AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020093095
317 pages
Éditeur : Seuil (01/10/1986)
3.7/5   15 notes
Résumé :

Ce livre met en valeur les caractères originaux du processus de formation de la classe ouvrière au sein de la société française. Ouvriers de l'artisanat urbain et ouvriers-paysans ont pu éviter le déracinement jusqu'à la fin du XIXe siècle, en s'opposant efficacement aux mutations économiques irréversibles. La deuxième vague d'industrialisation a brisé cette logique en assurant le triomphe d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Hulot
  11 mai 2020
Gerard Noiriel nous raconte l'histoire de la Classe Ouvrière en France depuis 1830 jusqu'aux années 1980.
Nous allons suivre la transformation de la société prolétaire française depuis ces "ouvriers-paysans" qui contrairement aux ouvriers anglais, grâce à leur "double statut ", parviendront à ne pas être totalement inféodés au patronat.
L'auteur remet en cause l'idée qu'au dix-neuvième siècle, on est "métallos" ou ouvriers du textile de père en fils en nous démontrant, au contraire, que les ouvriers changeaient beaucoup de place et allaient au plus offrant au grand désespoir des employeurs qui ne parvenaient pas à les faire venir en ville pour mieux les asservir.
Nous vivrons toutes les grandes luttes chargées d'espoir souvent déçu, l'immigration, la rationalisation du travail, la crise de 1929 qui marqua la fin de ces ouvriers paysans et la victoire de ce concept de "grandes usines" dont ils ne voulaient pas et qui signifiera la fin de leur " indépendance".
Ce sera ensuite le Front Populaire si porteur d'espoir, puis les désillusions après la guerre et le rêve de connaitre une situation enfin meilleure pour les enfants avec l'accès aux formations, avant une nouvelle crise en 1974 qui brisera, de nouveau, ce cycle et qui verra, dix ans après, poindre une récession pour les moins qualifiés d'entre eux.
C'est un livre passionnant qui, à chaque chapitre, vous apporte de nouvelles connaissances (que je ne peux pas toutes développer) et qui remet en cause beaucoup de faits que l'on croyait acquis comme l'idée que les conditions de vie des ouvriers français étaient plus rudes que celles de nos voisins européens alors que grâce à la Révolution Française et au partage des terres - toujours le double statut des ouvriers également paysans - ces derniers ont pu lutter plus longtemps pour préserver leurs acquis.
L'auteur multiplie les références et utilise de très nombreux exemples pour expliquer ses thèses mais la lecture reste très facile et agréable.
J'ai hâte d'aborder d'autres livres de Gérard Noiriel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          415

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
HulotHulot   07 mai 2020
Au pays des droits de l'homme, dans l'entre-deux guerres, les immigrés sont privés des droits politiques fondamentaux....

...L'introduction d'un émigré a pour résultat de doter le pays d'un élément immédiatement productif et dont l'éducation n'a rien coûté à la collectivité...

De plus, l'immigration massive a permis d'exercer une pression à la baisse des salaires qu n'est pas sans rapport avec l'ampleur des bénéfices constatés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
HulotHulot   06 mai 2020
En accordant le suffrage universel, la classe dominante entame une stratégie visant à désamorcer les processus insurrectionnels de la classe ouvrière parisienne, dont les actions violentes apparaitront d'autant plus illégitimes que des moyens "démocratiques" d'expression politique sont mis en place dans le pays.
Commenter  J’apprécie          174
HulotHulot   10 mai 2020
La barrière entre le " pauvre" et le " plus pauvre " passe par le fait d'avoir ou non des meubles, ceux-ci constituant la preuve matérielle que l'on est en mesure de payer un loyer, que l'huissier peut avoir quelque chose à saisir.
Commenter  J’apprécie          190
HulotHulot   05 mai 2020
Les recherches sur la classe ouvrière ont presque toujours été subordonnées à des buts politiques, la connaissance objective de la réalité sociale cédant de ce fait la place à une littérature de la dénonciation.

Comme le dit Michelet : " ils exagèrent les maux pour nous faire jouir plus vite de la félicité que leurs théories nous préparent".
Commenter  J’apprécie          120
CielvariableCielvariable   22 janvier 2019
Certes, de nombreux aspects du monde ouvrier sont aujourd’hui mieux connus qu’il y a quinze ans. Nous avons une vue plus précise sur les pratiques sociales dans l’entreprise, la sociabilité de quartier, la culture du travail, l’attitude du prolétariat au cours des deux guerres mondiales. La recherche s’est étendue à de nouvelles régions. Des branches professionnelles et des métiers jusqu’ici peu étudiés ont été passés au crible ; les comparaisons à l’échelle internationale se sont multipliées. Mais les questions qui intéressaient les historiens sociaux à l’époque où je l’ai écrit étant aujourd’hui passées de mode, la réflexion sur la construction du groupe ouvrier n’a pas beaucoup progressé. La démobilisation des classes populaires a eu des conséquences importantes pour la recherche historique elle-même. Les études sur le sujet se sont raréfiées. Dans le même temps, le mouvement ouvrier n’ayant pas été à la hauteur de leurs espérances de jeunesse, les historiens sociaux ont préféré regarder le monde « par en bas », négligeant l’étude des modes de groupement propres aux milieux populaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Gérard Noiriel (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard Noiriel
Était-ce le lancement d'une campagne qui ne dit pas son nom ? Ce week-end, le polémiste d'extrême droite Éric Zemmour a rencontré son public à Toulon et à Nice, lors d'événements qui s'apparentaient à des meetings politiques mais lors desquels il n'aura toujours pas annoncé sa possible candidature à l'élection présidentielle.
Dans les jours précédents, son départ de la chaîne CNews et sa proposition d'interdiction des prénoms de culture étrangère l'ont placé au centre de l'attention médiatique.
Du côté de la classe politique, de la majorité présidentielle au Rassemblement national, on se demande quels pourraient être les effets d'une candidature Zemmour en matière d'arithmétique électorale.
Mais de quoi Zemmour est-il le nom ? On lui cherche des alter ego à l'étranger ou dans l'histoire. le polémiste ne cache pas son admiration pour Boris Johnson, quand certains de ses soutiens dressent le parallèle avec Donald Trump. L'historien Gérard Noiriel, lui, l'a comparé, dans un livre, "Le venin dans la plume", au journaliste antisémite et nationaliste Édouard Drumont.
Au-delà du personnage, il y a l'époque. Zemmour surfe sur une droitisation du débat public et la montée en force d'un discours identitaire, dont il représente sans doute le visage outrancier, mais dont il n'est pas le seul animateur.
De ses thèmes de prédilection à ses soutiens politiques et financiers, Frédéric Says, journaliste au service politique de la rédaction de France Culture, et Gérard Noiriel, historien et directeur d'études à l'EHESS, replacent le discours de Zemmour dans son contexte pour comprendre d'où il vient et ce qu'il peut avoir comme effets.
L'invité des Matins de France Culture. Comprendre le monde c'est déjà le transformer(07h40 - 08h00 - 20 Septembre 2021) Retrouvez tous les invités de Guillaume Erner sur www.franceculture.fr
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2449 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre