AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.78 /5 (sur 590 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Rouen , le 13/10/1965
Biographie :

Philippe Torreton est un acteur français né à Rouen le 13 octobre 1965.

Élève du Conservatoire national supérieur d'art dramatique, il fréquente les classes de Madeleine Marion, Catherine Hiegel et Daniel Mesguich ; il y reviendra pour enseigner à partir d'octobre 2008.
Philippe Torreton entre en 1990 à la Comédie-Française comme pensionnaire. Il en devient le 489e sociétaire en 1994.

Après des rôles parmi les plus prestigieux comme Scapin, Lorenzaccio, Hamlet, Henry V, Tartuffe ou George Dandin, il quitte la Comédie-Française en 1999.

Distingué en 1996 par le Prix Gérard Philipe de la ville de Paris, il interprète le rôle éponyme du Capitaine Conan dans le film de Bertrand Tavernier évoquant un épisode peu connu de la Première Guerre mondiale puisqu’il se passe en 1919. Son jeu dans ce rôle lui vaut le César du meilleur acteur en 1997.

Acteur engagé, il interprète en 1999, toujours pour Tavernier, le rôle d’un directeur d’école maternelle confronté à la misère sociale dans Ça commence aujourd'hui.

Il est nommé chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres en 1999.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vidéo de Philippe Torreton
Citations et extraits (219) Voir plus Ajouter une citation
palamede   15 août 2018
Jacques à la guerre de Philippe Torreton
... on était confiants, on avait des ordres, c’est pratique un ordre, un ordre ça s’exécute, tu dis oui au chef, tu salues, tu tournes les talons et puis t’y vas comme t’es venu, ça repose, ça trace ton avenir immédiat.
Commenter  J’apprécie          460
Philippe Torreton
babounette   27 septembre 2017
Philippe Torreton
... la dernière phrase que m'adressa Mémé se fait entendre...

Ce n'est pas facile de mourir me dit-elle.

Page 134
Commenter  J’apprécie          422
Bazart   04 février 2014
Mémé de Philippe Torreton
"ma mémé, elle était silencieuse de mots mais bavarde en preuves d'amour".
Commenter  J’apprécie          410
babounette   27 septembre 2017
Mémé de Philippe Torreton
Tu peux partir Mémé, on va s'en sortir, ni riches ni pauvres on est là sur cette terre avec de quoi tenir dans ce monde difficile.

On sait d'où l'on vient maintenant.

On a un toit à jamais, une terre pour toujours.

On peut mettre son doigt sur la carte des sentiments et se dire "je viens de là".

Page 132
Commenter  J’apprécie          390
Spilett   31 janvier 2015
Mémé de Philippe Torreton
Un cadeau ce n'est pas nécessaire, ce qui compte c'est d'être là.
Commenter  J’apprécie          350
petitsoleil   03 mai 2014
Mémé de Philippe Torreton
Je trouvais sa pierre tombale trop neuve.

Ca ne lui allait pas, il aurait fallu que sa tombe fût déjà mousseuse et licheneuse, une tombe à l'ancienne (...) Celle-ci était brillante, neuve, en marbre noir.

S'il ne tenait qu'à moi, je t'aurais mis de la brique, ou une grosse pierre de granit brut, ou rien, un champ, une motte de terre, pis, une croix, parce que faut ben mett'e un truc et c'est tout.



Non, en fait, j'aurais planté un arbre,

pour que ses racines te prennent et t'aspirent et te fassent monter dans ses feuilles, comme ça le vent t'aurait fait chanter enfin, librement, comme ça des petits auraient pu continuer à grimper sur toi pour voir plus loin, comme ça tu aurais pu encore nous indiquer les saisons qui passent, nous qui mangeons n'importe quoi n'importe quand ...
Commenter  J’apprécie          310
ssstella   09 septembre 2015
Mémé de Philippe Torreton
Pour toi l'argent doit aider, comme un outil. En avoir un peu sur ton compte te semblait absurde. Tu n'étais pas du genre à compter les décimales après virgule des taux d'intérêts, tu n'avais besoin de rien mais tu savais que tes enfants étaient déjà infectés du virus de la fièvre acheteuse, urbains que nous étions on devait tout acheter. Il fallait meubler le vide, s'équiper, changer de pneus, de Frigidaire, de cartables, de télévision, de literie, d'ampoules, de vélos, de crèmerie, de coiffure, d'apparence... Ces besoins répandus sur nos zones urbaines comme des pesticides nous faisaient croire que l'on vivrait mieux. Et ça marche encore. Travailler plus pour gagner plus et consommer toujours et encore des produits de moins en moins bons, de moins en solides. Du fabriqué ailleurs, de la culture d'obsolescence sur palettes, des produits pour pauvres qui rendent encore plus pauvres.

Commenter  J’apprécie          301
jeunejane   08 octobre 2017
Mémé de Philippe Torreton
Une blouse avec deux grosses poches devant pour y mettre tes énormes mouchoirs, des mouchoirs grands comme des taies d'oreiller, des mouchoirs porte-monnaie, porte-noisettes, mouchoir foulard, mouchoir chapeau avec un nœud à chaque coin, mouchoir gant de toilette pour essuyer les petits morveux ou les petits qui saignent ou les petits au chocolat. Des mouchoirs qui pourraient se vexer que l'on se mouche simplement dedans.
Commenter  J’apprécie          290
palamede   17 août 2018
Jacques à la guerre de Philippe Torreton
Rouen ressemblait à une carcasse de bœuf suspendue par les pattes arrière, on distinguait ses entrailles, et comme une brutalité peut soulever la robe d’une femme respectueuse et digne, des béances de guerre laissaient voir de loin la cathédrale. J’avais honte de la découvrir ainsi exposée, meurtrie, éclaboussée de crachats métalliques, insultée de flammes, soufflée, sidérée… Comment allions-nous faire ? T’es là, debout, flageolant face aux ruines, Rouen était éradiquée, terminée, trop de destructions, on n’y arriverait jamais.
Commenter  J’apprécie          250
palamede   15 août 2018
Jacques à la guerre de Philippe Torreton
— On va droit à la guerre.

André m’expliqua ... qu’on n’avait rien à craindre, la France avait la meilleure armée du monde, on avait gagné la grande et puis on possédait la ligne Maginot, infranchissable :

— Les Allemands vont se casser les dents sur elle et capituler tout de suite après, ils n’auront même pas la possibilité de poser un pied chez nous.
Commenter  J’apprécie          250
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Philippe Torreton (842)Voir plus


Quiz Voir plus

Répliques de théâtre 2

Couvrez ce sein que je ne saurais voir.

Raymond Queneau
Alfred Jarry
Guillaume Apollinaire
Molière

8 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : theatre françaisCréer un quiz sur cet auteur
.. ..