AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 925 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Leforest , le 14/08/1946
Mort(e) le : octobre 2011
Biographie :

Marie-Paul Armand est née dans un petit village du Pas-de-Calais. Après des études universitaires à la faculté de Lille, elle enseigne les mathématiques pendant dix ans. Elle écrit ensuite des histoires pour enfants, puis paraît en 1985 son premier roman, La Poussière des corons (Prix Claude-Farrère), à la mémoire de son grand-père qui fut mineur. Le succès vient ensuite se confirmer de livre en livre, avec Le Vent de la haine (1987), Le Pain rouge (1989), les trois tomes de La Courée - La Courée, Louise et Benoît (de 1990 à 1992)-, La Maîtresse d'école (1995), La Cense aux alouettes (1997), Nouvelles du Nord (1998) et L'Enfance perdue (1999), Un bouquet de dentelle (2001), Au bonheur du matin (2003) et Le cri du Héron (2004). Marie-Paul Armand ne cesse de témoigner sa fidélité et son attachement pour sa région natale. Dans tous ses romans, elle décrit avec talent et générosité la vie des " petites gens " du Nord. Elle touche un public de lecteurs de plus en plus fidèles et enthousiastes. Elle est considérée comme l'un des meilleurs auteurs régionalistes actuels. Elle est décédée en octobre 2011
+ Voir plus
Source : Wikipédia et http://www.pressesdelacite.com
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (122) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienne   15 juin 2013
Le Vent de la haine de Marie-Paul Armand
Avant leur arrivée, j'étais heureuse. Mais ils avaient également anéanti mon bonheur. Et cela, je ne le leur pardonnerais jamais. Antoine et Julie n'ont cessé de me répéter qu'il fallait essayer d'oublier, qu'il n'était pas bon de vivre avec tant de haine dans le cœur. Mais comment le pourrais-je ? Ils avaient introduit l'horreur dans mon existence, une existence jusque-là faite de soleil et de joie. Ils l'avaient transformée en un cauchemar vivant, puis en un sombre désespoir, et enfin en une terne grisaille qui durerait toujours.

Race supérieure, ainsi se nommaient-ils. Supérieure en cruauté, oui, et maudite. Déjà, ceux de la génération précédente avaient tué mon père, en 1916, alors que je n'avais qu'un an.
Commenter  J’apprécie          150
MissMarty   22 mai 2012
L'enfance perdue de Marie-Paul Armand
Au bout de quelques jours, j'étais devenu, comme les autres, un enfant aux cheveux ras, aux yeux inquiets, qui n'avait plus rien de commun avec le nin-nin de grand-mère Catherine. Nous formions un misérable troupeau terrorisé par Baf-Baf et par madame Ronchin, la femme du directeur, qui s'occupait de la lingerie et surveillait les repas. Quant au directeur lui-même, nous ne le voyions pratiquement jamais, sauf pour les punitions importantes. Il y avait le cachot, que j'avais connu le jour de mon arrivée, et, dans les cas les plus graves, le directeur convoquait le fautif dans son bureau. Il lui ordonnait de baisser son pantalon et appliquait des coups de baguette sur le derrière des jambes nues du pauvre garçon. Je ne connaissais cette correction que par le récit des plus anciens et je tremblais à l'idée que je pourrais, moi aussi, la subir un jour.
Commenter  J’apprécie          140
Soleney   03 octobre 2014
Soeurs Ennemies et autres nouvelles de Marie-Paul Armand
— C'est mon vélo. Rends-le-moi. Toi, tu as le tien.

Aurore fixa sa sœur avec défi :

— Maman m'a donné la permission.

Avec un sentiment de catastrophe parce qu'elle se savait, là aussi, vaincue d'avance, Henriette courut jusqu'à la maison. Elle entra comme une tornade, cria :

— Maman, maman, Aurore a pris mon vélo !

Comme une scène réglée d'avance, Henriette constata le changement d'expression de sa mère : les sourcils froncés, les lèvres serrées, le regard réprobateur.

— Apprend, Henriette, qu'Aurore n'a rien pris du tout. Elle m'a demandé l'autorisation de rouler sur ton vélo et je la lui ai donnée.

— Mais maman, il... Il est trop grand pour elle. Et puis, elle va l'abîmer.

De nouveau, les sourcils se froncèrent.

— Quel mal y a-t-il si elle l'abîme un peu ? Ce vélo n'est pas une pièce de musée ! Quand donc cesseras-tu, Henriette, d'être aussi égoïste ?

Comment Henriette aurait-elle pu expliquer que c'était une véritable souffrance, pour elle, de savoir que la jolie bicyclette à laquelle elle tenait tant allait être détériorée sous ses yeux, comme l'avait été la poupée Blondine ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Hamisoitil   27 décembre 2011
Au bonheur du matin de Marie-Paul Armand
Aimé acquiesça en souriant, et je l'observai tandis qu'il versait de la bière dans nos verres.

C'était lui, maintenant, qui évitait mon regard. J'admirais sa haute taille, ses larges épaules, ses bras musclés. Je les imaginai autour de moi, et j'en éprouvai une telle envie qu'elle devint une souffrance.

Je respirai profondément et m'obligeai à regarder autour de moi.
Commenter  J’apprécie          120
rkhettaoui   31 août 2015
La maîtresse d'école de Marie-Paul Armand
Notre amour nous ferait vivre dans un monde illuminé de soleil, même lorsque le temps serait gris et pluvieux.
Commenter  J’apprécie          120
Marie-Paul Armand
armand7000   11 juin 2019
Marie-Paul Armand
Le jour de ma naissance — le 11 novembre 1918 — apporta à mes parents une double joie. Je naquis le soir, alors que la nouvelle de l'armistice était déjà connue et que notre village en liesse fêtait la paix revenue, soulagé de savoir que la guerre meurtrière qui, depuis quatre ans, tuait nos jeunes gens les uns après les autres était enfin terminée. Mon arrivée fut, pour ma famille, le second bonheur de la journée. Je poussai mon premier cri tandis que les cloches de l'église carillonnaient et que des pétards éclataient dans les rues.



— Cette enfant est bénie, déclara la sage-femme. Elle arrive en même temps que la paix.



Comme pour approuver cette affirmation, je fus un bébé placide, puis une enfant peu remuante. Dès que je sus marcher, je m'efforçai de suivre mon frère Aurélien partout où il allait. Plus âgé que moi de quatre ans, il me paraissait intrépide, et j'éprouvais pour lui une profonde admiration. I
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaoui   13 mai 2016
La courée T. 3 : Benoit de Marie-Paul Armand
Un souvenir gênant revenait parfois me troubler, mais je ne lui permettais pas de s'inscruster. Je le repoussais avec force. Mon subconscient prenait alors sa revanche et il m'arrivait de revivre, en rêve, cet instant où j'avais cédé à Honoré comme une femme facile. Je me réveillais le rouge au front et la honte dans le cœur. Il me fallait plusieurs jours, ensuite, pour chasser le sentiment de culpabilité que je ressentais.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaoui   13 mai 2016
La courée T. 3 : Benoit de Marie-Paul Armand
Mon mariage a été ce qu'on appelle un mariage de convenances. Mes parents m'ont fait épouser Roger. Je ne l'aimais pas, pas plus qu'il ne m'aimait. Si j'avais été amoureuse de quelqu'un d'autre, j'aurais protesté, refusé. Comme ce n'était pas le cas, je me suis dit : « Lui ou un autre, c'est pareil. »
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienne   09 avril 2017
Un bouquet de dentelles de Marie-Paul Armand
J'avais avec ma grand-mère une grande complicité, beaucoup plus qu'avec ma mère, qui était toujours occupée à une tâche ménagère, exigeant de sa maison qu'elle fût toujours impeccable. Elle passait son temps à frotter, laver, récurer, astiquer. Ma grand-mère, qui se plaignait de rhumatismes - surtout en hiver, lorsque le temps était humide -, travaillait moins et se trouvait beaucoup plus disponible. C'était à elle que je m'adressais lorsque je voulais avoir la réponse aux questions que je me posais.

Un soir, que j'étais assise sur ses genoux, je l'interrogeais sur ma leçon de catéchisme du matin. Monsieur le curé nous avait parlé de la mort, et de l'âme des personnes qui allait, selon le cas, au ciel, en enfer ou au purgatoire. Ma grand-mère acquiesça. Elle était profondément croyante, et il n'était pas rare de la voir, son chapelet à la main, prier silencieusement.

- C'est pour ça qu'il faut toujours bien te conduire, me dit-elle. Pour aller plus tard au paradis. Lorsque tu sera vieille et que le moment approchera, tu seras contente de ne jamais avoir mal agi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
angie22   17 juin 2013
Histoires de Noël de Marie-Paul Armand
Noël, c'est la venue de l'enfant Dieu, du tout petit bébé qui est né pour nous. Vous savez bien à quoi ça ressemble un tout petit bébé. C'est beau, chaud, potelé, c'est minuscule et pourtant ça porte tout l'espoir du monde !



Claude Michelet
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..