AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.37 /5 (sur 29 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Toulon , le 24/08/1978
Biographie :

Elsa Godart est docteur de la Sorbonne (Paris-IV), titulaire d’un DEA de philosophie (Paris IV-Sorbonne), d’un DEA de psychanalyse, concepts et clinique (Paris-VIII) et achève actuellement son doctorat de psychologie (université Louis-Pasteur de Strasbourg).

Elle enseigne la philosophie en terminale puis dans différentes universités aux niveaux DEUG, master et doctorat.

Par ailleurs, elle dirige un diplôme universitaire d’éthique médicale et de philosophie pratique et anime un séminaire psy à la Salpêtrière.

Elle exerce également en cabinet et collabore depuis 2005 à plusieurs médias (Psychologies Magazine, le Monde des religions, Nouvelles clés, Soins Psychiatrie, Europe 1…).

Elsa Godart est l’auteur de plusieurs ouvrages publiés notamment chez Plon.
Existe-t-il une Europe philosophique ?, éd. Presses Universitaires de Rennes, octobre 2005 (coll.)
Je veux, donc je peux , éd. Plon, février 2007
Au secours, j’ai peur d’aimer, éd. Plon, février 2007 (en collaboration avec M.-C. Grall)
Liquider mai 68 ?, Presses de la Renaissance, avril 2008 (coll.)
L’âme de l’Europe, éd. Plon (à paraître, septembre 2008)

Source : Oser philosopher
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Elsa Godart   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À partir de deux exemples – le choix du « tri » des malades et l'avortement, comme seule issue à une grossesse que rien ne rend possible – Elsa Godart montre comment l'individu se trouve en permanence, y compris dans sa vie personnelle et professionnelle, face à des choix qui lui donnent l'impression d'être les siens mais qui, en réalité, ne le sont pas. Et cela non pas dans les sociétés dictatoriales, mais dans nos sociétés démocratiques, où l'on procède par la technique du choix contraint, passant de la culpabilité à la culpabilisation. Dans ce livre qui dénonce la bien-pensance, le poids de ces contraintes invisibles, notamment via les réseaux sociaux et la cancel culture, Elsa Godart montre un chemin qui permet d'éviter ces contraintes, quitte à aller contre la morale. Elle donne les moyens de se libérer de la culpabilité entraînée par ces choix qui n'en sont pas en faisant appel à une morale supérieure : le principe de vie. Activez la cloche pour être informé des nouvelles vidéos et abonnez vous : https://fanlink.to/AlbinMichel-YT Nous suivre sur les réseaux sociaux : Instagram : https://www.instagram.com/editionsalbinmichel/ Facebook : https://www.facebook.com/editionsAlbinmichel/ Twitter : https://twitter.com/AlbinMichel Linkedin : https://www.linkedin.com/company/albin-michel

