AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.48 /5 (sur 121 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1972
Biographie :

Karim Madani est journaliste et spécialiste reconnu de la culture alternative américaine et des musiques urbaines.

Il a écrit pour de nombreux magazines de Hip-Hop tels l’Affiche, Groove, Rap US ou Digital Hip-Hop.

En 2005, il publie un recueil de chroniques urbaines, "Fragments de cauchemar américain et autres textes", aux éditions Inventaire.

Deux ans plus tard, il livre un premier roman, "Hip-Hop Connexion".

Karim Madani publie son second roman dans le cadre de la rentrée littéraire 2008, intitulé "Les Damnés du Bitume". Suivra "Cauchemar périphérique" en 2010.

Source : ww.etonnants-voyageurs.net
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vidéo du jeu des cinq sens avec Karim Madani, à l'occasion de la parution de son roman, Animal Boy au Serpent à Plumes
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
sharpayloves   07 juillet 2012
Le journal infirme de Clara Muller de Karim Madani
"Les mecs, c'est comme les places de stationnement, les meilleurs sont pris, et ceux qui restent sont pour les handicapés ou trop petits..."

Commenter  J’apprécie          73
Stellabloggeuse   13 octobre 2014
Le journal infirme de Clara Muller de Karim Madani
Je lui ai répondu qu’en parfaite monomaniaque FFO je n’ai AUCUN PROJET D’AVENIR (si ce n’est traînasser dans les bas-fonds de la Ville Basse avec un paumé volant et affublé de collants, l’aider à dégommer quelques gangsters, fumer de l’herbe pendant que le corporate world – auquel tu appartiens, maman chérie – nous la met bien profond).
Commenter  J’apprécie          60
sharpayloves   07 juillet 2012
Le journal infirme de Clara Muller de Karim Madani
"A aucun moment de notre conversation elle ne m'a jeté un de ces regards auxquels je suis maintenant accoutumée, genre 'ma pauvre fille, tu devrais être allongée sur un divan avec un type au crâne dégarni et à la voix douceâtre qui te montre des petits cartons barbouillés d'encre en te demandant à quoi ces taches te font penser'."
Commenter  J’apprécie          60
Stellabloggeuse   13 octobre 2014
Le journal infirme de Clara Muller de Karim Madani
Vous qui découvrirez mon Journal Infirme, ne me demandez pas, ne vous demandez pas dans quelles conditions j’ai écrit ces lignes – sur le vif, le cahier planqué sous mon pupitre, ou dans mon lit, le soir, le corps au chaud et l’esprit en paix ?... Peu importe. Ce Journal a pris forme comme tous les monstres naissent, par accident ou par miracle ; c’est tout. J’ai volé des moments au temps pour le remplir. De jour comme de nuit. Ah, une dernière chose : ne me jugez pas trop vite, frères humains qui après nous vivez… Je me fiche de vos larmes ; ce que nous allons faire est carrément génial, jouissif. Un vrai trip, rien à regretter.
Commenter  J’apprécie          50
iris29   12 juin 2015
Spike Lee : American Urban Story de Karim Madani
Je joue pour évacuer tout ce stress, cette pression.Regarde autours de toi, mec, c'est un monde froid, un monde merdique. Ils ont kidnappé l'amour, ils l'ont foutu dans un van blanc et l'ont balancé dans l'Hudson. Ils ont carjacké le véhicule de l'espoir et il a servi à braquer la compassion, ils ont fait une tournante avec la paix dans une cave puante, ils ont sodomisé l'harmonie, mais ils n'auront pas la foi. ma foi. Ma poësie.
Commenter  J’apprécie          50
collectifpolar   08 septembre 2019
Casher nostra de Karim Madani
Vendredi 1er février. Dans tous les immeubles de rapport d’Hanoukka, des collecteurs encaissaient les loyers. À peine l’inspectrice partie, un jeune gars vif et musclé tapa à la porte. Maxime hésita avant d’ouvrir, mais il savait que l’homme de main de monsieur Salomon ne le lâcherait pas avant d’avoir récolté le fric du loyer.



