AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782760933330
Éditeur : Leméac (Editeur) (24/08/2011)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Noé, celle que tous appellent encore « la Petite », est l’enfant trouvée de Grumme, la grosse dame qui brûlait des grelots sur sa délicate peau pour la guérir de sa sorcellerie sous le regard subjugué du prêcheur. À la mort de la vieille, Noé décide de quitter le village d’Oss, et les fils et filles de pêcheurs qui l’habitent. Sur la route, entre le cirque et une singulière forêt de bécosses bleues qui voyagent, son histoire se révèle alors, par les souvenirs comme ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Soleney
  15 octobre 2013
Une nouvelle pour le moins étrange et déconcertante (en ce moment, j'accumule, c'est à croire que j'aime ça). Oss est un titre, mais aussi un village, un tout petit village de pêcheur. L'auteur décrit très peu le monde dans lequel évoluent ses protagonistes : au-delà d'Oss, il y a d'autres petits villages… Mais après ? Y-a-t-il quelque part une « vraie » civilisation ? Une vraie ville ? Un État ? Où se passe l'histoire, dans quel pays ? On ne sait pas, et cela fait partie du mystère de cette nouvelle.
Les personnages sont torturés, déchirés. le problème, c'est qu'on ne sait pas par quoi. C'est comme s'ils avaient commis quelque chose d'affreux il y a quelques années et qu'ils évitent soigneusement le sujet. Même les enfants ne semblent pas innocents, en particulier Noé. On ne sait pas quel âge elle a (le pasteur l'estime entre quinze et vingt-cinq ans, ça nous aide, vraiment !), mais son comportement laisse à penser qu'elle a moins de vingt ans. Pourtant, elle a une relation sado maso avec le pasteur Lô, qui doit avoir grand minimum le double de son âge.
Audrée Wilhelmy laisse une grande place à l'amoralité. le pasteur, pourtant sensé montrer le bon exemple pour ses fidèles, se fait plaisir avec Noé. Il devrait aimer ses paroissiens, mais quand il les regarde, il ne voit que des moutons qu'il doit abreuver de fausse spiritualité. C'est un travail pour lui, pas une vocation. Noé, jeune fille, se laisse violer à de nombreuses reprises sans réellement se battre, sa relation avec sa mère, Grumme, est extrêmement froide (elle n'est pas triste quand elle meurt). D'ailleurs personne ne pleure, personne ne regrette la morte le jour de l'enterrement. Tout le monde est même presque soulagé. C'est comme si les gens n'avaient plus de coeur. Ils sont anesthésiés. Presque déshumanisés.
Rameau, un jeune homme du village, ferme le roman et la fin se profile très bien pour lui, alors qu'il a fait quelque chose d'horrible cinq pages avant. Également, on apprend qu'il est à l'origine d'une grande partie des événements. Où est la morale dans cette histoire ? C'est une des rares où les méchants sont presque récompensés – mais quand on y réfléchit, il n'y a pas de personnage « gentil » dans ce récit.
Indirectement, c'est un livre qui aborde le thème de la religion. Il n'y a qu'à voir le prénom du personnage principal – Noé. Amusant de constater que c'est une fille et que ça lui va bien. Noé, donc, couche avec un pasteur peu crédible dans son rôle (il remplit sa fonction comme un maire aurait rempli la sienne), et on voit qu'il n'est absolument pas convaincu par ce qu'il dit. La vision de l'auteure sur la religion est donc un poil désabusée. Mais au final, c'est pareil pour tous les thèmes : la mort, le viol, l'amour…
Ce que j'ai trouvé dommage, c'est la petitesse de la nouvelle. En une heure, c'est bouclé et on passe à autre chose. J'aurai vraiment aimé que l'auteur développe un peu plus ses personnages, son histoire, son monde… Que devient Noé ? Que devient Rameau ? Que devient le village ? La fin, très rapide, me paraissait un peu bâclée par rapport au reste de la nouvelle.
En fait, j'en aurais voulu un peu plus. Audrée Wilhelmy a une écriture fantastique, sensible et belle. L'absence de sens moral des personnages est adoucie, embellie par sa plume et je me suis plongée dans l'histoire comme d'autres dans une piscine. Mais cette oeuvre étant un travail de mémoire, il y avait une limite de pages. Quel dommage…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Halloah
  23 juin 2016
Ce morbide conte québécois à la particularité de nous déconcerté en l'espace de 75 pages. Pas par le fait qu'il s'agit du premier roman d'Audrée Wilhelmy et ni pas par le fait qu'il a finaliste au Prix du Gouverneur général en 2012.

