AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.66 /5 (sur 109 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nice , le 14/07/1954
Biographie :

Jacques Barbéri est un écrivain de science-fiction.

Il publie ses premiers textes professionnels entre 1975 et 1978 dans les anthologies d’Henry-Luc Planchat. Il dirige ensuite le collectif Les Locataires qui édite une demi douzaine de plaquettes mêlant intimement texte et image.

Parallèlement, il passe un doctorat en chirurgie dentaire et pratique la dentisterie jusqu’en 1985, date à laquelle sort son premier recueil de nouvelles, "Kosmokrim" qui expose déjà ses principales obsessions d’écrivain : le temps, la mémoire, la perception du réel, la création des mythes et les métamorphoses de la chair qui l’apparentent à des auteurs comme Philip k. Dick ou James Graham Ballard.

Suivent quatre romans publiés dans la collection Présence du futur chez Denoël. Un space opera fantasmé : "Une soirée à la plage" (1988), un road movie post-cataclysmique : "Guerre de rien" (1990) et deux romans qui flirtent avec le cyberpunk : "Narcose" (1989) et "La Mémoire du Crime" (1992).

Membre fondateur du groupe Limite, il figure au sommaire de leur premier-recueil collectif Malgré le Monde qui a profondément marqué la SF française des années 80. Il écrit ensuite quatre romans en collaboration avec Yves Ramonet dont trois publiés au Fleuve noir sous le pseudonyme collectif d’Oscar Valetti.

Il est auteur de "Station Labyrinthe" (1992), coécrit avec Christian Manthey et Yves Ramonet sous le pseudonyme de Zeb Chillicote.

Il consacre l’essentiel des années 90 à œuvrer en tant que scénariste pour la télévision sur des séries policières puis revient vers la SF en 2002 avec son roman le plus ambitieux à ce jour, "Le Crépuscule des Chimères", paru dans la collection Imagine/Flammarion.

Il partage aujourd’hui son temps entre la traduction (Valerio Evangelisti, Nicoletta Vallorani, Luca Masali, Silvana De Mari, etc.), la musique (plusieurs CDs avec le groupe Palo Alto et Laurent Pernice), l’écriture de scénarios et de nouvelles.

site officiel: http://www.lewub.com/barberi/
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
A l'occasion du festival "Imaginales" à Epinal, rencontre avec Jacques Barbéri autour de son ouvrage "L'enfer des masques" aux éditions La Volte. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2159002/jacques-barberi-l-enfer-des-masques Notes de Musique : Youtube Audio Library. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
MarcBibliotheca   23 février 2010
Le tueur venu de Centaure de Jacques Barbéri
Ils observaient l’océan du temps, les vagues, les tourbillons les tempêtes et les tornades. Ils laissaient faire, souvent, mais parfois, juste pour éviter que le chaos ne prenne trop ses aises, lorsque des pans de la Structure s’agglutinaient dangereusement en un frottement de branes et de cordes, d’étincelles quantiques qui risquaient de mettre le feu aux poudres de la Structure, Ils décidaient d’intervenir et envoyaient une Danseuse.
Commenter  J’apprécie          60
Lenocherdeslivres   02 février 2020
Une soirée à la plage de Jacques Barbéri
Il accepta de regarder à jamais l'univers avec des yeux de marbre, de métal, durs et froids, accepta les contradictions et les larmes, accepta d'être toujours dans l'attente et de ne recevoir aucune réponse, aucune satisfaction véritable. Accepta de devenir autre chose. (p.99)
Commenter  J’apprécie          40
ildibad   21 juillet 2014
Cosmos factory de Jacques Barbéri
«Je vais aller commander un Blue Delta au bar, tu viens."

Elle tira Jack par la manche sans attendre sa réponse.

Ils avaient bu. Beaucoup. Sétaient embrassés. Plusieurs fois.

"Va falloir que tu me le prouves, Jack.

Quoi?

-Que t'es pas un démon.

c'est ridicule... Comment veux-tu prouver que tu n'es pas quelque

chose Si demandais de prouver que tu nétais pas une extraterrestre, tu ferais comment?

Je passerais un test Voight-Kampf et j'aimerais t'en faire passer un également. Mais pour l'instant je préfère rester dans le doute.

Elle l'embrassa. ll se pencha pour mieux gouter ses lèvres au goût de mandarine et ils faillirent tomber de leurs tabourets. Il n'y avait soudain plus

rien au monde que leurs gestes, leur maladresse et leur désir. Ils se regardèrent et quelque part Jack espera que Vera oublie ses doutes et ses tests.

Son regard tomba alors sur la barmaid. Elle portait un short noir avec des

bretelles qui lui couvraient juste les seins.

Dans le long miroir qui trônait derrière le comptoir, son dos nu était couvert d'écailles

Jack se dit qu'il aurait de toute façon droit au test Voight-Kampff car la

région était vraiment sous l'emprise du démon.

«Depuis quelques mois. il se passe des choses bizarres, dit Véra, comme si

elle avait lu dans ses pensées.

Ce qui prouve bien que je n'y suis pour rien, rétorqua Jack. Mais je veux

bien subir ton test. Chez toi ou chez moi? ironisa-t-il en finissant son verre

de Blue Delta.

On verra ça plus tard. Tu as les clefs?

Les clefs?

