AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Robert Laffont

Les Éditions Robert Laffont ont été fondées en 1941 par Robert Laffont, et proposent principalement des biographies, des témoignages, de la littérature française et étrangère. De nombreuses collections composent son catalogue : “Bouquins”, “Pavillons”, “Réponses”, “Ailleurs et Demain”, ou encore “Best-Sellers”.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Robert Laffont



Dernières parutions chez Robert Laffont


Dernières critiques
oblo
20 septembre 2017
Les Piliers de la terre de Ken Follett
Qu'on se le dise : Les piliers de la terre est une oeuvre manichéenne. Le Bien contre le Mal. L'Eglise contre l'Etat. L'amour contre la haine. Fondement idéologique donc, mais aussi fondement historique (un roman-fleuve a besoin, comme une grande cathédrale, de fondations solides) : l'Anarchie règne en Angleterre à la suite de la mort du roi Henri Ier, d'où la lutte entre Etienne et Maud (ou Mathilde), et ce jusqu'à l'avènement du Plantagenêt Henri II, et même à l'assassinat de l'archevêque de Canterbury, Thomas Becket. Les fondations sont là, les murs aussi : il faut maintenant les personnages qui décoreront les chapiteaux et les vitraux : un bâtisseur qui rêve de construire sa propre cathédrale, un moine gallois devenu le prieur d'une grande abbaye, un évêque très ambitieux, un titre de comte qui aiguise les appétits de deux familles, un jeune sauvage d'engeance maudite qui devient maître bâtisseur à son tour.



Tom, le bâtisseur, trouve un chantier à sa mesure lorsque la cathédrale de Kingsbridge, ravagée par les flammes, doit être reconstruite. Le prieur de Kingsbridge, Philip, y voit là le moyen de redresser la réputation et les finances de son prieuré, ainsi que d'offrir à Dieu une maison digne. Le chantier sera l'oeuvre de plusieurs vies : celle de Philip, celle de Tom, celle de Jack aussi, le fils d'Ellen, seconde épouse de Tom après le décès de la première, Agnès, des suites d'un accouchement dans le rigoureux hiver d'une forêt obscure. Le chantier sera aussi l'obsession de l'évêque Waleran Bigod et du chevalier devenu comte, William Hamleigh. Les deux hommes n'auront de cesse de chercher à provoquer la ruine de la cathédrale et, partant, de Kingsbridge, cité rivale de Shiring, capitale du comté.



Pour construire la cathédrale, il faut de la pierre, certes, mais aussi de l'argent. A ce titre, les marchés et les foires tiennent une grande importance dans la vie médiévale. Aliena, fille du comte déchu de Shiring, sœur du chevalier Richard et, finalement, épouse de Jack, fera fortune dans le commerce de la laine avant d'être ruinée puis de se retrouver sur un piédestal : c'est à la force de ses mains, seule, qu'elle s'élève à nouveau et accomplit la promesse faite à son père.



Ken Follett a le don de rendre vie au Moyen Âge. Au fil des pages, on découvre un monde où les relations interpersonnelles sont très fortes - mais n'en est-il pas de même aujourd'hui ? -, où le pouvoir de Dieu est réel (c'est la voix de l'abbé Peter qui sauve Philip et son frère de la tuerie lorsqu'ils sont enfants), où la guerre fait et défait les titres. C'est un monde d'incertitudes terribles où les vies doivent se défendre car elles se perdent vite. Il en est de même pour l'existence de la cathédrale : ruinée par le feu ou par les mauvais calculs, elle est sans cesse redressée et repensée. Follett profite de l'itinérance de Jack sur le continent pour intégrer à son récit la construction alors révolutionnaire de l'église de Saint-Denis, modèle d'architecture gothique. La figure - historique, celle-là - de l'abbé Suger rappelle au moins que l'esthétisme architectural n'avait pas pour seuls protecteurs les maîtres bâtisseurs, n'en déplaise à Ken Follett ou à Tom le bâtisseur.



Si Follett cède, probablement un peu trop souvent, aux facilités d'une narration cyclique (William Hamleigh et Waleran Bigod trouvent un moyen de ruiner la cathédrale ; le chantier se remet difficilement en marche ; William Hamleigh et Waleran Bigod trouvent un nouveau moyen de ruiner la cathédrale ; et ainsi de suite ...), il profite cependant des mille cinquante pages de son roman pour fouiller le Moyen Âge et rendre clair chaque aspect de cette époque lointaine. Depuis la vie du monastère jusqu'aux luttes politiques entre les rois et les barons anglais, depuis les rues grouillantes de marchandages et de pauvreté de Winchester ou de Canterbury jusqu'à l'activité foisonnante qui règne sur un chantier de cathédrale, depuis la science des maçons jusqu'au capitalisme naissant dans le commerce de la laine, tout concourt à faire de ce roman un résumé enthousiasmant de l'époque médiévale. Evidemment, les intrigues en tout genre (l'élection du prieur de Kingsbridge, les alliances successives de William Hamleigh avec tel ou tel prétendant à la couronne (alliances jamais gratuites, bien-sûr), l'opposition nette entre Henri II Plantagenêt et Thomas Becket ...) tiennent vive l'excitation du lecteur.



La grande Histoire ne suffit pas : les petites histoire s'y mêlent. Histoires de cœur, de passions, de haines aussi, tout cela est savamment mêlé. Tom le bâtisseur et sa famille - élargie - sont au centre de ces histoires intemporelles. Les mariages - quand ils sont possibles -, les naissances et les morts (accidentelles, parfois) rappellent que l'homme, dans son essence profonde, ne change pas. Finalement, dans ce récit ponctué de scènes de grande violence, il demeure que c'est l'acharnement de quelques-uns (pour différentes raisons : religieuses, artistiques, familiales ...) qui bâtit, plus encore que les maçons ou les ouvriers, la cathédrale de Kingsbridge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Mamaillou
20 septembre 2017
Si c'était à refaire de Marc Levy
Nul, une histoire de meurtre, la victime, un journaliste new-yorkais bô comme tout et doué comme tout revient 3 mois avant son meurtre et doit découvrir son assassin. Il a une fiancée beeelllle et intelligente avec ça, ils font l'amour encore et encore et toujours !!!! Il fait plein de cauchemars, on se fait prendre une fois, puis après, on se dit : « tiens, un nouveau rêve ! ». Tout ça pour finir dans une chambre d'hôpital. Avec une deuxième histoire, son enquête sur la dictature argentine et ses atrocités (tortures, corps balancés encore vivants d'avions,....), histoire de rajouter du gore ! Heureusement que c'est un livre audio, je ne l'aurais pas lu sinon.

Commenter  J’apprécie          00
mesnilcecile
20 septembre 2017
Les Piliers de la terre de Ken Follett
Passionnant
Commenter  J’apprécie          00