AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.18 /5 (sur 87 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Rezé , le 29/03/1991
Biographie :

Blandine Rinkel est une journaliste, musicienne et écrivaine française.

Après des études de lettres et de philosophie, elle intègre la classe d’écriture de l’ENSATT et la quitte pour l’EHESS.

En parallèle, elle écrit portraits et critiques littéraires pour la presse écrite (Le Matricule des Anges, Gonzai, Brain Magazine, Inferno, France Inter, Citizen K...) et imagine des fictions radiophoniques.

Sur Paris Première, elle danse la comédie pour les Ben & Bertie Show. Au théâtre, elle joue dans Le Conte du petit taureau blanc, La mouette ou Underground Café (qu'elle co-met en scène). Sur Radio Campus Paris et Radio Sciences-Po, elle co-anime une émission : "The Karl Popper’s" où elle rencontre Bertrand Burgalat.

"L’Abandon des prétentions" (2017) est son premier roman.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les désirs comme désordre - Pauvert

Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
Cancie   13 janvier 2020
Le nom secret des choses de Blandine Rinkel
La mise en branle de l'imposture, c'est une tache indélébile qu'on étale de plus belle en espérant la résorber. Et l'imposteur ajoute, en permanence, de l'eau au moulin de son propre naufrage.
Commenter  J’apprécie          410
Cancie   12 janvier 2020
Le nom secret des choses de Blandine Rinkel
Tôt dans l'enfance, tu avais découvert cette règle jamais démentie depuis et s'appliquant aussi à toi : les gens préfèrent mentir plutôt qu'avouer qu'ils ne savent pas.
Commenter  J’apprécie          280
Cancie   12 janvier 2020
Le nom secret des choses de Blandine Rinkel
Le retard culturel est un ogre, jamais rassasié, l'un de ces sacs sans fond qui se révèlent plus vides à mesure qu'on les remplit.
Commenter  J’apprécie          280
Cancie   13 janvier 2020
Le nom secret des choses de Blandine Rinkel
Bientôt, vous vous fréquentez quotidiennement, sans avoir pour cela besoin de prétexte. Peut-être reconnaît-on une relation qui prend à ce que ses membres , pour se voir, ont de moins en moins besoin de motifs. Arrive le moment où vous n'en avez plus.
Commenter  J’apprécie          260
Fandol   28 février 2020
Le nom secret des choses de Blandine Rinkel
Mentir était un plaisir. Vos déviances, une amitié.
Commenter  J’apprécie          220
Fandol   27 février 2020
Le nom secret des choses de Blandine Rinkel
Les dessous de Paris te fascinaient et n’importe quand, avec ou sans prétexte, tu y plongeais. C’était comme tâter le pouls du paysage : sous la surface, les corps se heurtaient, les souffles se croisaient et tu pouvais sentir le battement, nerveux, de cette ville au bord de la tachycardie.
Commenter  J’apprécie          170
Fandol   29 février 2020
Le nom secret des choses de Blandine Rinkel
La mise en branle de l’imposture, c’est une tache indélébile qu’on étale de plus belle en espérant la résorber. Et l’imposteur ajoute, en permanence, de l’eau au moulin de son propre naufrage.
Commenter  J’apprécie          170
Fandol   27 février 2020
Le nom secret des choses de Blandine Rinkel
Mélanges de pisse, de vomi et de renfermé, les effluves t’étonnaient quand tu atteignais le 22e étage où tu avais cours. Ils te prenaient à la gorge, t’imposaient le silence. D’autant plus que Paris I avait bonne réputation – classée dans le top 100 des universités les plus réputées au monde, elle rendait fiers les parents. Le gouffre entre l’aura de l’institution et son délabrement effectif t’épatait. Confusion dont tu tirais avantage, sans chercher à rétablir la vérité.
Commenter  J’apprécie          160
hcdahlem   09 septembre 2019
Le nom secret des choses de Blandine Rinkel
Un matin on se réveille, et l’on est fatigué de soi-même.

On a plus envie de revêtir, ce jour-là, le visage qu’on portait la veille. On aimerait tout recommencer, alors on commence quelque chose. En sous-vêtements, l’haleine ridée, sans avoir bu ni mangé, on se saisit de son téléphone et on compose le numéro d’une mairie lointaine et qui pourtant est la nôtre.

À l’adresse d’une oreille étrangère, qui ne connaît rien de notre histoire et du rôle clé qu’elle y joue, on confie pour la première fois le soupir d’être soi. La pudeur administrative nous aide à formuler les choses. On aimerait changer de prénom. La décision est prise. On est prêt à effectuer des démarches, à s’abandonner à toutes les recommandations. En écoutant ces dernières on hoche la tête, pour personne, on ronronne, pour soi-même, et on prend des notes, inutiles, des notes qu’on ne relira jamais. On affirme qu’on apportera bientôt de nouveaux papiers, des justifications, on remercie la voix pour qui renverser l’ordre des choses semble être un jeu d’enfants. On salue. On raccroche. Pas encore tout à fait certain d’être celui ou celle qui accomplit les gestes, on se lève. Quelqu’un, peut-être soi, ouvre le répertoire de son portable et, sans en éprouver aucune émotion, y modifie son propre prénom. On commence par là. Puis on va se doucher.

Comment nos vies parallèles infléchissent-elles la principale ? Comment la déforment-elles subtilement – pareilles à ces batteries de smartphones usées auxquelles il arrive, gonflant dans l’obscurité, de finir par soulever l’écran de la machine ?

Sans doute y a-t-il des parts de nous soumises à d’autres lois de la gravité, d’une autre gravité, lois tordues et inconscientes dont nous ne connaissons rien mais sentons la puissance par à-coups – des accords de piano plaqués dans le vide –, et nous éprouvons parfois, en nous-même, la trace d’une intensité qui, si nous la prenions au sérieux, pourrait modifier durablement nos vies. Puis, généralement, nous oublions.

Mais tout le monde n’oublie pas. Et chacun des gestes d’Elia, chacune de ses intonations, étaient en ce sens comme les indices d’un système moral alternatif qu’on devinait cohérent et tenu, mais auquel personne ne pouvait tout à fait accéder.

Batterie secrète qui la faisait enfler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Fandol   02 mars 2020
Le nom secret des choses de Blandine Rinkel
Si j’ai changé de prénom, c’est de m’être abandonnée aux rencontres. Océane est devenue Blandine parce que j’ai aimé.
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1006 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur cet auteur