Comment d'abord ? Par l'histoire de Noé, jeune adulte (pas d'indice sur son âge précis) filiforme dont l'entourage malsain détonne sur sa personnalité en la rendant atone envers tous les évènements qui l'entourent.
Il n'y a ni de gentils, ni de pitié, ni de pleurs dans le minuscule village des pêcheurs où se déroule une bonne partie du récit. Ni dans le cirque dans lequel Noé, au gré de son envie d'explorer, se trouvera. Pour voyager, rien de mieux que les toilettes provenant de la forêt des toilettes.

Qui sont les méchants ? Hum…Tout le long du conte, on pensera à Grumme, celle étant apparemment être la figure maternelle or elle était complètement sadique ou encore le pasteur, supposé gardien de la moralité, qui dans les faits, est un être pervers ayant un fort penchant pour l'érotisme.
Mais, au final, on ne peut distinguer lesquels des personnages du livre sont les antagonistes puisque qu'ils ont tous une part sombre en eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Pixie_dust
  27 décembre 2017
Tout comme "Les sangs", que j'ai lu dernièrement, "Oss" est un tout petit livre déroutant, dérangeant, violent... mais envoûtant! Malgré la brièveté du texte, on pénètre facilement et profondément dans l'univers onirique et brutal d'Audrée Wilhelmy. Elle a le don d'imprégner les esprits d'images fortes et durables. C'est décidément une auteure que j'aime beaucoup, même si je ne suis pas certaine que ses histoires contribuent à ma sanité mentale! Hé hé...

Mention spéciale : J'ai particulièrement apprécié les noms des lieux et des personnages, ainsi que "l'étrange forêt" dont il est question en quatrième de couverture!
Commenter  J’apprécie          20
levanahbatiah
  07 octobre 2014
C'est une première publication d'un conte, et bravo ! certes, c'est déconcertant, voir dérangeant, mais quelle histoire ... auteur prometteur pour la suite
Commenter  J’apprécie          50
LettresItBe
  16 novembre 2017
C'est en 2011 que la littérature d'Audrée Wilhelmy fait son entrée dans les libraires québécoises, sous l'étendard de la maison Leméac. Une entrée donc, dans les librairies, cette espèce de Panthéon des lettres où tout accédant reçoit l'assurance d'un minimum de reconnaissance, bonne ou mauvaise. La nouvelle accédante n'est pas franchement commode, pas comme les autres. C'est donc en 2011 avec Oss que Wilhelmy débarque avec ni plus ni moins qu'une histoire étrange, onirique, nuageuse, l'histoire de Noé, « la Petite » enfante trouvée qui quitte bien vite son village de pêcheurs revêches en quête d'un ailleurs qu'elle ne trouvera sans doute … jamais. Un coup d'essai partiellement maîtrisé et qui augure de bien d'autres choses.
Un article dédié à Audrée Wilhelmy à découvrir sur le blog de Lettres it be
Lien : https://www.lettres-it-be.fr..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Pixie_dustPixie_dust   23 décembre 2017
Je suis parti, moi aussi. De chez des nonnes de couvent. Des bonnes soeurs douces comme de la peau de fesse. Même la toile de leur voile était douce. Elles sentaient bon la boulange et les pâtisseries. Mais je suis parti, tu vois, même si je quittais ces petites mères qui faisaient les meilleurs hosties que j'aie jamais mangées. Ça m'intriguait, le goût du pain des autres.
Commenter  J’apprécie          20
SoleneySoleney   28 novembre 2013
Grumme est morte, et ses parfums infectes sont enfin six pieds sous terre avec elle : ça fera une odeur de moins dans ce village puant. Mais il manquera quand même sa silhouette familière derrière le comptoir-caisse du magasin. Difficile de ne pas être hanté, ce soir, par les rondeurs de cette femme. Après tout, il ne l'a pas toujours trouvée dégoutante.
Noé, Grumme : le sexe avec les sorcières d'Oss ne l'a jamais effrayé, lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : masochismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
157 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre