AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.79/5 (sur 94 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Psychologue et psychanalyste, Sophie Marinopoulos dirige depuis 1986, au CHU de Nantes à l’Hôpital Mère-Enfant, la consultation du Centre de Planification et d’Education Familiale.
Elle est également consultante au service médico-psycho-pédagogique et au service d’action médico-sociale précoce du Centre Henri Wallon.
Fondatrice de l’association pour la Prévention et la Promotion de la Santé Psychique (PPSP), elle est depuis1999, directrice des projets de développement, s’occupe de la gestion de l’équipe et de son lieu d’accueil « les pâtes au beurre » à Nantes.
Directrice générale de l’Adoption Filiation International Consulting Group, elle reçoit depuis 2002, des familles adoptantes et leurs enfants à la consultation filiation de Paris.
Elle intervient régulièrement comme formatrice dans différents secteurs : le médical et para médical, le social, le juridique et le psychologique, au niveau national et international.
+ Voir plus
Source : http://www.alloparentsbebe.org
Ajouter des informations
Bibliographie de Sophie Marinopoulos   (19)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Points de vue et confrontations autour de grands enjeux societaux qui traversent le monde du livre jeunesse et qui le nourrissent : lecture et parentalité. samedi 3 décembre – Avec Ramona Badescu, autrice, Alexie Lorca, adjointe au maire de Montreuil, chargée de la culture, Sophie Marinopoulos, psychanaliste, auteure du rapport ministériel sur la Santé Culturelle et fondatrice des lieux Les Pâtes au Beurre, Marine Schneider, autrice de « Hekla & Laki », Pépite d'Or 2022 et Sylvie Vassallo, directrice du SLPJ. Avec la séquence 101 façons de lire tout le temps Avec l'auteur Timothée de Fombelle et les illustrations de Benjamin Chaud D'après le livre éponyme paru aux éditions Gallimard Jeunesse Et avec la séquence Aux petits bonheurs de Susie A 77 printemps, Susie Morgenstern trouve chaque jour de nouvelles sources d'emerveillement. D'après 77 bonjours 77 bonheurs, ill. Atieh Sohrabi, éditions Saltimbanque.

+ Lire la suite

Citations et extraits (64) Voir plus Ajouter une citation
Envisager le féminisme comme revendication du droit des femmes à l'égalité et au respect en organisant la journée de la jupe, ou sans jupe, est une erreur. Ces femmes se trompent -qu'elles me pardonnent ce jugement- et donnent au féminisme une tonalité désuète. Nous avons trop ri des hommes qui pensent qu'ils portent leur masculinité, leur virilité, en dessous de la ceinture, alors ne soyons pas à leur image, ne plaçons pas notre être sur ce même niveau, et relevons un peu le nez. La jupe n'est pas plus phallique que le pénis et n'est en rien ce qui nous distingue.
Commenter  J’apprécie          90
Etre deux, c'est accepter la différence. Et bien plus encore, être deux, c'est renoncer à la complémentarité, à cette pensée naïve souvent entendue "qu'ensemble on ne fait qu'un". Un plus un n'est pas égal à un, jamais. C'est après, et après seulement, cette acceptation aussi mathématique qu'affective et relationnelle que peut se vivre "l'être deux", qui deviendra une force et un enrichissement.
Commenter  J’apprécie          80
"Grandir, c'est se séparer", dit l'adage populaire. "Grandir, c'est renoncer à", expliquent les psychologues pendant que les psychanalystes précisent que "grandir c'est accepter les castrations symboliques successives".
Commenter  J’apprécie          80
Mais Eva ne sait pas perdre son temps. Comment s'arrêter l'espace d'un instant pour jouer, se pincer doucement pour le plaisir. Simplement se regarder. S'émouvoir. Ce n'est pas à sa portée. Comme sa mère, qui ne savait pas plonger son nez dans les plis de sa peau de bébé pour la humer jusqu'à plus soif, se rassasier de sa douceur, de sa chaleur, de son odeur. Qui ne permettait pas à ses sens de perdre la tête. Jamais elle n'autorisait ses yeux à sentir, sa bouche à toucher, son nez à caresser.
Alors Eva qui n'a pas reçu ne donne pas.
Commenter  J’apprécie          70
Je ne suis encore que votre bébé fantasme, votre bébé imaginaire, et à ce titre je suis hyper sympa, évidemment ! Quitte à rêver, autant rêver un truc chouette. Et moi, de mon côté, je ne sais pas quel genre de parents vous allez être. On ne choisit pas sa famille. Mais je refuse de m'alarmer : on a toutes les cartes en main et on saura bien jouer notre partie.
Commenter  J’apprécie          70
Se déguiser est merveilleux quand on a la maturité pour le faire, mais c'est un cauchemar pour l'enfant immature.
Une fois de plus, la signification de ce jeu universel en terme de croissance psychique est méconnue.
Il est facile pour un adulte de voir qu'un enfant joue pour le plaisir, mais il lui est plus difficile de concevoir qu'il joue avant tout pour maîtriser des angoisses, des pensées, des peurs, des pulsions qu'il craint de ne pas pouvoir contrôler.
Dans le jeu, l'angoisse est un moteur à dompter.
Commenter  J’apprécie          60
Parler de l'ennui, c'est parler de notre capacité à être seul, de notre caractéristique de petit homme dépendant, à la recherche de son autonomie et de la liberté de se construire un destin. A partir de l'ennui, du désoeuvrement apparent qui marque son origine, c'est la dimension vitale de cet être qui se révèle, démontrant comment le plaisir trouve sa source dans le manque.
Commenter  J’apprécie          65
Le corps continue ainsi à nous révéler ce que nous ne savons plus dire, devenant un indic, celui qui nous trahit en confiant à la chair une expression de son intimité alors dévoilée.
Commenter  J’apprécie          60
Le jeu universel de cache-cache repose sur la jouissance que procure le fait de perdre de vue volontairement dans le but d'être retrouvé.
Il y a un plaisir manifeste à découvrir celui qui est caché, mais aussi à être découvert quand on est caché. Car le jeu qui consiste à disparaître permet de mieux se montrer quand on est retrouvé. D'ailleurs, les enfants préfèrent jouer le rôle de celui qui se cache plutôt que le rôle de celui qui cherche.
Commenter  J’apprécie          50
La logique rationnelle sur laquelle se fonde le regard psychologique sur les mécanismes conscients ne permet en rien de relier une "mère criminelle" avec une "mère attentive et aimante". Il faut pouvoir définir ce que cette femme, dans sa singularité, dans son histoire psychique, au-delà de ce qu'elle donne à voir, vient "dire" de son lien à cet enfant, en quoi son attention s'est retournée contre l'enfant et comment elle a pu, au lieu de le protéger, le tuer. La logique psychologique ne donne rien à comprendre. Au contraire, dans la logique psychique, une femme peut tuer son enfant pour le protéger, pour le préserver, le garder avec elle, l'avoir en vie en elle. Cette surprenante logique évoque une autre facette des liens familiaux et peut annuler la vie de l'enfant. Elle exige de comprendre ce qu'est un Sujet psychique, comment sa vie psychique s'origine et quels sont les tabous fondamentaux d'un être devenu parent.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Sophie Marinopoulos (148)Voir plus

Quiz Voir plus

Créatures mythiques

A quelle mythologie appartiennent les Valkyries ?

nordique
maghrébine
slave

12 questions
226 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..