AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.72 /5 (sur 64 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) le : 27/03/1914
Mort(e) le : 05/08/2009
Biographie :

Budd Schulberg, né Seymour Wilson Schulberg est un scénariste, producteur de télévision, romancier et écrivain sportif américain.

Il est le fils du producteur B. P. Schulberg (1892-1957) et d'Adeline Jaffe Schulberg, fondatrice d'une agence artistique reprise plus tard par le frère de celle-ci : Sam Jaffe, également producteur.

Il est surtout connu pour ses scénarios de Sur les quais en 1954 pour lequel il reçoit un oscar, et Un homme dans la foule en 1957.

Il a également établi sa réputation avec ses romans Plus dure sera la chute, adapté au cinéma en 1956, et Qu'est-ce qui fait courir Sammy ?

Autre facette de sa carrière, Schulberg est également écrivain du sport et correspondant en chef pour la boxe du magazine à grand tirage Sports Illustrated.


+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Sur les quais (On the Waterfront), réalisé par Elia Kazan en 1954. Avec Marlon Brando et Karl Malden. Bande-annonce
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   15 mars 2018
Un homme dans la foule de Budd Schulberg
Cette élection du shérif lui était montée à la tête. Il ne se contentait plus de chanter ses vieilles chansons et de raconter des histoires marrantes à propos de sa famille à Riddle, Arkansas. Il voulait traiter des sujets. Telle est l’une des plaies dont notre époque a hérité. Les disc-jockeys ne passent plus de disques. Maintenant, ils vous font des conférences visant à résoudre les problèmes de circulation à New York, ou à améliorer les Nations unies.
Commenter  J’apprécie          260
Pecosa   14 mars 2018
Un homme dans la foule de Budd Schulberg
Il terminait quand mon patron est entré. C'était un homme riche qui possédait plusieurs journaux ruraux et, avec ses bottes et son chapeau blanc façon Gene Autry, il affectait des allures de cow-boy. Il était à peu près aussi fou de folk que je le détestais, que je le méprisais, que je l'abominais. Il a observé attentivement Lonesome, et ce qu'il a vu a flatté son américanisme. L'Amérique, du général George au général Ike, me tenait à coeur mais notre patron, Jay MacDonald, l'adorait comme s'il s'agissait de son carré de patates personnel. Dans sa tête, l'Amérique et lui étaient pratiquement interchangeables. Vous voyez le genre.
Commenter  J’apprécie          245
Bookycooky   15 mars 2018
Un homme dans la foule de Budd Schulberg
À Riddle, ils avaient une façon bien à eux de choisir leur shérif : ils se demandaient quel type était incapable de faire un travail utile. En certains endroits, l’idiot du village se trouvait à la charge de la communauté. Mais à Riddle, par mesure d’économie, on le nommait shérif.
Commenter  J’apprécie          241
le_Bison   04 mai 2014
Sur les quais (BD) de Budd Schulberg
J’ai picolé toute la nuit ! Saloperie de whisky… J’ai la tête en vrac
Commenter  J’apprécie          122
le_Bison   23 mars 2014
Sur les quais (BD) de Budd Schulberg
Danny D. était l'ultime abomination, le cauchemar des quais ! Un tueur monstrueux, un infâme boucher...

Il opérait avec sa bande au fond d'un sous-sol dans un ancien garage puant la trouille et la mort...
Commenter  J’apprécie          100
Budd Schulberg
deuxquatredeux   08 mai 2017
Budd Schulberg
J'aimerais que l'on se souvienne de moi comme quelqu'un qui s'est servi de ses talents de romancier et de dramaturge pour dire ce qu'il ressentait comme devant être dit à propos de la société... tout en se montrant aussi divertissant que possible parce que, si vous ne divertissez pas, personne n'écoute.



New York Times, 2006



(Cité dans la préface de Un homme dans la foule - Budd Schulberg)
Commenter  J’apprécie          30
LeMaedre   30 janvier 2020
Qu'est-ce qui fait courir Sammy ? de Budd Schulberg
La première fois que je le vis, il ne pouvait guère avoir plus de seize ans, un gosse, un petit furet, vif et rusé. Sammy Glick venait chercher ma copie. Courait toujours. Toujours l'air d'avoir soif.



- Bonjour, monsieur Manheim, me dit-il ce jour où nous fîmes connaissance, c'est moi le nouveau garçon de bureau, mais j'le serai pas longtemps.



- Ne dis pas « j'le », rétorquai-j e, ou tu seras garçon de bureau pour la vie.



- Merci, monsieur Manheim, dit-il, c'est à cause de ça que j'ai pris ce boulot, pour être avec des gens qui écrivent et pour apprendre la grammaire et les manières.



Neuf fois sur dix, je n'aurais même pas levé la tête, mais il y avait quelque chose dans la voix de ce gamin qui me posséda. Quelque chose comme une charge de deux mille volts.



- Alors, comme ça, dis-je, tu es un bougre de petit malin, hein ?



- Oh ! j'ouvre les yeux et les oreilles, dit-il.



- Tu ne te sers pas si mal de ta langue non plus, dis-je.



- Je me demandais toujours si les journalistes passent leur temps à blaguer comme dans les films, dit-il.



- Fous le camp d'ici ! répondis-je.



Il fila comme une flèche ; trop vite pour moi: un vrai furet ! « Malin, le gosse », pensai-je. Malin petit gosse. Quelque chose en lui qui me gênait. Ce petit visage vif, aigu, net, tendu. Je regardai le corps mince, nerveux, prendre le virage à la corde, à la course. J'en éprouvai un malaise. Je crois que j'ai toujours eu un peu peur des gens qui ont de l'agilité, mais pas de grâce.



Le patron me confia que Sammy était à l'essai pour trois semaines. Mais Sammy couvrit plus de distance à galoper dans les bureaux, durant ces trois semaines, que Paavo Nurmi pendant toute sa carrière. Chaque fois que je lui tendais une page de copie, il l'emportait en courant, comme si ç'avait été une question de vie ou de mort. Je le vois encore filant entre les tables, cravate au vent, yeux fous, désespérément.



Au bout de deux voyages, il revenait vers moi, pantelant, comme un chiot frénétique qui rapporte la balle. Je n'ai jamais vu un type travailler aussi dur pour douze dollars la semaine. On lui devait cette justice. Il y avait mieux en fait de charme et de gosse peut-être, mais on ne pouvait nier qu'il y eût quelque chose en lui. Il m'arrivait de m'arrêter net au milieu d'une phrase pour le regarder courir.



- Hé ! gamin, prends ton temps !



C'était comme si j'avais recommandé aux chutes du Niagara de tomber plus lentement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
deuxquatredeux   08 mai 2017
Un homme dans la foule de Budd Schulberg
On s'est donc envolé pour Chicago, et maintenant Lonesome était diffusé d'une côte à l'autre. L'émission s'appelait Le Vagabond de l'Arkansas. C'était à peu près la même routine qui avait fait de lui l'idole de Fox, Wyoming. À une grosse différence près. Cette élection du shérif lui avait monté à la tête. Il ne se contentait plus de chanter ses vieilles chansons et de raconter des histoires marrantes à propos de sa famille à Riddle, Arkansas. Il voulait traiter des sujets. Telle est l'une des plaies dont notre époque a hérité. Les disc-jockeys ne passent plus de disques. Maintenant, ils vous font des conférences visant à résoudre les problèmes de circulation à New York, ou à améliorer les Nations unies. La même mouche avait piqué Lonesome. Il se précipitait sur un terrain que non seulement les anges, mais la majorité des imbéciles auraient craint de fouler. J'ai fait du petit mieux dont j'étais capable pour essayer de l'en détourner, et pour lui rappeler sa place. Mais il était têtu comme peut l'être un mâle, et si ignorant que la plus misérable idée qui lui venait lui paraissait une révolution bouleversante qu'il se devait de partager avec son public. Je suppose que les médecins appelleraient ça un délire de grandeur. Il semble que ce soit l'un des principaux symptômes de la redoutable maladie du succès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
deuxquatredeux   08 mai 2017
Un homme dans la foule de Budd Schulberg
"D'une façon ou d'une autre, il faut que tu sois avec moi, Marshy. Je sais que j'suis génial et qu'l'Amérique a besoin de moi, mais sans toi je retournerais à la ville-de-nulle-part, là d'où tu viens. Tu es mon...

- Ton ancrage. Ta gouvernante. Ton ballast. Le sel dans ton ragoût.

- Tu peux bien rire. Quand tu apparais au tout premier plan, comme moi, tu as besoin d'un visage ami. Sans toi, je suis tout en haut et solitaire. Je suis tout seul.

- Tu ne peux pas chanter ça à la radio. Pas avant que j'ai réglé les droits avec Berlin.

- Reste cette nuit, Marshy, a-t-il supplié. Des lits jumeaux. Je te promets que j'mettrai pas le petit doigt sur toi. Frère et sœur.

- Même si nous étions allongés côte à côte dans des cercueils jumeaux, je ne te ferais pas confiance.

- J'suis un mauvais garçon, s'est-il rengorgé avec tout son charme lourdingue.

- Tu es Huck Finn affligé d'une psychonévrose. Mon Dieu, si jamais ton public savait à quel point le chêne sur lequel ils croient s'appuyer est un tendre roseau !

- C'st notre petit secret, Marshy", a-t-il conclu avec son hop-hoh parti de son gros ventre.

J'ai fini par m'en aller, et il m'a lancé : " Bonne nuit, partenaire" avant de retourner sucer sa bouteille. L'Oncle Lonesome de l'Amérique , le Grand Frère du monde entier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PsychikFab   24 mai 2017
Un homme dans la foule de Budd Schulberg
Lonesome a même fait pleurer Lonesome. Evidemment, si on avait analysé ses larmes, on y aurait trouvé un fort pourcentage d'alcool. Cependant, Lonesome se montrait capable de pleurer comme personne. C'était l'un de ces imposteurs magnifiques capables de s'engloutir eux-mêmes dans leur propre sincérité.
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Mon oncle d'Amérique

C'est paradoxal, mon oncle est un chasseur solitaire ...

Francis Scott Fitzgerald
Carson Mc Cullers

13 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature américaine , roman , culture littéraire , écrivain , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur
.. ..