AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.86 /5 (sur 314 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Anvers , le 17/04/1923
Mort(e) à : Paris , le 11/10/2006
Biographie :

Jacques Sternberg est l'auteur de romans et de nouvelles qui se rapprochent du genre de la science fiction, mais dont le style reste inclassable.

Né d'un père diamantaire d'origine polonaise mort en déportation à Majdanek, il commence à écrire dès l'âge de 19 ans. Il pratique pendant un temps le métier d'emballeur, avant de s'installer à Paris dans le but de trouver un éditeur.

Auteur très prolifique, Sternberg a également écrit le scénario du film "Je t'aime, je t'aime" d'Alain Resnais. En 1967, il a également participé, avec Jodorowsky, Topor et Arrabal, à la fondation du mouvement Panique, et par la suite, il ne cessera de militer pour faire reconnaître le genre de la nouvelle.

En dehors de l'écriture, Sternberg nourrissait une autre passion : celle de la navigation. Il déteste la compétition, et préfère accomplir de longues randonnées solitaires à bord de son Zef. Cet attrait pour la mer se retrouve d'ailleurs dans plusieurs de ses œuvres, notamment le plus célèbre de ses romans : "Sophie, la mer et la nuit". Et quand il est sur terre, l'écrivain aime se déplacer en velosolex, dont il fait un éloge dans son ouvrage "Vivre en survivant : démission, démerde, dérive".
A noter que son écriture se déportait aussi vers une autre passion, celle du jazz, dont il tirera des textes presque hallucinés.
+ Voir plus
Source : livres.fluctuat.net
Ajouter des informations
Bibliographie de Jacques Sternberg   (64)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo

Cinéma
- Robert BENAYOUN, Jean Louis BORY, Georges CHARENSOL, Pierre MARCABRU, débatent des films suivants : - "Le Point de non retour", de John BOORMAN - "Le Cameraman", de Buster KEATON - "Je t'aime, je t'aime", d'Alain RESNAIS (le co-scénariste du film Jacques STERNBERG prend la parole et répond aux critiques) - "Le Rapace", de José GIOVANNI - "Phantasmes", de Stanley...
+ Lire la suite

Citations et extraits (133) Voir plus Ajouter une citation
Jacques Sternberg
experyoshi   04 février 2013
Jacques Sternberg
Au commencement, Dieu créa le chat à son image.

Et bien entendu, il trouva que c'était bien.

Et c'était bien d'ailleurs.



Mais le chat était paresseux.

Il ne voulait rien faire.

Alors, plus tard, après quelques millénaires, Dieu créa l'homme.

Uniquement dans le but de servir le chat,

De lui servir d'esclave jusqu'à la fin des temps.



Au chat, il avait donné l'indolence et la lucidité;

À l'homme, il donna la névrose, le don du bricolage et la passion du travail.

L'homme s'en donna à cœur joie.

Au cours des siècles, il édifia toute une civilisation basée sur l'invention,

La production et la consommation intensive.



Civilisation qui n'avait en réalité qu'un seul but secret:

Offrir au chat le confort, le gîte et le couvert.



"les esclaves"- conte de Jacques Sternberg
Commenter  J’apprécie          670
Jacques Sternberg
isajulia   09 mai 2013
Jacques Sternberg
Dans ce monde de fous furieux, il y a aussi des mous sérieux.
Commenter  J’apprécie          460
Jacques Sternberg
sagesse66   10 février 2018
Jacques Sternberg
Une bibliothèque, c'est un des plus beaux paysages du monde...
Commenter  J’apprécie          400
thimiroi   04 juin 2017
Entre deux mondes incertains de Jacques Sternberg
La création



Le premier jour, Dieu créa le rhume de cerveau. Cela lui parut bien peu de chose.

Le deuxième jour, il créa la grippe. C'était mieux, mais bien anodin encore.

Le troisième jour, il créa la pneumonie. Il en fut content, pas tout à fait cependant.

Le quatrième jour, il créa la peste. Cela permettait d'envisager des épidémies que l'on arriverait à enrayer un jour, il le savait.

Le cinquième jour, il créa le cancer et il fut franchement satisfait de cette initiative. Il manquait cependant quelque chose au cancer, il en était très conscient et le sixième jour, enfin, il créa la mort.

Le septième jour, il put aller se reposer. Il ne l'avait pas volé.
Commenter  J’apprécie          373
LydiaB   10 décembre 2012
Contes glacés de Jacques Sternberg
Le Communiqué

Il était sur le point de s'endormir quand, soudain, il vit briller dans la nuit la petite lucarne de sa radio qu'il avait oublié de fermer. Il se redressa et, machinalement, il fit passer d'un poste à l'autre l'aiguille de métal qui boucla le tour du cadran sans se heurter au moindre son, pas même un parasite. Il allait fermer le poste quand soudain l'aiguille se buta à une voix. L'homme s'étonna: il n'avait jamais obtenu le moindre programme sur cette longueur d'ondes.

- Cher auditeur... dit la voix.

De cela, l'homme était certain : la voix n'avait pas fait mention des chers auditeurs. Cher auditeur, avait-elle dit. Et cette voix ne semblait pas appartenir au monde des spectacles et diffusions. Elle n'en avait pas la sonorité classique, il lui manquait une certaine onctuosité, un certain pouvoir rassurant. Elle sonnait sèche, personnelle. Le ton était distant, neutre, légèrement froid.

- Cher auditeur, dit la voix sans aucun effet oratoire, il est maintenant zéro heure, zéro minute, zéro seconde. Votre programme est terminé. Nous vous donnons rendez-vous demain matin dans un autre monde.

L'homme, en effet, ne passa pas la nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
PiertyM   23 septembre 2014
La sortie est au fond de l'espace de Jacques Sternberg
la politique, fille de la diplomatie et de l'escroquerie courtoise.

Commenter  J’apprécie          302
thimiroi   05 juin 2017
188 contes à régler de Jacques Sternberg
L'invention



Il avait inventé une petite antenne portable qui supprimait radicalement les pensées parasites du cerveau humain.

Il l'essaya avec succès sur sa propre personne. A peine avait-il donné le contact qu'il ne pensait plus qu'à la mort, à l'inutilité de toute entreprise, à la vanité d'avoir mis au point cet engin révolutionnaire. Le temps de penser à couper le contact, il s'était suicidé.
Commenter  J’apprécie          282
PiertyM   23 septembre 2014
Vivre en survivant : Démission, démerde, dérive (Collection L'École buissonnière) de Jacques Sternberg
Le temps n'est pas seulement le seul véritable ennemi de l'homme, c'est également et surtout son ennemi le plus sournois, le plus lâche. Et, bien sûr, le seul que l'on n'ait pas la moindre chance de vaincre.



Commenter  J’apprécie          240
fanfanouche24   07 mars 2014
Dictionnaire des idées revues de Jacques Sternberg
FOI

On se raccroche à la foi pour sauver son moi, garder son toit, être son roi, faire sa loi, peser le poids, manquer de choix, suivre sa voie et demeurer coi. (p.87)
Commenter  J’apprécie          240
Jacques Sternberg
coco4649   29 août 2017
Jacques Sternberg
 

 

Au royaume des sourds les aveugles sont muets.
Commenter  J’apprécie          232

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Dictionnaire égoïste de la littérature française : attention, ça pique !

« Le Coup de Grâce », un de ses meilleurs romans si on aime le gris à la Julien Gracq et le style amidonné cassant aux pliures.

Antoine Blondin
Jean Genet
Julien Gracq
Marguerite Yourcenar

12 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , critique littéraire , humour , subjectivitéCréer un quiz sur cet auteur

.. ..