De la Widestar. Ici, on va finir par avoir un accident de tabouret.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          13
Nausicaah   05 février 2019
L'enfer des Masques de Jacques Barbéri
Nick continue de parler, mais je ne l’écoute plus. Mon regard a filé le long de l’autre aile de la pièce, du salon jusqu’au coin repas, plus modestement décorée, probablement relookée par le chirurgien brésilien: mélange de marbre clair et de métal brossé, tout en ligne pures et en baies vitrées qui convergent vers une immense terrasse surplombant… la mer !

Je n’avais vu jusqu’à présent de l’extérieur que le parc et, au-delà du mur d’enceinte, la chevelure sombre de la forêt; il y avait bien eu cette griffure sur la vitre à mon réveil – le passage subreptice d’une mouette ? – mais je n’avais jamais imaginé un seul instant que la clinique fût située au sommet d’une falaise. Et j’ai soudain l’impression, comme aurait pu le dire… quelqu’un dont le nom m’échappe encore, friand de théories freudiennes emberlificotées, que la clinique est comme une idée, un rêve, perdu entre l’ombre primitive et inquiétante de la forêt et la lumière éclatante, bleu incandescent, de l’océan.
Commenter  J’apprécie          10
baladin   30 décembre 2019
Mondocane de Jacques Barbéri
Le glisseur se rapprochait lentement de la montagne de corps. Cette dernière oblitéra bientôt l'horizon. Jack pouvait distinguer de plus en plus facilement les détails sordides de cette étrange sculpture. Les crânes, les jambes, les torses amalgamés.

Lorsque le glisseur s'immobilisa à quelques mètres de la base, il perçut le bruit.

La montagne entière gémissait.

En s'approchant des premiers corps, précédé par Maxton, Jack vit des centaines d'yeux se tourner vers lui. Il tituba, se sentit défaillir.

- C'est incroyable, murmura-t-il.

Maxton le soutint par les épaules.

- Surprenant, n'est-ce pas ? Mais on finit par s'y habituer, comme pour tout le reste... La montagne est vivante. Tous les corps sont vivants. Ils ne parlent pas. Jamais. La montagne se contente d'émettre une longue plainte, ses milliers de bouches actionnées à l'unisson. Une marque de reconnaissance, de reproche... Difficile de savoir. Suis-moi.
Commenter  J’apprécie          10
Emnia   04 avril 2020
Mondocane de Jacques Barbéri
- Des hommes se sont retrouvés attirés par de grands malades, tractés par une force mystérieuse, traînés comme des chiens le long des rues poussiéreuses. Ils se sont engouffrés, désarticulés, dans les couloirs des cliniques, des hôpitaux, pour terminer leur course dans les salles d'opération, collés aux corps des mourants. De gigantesques pyramides se sont alors formées, faisant éclater les murs des édifices, des bâtiments poreux... De nouvelles montagnes ont envahi la géographie changeante du globe.
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2   06 février 2016
Mémoires de sable de Jacques Barbéri
Il avait d’abord été un peu étonné ; d’après son sens de l’orientation, plutôt fiable, ils prenaient la direction du centre au lieu de s’en écarter. Comme leur but consistait à quitter le bunker au plus vite, Kô ne comprenait pas pourquoi Véga ne se contentait pas de les conduire presque à la verticale de leur position, et empruntait ce qui ressemblait fort à une promenade.

– Ça va plus vite par là, avait répondu Véga à la question que Kô s’était décidé à poser. Si on essayait de monter tout de suite, on trouverait des tas de sas et de postes de contrôle.

Au fond, Kô savait qu’il ne devait pas être surpris : la ligne droite ne faisait plus recette depuis des décennies, dans cette civilisation du tordu pour les tordus… Et « passe-droit » signifiait très souvent « contournement ». Tu veux grimper ? Passe par-dessous. Tu comptes sortir ? Entre, on va en discuter. La logique en avait pris un sérieux coup dans l’aile, et les évidences. Pourtant, il n’arrivait parfois pas à se faire à ce qui aurait dû le réjouir – cette démolition sournoise et universelle du prêt-à-concevoir. Et c’est avec une certaine mauvaise humeur qu’il suivait l’autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le_chien_critique   23 septembre 2016
Mondocane de Jacques Barbéri
La fin de la guerre vit la naissance des hommes-bouteilles et des ruches à homoncules. La guerre avait laissé derrière elle la Terre saignante et boursouflée. Les plaies se remplissaient au fil des années d’eau et de sable, transformant les villes en déserts et les continents en îlots.

Ce qui s’était vraiment passé, personne ne le savait. Un glissement de forces, une haine incontrôlable…
Commenter  J’apprécie          10
Le_chien_critique   23 septembre 2016
Mondocane de Jacques Barbéri
Pour fuir la montée des eaux, hommes et animaux se virent contraints d’escalader les montagnes de corps et, dans l’atmosphère raréfiée des sommets, ils se sont endormis, épuisés, le sommeil bercé par le ressac des vagues se brisant contre les crânes, les jambes, les torses amalgamés, les cauchemars sculptés par les gémissements des corps encore vivants perdus dans la masse.
Commenter  J’apprécie          10
baladin   30 décembre 2019
Mondocane de Jacques Barbéri
L'ennemi vient d'attaquer. Premières bombes géoclimatiques lâchées. Cinq mille soldats actuellement parachutés au point 500. Tous équipés de modulateurs d'adaptation physiologique permettant d'absorber sans problème une variation de température comprise entre moins quatre-vingts et plus quatre-vingt degrés. Il convient donc de lancer le plan Ivan Illitch !
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Réalité et science-fiction, littérature et cinéma

Quel type de rayonnement est le plus dangereux?

les rayons ultra-violets
les rayons X
les rayons gammas
les micro-ondes

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur