AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.42 /5 (sur 665 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Monay , le 07/07/1943
Biographie :

Jean Paul Nozière est né le 7 juillet 1943 à Monay dans un petit village d’une trentaine d’habitants. Ses parents étaient instituteurs, ce qui lui a permis de commencer l’école plus tôt. Tout petit il lisait très bien, alors que les enfants de son âge lisaient des textes beaucoup plus faciles. Dans sa maison il y avait des livres et des journaux partout. La radio était très importante, en famille ils parlaient de l’actualité comme n’importe quelle famille aurait parlé de leurs journées. Son père pendant les vacances écrivait des milliers de pages sur l’histoire. Ses parents qui ont 85 ans maintenant continuent de lire. Son frère et lui-même étaient destinés à être instituteur. Ce qui c’est produit, J-P Noziere est devenu professeur d’histoire géographie durant 2 ans pour enchaîner sur une carrière de professeur documentaliste dans un collège en Côte d’Or.
Jean-Paul Nozière vit en Bourgogne. Il a écrit une trentaine de romans pour la jeunesse, ainsi que huit romans policiers pour adultes (particulièrement la série des Enquêtes de Slimane, parue au Seuil, dont 2 titres sur 4 ont reçu un prix du polar).

Un de ses livres, "Un été Algérien", d'abord paru dans la collection Page Blanche, a obtenu le prix Totem du roman décerné par Télérama et le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, ainsi que le prix de la Société des Gens de Lettres.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Jean Paul Nozière : Bye bye Betty
Depuis le café le Rostand, à Paris, Olivier BARROT présente le livre de Jean-Paul NOZIERE "Bye-bye betty". Un roman publié aux éditions Gallimard dans la collection Scripto.Photo de Jean Paul NOZIERE.
Citations et extraits (68) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleil   06 juillet 2015
Échec et rap de Jean-Paul Nozière
Elle relut le rapport de Vlad. Ce dernier disposant d'une mémoire phénoménale, elle ne craignait pas que des oublis ou des erreurs existent dans la relation de leur entretien avec le couple voisin de Legal [la victime du meurtre], mais elle tenait à en connaître le contenu par cœur.

Ainsi, elle ne consulterait pas ses notes pendant la réunion et surtout, si le proc' téléphonait, elle répondrait sans hésiter à ses questions.



Lurçat méprisait les gendames, jugés a priori incapables de diriger une enquête criminelle, il méprisait Sponge et toutes les petites villes jugées comme des trous infects peu propres à servir sa carrière, et pour faire bon poids, il méprisait aussi les femmes qui occupaient, selon ses propres termes, des postes "d'homme".



Lili, femme gendarme dirigeant la brigade d'un "trou infect", cumulait donc les handicaps, mais elle n'avait pas l'intention de supporter la morgue de Jean-Baptiste Lurçat.
Commenter  J’apprécie          200
Ziliz   04 décembre 2015
Un été 58 de Jean-Paul Nozière
Quand le garde-champêtre, pourtant ivre, risqua sa vie en tirant Justin de l'étang dans lequel il se noyait, il le remercia d'un « va te faire voir, sac à vin ». Si nous lui disions sa chance d'en être sorti vivant, Justin clignait ses paupières de chauve-souris et lâchait :

- Le vieux con n'avait qu'à me laisser dans l'eau.

J'étais fils d'instituteurs, au langage estampillé dictionnaire. J'écoutais de telles injures pantelant d'admiration.

(p. 15)
Commenter  J’apprécie          150
soophiie   29 juillet 2011
Une lecture inoubliable de Jean-Paul Nozière
Un livre, c'est une rencontre. Toutes les rencontres sont inoubliables, même quand on en croit les avoir oubliées. Il y en a cependant qui nous bouleversent profondément, qui changent notre manière de voir, de penser, de réagir.
Commenter  J’apprécie          150
Ziliz   05 décembre 2015
Un été 58 de Jean-Paul Nozière
Plusieurs des péchés de Justin étaient des mensonges. Je savais qu'il mentait, pourtant son aplomb m'amenait à douter. Justin était capable de raconter 'La Belle au bois dormant' en vous affirmant que l'histoire s'était déroulée dans la cuisine de la postière, et vous regardiez ensuite la postière avec d'autres yeux.

(p. 49)
Commenter  J’apprécie          140
mandarine43   11 octobre 2012
Tu seras la risée du monde de Jean-Paul Nozière
- Tu utilises des mots interdits, Fanfan ? questionne le curé.

- Lesquels, mon père ?
Commenter  J’apprécie          150
orbe   07 avril 2013
Camp Paradis de Jean-Paul Nozière
- A Paradis, n'entrent ni les races, ni les couleurs de peau, ni les religions, ni l'argent, ni le désir de possession, ni le désir de dominer les autres, ni la violence, ni les égoïsmes, ni les rivalités, prévenait Ma, le premier jour de l'arrivée d'un éclopé de la vie.

Les termes du contrat étaient clairs et furent tenus. Du moins jusqu'au survol de Paradis par ce maudit avion.
Commenter  J’apprécie          130
Ziliz   23 novembre 2015
Si tu savais, Tobby... de Jean-Paul Nozière
- Mon pull ! Je suis sûr que t'as mon pull, David ! Ma mère l'a refilé au Secours Catholique parce qu'il était trop petit !

M'man, c'est vrai, elle est autant Secours Catho que Secours Pop. Je le sais maintenant. [...]

Restent les chaussures. Le plus difficile à avaler. Les autres ont des Adidas Spitfire ou des Nike Air Edge Max ou des marques encore plus top. Moi, je noue les lacets d'une paire de tennis qui ressemblent à deux tas de boue. Des pompes d'hypermarché. J'ai carbonisé la marque infamante avec le chalumeau de p'pa, mais sous le fondu du caoutchouc, les autres repèrent la vérité.

(p. 16)
Commenter  J’apprécie          110
IreneAdler   13 mai 2014
Que deviennent les enfants quand la nuit tombe ? de Jean-Paul Nozière
- Bon, chef, si vous en terminiez ? L'essentiel à retenir de tout ce binz est que nous n'avons fait et ferons aucune enquête digne de ce nom. La gendarmeriede Sponge se fout et contrefout d'une adolescente assassinée au Val Brûlé il y a un demi-siècle et ce n'est pas glorieux.
Commenter  J’apprécie          110
claireo   01 octobre 2012
Rien qu'un jour de plus dans la vie d'un pauvre fou de Jean-Paul Nozière
« vous cherchez la fille en bleu ? Elle est partie. Un monsieur est venu la chercher. »
Commenter  J’apprécie          120
Ziliz   22 novembre 2015
Si tu savais, Tobby... de Jean-Paul Nozière
- C'est une phrase interrogative, madame. Avec inversion du sujet et emploi du conditionnel.

Chapeau Youssef. Eve Logate [la prof de français] s'épanouit. Insiste.

- Quel effet recherche Voltaire...

Youssef consulte la classe d'un regard qui en dit long. Il regrette de s'être lancé.

- Madame, on ne connaît même pas son prénom au Voltaire, là, le type du texte. Si ça se trouve, il est pas plus écrivain que moi ! Il a écrit ça au pif, sans se poser autant de questions que vous nous en posez. Pourquoi on lit que des auteurs nases et pas, par exemple...

Youssef panique. Il est mal embarqué.

- Claire Chazal ! souffle Vianney.

- Ben oui, Claire Chazal ! approuve Youssef. Elle a fait un bouquin, ils l'ont dit à la télé. Et au moins, on la connaît, on la voit en vrai sur TF1. C'est pas comme Voltaire.

(p. 64-65)
Commenter  J’apprécie          90
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

QCM Rien qu'un jour de plus dans la vie d'un pauvre fou de Jean-Paul Nozière

Complétez la phrase: Nourredine Hallack est

un fou
un gendarme
un passeur qu'Alice a rencontré
un mirage

5 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Rien qu'un jour de plus dans la vie d'un pauvre fou de Jean-Paul NozièreCréer un quiz sur cet auteur
.. ..