AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.42 /5 (sur 126 notes)

Nationalité : Guatemala
Né(e) à : Guatemala , le 20/08/1971
Biographie :

Eduardo Halfon est un écrivain.

En 1981, il déménage aux États-Unis avec sa famille et étudie au département de génie industriel de l'Université d'État de Caroline du Nord.

Après avoir obtenu son diplôme, il retourne au Guatemala pour enseigner la littérature à l'Université Francisco Marroquin pendant huit ans.

En 2007, il a été nommé l’un des meilleurs jeunes écrivains latino-américains du Hay Festival de Bogota. Il a été invité en résidence en 2010 à la Maison des Écrivains Étrangers et des Traducteurs de Saint-Nazaire.

Halfon vit aujourd'hui dans le Nebraska.

Ajouter des informations
Bibliographie de Eduardo Halfon   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Eduardo Halfon - "Signor Hoffman" et "Le boxeur polonais" .
Eduardo Halfon vous présente son ouvrage "Signor Hoffman" et "Le boxeur polonais" parus aux éditions Quai Voltaire. Retrouvez les livres : http://www.mollat.com/livres/halfon-eduardo-boxeur-polonais-9782710375616.html http://www.mollat.com/livres/halfon-eduardo-signor-hoffman-9782710376163.html http://www.mollat.com/livres/halfon-eduardo-pirouette-9782710369745.html http://www.mollat.com/livres/halfon-eduardo-monastere-9782710370833.html Notes de Musique : "Dream Culture" par Kevin MacLeod (http://incompetech.com) https://www.facebook.com/Librairie.mollat/ https://twitter.com/LibrairieMollat http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/ https://vimeo.com/mollat https://instagram.com/librairie_mollat/ https://www.pinterest.com/librairiemollat/ http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ https://soundcloud.com/librairie-mollat http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
Dandine   06 avril 2021
Canción de Eduardo Halfon
(C'etait Lutvic qui, dans un commentaire, m'avait envoye un souhait, un vieux dicton des Balkans. J'ai trouve sa version judeo-espagnole dans ce livre. Je m'empresse donc de le lui rendre.)



Bérénice était venue de Buenos Aires avec ses parents pour rendre visite au Nono. C’est ainsi que nous appelions le mari d’une des sœurs de ma grand-mère, Nono, un vieux à la chevelure blanche et aux gestes lents et tendres. Je me souviens de quatre choses le concernant. Un : c’était un inconditionnel des westerns. Deux : bivas, kreskas, engrandeskas, komo un peshiko en aguas freskas – vis, grandis et forcis comme un poisson en eau claire –, amén, disait-il en ladino, sa langue maternelle (il était né à Salonique, en Grèce), dès que quelqu’un éternuait.
Commenter  J’apprécie          161
Dandine   08 avril 2021
Canción de Eduardo Halfon
Tu as tout bu, ma chérie ? demanda-t-il.

La mère de Bérénice s’essuya les lèvres, prit un air affligé et répondit que oui, presque tout, qu’elle n’avait laissé que le marc humide.

Au fond de ta tasse, dit-il, repose un soixantième du café.

Comment ça, un soixantième ? s’étonna-t-elle.

L’oncle Salomon plissa un peu ses yeux et son front, et lui répondit que, selon les discussions rabbiniques du Talmud, le feu représente un soixantième de l’enfer, le miel un soixantième de la manne, le shabbat un soixantième du monde à venir, le sommeil un soixantième de la mort et les rêves un soixantième de la prophétie.

J’ai compris, dit-elle.

Au ton de sa voix, j’eus l’impression que la mère de Bérénice n’était pas habituée ou n’appréciait pas cette manière de parler de l’oncle Salomon, à la fois paradoxale et parabolique.

Pose la soucoupe sur ta tasse, lui dit-il, mais à l’envers.

La salle à manger s’était remplie d’enfants et d’adultes. Nous étions debout pour la plupart, tout près de l’oncle Salomon.

Bien, dit-il. Maintenant soulève la tasse et la soucoupe et tout doucement, avec précaution, fais tourner le tout trois fois, vers ta gauche. C’est-à-dire, dans le sens contraire des aiguilles d’une montre.

Il y eut un silence. La mère de Bérénice, comptant à voix haute avec un sourire nerveux, fit tourner trois fois la tasse, tandis que depuis son lit d’appoint de l’étage supérieur, le Nono manifestait lui aussi sa présence.

Très bien, dit l’oncle Salomon. Maintenant, toujours avec précaution, et toujours en tenant la tasse dans ta main droite, pose ta main gauche sur la soucoupe. Comme ça, oui. Et là, d’un seul mouvement rapide, je veux que tu retournes le tout, vers le bas.

Comment ça, tout retourner vers le bas ? La tasse et la soucoupe, ensemble?

C’est ça, oui, ensemble. Pour que la tasse se retrouve à l’envers, sur la soucoupe. Sans rien renverser, tu comprends ?

Oui, oui, dit-elle et, après avoir soupiré, elle parvint à retourner la tasse et sa soucoupe sans que rien ne tombe.

Quelqu’un applaudit.

Voilà, c’est terminé, ma chérie, tu peux poser tout ça sur la table, chuchota l’oncle Salomon, calmement, en sortant un paquet blanc de la poche intérieure de sa veste en daim. Et à présent une cigarette, dit-il, le temps d’attendre que le marc sèche et se dépose, et qu’il nous apprenne quelque chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          114
Under_the_Moon   20 février 2017
Le boxeur polonais de Eduardo Halfon
Certains pleuraient et d'autres récitaient le kaddish.

[...]

Qu'est-ce que tu veux faire d'autre quand tu sais que le lendemain on va te fusiller, hein ? Rien. Ou tu te mets à pleurer ou tu te mets à réciter le kaddish.





(dans "Le boxeur polonais")
Commenter  J’apprécie          120
Under_the_Moon   13 février 2017
Monastère de Eduardo Halfon
La solennité, entre inconnus, a tout de la farce.
Commenter  J’apprécie          120
hcdahlem   11 mars 2021
Canción de Eduardo Halfon
Nul n'ignore que le Guatemala est un pays surréaliste.

C'est par ces mots que s'ouvre la lettre de mon grand-père publiée dans Prensa Libre, l'un des principaux journaux du pays, le 8 juin 1954, trois semaines avant le renversement d'Arbenz. p. 83
Commenter  J’apprécie          100
fbalestas   01 novembre 2019
Deuils de Eduardo Halfon
Enfants, nous partions parfois faire une promenade sur le lac avec don Isidoro, assis tous les trois sur une grand planche de surf hawaïenne, à califourchon, les pieds dans l'eau. Une fois à bonne distance de la villa, et malgré les menaces de don Isidoro, mon frère et moi ôtions nos gilets de sauvetage orange, inconfortables, en le menaçant à notre tour de se les lancer très loin (c'est lors d'une de ces sorties, peut-être l'une de ces dernières, tandis que je mesurais le temps entre le point de départ et le point d'arrivée, que la montre au bracelet de plastique noir glissa de mon poignet trop fin, tomba à l'eau et se perdit au fond du lac).
Commenter  J’apprécie          80
DOMS   06 mai 2020
Deuils de Eduardo Halfon
Mon père m’expliqua qu’en hébreu il existe un mot pour qualifier une femme qui a perdu son enfant. Peut-être parce que cette douleur est si grande et si spécifique qu’elle a besoin d’avoir son propre mot. Sh’Khol, c’est comme ça qu’on dit en hébreu, me confia-t-il.

page 105 (livre de poche)
Commenter  J’apprécie          72
Herve-Lionel   03 octobre 2015
Signor Hoffman de Eduardo Halfon
Et c'est qu'il n'y a rien de tel senor Halfon, que de donner la vie. Non seulement à des caféiers et à des arbres, mais à la montagne elle-même.
Commenter  J’apprécie          70
Herve-Lionel   04 octobre 2015
Signor Hoffman de Eduardo Halfon
L'important , pour quelqu'un comme Mme Maroszek, n'était pas où l'on écrivait son histoire, mais qu'on l'écrive. Qu'on la raconte. Qu'on témoigne. Qu'on mette en mots notre vie entière.
Commenter  J’apprécie          60
Meps   30 mai 2020
Halfon, Boy de Eduardo Halfon
Je ne m'attendais plus à devenir père. Je suis devenu ton père par accident, Leo. Encore maintenant, alors que tu es en train de grandir dans ce ventre, j'ai du mal à m'imaginer comme père, à t'imaginer dans mes bras, le regard levé vers le ciel, portant tout l'avenir dans tes yeux. Peut-être parce que être père est une chose inimaginable.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Vendredi ou La Vie sauvage, Michel Tournier

L'aventure de Robinson et Vendredi se déroule:

Au XVIe siècle
Au XVIIIe siècle
Au XIXe siècle

20 questions
2471 lecteurs ont répondu
Thème : Vendredi ou La Vie sauvage de Michel TournierCréer un quiz sur cet auteur

.. ..