AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Robert Laffont

Les Éditions Robert Laffont ont été fondées en 1941 par Robert Laffont, et proposent principalement des biographies, des témoignages, de la littérature française et étrangère. De nombreuses collections composent son catalogue : “Bouquins”, “Pavillons”, “Réponses”, “Ailleurs et Demain”, ou encore “Best-Sellers”.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Robert Laffont



Dernières parutions chez Robert Laffont


Dernières critiques
Syl
  20 novembre 2017
Tu tueras l'ange de Dazieri Sandrone
Dans ce second tome où l’on retrouve la commissaire adjointe Colomba Caselli et Dante Torre, il y a un avant et un après. Le début de l’histoire introduit le lecteur dans un lieu qu’on appelle « cube ». Ce lieu sans fenêtre est l’antichambre des enfers où les prisonniers sont condamnés à ne plus voir la lumière du jour.

« L’après » raconte un attentat dans un train que les autorités imputent immédiatement à Daesh. Une substance toxique a empoisonné un compartiment en tuant tous les passagers. Gaz, anthrax, sarin, cyanure… seules les analyses pourront définir la cause des décès.

Colomba qui doit réagir sans perdre de temps, oriente ses troupes dans un quartier islamique pour découvrir un foyer de terroristes. Mais rien ne se passe comme prévu dans la mosquée et l’opération tourne mal ; l’imam meurt sous les assauts des forces spéciales. Consciente qu’il y a une discordance dans les faits et sensible aux aveux de l’imam juste avant sa mort, elle décide de reprendre contact avec Dante Torre en qui elle a une absolue confiance. Depuis le dénouement de l’affaire du « Père », leur relation s’est distendue, et leur complicité s’est effacée sous le poids de leurs angoisses. Colomba ressasse toujours le drame qu’elle a vécu dans un restaurant parisien et Dante est toujours sous l’emprise des médicaments et de ses psychoses.

A l’appel de Colomba, Dante répond présent et résout en peu de temps un premier indice qui les mène sur la piste d’un mystérieux tueur.



Les chapitres enchaînent alternativement « avant » et « après » et dévoilent petit à petit le profil démoniaque d’une femme qu’on appelle Giltiné, la déesse de la mort.



On retrouve dans ce second volume certaines arcanes du premier tome, dont celles très fortes de l’incarcération et des manipulations psychologiques. Retrouver également Dante, Colomba et d’autres personnages récurrents ont été un atout majeur à cette lecture que j’ai appréciée. Toutefois, je n’ai pas été follement captivée comme pour le précédent car j’avais parfois la sensation pesante d’avoir envie de prendre des chemins de traverse pour éviter des passages un peu longs et trop violents.

L’histoire ne dévoile aucun des mystères qui entourent Dante. Bien au contraire, elle attise encore plus notre intérêt d’en savoir plus. La fin de ce roman est… diabolique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pika010
  20 novembre 2017
Le troupeau aveugle, tome 1 de John Brunner
Comme d'autres lecteurs, j'ai été perdu assez rapidement dans cette histoire à cause des nombreux personnages et des cours paragraphes. Çà part souvent dans tous les sens et je n'ai pas pu apprécier comme il doit ce monde pourtant intéressant décrit par l'auteur.
Commenter  J’apprécie          00
Sabrina1988
  20 novembre 2017
Si c'est un homme de Primo Levi
Si l'on ne devait retenir qu'un livre pour le devoir de mémoire des générations futures, nul doute que ça devrait être celui-ci.



Ce témoignage est poignant. Car oui il s'agit bien d'un témoignage, l'auteur raconte les horreurs qu'il a vues et vécues lors de la 2nde guerre mondiale, sans jamais donner son avis sur le nazisme. C'est d'ailleurs son objectivité qui rend d'autant plus émouvant ce récit.

Ce héros est un modèle d'humilité et de sagesse, chaque page en est un exemple.



De son arrivée au camp à sa sortie, l'auteur nous raconte ses longs jours passés dans le froid, la souffrance, la labeur, la maladie et la déshumanisation, avec ses compagnons d'infortune issus de tous horizons, ses systèmes D pour tenter de survivre face à l'adversité, mais aussi la petite guerre quotidienne entre les déportés au sein même du Lager et les trocs entre eux pour un morceau de pain ou un fond de soupe.



Bref, Primo Levi nous prête ses yeux pour nous faire notre propre opinion sur la réalité des camps de concentration.

Après la lecture de ce livre, personne ne peut dire qu'il ne sait pas ce qu'est la cruauté des hommes envers d'autres hommes à cause de leur différence, quelle qu'elle soit (physique ou religieuse).







+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00