AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.17 /5 (sur 6 notes)

Nationalité : Maroc
Né(e) à : Rabat , 1938
Biographie :

Né à Rabat en 1938, il passe son enfance à Fès.
Il fait ses études primaires et secondaires dans une école constituée par le Mouvement nationaliste
Il obtient une licence es-lettres de l'université du Caire en 1960,
un doctorat 3è cycle en sociologie de la littérature, de la Sorbonne eu 1973.
Il est maître de conférence à l'université Mohamed V jusqu'en 1999 et élu président de l'Union des écrivains du Maroc, de 1976 à 1983.
Il vit actuellement entre le sud de la France, Beyrouth et le Maroc.

Source : son livre
Ajouter des informations
Bibliographie de Muhammad Barradat   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

// EN DIRECT // AUTOUR DU LIVRE TOUS TÉMOINS DE NAJAH ALBUKAI Avec Najah Albukai, Philippe Claudel, Nancy Huston, Laurent Gaudé, Jérôme Godeau, Bernard Lavilliers, Farouk Mardam-Bey & Wajdi Mouawad Musique : Dominique Mahut (percussions), Najah Albukai (guitare et oud), Nancy Huston (piano) Mise en scène de Wajdi Mouawad Lecture, musique & projection des dessins Soirée à l'occasion des dix ans de la révolution pacifique syrienne et en collaboration avec l'exposition des dessins de prison de Najah Albukai, dessinateur syrien, à la galerie Fait et Cause, par l'association Pour Que l'Esprit Vive. Lorsque, en août 2018, Libération consacrait cinq pages aux dessins de Najah Albukai, incarcéré et torturé par le régime syrien, Sarah Moon, Michel Christolhomme et Béatrice Soulé ont ressenti le besoin de partager leur sidération devant la violence de ces dessins autant que devant le talent de l'artiste. Et la nécessité que cette oeuvre soit exposée, éditée et accompagnée. Ils ont donc sollicité des auteurs pour écrire librement en résonance avec l'émotion suscitée par ces dessins, témoigner contre l'horreur et évoquer les dérives nées d'une révolution à l'origine totalement pacifique. Car la Syrie est devenue la métaphore de ce que Farouk Mardam-Bey appelle la syrianisation du monde. Lectures des textes de Santiago Alba Rico, Mohamed Berrada, Laurent Gaudé, Philippe Claudel, Jérôme Godeau, Nancy Huston, Farouk Mardam-Bey, James Noël, Wajdi Mouawad Pour poursuivre la soirée, rendez-vous à 20h30 sur la chaîne YouTube et la page Facebook du Mucem pour leur événement “Syrie. Mémoire vivante”, un débat accompagné en lecture et musique par le duo Catherine Vincent & Mohamed al Rashi. Avec Sana Yazigi (fondatrice du site Mémoire créative de la révolution syrienne), Agnès Levallois (spécialiste du Moyen-Orient et des questions méditerranéennes) et Yves Aubin de la Messuzière (diplomate, expert du monde arabe). Plus d'infos https://www.mucem.org/programme/syrie-memoire-vivante À lire – Tous témoins, dessins de Najah Albukai accompagnés de textes d'une vingtaine d'écrivains, sous la direction éditoriale de Farouk Mardam-Bey, co-édité par Actes Sud et l'association Pour Que l'Esprit Vive et la galerie Fait et Cause, Actes Sud, 2021.

+ Lire la suite

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
mireille.lefustec   01 décembre 2019
Loin du vacarme de Muhammad Barradat
Je me demande parfois ce qui différencie une conscience intuitive des choses et une conscience qui répond à des questions concrètes dans un but précis. Lorsque j'avais une conscience intuitive et instantanée du monde, du temps de ma jeunesse, j'étais attirée et ouverte à tout ce qui était nouveau et amusant. mon père encourageait ma fougue et cette façon d'approcher la vie. p. 227
Commenter  J’apprécie          30
mireille.lefustec   30 novembre 2019
Loin du vacarme de Muhammad Barradat
Peut-être enviait-il secrètement ses parents. Ceux-ci vivaient dans la quiétude de l'instant présent, comme si aucun questionnement ne venait déranger leur sommeil. Ils préservaient un mode de vie dont ils avaient hérité, tout en montrant de l'intérêt pour les nouveautés arrivées dans leur pays : la radio, la voiture, le téléphone...
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   15 mai 2019
Comme un été qui ne reviendra pas de Muhammad Barradat
Aqqad avait une bête noire : le communisme et tous ses adeptes. A un journaliste qui lui demandait

pourquoi, il répondit : “Je préfère la démocratie avec tous ses

inconvénients au communisme avec tous ses avantages.”

Hammad a tout oublié ou presque de ce qui se disait dans ces

séances, mais il se souvient très bien du parfum particulier qui

se dégageait de l’assistance serrée autour d’Aqqad causant,

riant, raillant, détendu dans sa tenue de nuit. C’est peut-être

cette absence totale de gêne ou d’affectation dans sa manière

d’être qui mettait à l’aise les visiteurs et leur procurait une

agréable sensation de connivence avec ses jugements et ses

partis pris.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   15 mai 2019
Comme un été qui ne reviendra pas de Muhammad Barradat
Il rêvait d’une démocratie

qui concilierait libéralisme politique et droits sociaux du

citoyen. Mais l’histoire va rarement dans le sens qui semble

logique ou raisonnable. Elle a plus d’une logique, et plus d’une

vérité. Qui peut nier que Nasser, pendant plus de quinze ans,

avait convaincu tout le monde que la révolution se construisait

sur le terrain et avait mobilisé toutes les voix ou presque pour

chanter l’hymne de la libération et du changement socialiste ?

Dire après coup que les choix faits n’étaient pas les bons risque

d’être totalement inutile ; l’action efficace est celle qu’on

accomplit au milieu du tourbillon, au risque de l’erreur.
Commenter  J’apprécie          10
mireille.lefustec   30 novembre 2019
Loin du vacarme de Muhammad Barradat
Freud est venu briser les chaînes du passé. Il n'est désormais plus possible que l'homme se blottisse au creux d'un passé rose bonbon, orné de légendes et de cantiques sublimatoires et abstraits. p. 211
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   15 mai 2019
Comme un été qui ne reviendra pas de Muhammad Barradat
Face au français adossé à la puissance technique, l’arabe s’appuyait sur les gloires d’un passé occulté, sur

une mémoire vivante, productrice de paroles qui traduisent

l’élan intime de l’être. Se réapproprier la patrie, n’est-ce pas

élire domicile dans la langue qui exprime les composantes de

l’identité et ses transformations, habiter cette langue, n’est-ce pas

explorer ses espaces ? Interprétation non exempte de mythologie, mais qui éclaire cette passion précoce pour l’écriture puis

cette identification avec le parler égyptien.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   15 mai 2019
Comme un été qui ne reviendra pas de Muhammad Barradat
Parfois nous passons un seuil sur lequel nous avions placé un

espoir qui se révèle factice, ou se transforme en un souvenir

négligé. Hammad tourne toujours autour du seuil du voyage

au Caire sans parvenir à une interprétation définitive. Dans

quelle mesure était-il délibéré ? Quels furent les points de passage vers cette nouvelle contrée : le wijdân, cette part intime

de l’identité ? La langue ? Le romanesque ?
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   15 mai 2019
Comme un été qui ne reviendra pas de Muhammad Barradat
Des peuples impatients qui

buvaient les paroles du héros à la peau brune qui avait osé

recoudre les blessures, panser les plaies, annoncer le changement d’une voix puissante, à la face du monde entier. Quand

Hammad revoit cet instant-événement dans son contexte et sa

temporalité propre, il ne laisse pas de place à la distanciation

avec laquelle il a appris à relire les événements et à comprendre le rôle de Nasser dans leur production et leur exploitation. C’était, comme beaucoup l’ont dit, une sorte de père,

un guide de peuples orphelins, écrasés sous le joug de tuteurs

injustes. Hammad sentait confusément que Nasser inaugurait

une ère nouvelle, trop longtemps attendue, dont le mot d’ordre

serait que désormais, à compter de la nationalisation du canal

de Suez, l’Egypte et les Arabes participeraient directement à

l’écriture de leur histoire.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   15 mai 2019
Comme un été qui ne reviendra pas de Muhammad Barradat
S’il avait opté pour Le Caire et non pour Damas, à l’instar

d’autres camarades, c’est parce qu’il avait la tête emplie de

scènes de films comme Vive l’amour, Défense d’aimer, Passion et

vengeance, de chansons de Mohammed Abdel-Wahhâb, Farid

el-Atrache, Asmahane et Oum Kalsoum, de noms d’écrivains

– Taha Hussein, Tawfik el-Hakim, Manfaloûti, Ahmed Lotfi

el-Sayyed – qui s’étaient fait un chemin en lui au fil de ses lectures à la bibliothèque de Bâb Chellah, près des écoles

Mohammed-V… Maintenant seulement, tandis qu’il sort sur

la place de Bâb el-Hadid avec sa valise et son costume, sous le

soleil brûlant d’août et dans un vacarme inconnu de la paisible Rabat, il réalise qu’il pénètre un monde inconnu, sans

rapport avec ce qu’il a vu dans ces films à l’eau de rose.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   15 mai 2019
Comme un été qui ne reviendra pas de Muhammad Barradat
L’été 1956 s’achevait ainsi par l’agression tripartite qui, loin

d’atteindre ses buts, attisait la flamme de la résistance dans le

peuple égyptien et ouvrait une nouvelle page dans l’histoire

de la libération, comme dirait Nasser dans son discours d’El-Azhar…
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Oh, Antigone !

Comment se prénomme la sœur d'Antigone ?

Sophie
Hermine
Ismène

10 questions
2121 lecteurs ont répondu
Thème : Antigone de Jean AnouilhCréer un quiz sur cet auteur

.. ..