AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.82 /5 (sur 160 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nancy , le 11/07/1950
Biographie :

Gérard Noiriel est un historien français, l'un des pionniers de l'histoire de l'immigration en France.

Après sa maîtrise, il décide de passer l'agrégation d'histoire; il devient alors enseignant dans le secondaire, puis effectue son service militaire comme coopérant en République populaire du Congo, pendant deux ans.

En 1980, il quitte le PCF suite à la publication de Vivre et lutter à Longwy, écrit avec le syndicaliste de la CGT Benaceur Azzaoui.

Gérard Noiriel conduit des recherches sur la socio-histoire de l’État-nation et de l’immigration. Il travaille également sur les rapports entre sciences sociales et pratiques culturelles, à partir de l’exemple du spectacle vivant.

Parallèlement à sa carrière universitaire, il participe à l'élaboration d'une série d'une quarantaine de documentaires historiques (« Racines ») diffusée sur FR3 en 1990-1991, et évoquant l'apport des immigrés à l'histoire de France.

Directeur d’études à l’EHESS depuis 1994, il est aussi co-directeur de la collection « Socio-histoires » des éditions Belin, co-fondateur de la revue de sciences sociales Genèses et de la revue Histoire et Sociétés.

Il a également été membre du conseil scientifique de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, avant d'en démissionner en mai 2007 avec 7 autres universitaires, pour protester contre la création par Nicolas Sarkozy d'un ministère associant la question de l'immigration et de l'identité nationale. Peu après sa démission, il fait paraître un essai, À quoi sert l'« identité nationale » (Agone, 2007).
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
A l'occasion du Forum France Culture "L'année vue par les savoirs" à la Sorbonne, Xavier Mauduit co-anime avec Béatrice Bouniol, (journaliste au Journal La Croix), cette table ronde autour de la question : "revivons-nous les conflits du passé ?". Pour en parler, ils réunissent Ludivine Bantigny, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l'université de Rouen, Gérard Noiriel, directeur d'études à l'EHESS, et Emmanuel de Waresquiel, professeur à l'école pratique des hautes études. Retrouvez par ici plus d'informations relatives au Forum France Culture : https://www.franceculture.fr/evenement/forum-france-culture-le-temps-des-conflits Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤21Journal La Croix9¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous

Citations et extraits (90) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89   08 décembre 2018
Une histoire populaire de la France: De la guerre de Cent Ans à nos jours de Gérard Noiriel
Bien que toutes les classes de la société française aient été impliquées dans ces révoltes, elles ne parvinrent jamais à s'allier durablement, car les groupes sociaux étaient séparés par des clivages trop profonds. Le pouvoir royal joua habilement sur ces antagonismes entre les nobles, le clergé, la bourgeoisie et les classes populaires. Toutefois, la raison majeure qui explique l'échec de ces rébellions réside dans la peur que la colère du peuple provoqua dans les rangs des privilégiés. À chaque fois, les élites en lutte contre le pouvoir d'État encouragèrent "ceux d'en bas" à se révolter car ils avaient besoin de cette violence de masse pour triompher des forces royales. Mais dès que cette violence se déchaîna, ils furent contraints, pour sauver leurs propres privilèges, de se soumettre à la loi du monarque en implorant sa protection, contribuant bien souvent à massacrer eux-mêmes ce peuple qu'ils avaient mobilisé.
Commenter  J’apprécie          201
Hulot   07 mai 2020
Ouvriers dans la société française de Gérard Noiriel
Au pays des droits de l'homme, dans l'entre-deux guerres, les immigrés sont privés des droits politiques fondamentaux....



...L'introduction d'un émigré a pour résultat de doter le pays d'un élément immédiatement productif et dont l'éducation n'a rien coûté à la collectivité...



