminer que dans ce roman, je n'ai vu ni un récit émouvant, ni la démonstration de l'amour filial, mais plutôt une volonté de la part de l'auteure d'évoquer les dégats que peuvent occasionner l'éducation pour laquelle optent ces personnages enclins au narcissisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8422
fanfanouche24
  31 août 2013
La Reine nue, c'est cette mère italienne, passionnée, omniprésente pour ses sept enfants... jusqu'au moment où elle vieillit, commence à perdre la tête. cette forte femme, écrivain à succès, qui a élévé ses enfants seule..perd la notion de tout. Ses enfants vont se relayer pour l'entourer du mieux qu'ils peuvent. Ce malheur va être le révélateur de leurs vies, de leurs liens passionnés et exacerbés avec cette figure maternelle fascinante mais aussi vampirisante...Se succèdents le récit, le portrait de chaque enfant en alternance avec le journal intime de la maman, Giulietta, découvert par l'un de ses enfants.Il est question avant tout des MOTS, de leur force, de leur magie....de leur soutien
J'ai été happée par la force de ce texte, l'humour comme la tendresse infinie qu'il recèle.
Roman qui parle avant tout des MOTS, les mots des livres de la maman, les mots qu'elle aligne pour nourrir sa tribu, les mots pour consoler, les mots pour vivre...les mots de ses livres que les enfants décident de lui relire pour l'apaiser dans les moments plus difficiles de sa maladie...
Il y aurait encore moult choses à dire de ce roman, où les sujets essentiels de l'existence sont abordés: la maternité, le temps qui passe, la peur de vieillir, la terreur devant la mort prochaîne des êtres aimés, et ... pour DIRE, les MOTS, encore les mots, qui sont le pivot de ce texte...je termine ainsi sur une réflexion de cette maman-écrivain, pour qui, parallèlement à ses enfants, l'essentiel absolu a été l'ECRITURE.
"Inutile de me le dissimuler plus longtemps: aucune de mes expériences amoureuses, même celles qui furent porteuses de conséquences-les enfants-, ne m'a procuré la plénitude que je trouve dans une heure d'écriture. (p.131)"

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Ladybirdy
  02 août 2018
Une fois encore séduite par la plume aérienne d'Anne Bragance qui sait jongler entre les mots et les émotions pour nous proposer une histoire troublante.
L'histoire c'est celle de la reine mère Giuletta et de ses sept enfants. L'auteure met l'accent sur les sept péchés capitaux mais cela rappelle cette blanche neige endormie entourée de ses sept nains avec un côté moderne et tragique lié à la démence sénile.
Giuletta est une mère monstrueuse : monstrueusement belle, indépendante, passionnée, amoureuse plus que jamais de ses enfants avant tout homme et tout père. Elle tissera dans sa relation avec ses enfants un monde de luxure, de complicité, de joie, de bonheur à huit sans jamais s'habituer au bonheur (« Se garder de l'illusion que ces bonheurs nous sont dus, qu'ils dureront toujours, goûter tous les sucs de la vie, s'en délecter. Ne jamais s'habituer. L'habitude est la mort du bonheur »).
Quand se déclare la maladie, les enfants vont tour à tour prendre la garde de leur mère. Et petit à petit perdre avec elle ou dans les souvenirs de son carnet intime, un peu d'eux-mêmes, sombrant chacun dans le labyrinthe de la vie, happés par la folie grandissante et contagieuse de cette mère tant aimée.
Les chapitres sont courts donnant la voix à chaque enfant et à Giuletta dans sa folie.
L'histoire n'est pas simple, elle reflète la part de conscience de s'occuper d'un père ou d'une mère en perdition, de pouvoir discerner les limites, de couper le cordon ombilical et l'emprise d'une famille dont le seul noyau vital était la mère.
Anne Bragance sait marier les mots avec beauté et justesse. Solitudes, Casus Belli, Passe un ange noir, La reine nue, elle ne déroge pas à son talent qui sied ses romans à merveille. J'adhère sans la moindre lassitude. C'est beau, ça parle, ça cogite, bravo Madame Anne Bragance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2410
Kawane
  05 février 2019
Voilà hélas un sujet d'actualité qui touche bon nombres de personnes et de familles ..la maladie d'Alzheimer. Anne Bragance nous emmène avec élégance dans cette famille de sept enfants où la Mama italienne était alors une Reine vénérée ...porté par l'amour et la bienveillance de ses proches , cette Reine déchue va peu à peu perdre pied quand la maladie s'installe. .elle doit continuer à être la Mama ...hasta la vista ! mais les réactions de chacun diffère ....la famille va fait face, mais à quel prix ? Anne Bragance dépeint les souffrances et le ressenti de chaque membre de la famille avec intelligence et subtilité.
Un très beau roman bouleversant d'humanité.
Commenter  J’apprécie          262
CelineGe
  18 février 2013
Cette reine, c'est Giulietta Padovani, la Napolitaine, la femme forte et libre, l'éternelle amante, l'éternelle voyageuse, la mère délibérément célibataire de 7 enfants, la célèbre romancière, celle qui a fait construire une sublime villa en bord de mer pour pouvoir accueillir toute sa famille. Une reine qui avait le monde à ses pieds pendant des années et que ses enfants ont vénérée comme une souveraine, reléguant même dans l'ombre leurs conjoints. Une mère un peu castratrice.
Seulement, les années ont passées, Giulietta est devenue grand-mère. Une femme de plus en plus âgée et de plus en plus victime des affres de la vieillesse. Elle a perdu la tête progressivement, jusqu'à ne plus pouvoir reconnaître ses propres enfants à qui elle donne du "monsieur" et du "madame" tandis qu'elle demande des nouvelles de personnes fictives, personnages de ses romans.

La souveraine Giulietta, tellement indépendante, est redevenue une enfant, qu'il faut surveiller et dont il faut s'occuper 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Complètement désarmée et nue face à ses propres enfants, au sens figuré mais aussi au sens propre, quand il lui passe par la tête de se déshabiller complètement "avec la hâte brouillonne et la maladresse d'un enfant de trois ans" (p.21), dans un "strip-tease affligeant et grotesque" (p.2) livrant aux yeux de ses enfants son pauvre corps efflanqué.
Alors ses 4 fils et ses 3 filles s'organisent à tour de rôle, pour la garder chaque jour de la semaine. Ils se réunissent régulièrement, chez l'un ou chez l'autre, afin de faire le point sur les jours écoulés.
Certains des enfants supportent moins bien que d'autres la situation, telle Elsa qui s'est mise à boire.
Tous s'épuisent petit à petit, psychologiquement et physiquement, à devoir veiller cette mère, femme sublime devenue sénile. Ils se laissent engloutir par la maladie de leur mère.
Jusqu'où tiendront-ils ?
Qui lâchera en premier ? Eux ou elle ?
Un jour, Marietta tombe sur des carnets intimes, que sa mère avait cachés chez elle mais dont elle n'a évidemment plus le souvenir.
Peut-être le moyen de faire la lumière sur certains épisodes de la vie de sa mère ?
Les chapitres, nombreux et assez courts font alterner le point de vue des différents enfants de Giuletta lorsqu'ils prennent leur tour de garde, mais ils proposent aussi au lecteur les propres élucubrations de la vieille dame, ses propres visions des situations de face à face avec ses enfants. Des propos très intéressants qui permettent d'entrevoir des éclairs de cohérence et de lucidité fulgurants chez Giulietta qui, s'il est clairement établi qu'elle est bien folle, n'en est pas moins toujours très sensible à tout ce qui se passe autour d'elle.
S'intercalent également dans le récit la retranscription des quelques carnets intimes de la mère trouvée par une des filles.
Le récit n'est pas extraordinaire en lui-même, à un ou deux secrets de famille près mais la construction est originale. J'ai aimé ce récit à tiroirs, à plusieurs voix, un peu à la manière d'un roman chorale, un genre que j'affectionne.

Lien : http://linecesurinternet.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   31 août 2013
Portofino, 28 novembre 1975

Fin du roman et envoi du manuscrit à mon éditeur: la routine. de même, l'habituelle baisse de moral, la petite dépression qui m'affecte lorsque j'achève un livre et me sépare de mes chéris d'encre et de papier, mes personnages. En l'occurence, bien que le phénomène se renouvelle à chaque ouvrage, ce n'est pas là de la routine, mais bel et bien du chagrin. Pendant des jours, des semaines peut-être, je vais me sentir endeuillée.(p.133)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24fanfanouche24   31 août 2013
-Journal de Giulietta-Gênes, 5 juillet 1970

Les livres, la maison. Les premiers ont permis que la seconde devienne réalité ou soit en passe de le devenir. Mais il y a d'autres liens que celui de cause à effet entre ces deux pôles de mon existence. J'ai écrit quantité de livres, c'est la première maison que je mets en œuvre et je découvre bien des similitudes entre ces deux entreprises. Dans l'un et l'autre cas, il s'agit de construire: si les matériaux diffèrent, les démarches qui président à l'édification d'une œuvre littéraire ou d'une maison sont très proches. Là où il n'y avait rien, l'imagination, le talent et le travail humains vont faire que cela qui n'existait pas, le livre, la maison, va peu à peu s'ériger, cesser d'être une virtualité. (Actes Sud, collection Babel, 2007, p.70)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fanfanouche24fanfanouche24   31 août 2013
Chacun a laissé dehors, ailleurs, pas très loin, sa vie personnelle. Ici, maintenant, il n'y a plus que cette force démultipliée par la fratrie, cette douleur qui n'appartient qu'à eux seul, cette intimité où nul autre ne peut être admis. (...)
Quand ils ont là, rassemblés au plus intime de leur douleur, ils parlent de la mère, ils ne parlent que d'elle. Chacun livre aux autres le détail de la journée qu'il a vécue avec elle au cours de la semaine écoulée. Des mots terribles et doux sortent des bouches, des mots qui décrivent des gestes, des actes, des violences, et quelques moments bénis de rémission. Au centre de chaque scène qu'ils évoquent, tentent d'interpréter, se tient Giuletta, reine efflanquée et nue. (p.33-34)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
moustafettemoustafette   11 mars 2011
La vie de Loretta s'est mise à filer. Comme un bas qu'un ongle, malencontreusement, vient d'accrocher: plusieurs mailles sautent, une échelle se met à courir, descend le long de la jambe, rien ne peut la stopper, le dégât est irréparable.
Commenter  J’apprécie          50
fanfanouche24fanfanouche24   31 août 2013
Rappelez-vous, quand elle écrivait un roman, ses personnages étaient là, à table avec nous, dans la voiture, dans le jardin, dans la rue. Elle ne pouvait s'en séparer, elle les emmenait partout, ils étaient présents, ils étaient vivants, elle en parlait sans cesse. Elle vivait en leur compagnie, elle les aimait...Pas très étonnant qu'ils reviennent la hanter maintennat. (p.38 / Actes Sud, collection Babel 2007)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Anne Bragance (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Bragance
Une affection longue durée Marque-page 05-07-2011
autres livres classés : maladie d'alzheimerVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4212 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre