AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jacques Perrin (Auteur de la postface, du colophon, etc.)
EAN : 9782232122828
204 pages
Editions Seghers (09/12/2005)
3.9/5   84 notes
Résumé :
" La rose et le réséda ", " Il n'y a pas d'amour heureux ", " Ballade de celui qui chanta dans les supplices ", les poèmes ici rassemblés ne sont pas seulement devenus, en un demi-siècle, des classiques de la poésie contemporaine : ils sont aussi le chant des années les plus sombres de notre histoire et le chant de l'espoir. C'est d'une France prisonnière que la voix d'Aragon sonne la diane, roulement de tambour destiné à réveiller la patrie endormie. Le poète parle... >Voir plus
Que lire après La Diane française : Suivi de En étrange pays dans mon pays lui-mêmeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,9

sur 84 notes
5
5 avis
4
3 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
1 avis
Ce recueil, Louis Aragon l'a écrit pendant la seconde guerre mondiale, sur le thème de la Résistance et de l'Occupation et il fut publié au tout début 1945. L'unité thématique de ce recueil est très forte, et curieusement, il contient de très beaux poèmes sur l'amour, tels que Il n'y a pas d'amour heureux ou Elsa au miroir. Ces poèmes ont une grande musicalité, certains textes ont quelque chose d'hypnotique comme dans la Ballade de celui qui chanta dans les supplices ou dans la litanie des noms de villages disparus dans le conscrit des cent villages. Ce n'est pas non plus un hasard si plusieurs compositeurs ont mis en musique plusieurs de ces poèmes, comme Georges Brassens avec Il n'y a pas d'amour heureux ou Georges Auric avec La rose et le réséda.
Mais le plus beau des textes à mon avis est Elsa au miroir, avec son titre qui évoque une peinture, ce qu'arrive aussi à suggérer le texte, évoquant par la répétition du geste de se peigner l'étirement du temps, suggérant ainsi une scène de genre. Et Elsa qui représente la France, les Français de l'époque, et le miroir qui représente à la fois le passé et l'image du monde extérieur … Et le poète qui interpelle le lecteur pour l'impliquer… Ce poème est d'une densité et d'une intensité incroyable. Un des plus beaux recueils d'Aragon.
Commenter  J’apprécie          300
Quelques poèmes devenus culte, comme "La rose et le réséda" ou "Il n'y a pas d'amour heureux".

La plume et la maîtrise des mots de Louis Aragon sont bien là, dans ces recueils rédigés en temps de guerre.

Cela ne me semble cependant pas être les meilleurs du poète...

Des classiques un peu décevants !
Commenter  J’apprécie          200
Pour ma 1000ème critique sur Babelio, je n'ai pas voulu laisser faire le hasard et vous parler de la dernière BD que j'ai lu hier soir. J'ai eu envie de vous parler d'un livre qui me tient particulièrement à coeur, et de l'un de mes premiers chocs littéraires, que je dois à ma prof de français de première, qui avait eu l'excellente idée de nous faire présenter des poèmes d'Aragon pour le bac.
Encore aujourd'hui, je ne peux pas lire La rose et le réséda sans avoir les larmes aux yeux, et je suis profondément émue par les poèmes qui composent ce recueil.
La Diane française comprend à la fois certains des plus beaux poèmes d'amour de la langue française (le célèbre Il n'y a pas d'amour heureux, mais aussi mon préféré Elsa au miroir), mais est surtout marquée par le contexte historique. Aragon raconte la guerre, la Résistance, l'engagement, le tout dans une langue magnifique, et avec un sens de l'image qui fait que cette lecture m'a profondément marquée et que je la reprends régulièrement.
C'est d'ailleurs ce livre qui m'a fait comprendre ce qu'était un recueil de poésie, car il a une vraie unité, un vrai sens, et n'est pas juste une juxtaposition de textes, si beaux soient-ils d'ailleurs.
Commenter  J’apprécie          140
Pendant la guerre, Aragon fait partie de ces écrivains-poètes (Robert Desnos, Paul Eluard, Pierre Seghers et bien d'autres) qui ont dit non à l'occupant, se sont engagés dans la Résistance et ont donné largement de leur personne – certains même de leur vie – pour défendre une idée commune, celle de la liberté.
Cette période lui a été particulièrement prolifique : « le crève-coeur » (1941), « Les yeux d'Elsa » (1942), « Brocéliande » (1942), « le Musée Grévin » (1943), participation pour trois poèmes à « L'Honneur des Poètes » (1943), « La Diane française » (1944), « En étrange pays dans mon pays moi-même » (1945), autant de recueils importants où il chante dans un même élan l'amour pour sa femme Elsa, pour sa patrie la France et pour la liberté.
« La Diane française » se compose de vingt-six poèmes de formes diverses, en prose ou en vers, en alexandrins ou en octosyllabes, caractérisés essentiellement par leur belle facture et leur musicalité – qualités qui n'ôtent rien, bien au contraire, à leur force et à leur puissance d'émotion.
Le recueil commence par un poème d'exposition aux accents incantatoires « O mares sur la terre au soir de mon pays… » :
« Mon pays, mon pays a des mares, où je lis le soir au couchant…
… Mon pays, mon pays a des mares où je lis le soir les ombres qu'y font les oiseaux en passant.
… Mon pays, mon pays a des mares où se reflètent les gestes fous des fugitifs, et se ride la mémoire des vents.
… Mon pays, mon pays a des mares et j'y lis le malheur des temps.
… Mon pays, mon pays a des mares et larmes le jour le soir les fait sang.
… Des mares, des mares, des mares, comme sur mon pays les pas lourds du destin qui se forme et descend.
… Mon pays, mon pays, lis toi-même au fond de tes mares l'histoire mêlée aux présages, dans tes mares pareilles en toutes choses aux yeux magnifiques des mourants.
… Mon pays, mon pays, mon pays…
… Alors la diane française sonna ».
La diane (avec une minuscule) n'est pas la déesse mythologique, mais la sonnerie militaire exécutée au point du jour pour réveiller les soldats. La diane française sonne donc le réveil de la patrie.
Beaucoup de poèmes dans ce recueil sont passés à la postérité :
« La rose et le réséda »
« Il n'y a pas d'amour heureux »
« Elsa au miroir »
« Ballade de celui qui chanta dans les supplices
« Romance des quarante mille »
« La délaissée »
« le conscrit des cent villages »
« Paris »
… et bien d'autres.

Vous en trouverez quelques-uns en citation, pas forcément les plus connus, mais d'autres que je trouve aussi magnifiques comme « Elsa au miroir » ou « La délaissée »
Aragon romancier peut donner lieu parfois à polémique. Aragon poète, par la force, la conviction et la beauté de son oeuvre lyrique, force l'admiration et pousse (à part quelques poèmes de pure propagande) à l'unanimité.

688 – 17/12/2022
Commenter  J’apprécie          50
"Le crime de rêver, je consens qu'on l'instaure".
Le rêver est le seul échappatoire quand le pays est dans la nuit, que "les blés sont sous la grêle" ["la Rose et le Réséda"], que les prisonniers sont déportés, que l'Occupant dirige le pays. La Diane française avec un d majuscule, ce peut donc être la déesse de la Lune, celle qui va apporter un peu de lumière aux milieux des ténèbres. La métaphore de la lumière est très importante dans le recueil, dans les deux recueils même, la lumière de l'aube, du printemps qui vient après l'hiver aussi.
La diane avec une minuscule, c'est aussi le cor qui appelle à la chasse, qui rassemble les participants de la battue pour leur donner du courage et de l'entrain, ce dont ont besoin ces combattants de l'armée de l'ombre. le cor, c'est aussi celui de Ronceveaux, du cor au fond des bois d'Alfred de Vigny... Cette image permet elle aussi de convoquer tout un imaginaire médiévalisant, de preux chevaliers, de belles dames à sauver - la "belle prisonnière des soldats" dans la Rose et le Réséda, d'exploits héroïques.
Aragon utilise l'alexandrin, avec de nombreux vers qui reviennent comme des refrains, une forme classique qui permet de mieux mémoriser, tout en s'inscrivant dans une tradition d'écriture "française" pour reprendre l'adjectif du titre : de la chanson de gestes à la préciosité, du lyrisme De Lamartine à l'engagement de Hugo - qui est d'ailleurs cité nommément, qui apparaît comme personnage.
C'est beau, émouvant, fort, merveilleusement beau ; intelligent aussi comme en témoigne le texte en prose où Aragon analyse sa propre écriture. Je dois cependant avouer que j'ai préféré le premier recueil, moins symbolique, plus explicite justement.
"Puisque les peseurs d'or ont fermé leurs comptoirs
Et que toute grandeur a passé son chemin
Je te reprends Légende et j'en ferai l'histoire".
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
La Rose et le Réséda

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats
Lequel montait à l'échelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Qu'importe comment s'appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l'un fut de la chapelle
Et l'autre s'y dérobât
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous les deux étaient fidèles
Des lèvres du cœur des bras
Et tous les deux disaient qu'elle
Vive et qui vivra verra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au cœur du commun combat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Du haut de la citadelle
La sentinelle tira
Par deux fois et l'un chancelle
L'autre tombe qui mourra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Ils sont en prison Lequel
A le plus triste grabat
Lequel plus que l'autre gèle
Lequel préfère les rats
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Un rebelle est un rebelle
Deux sanglots font un seul glas
Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Il coule il coule il se mêle
À la terre qu'il aima
Pour qu'à la saison nouvelle
Mûrisse un raisin muscat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
L'un court et l'autre a des ailes
De Bretagne ou du Jura
Et framboise ou mirabelle
Le grillon rechantera
Dites flûte ou violoncelle
Le double amour qui brûla
L'alouette et l'hirondelle
La rose et le réséda
Commenter  J’apprécie          843
Rien n'est jamais acquis à l'homme,
Ni sa force, ni sa faiblesse, ni son cœur.
Et quand il croit ouvrir ses bras,
Son ombre est celle d'une croix.
Et quand il croit serrer son bonheur,
Il le broie.
Sa vie est un étrange et douloureux divorce.
Il n'y a pas d'amour heureux
Commenter  J’apprécie          1530
Il n’y a pas d’amour heureux

Rien n’est jamais acquis à l’homme Ni sa force
Ni sa faiblesse ni son cœur Et quand il croit
Ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix
Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce
Il n’y a pas d’amour heureux

Sa vie Elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu’on avait habillés pour un autre destin
A quoi peut leur servir de se lever matin
Eux qu’on retrouve au soir désœuvrés incertains
Dites ces mots Ma vie Et retenez vos larmes
Il n’y a pas d’amour heureux

Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé
Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
Répétant après moi les mots que j’ai tressés
Et qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent
Il n’y a pas d’amour heureux

Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard
Que pleurent dans la nuit nos cœurs à l’unisson
Ce qu’il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu’il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu’il faut de sanglots pour un air de guitare
Il n’y a pas d’amour heureux

Il n’y a pas d’amour qui ne soit à douleur
Il n’y a pas d’amour dont on ne soit meurtri
Il n’y a pas d’amour dont on ne soit flétri
Et pas plus que de toi l’amour de la patrie
Il n’y a pas d’amour qui ne vive de pleurs
Il n’y a pas d’amour heureux
Mais c’est notre amour à tous les deux

Commenter  J’apprécie          286
La rose et le réséda

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats
Lequel montait à l'échelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Qu'importe comment s'appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l'un fut de la chapelle
Et l'autre s'y dérobât
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous les deux étaient fidèles
Des lèvres du coeur des bras
Et tous les deux disaient qu'elle
Vive et qui vivra verra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du commun combat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Du haut de la citadelle
La sentinelle tira
Par deux fois et l'un chancelle
L'autre tombe qui mourra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Ils sont en prison Lequel
A le plus triste grabat
Lequel plus que l'autre gèle
Lequel préfère les rats
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Un rebelle est un rebelle
Deux sanglots font un seul glas
Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Il coule il coule il se mêle
À la terre qu'il aima
Pour qu'à la saison nouvelle
Mûrisse un raisin muscat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
L'un court et l'autre a des ailes
De Bretagne ou du Jura
Et framboise ou mirabelle
Le grillon rechantera
Dites flûte ou violoncelle
Le double amour qui brûla
L'alouette et l'hirondelle
La rose et le réséda
Commenter  J’apprécie          131
Rien n'est jamais acquis à l'homme Ni sa force
Ni sa faiblesse ni son coeur Et quand il croit
Ouvrir ses bras son ombre est celle d'une croix
Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce
Il n'y a pas d'amour heureux

Sa vie Elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu'on avait habillés pour un autre destin
A quoi peut leur servir de se lever matin
Eux qu'on retrouve au soir désoeuvrés incertains
Dites ces mots Ma vie Et retenez vos larmes
Il n'y a pas d'amour heureux

Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé
Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
Répétant après moi les mots que j'ai tressés
Et qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent
Il n'y a pas d'amour heureux

Le temps d'apprendre à vivre il est déjà trop tard
Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l'unisson
Ce qu'il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu'il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu'il faut de sanglots pour un air de guitare
Il n'y a pas d'amour heureux

Il n'y a pas d'amour qui ne soit à douleur
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit meurtri
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit flétri
Et pas plus que de toi l'amour de la patrie
Il n'y a pas d'amour qui ne vive de pleurs
Il n'y a pas d'amour heureux
Mais c'est notre amour à tous les deux


Commenter  J’apprécie          140

Videos de Louis Aragon (146) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louis Aragon
Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/
N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie.
Savez-vous quel écrivain a rédigé son autobiographie entièrement en vers ? Romancier et poète…
« le roman inachevé » de Louis Aragon, c'est à lire en pochez chez Poésie/Gallimard.
autres livres classés : poésieVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (266) Voir plus



Quiz Voir plus

Aragon (difficulté moyenne)

Aragon a été journaliste dans un de ces journaux. Lequel ?

Minute
Le Figaro
Libération
L'Humanité

10 questions
144 lecteurs ont répondu
Thème : Louis AragonCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..