– Laisse-moi une semaine, fit Maxime, qui avait du mal à respirer.



– Tu m’as fait le même coup le mois dernier. Je t’ai laissé une semaine et tu as payé au bout de quinze jours.



– Je suis un peu juste ce mois-ci… Tu sais que ma mère est malade et que les médicaments me coûtent un fric fou.



– Des histoires comme la tienne, on m’en sert tous les jours. Tu n’imagines même pas tous les gens malades, à l’article de la mort, tous les endettés, toutes les mères avec des bébés qui ont dépensé l’argent du loyer en couches et en lait en poudre. Tous les jours j’entends des histoires tristes. Mais monsieur Salomon me paie pour collecter l’argent des loyers, pas pour écouter toutes ces jérémiades.



Les agences immobilières envoyaient des huissiers avec des commandements de payer. Monsieur Salomon envoyait des ex-boxeurs qui cassaient les mâchoires des mauvais payeurs, avant de les expulser manu militari. Dans les immeubles de rapport qui lui appartenaient, les procédures d’expulsion ne se réglaient jamais devant une juridiction compétente. Elles étaient expéditives.



– Une semaine, pas plus. Sinon, tu connais la chanson. Je vous jette à la rue, ta mère et toi. Et me dis pas : non, un juif peut pas faire ça à un autre juif. C’est juste du business. On fait pas dans l’humanitaire.



Maxime ferma la porte. Sa mère buvait un café dans la cuisine.



– C’était qui, mon chéri ?



– Rien. Encore un ramoneur. Je lui ai expliqué qu’on n’utilisait plus notre cheminée.



Plus que jamais, il avait besoin de fumer un joint. Il était sur le point de se consumer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sharpayloves   07 juillet 2012
Le journal infirme de Clara Muller de Karim Madani
"SMS : Syntaxe réduite au Minimum Syndical"
Commenter  J’apprécie          50
collectifpolar   08 septembre 2019
Casher nostra de Karim Madani
Maxime ouvrit la porte et l’inspectrice ne fut pas surprise par le spectacle pathétique qui s’offrait à elle, le capharnaüm, la vieille femme dans son peignoir sale et malodorant qui déblatérait, suintant de démence, et son fils de vingt-cinq ans, qui avait l’air toujours à côté de la plaque. Elle exhiba le formulaire de placement en hospice. Max avait l’impression que quelqu’un s’amusait à trancher dans le vif de son système nerveux, au scalpel.



– Elle ne peut pas aller à l’hospice, geignit Max.



– Il y a une autre solution, mais elle n’est pas dans vos moyens.



L’institut Chaplin d’éveil et de thérapie structurelle. Cinquante mille balles pour deux ans.



Maxime ne disposait pas d’une telle somme. Il était coursier dans une boîte spécialisée dans le matériel photo et cinéma. Il touchait à peine le salaire minimum.
Commenter  J’apprécie          20
Lolitt   05 septembre 2012
Hip-Hop Connexion de Karim Madani
"Il aurait pu prendre son stylo, là, et balafrer la feuille blanche, raconter huit millions d'histoires sur cette ville, mettre en prose et en névrose la vie, les vies de tous les gens de son quartier, il aurait pu poétiser leurs psychoses, rendre leurs traumas plus accessibles à l'auditeur."
Commenter  J’apprécie          30
collectifpolar   08 septembre 2019
Casher nostra de Karim Madani
Maxime vidait une boîte à chaussures remplie de photos, de figurines et d’autres bibelots, à la recherche de son dernier gramme de beuh. Il avait la tête en feu, tourbillonnant dans l’œil du cyclone d’une crise de spasmophilie autour de sept sur l’échelle de Richter. L’inspectrice des services sociaux tambourinait contre la porte, et Hannah s’asphyxiait lentement dans un nuage toxique d’Alzheimer, en tenant des propos incohérents. Les monologues du sarin
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur
.. ..