AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.05 /5 (sur 142 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Bruxelles , le 05/10/1960
Biographie :

Isabelle Spaak est une romancière et journaliste belge.

Elle la fille du diplomate belge Fernand Spaak, lui-même fils de l'homme d'État Paul-Henri Spaak (1899-1972).

Elle passe son enfance dans la capitale belge puis quitte l'Europe pour les États-Unis en 1975. À son retour en France en 1979, elle s'installe à Toulouse, puis à Paris où elle vit depuis 1981.

Elle y suit deux cursus universitaires : une Maîtrise de Sociologie Urbaine, à Nanterre, et une Licence d'Histoire de l'Art, à la Sorbonne.

Longtemps journaliste à "VSD" où elle tient notamment la rubrique "voyages", elle rejoint "Le Parisien Magazine", à sa création en 2011, pour s'occuper des sujets culture.

Auteure d'un guide sur Paris, paru en 1998, elle aborde le genre littéraire avec deux romans autobiographiques: "Ça ne se fait pas" (2004), lauréat du Prix Victor Rossel 2004 et "Pas du tout mon genre", paru en 2006.

Pour son troisième livre, "Militants" (2011), elle quitte le domaine de la fiction pour s'intéresser aux parcours de militants du Parti socialiste français, à l'occasion d'un tour de France des sections socialistes au cours de l'année 2011.

Elle obtient le prix Simone Veil 2016 et le Prix Amic 2017 de l'Académie française pour "Une allure folle" (2016).

+ Voir plus
Source : http://www.equateurs.fr/
Ajouter des informations
Bibliographie de Isabelle Spaak   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

ÇA NE SE FAIT PAS d'Isabelle Spaak


Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation

"Éviter de mettre des mots sur une histoire pour prétendre qu'elle n'a jamais existé n'efface rien ."

Commenter  J’apprécie          280

J’allaitais en lisant les lettres d’Hemingway. Plongée dans les écrits masculins et solides d’un séducteur qui n’était pas mon père, je devenais une femme. Je choisissais mes écrivains robustes et beaux. Ils m’offraient une parenthèse, en me protégeant des sentiments trop envahissants.

Commenter  J’apprécie          160
Isabelle Spaak

Ça flirte entre soi, ça parle d'argent, des autres. Le reste du monde n'existe pas. On passe notre temps entre les jolies demeures avec piscine de nos parents, les châteaux de nos ancêtres, les vignobles de famille. Quand Gonzague utilise avec dédain le terme "basané" ou "melon pour évoquer les travailleurs agricoles qui labourent la terre comme des bêtes de somme, je réponds "J'en fais partie", il rétorque "Non, toi c'est pas pareil". Parfois, je me pose des questions. Je m'en suis toujours posé, paraît-il.

Je lis Karl Marx. Mes cousins se fichent de moi, me traitent de communiste, de hippie, de libertaire. Je ne sais plus qui fredonne un "C'est la lûûûtteuh finaaale...!" On se moque.

A dix-huit ans, comme tout le monde, je recevrai une chevalière. Je la voudrais avec les armoiries de papa et maman entrelacées. Un chien et une cigogne, la fidélité et l'intrépidité, les deux facettes du couple qu'ils forment. Mes deux parents à mon doigt. Le reste ne m'intéresse pas.

Commenter  J’apprécie          80

Et voilà cet imprimé qui vient tout bousculer.

Non seulement ,il anéantit mes efforts pour tenir les réminiscences de ma mère à distance mais il prouve que l état d Israël est passé outre son geste pour l honorer .Je ne peux imaginer qu il n y ait pas eu enquête préliminaire ,vérifications.La distinction accordée post mortel n a rien d un blanc - seing- d ailleurs qui l imaginerait- mais elle révèle qu avant de se transformer par jalousie en épouse assassine, ses six enfants abandonnés en pleine confusion, le bien , le mal ,les sentiments , les émotions ,la passion , aimer ,ne plus aimer,jusqu ou aller ,débrouillez vous ,je n en peux plus , elle a cru ,vécu ,adore un autre homme que mon père ,vibre pour d autres causes que la sienne.elle fit une jeune femme pleine de courage prête à risquer ses jours pour des bambins perdus.qui le savait ?

Commenter  J’apprécie          70

J’ai reçu d’elle ses gestes et sa malédiction. Celle qui pousse à vouloir encore être aimée, alors qu’on ne vous aime plus. Ce désespoir dont il faut s’extirper sans croire aux retours. Elle était passionnée, intransigeante, dure. Je peux l’être aussi.

Commenter  J’apprécie          60

En Belgique, Napoléon signifie Waterloo. Tout le monde le sait. La défaite face aux Anglais, le dernier bivouac aux Quatre-Bras, les errements de Fabrice Del Dongo dans le brouillard du champ de bataille, le lion sur la butte construite par les paysannes, seau après seau, avec la boue rougie du sans de leurs morts.

Commenter  J’apprécie          50

Ma grand-mère n'a jamais été en retard d'une escapade, y compris dans des lieux complètement passés de mode aujourd'hui comme ces gorges du Sierroz près du lac du Bourget. Un site charmant, autrefois incontournable, mais vu par un temps exécrable. Le climat trop humide avait contribué à lui pourrir le voyage.

Commenter  J’apprécie          50
Conte de fées

Il était un grand nombre de fois
Un homme qui aimait une femme
Il était un grand nombre e fois
Une femme qui aimait un homme
Il était un grand nombre de fois
Une femme et un homme
Qui n'aimaient pas celui et celle qui
les aimaient

Il était une fois
Une seule fois peut-être
Une femme et un homme qui s'aimaient

Robert Desnos, Destinées arbitraires.
Commenter  J’apprécie          41

Qui peut me dire s’il connaît un enfant adopté, en paix avec lui-même ? En dépit de toute la ferveur du monde, ces laissées pour-compte des premiers jours fuient de toutes parts, tel un vase percé. Si vous en rencontrez, ne cessez jamais de les aimer. Patience et amour ininterrompu peuvent faire des miracles. Le pot troué métamorphosé, un jour, en fontaine merveilleuse.

Commenter  J’apprécie          40
Isabelle Spaak

Dans ma famille, ils sont grands, minces, cheveux blonds, yeux bleus. Je suis brune, petite, teint mat. Que voulez-vous savoir? Comment j'ai été adoptée? Si je l'ai toujours su? Si j'ai envie de retrouver ma mère? Non, pas la moindre. Fin de l'histoire. Je m'appelle Emmanuelle Véronique Hermeline Laurens, nationalité française. Mes aïeux sont célébrés dans la région sur plusieurs générations. Voussoiement des parents, messe tous les dimanches. Je chante Alleluia, célèbre Noël autour de la crèche sans Père Noël ni sapin. Retraites, prières, les JMS à Rome, émotion devant le pape. Je m'habille en bleu marine, plus chic que le noir, trop femme, décréte maman. J'adore les rallyes, les déguisements de princesse. Bustier, gros noeud, jupe bouffante cousue main, bruit du taffetas quand je marche. Prfuit! Prfuit!

Maquillage? Pas de mon âge.

Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Au bonheur des Dames - Emile ZOLA

Denise, orpheline, débarque sur le pavé parisien avec ses deux frères...

Georges et Riri
Jean et Pépé
Jean et Rémi
Riri et Rémi

12 questions
1408 lecteurs ont répondu
Thème : Les Rougon-Macquart, tome 11 : Au bonheur des dames de Émile ZolaCréer un quiz sur cet auteur