AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.69 /5 (sur 80 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Québec , 1985
Biographie :

Audrée Wilhelmy est une écrivaine québécoise née à Cap-Rouge (Québec) et qui habite Montréal depuis plus de dix ans.

Son premier roman, Oss, publié en août 2011 aux éditions Leméac, a été nominé pour le Prix des libraires du Québec et finaliste au Prix du Gouverneur général du Canada.

Son deuxième roman, Les sangs, a été publié chez Leméac en août 2013 et repris par les éditions Grasset & Fasquelle en mars 2015. Au Québec, l'ouvrage a été finaliste au Prix des libraires du Québec et au Prix France-Québec, tandis qu'en France, il a été finaliste au Prix Marie Claire du roman féminin.


Ajouter des informations
étiquettes
Podcast (3) Voir tous

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
bilodoh   10 mai 2014
Les sangs de Audrée Wilhelmy
C’est un geste singulier que de tenter de traduire sa pensée en mots. Jamais il n’y a de mots assez précis pour la précision d’une pensée.(p.99)
Commenter  J’apprécie          242
bilodoh   10 mai 2014
Les sangs de Audrée Wilhelmy
… je ne veux plus jamais avoir à faire quoi que ce soit. La moindre responsabilité m’effraie : même un amant serait beaucoup trop de travail, et l’idée seule de prévoir une rupture est éreintante. Ma paresse m’attache à toi même si plus rien d’autre ne nous lie. (p.80)
Commenter  J’apprécie          200
bilodoh   11 mai 2014
Les sangs de Audrée Wilhelmy
Ce sera la dernière fois, mais il sentira quand même qu’aucune femme, jamais, ne l’a aimé ou ne l’aimera comme je l’aime, c’est-à-dire à en mourir pour lui. (p.57)

Commenter  J’apprécie          160
LaBiblidOnee   23 mars 2015
Les sangs de Audrée Wilhelmy
A force de le voir chaque jour, ton poulailler de servantes m'affecte de moins en moins, mais elle... elle : même morte, je ne la supporte pas. C'est insensé, je crois que j'envie jusqu'à sa mort entre tes doigts. Mais assassine-t-on les vaches comme on tue les oiseaux ? Ha ! ha ! je t'imagine en train d'essayer de m'étrangler. Tes mains font-elles seulement le tour de mon cou ? Pauvre toi, et pauvre moi surtout, qui comprend maintenant que rien de ce que je pourrai faire ne saura t'arracher à tes femmes mortes.
Commenter  J’apprécie          80
LaBiblidOnee   21 mars 2015
Les sangs de Audrée Wilhelmy
Le ver laboure la terre qui fait pousser le maïs qui nourrit la poule qui nourrit le renard qui donne la fourrure que le pauvre utilise pour faire le manteau du riche. Personne ne mange le riche. Personne ne mangera jamais Féléor Barthélémy Rü.
Commenter  J’apprécie          82
LaBiblidOnee   24 mars 2015
Les sangs de Audrée Wilhelmy
Je marche dans le parc et je rencontre une femme. Elle dit qu'elle est l'intendante dans la maison d'un homme riche. Elle décrit un manoir très beau dont j'ai entendu parler souvent. Je dis : c'est le château de l'Ogre ! Elle dit que pour faire partie de l'histoire, il faut en marier le maître et écrire dans un livre qu'on a envie d'être tuée.
Commenter  J’apprécie          50
LaBiblidOnee   24 mars 2015
Les sangs de Audrée Wilhelmy
Dans l'espace d'une pensée, toutes les nuances sont évidentes. En mots, elles ne le sont pas. Il ne faut jamais espérer dire les choses qu'on pense en espérant qu'elle soient logiques pour quelqu'un d'autre.
Commenter  J’apprécie          50
Soleney   28 novembre 2013
Les sangs de Audrée Wilhelmy
Je caressai des dents la plante du pied et pressai ma langue sur l'orteil estropié, une première fois rapidement, car un tressaillement de la cheville me fit craindre l'effarouchement de la jeune femme, une seconde fois plus longuement, en insistant sur les pourtours de la plaie pour en sentir les bourrelets gonflés où l'ongle s'appuyait autrefois. Puis mes dents trouvèrent une cloque ronde, pleine, que je fis éclater entre mes canines. Je me souviens que le liquide tiède gicla dans ma bouche, je m'empressai de serrer les dents sur la blessure pour ne pas perdre une goutte de lymphe, ma langue glissa sous la peau et toucha la chair tuméfiée. Un frisson parcourut la jambe de la danseuse, montant de la cheville jusqu'à la cuisse, mais elle ne me repoussa pas et, interprétant son sang-froid comme un assentiment, je me mis à croquer toutes les cloques de son pied, éprouvant une joie féroce chaque fois qu'un frémissement de douleur animait le membre.
Commenter  J’apprécie          30
mhvaugeois   12 janvier 2014
Les sangs de Audrée Wilhelmy
Je crois que lorsqu'on rêve trop longtemps le danger et le mal, plus rien, même la vraie violence de la vraie vie, ne peut sembler réel ou grave. C'est la même chose qu'avec l'amour, les espoirs, les peurs. Les choses auxquelles on pense trop deviennent fausses. Leur réalité est cachée derrière l'idée qu'on s'en est faite.
Commenter  J’apprécie          30
LaBiblidOnee   24 mars 2015
Les sangs de Audrée Wilhelmy
Les mots font partie du mécanisme de Féléor. Il est comme les automates, il ne fait les gestes qu'une fois tous ses rouages bien en place. Avant de tuer, il a besoin de se voir comme un personnage de livre, il a besoin de savoir qu'il existe dans les mots de quelqu'un d'autre.
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
157 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur cet auteur
.. ..