+ Lire la suite

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
KRISS45   26 novembre 2018
La psychanalyse va-t-elle disparaître ? de Elsa Godart
Puis ce fut le trou noir. Ce trou sans fond dans lequel on tombe quand la vie bascule, ce trou comme un vide qui absorbe et qui terrasse.
Commenter  J’apprécie          80
Angelonyx   08 mars 2017
Je selfie donc je suis de Elsa Godart
(…) ce n’est plus la réalité qui inspire l’appareil photo mais l’appareil photo-téléphone-connecté qui la crée et la restitue par l’image. Ce n’est plus l’oeil de l’homme qui tente de rendre compte de sa vision du réel ; mais l’oeil de la camera, de la technique, qui organise la vue et réinvente le réel qui va avec.
Commenter  J’apprécie          60
Angelonyx   08 mars 2017
Je selfie donc je suis de Elsa Godart
(…) le selfie est questionnement identitaire, expression d’un corps métamorphosé qui échappe inlassablement à la saisie objective de son auteur. Le selfie se présente comme une tentative de réponse aux troubles que constitue la représentation de soi. Cette mise en scène du corps est aussi révélatrice des manques du sujet, ou de ce que nous pourrions appeler ces "ratages". Dans sa difficulté à exister, son impossibilité à affirmer sa singularité, le sujet se disloque, s’éparpille, se perd lui-même. L’acte selfique vient alors, en quelque sorte, rassembler le sujet morcelé, éclaté, l’écran se substituant au cadre contenant capable de le maintenir dans sa position. Cela passe par le corps. Un corps chosifié, réduit à sa pure représentation, tout entier dédié à la jouissance narcissique et au self-ego.
Commenter  J’apprécie          50
Angelonyx   08 mars 2017
Je selfie donc je suis de Elsa Godart
Ô selfie magique, dis-moi que je suis la plus belle… Mes mille amis Facebook, assurez-moi ce matin que mon existence est bien réelle par vos like à répétition." À cause de ce besoin de reconnaissance, nous avons perdu une liberté : celle qui consiste à être librement nous-mêmes sans chercher à plaire par peur de décevoir ou d’être rejetés ; d’être disliked, comme nous serions disqualifiés dans ce théâtre des représentations.
Commenter  J’apprécie          40
Angelonyx   08 mars 2017
Je selfie donc je suis de Elsa Godart
Notre démocratie est malade de son hyperindividualisme, ce qui se traduit par un vide politique ; notre société est malade de son hyperindividualisme, ce qui se traduit par un profond sentiment d’isolement ; notre intériorité est malade de son hyperindividualisme, ce qui se traduit par une désubjectivation dont le selfie est la représentation emblématique.
Commenter  J’apprécie          40
Angelonyx   08 mars 2017
Je selfie donc je suis de Elsa Godart
Il y a dans le fait de publier un selfie sur les réseaux sociaux quelque chose de l’ordre de l’exhibition et du voyeurisme : l’auteur du selfie s’exhibe dans le but d’être vu, d’être perçu, amenant son public, celui à qui s’adresse ce selfie, à jouer le rôle du voyeur. Un comportement qui favorise et alimente le fantasme. Et c’est peut-être là l’une des perversions les plus caractéristiques de notre société hypermoderne : la substitution du fantasme à l’imaginaire, illustrée par cette recherche continue du rapport exhibition/voyeurisme.
Commenter  J’apprécie          20
KRISS45   26 novembre 2018
La psychanalyse va-t-elle disparaître ? de Elsa Godart
Nous vivons dans une période de l'histoire caractérisée par un écart très net entre le développement intellectuel de l'homme...et son développement affectif ou mental, écart qui le laisse dans un état de narcissisme marqué, avec son cortège de symptômes pathologiques.
Commenter  J’apprécie          20
KRISS45   26 novembre 2018
La psychanalyse va-t-elle disparaître ? de Elsa Godart
A l'heure de l'hyperconsumérisme, un des enjeux majeurs

de notre société hypermoderne est le rapport à l'objet et les pathologies qui en découlent. On peut songer à la pléonexie qui est le fait de vouloir posséder toujours plus.



La pléonexie n'est pas un symptôme ni le fruit d'une invention récente. Bien au contraire , c'est l'un des problèmes majeurs de la cité grecque : on retrouve cette question aussi bien chez Platon que chez Aristote…

"Le cupide est celui qui prend plus que sa part". Vouloir plus que sa part est un sentiment terriblement humain."

Mais la pléonexie c'est la passion de l'avoir. Une passion insatiable qui fait écho à nos addictions hypermodernes.

Commenter  J’apprécie          10
Elsa Godart
Angelonyx   08 mars 2017
Elsa Godart
Le selfie serait révélateur d’une vie rêvée, photoshopée, et qui traduirait un profond sentiment d’isolement et d’insécurité dans la vie réelle. Une insécurité et un sentiment d’isolement qui se traduisent par une absence ou une faible fréquence des relations sexuelles. En clair : "Plus je selfise, moins je fais l’amour". N’oublions pas que plus je passe de temps à rêver ma vie, moins je la vis concrètement. Ce qui signifie que plus je passe de temps sur l’écran de la virtualité, moins j’éprouve de joie de vie de la réalité.
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   20 février 2021
Se connaître soi-même pourquoi ? comment ? de Elsa Godart
Toute connaissance suppose un sujet connaissant et un objet connu. Si l’on s’en tient à cette évidence, la connaissance de soi se présentera comme un cas limite, en quelque sorte en positon d’excellence. Elle inclut en effet les deux éléments qui viennent d’être distingués. Un dédoublement s’opère dans l’acte de connaître, où le commencement et le terme coïncident. Voilà qui laisse attendre une forme unique de la vie de l’esprit, appelant un mode de connaissance tout particulier.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

fairy tail

qui est lucy ?

une mage
une sorcière
une constelassionniste
chai pas

32 questions
125 lecteurs ont répondu
Thèmes : fairy tail , quizz , mangaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..