De plus, l'immigration massive a permis d'exercer une pression à la baisse des salaires qu n'est pas sans rapport avec l'ampleur des bénéfices constatés.
Commenter  J’apprécie          190
Hulot   10 mai 2020
Ouvriers dans la société française de Gérard Noiriel
La barrière entre le " pauvre" et le " plus pauvre " passe par le fait d'avoir ou non des meubles, ceux-ci constituant la preuve matérielle que l'on est en mesure de payer un loyer, que l'huissier peut avoir quelque chose à saisir.
Commenter  J’apprécie          190
Pecosa   14 janvier 2016
Chocolat clown nègre de Gérard Noiriel
L'expression "être chocolat" apparaît pour la première fois dans le dictionnaire, pendant les années 20. "Etre chocolat: être pris, attrapé. Etre dupe, vaincu, ruiné."(Larousse du XXème siècle, édition de 1929). On la retrouve dans le Dictionnaire de l'Académie française, puis dans d'autres publications de ce type. Tous ces auteurs se réfèrent, implicitement, au supplément du Dictionnaire de la langue verte d'Alfred Delvau (édition de 1889) qui retient l'expression "faire le chocolat" comme synonyme de "faire le naïf, le crédule". (...) Le Dictionnaire historique de la langue française publié par les éditions Robert (édition 2000) est l'un des seuls, à ma connaissance, qui fasse référence au clown noir: "1886: Faire le chocolat, faire le naïf. Probablement des clowns Footit et Chocolat. Ce dernier grimé en nègre, de manière naïvement raciste. Fam: être chocolat, être frustré, privé d'une chose sur laquelle on comptait."
Commenter  J’apprécie          170
Hulot   06 mai 2020
Ouvriers dans la société française de Gérard Noiriel
En accordant le suffrage universel, la classe dominante entame une stratégie visant à désamorcer les processus insurrectionnels de la classe ouvrière parisienne, dont les actions violentes apparaitront d'autant plus illégitimes que des moyens "démocratiques" d'expression politique sont mis en place dans le pays.
Commenter  J’apprécie          164
ErnestLONDON   23 mars 2020
Le massacre des Italiens : Aigues-Mortes, 17 août 1893 de Gérard Noiriel
Un nouveau clivage apparaît au niveau international, opposant les pays d’émigration aux pays d’immigration.
Commenter  J’apprécie          141
Hulot   05 mai 2020
Ouvriers dans la société française de Gérard Noiriel
Les recherches sur la classe ouvrière ont presque toujours été subordonnées à des buts politiques, la connaissance objective de la réalité sociale cédant de ce fait la place à une littérature de la dénonciation.



Comme le dit Michelet : " ils exagèrent les maux pour nous faire jouir plus vite de la félicité que leurs théories nous préparent".
Commenter  J’apprécie          120
arcade_d   29 janvier 2019
Une histoire populaire de la France: De la guerre de Cent Ans à nos jours de Gérard Noiriel
A Versailles, Louis XIV appliqua systématiquement sa devise "Diviser pour Régner en maintenant l'équilibre entre les deux grandes forces dont il se méfier : l'aristocratie (noblesse de sang) et la grande bourgeoisie (noblesse de robe). Le Mot "civilisation" s'imposa alors dans notre langue pour désigner la culture classique fabriquée à Versailles, sûre de sa supériorité et qui reposait sur le modèle de la conversation.

...

A Versailles s'élaborèrent en effet les normes de comportement et de bon goût qui se diffusèrent au cours des siècles suivants dans toutes les couches de la société française.
Commenter  J’apprécie          110
steka   09 septembre 2019
Le venin dans la plume de Gérard Noiriel
Face au mépris de classe, le bien le plus précieux que ma mère a transmis à ses enfants, c’est une façon de défendre sa dignité qui consiste à ne pas vouloir se comporter comme ceux qui vous ont humiliés.
Commenter  J’apprécie          120
arcade_d   23 janvier 2019
Une histoire populaire de la France: De la guerre de Cent Ans à nos jours de Gérard Noiriel
A chaque fois, les élites en lutte contre le pouvoir d'état encouragèrent "ceux d'en bas" à se révolter car ils avaient besoin de cette violence de masse pour triompher des forces royales. Mais dès que cette violence se déchaina, ils furent contraints, pour sauver leurs propres privilèges, de se soumettre à la loi du monarque en implorant sa protection, contribuant bien souvent à massacrer eux-même ce peuple qu'ils avaient mobilisé.

Le rôle historique que jouèrent les classes populaires dans la consolidation de l'état français résulta finalement de la crainte qu'elles inspirèrent à ceux qui auraient pu détruire la monarchie. Jules Michelet n'eut donc pas tort de présenter Jeanne d'Arc comme l'incarnation du peuple devenu soudain acteur de l'histoire de France. Cette paysanne fit en effet irruption dans la cour des grands au point de changer le cours de l’histoire, mais dès qu'elle devint gênante elle fut impitoyablement éliminée.
Commenter  J’apprécie          90
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur