AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205058967
Éditeur : Dargaud (19/10/2007)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 89 notes)
Résumé :
Librement adapté de la légende des Nibelungen qui a inspiré à Wagner l’un de ses plus beaux opéras, Siegfried est un sommet de l’heroic-fantasy, une bande dessinée fascinante qui renoue avec les mythes fondateurs des plus belles légendes. L’enfance de Siegfried, fils des hommes et des dieux, élevé parmi les loups par Nime. Le Nibelungen forme le premier tome d’une extraordinaire trilogie signée par Alex Alice, le génial créateur du Troisième Testament. Une série évé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
boudicca
13 octobre 2016
« L'univers vient de naître, le dieu des dieux ordonne et le monde obéit. Odin soumet toute chose à la loi de sa lance. Toute sauf une. Rien ne résiste à celui qui conquiert la puissance de l'or. Ni matière, ni esprit, ni dieux. » C'est dans la mythologie nordique qu'Alex Alice a puisé son inspiration pour cette trilogie dédiée à l'un des héros les plus célèbres des sagas germaniques : Siegfried. L'idée n'est pas tant de narrer par le menu la vie et les aventures vécues par le guerrier mais de raconter l'un des épisodes fondateurs de sa légende : son combat contre le dragon Fafnir. Et pour cela il faut remonter aux origines même du monde. On apprend ainsi de la bouche de la völva que l'or, échappant au pouvoir d'Odin, fut un jour volé par le dangereux Fafnir. A l'abri dans les profondeurs de la montagne, le voleur utilise à son profit les talents de son peuple, les Nibelungs, créatures particulièrement habiles pour exploiter les ressources minières. Peu à peu, Fafnir change, s'enfonce dans sa folie et finit par se transformer en une créature très différente de sa nature d'origine : un dragon. On pense aussitôt aux écrits de Tolkien, lui aussi grand connaisseur des mythes nordiques, qui relatait notamment dans « Bilbo le Hobbit » l'histoire de ces nains chassés de leur montagne par la malveillance et la cupidité du dragon Smaug.
Alex Alice a lui aussi été puiser dans diverses sagas et le récit découlant de ses recherches et compilations est des plus réussis. Ce premier tome marque notamment par son esthétique soigné et par un jeu de couleur saisissant, le noir le plus profond côtoyant le blanc ou le vert les plus vifs. Les différentes créatures peuplant cette légende sont elles aussi représentées de manière convaincante : la völva au corps décrépi et au visage inquiétant, la walkyrie, glorieuse et terrible dans son habit de lumière, et bien sûr les Nibelungs, voûtés, cornus et munis de grands yeux particulièrement expressifs. le scénario n'est cela dit pas en reste, Alex Alice ayant opté pour une construction assez originale qui permet de maintenir les lecteurs en halène jusqu'à la toute dernière page. Les personnages sont également à rajouter à la liste des atouts que compte l'album. Bien qu'encore enfant Siegfried manifeste déjà un certain potentiel sans pour autant faire montre de la moindre arrogance comme c'est souvent le cas des héros des légendes. C'est malgré tout un autre personnage qui devrait, à terme, parvenir à remporter les suffrages du lecteur : le forgeron nibelung Mime, protecteur de Siegfried doté d'un très mauvais caractère (menteur, roublard, ronchon..., bref un tuteur assez peu enviable). Une touche d'humour bienvenue qui rend le récit encore plus agréable.
Pari réussi pour Alex Alice qui signe avec ce premier tome consacré au héros Siegfried un bel album, habilement construit et soigneusement illustré. N'hésitez pas à sauter le pas, la suite est encore meilleure !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Maks
02 mai 2016
Une BD sympathique qui donne envie de connaître la suite, le scénario est riche et bien ficelé, des personnages assez classiques (mis à part les Walkyries qui sont excellentes).
Un bon divertissement Fantasy, comme il est dit sur le 4ème de couverture, inspiré des sagas vikings et de la musique de Wagner !
Commenter  J’apprécie          120
MarquePage
05 juillet 2017
Après m'être replongée dans l'univers de Château des étoiles j'avais envie de lire encore du Alex Alice. Cette trilogie nous montre une fois de plus les talents de ce scénariste/dessinateur.
L'univers est bien différente pour nous emporter dans le mythe viking qu'est Siegfried. Nous sommes toujours frappés par les dessins sublimes, les visages harmonieux qui donnent envie de les admirer des heures durant, les paysages à couper le souffle et des pages grandioses. La colorisation a le visuel un peu ancien, dix ans déjà pour ce premier tome, qui nous donne l'impression de revenir en enfance, comme si cette BD nous avait accompagné depuis longtemps (je ne sais plus du tout quand je l'ai lu pour la première fois).
Ensuite les personnages sont vraiment attachants. Comment ne pas tomber sous le charme attendrissant du jeune Siegfried, drôle et joueur, insouciant. Puis du Siegfried un peu plus vieux, torturé, en colère et en quête de vérité et d'identité. Il y a aussi le vieux Mime qui donne toujours une touche d'humour malgré sa mauvaise humeur et son brin de manipulation. Et puis bien sur la douce et mystérieuse Walkyrie, mystique et belle. Envoutante.
L'univers et l'histoire sont celles du mythe viking. Que l'auteur maitrise parfaitement, qui sait nous donner cet effet de légende. Sans nous ennuyer, sans nous perdre, nous gardant en haleine tout du long.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Elamia
14 novembre 2016
Des illustrations magnifiques, un scénario riche et bien construit qui nous plonge au coeur même de la légende de l'anneau des Nibelungen.
Une merveilleuse découverte que l'univers d'Alex Alice. J'ai reçu ce premier tome en cadeau, et je ne suis pas prête d'oublier cette lecture, véritable révélation, même si le contexte particulier a beaucoup joué dans mon appréciation.
On découvre à travers ce premier tome la naissance et l'enfance du héros germanique Siegfried. Dès les premières pages, on s'imprègne des croyances nordiques et de l'aura si particulière propre à cette trilogie.
Je me répète mais certaines planches sont à couper le souffle. Et ça ne sera que plus vrai dans les autres tomes.
Je compte bien continuer à découvrir cet auteur à travers son autre saga qui s'intitule le troisième testament et qui risque fortement de me plaire.

Commenter  J’apprécie          40
Cyril_lect
01 décembre 2014
Siegfried, c'est la mise en BD de la tétralogie de Wagner, opéra-fleuve s'il en est.
L'histoire : Siegfried est le fils d'une Walkyrie rebelle et d'un mortel. Recueilli par Mime, le Nibelung, après la mort de ses parents (fabuleuse scène d'ouverture), Siegfried vit et grandit hors du monde, ignorant de la loi d'Odin, de son ascendance et des desseins cachés de Mime. Écrasé par la médiocrité de celui ci et ne trouvant pas sa place dans ce monde sans humains, Siegfried ignore que son existence fait l'enjeu de l'affrontement inéluctable entre Odin et Fafnir, le Nibelung devenu dragon depuis qu'il a dérobé l'Or, symbole ultime du pouvoir. D'autant plus qu'une autre des Walkyrie a désobéi à Odin et semble devenue incontrôlable...
Avec Siegfried, on perçoit ce que Tolkien a emprunté au livret de Wagner...
Siegfried c'est l'histoire de la lutte des fils et des filles contre les pères, c'est aussi l'histoire du monde avant le monde des hommes.

Mais c'est surtout un souffle épique, une histoire qui mobilise toutes les potentialités du médium BD pour raconter une histoire non linéaire. Aux Utopiales, Hal Duncan à qui je racontais à quel point son Vélum me résistait, me répondit "think of the third dimension of time", pense à la troisième dimension du temps. Oui, oui, oui... Sauf que là, j'ai compris.
Nous pensons toujours le temps selon une flèche, une direction, un déroulement, qui, dans le cas de la BD se déroule le long des cases. Alex Alice, pour sa part, compose un temps mythique, un temps qui fut, qui est et qui sera. Les flashbacks, les histoires enchâssés, les effets de simultanéité, sont extraordinairement
gérés dans des planches qui nous imposent de revisiter constamment ce que nous venons de lire.

Alors, bien sûr, il y a quelques petits défauts comme les visages un peu disneyens à mon goût ou encore les incises humoristiques de la confrontation entre l'irascible (et sommet de mauvaise foi) Mime et le silencieux Grane, destrier de la Walkyrie rebelle, rallié à Siegfried. Cela n'apporte pas grand'chose à une histoire dont le tragique est la plus grande force.
Mais à côté de cela, quel souffle, quelle puissance !
Il faut voir le soleil se lever, alors que cela signifie pour Odin, la mort de sa Walkyrie préférée, de sa fille rebelle et adorée, il faut voir Mime raconter en une page la transformation de Fafnir en un dragon après avoir ingéré l'Or, il faut voir la Walkyrie aller au devant de son inéluctable et fatal destin... Si les morceaux de bravoure du dessinateur se succèdent sans temps mort, la BD fait aussi la part belle à des fulgurances poétiques (la petite fille, passeuse sur le ponts des morts, la vision nocturne du jeune Siegfried...). Il faudrait citer presque toutes les pages.

Que dire d'autre ? Que, pour une fois, les éditions spéciales justifient leur prix : jusque 80 pages en plus par rapport à l'édition simple, avec des interviews d'Alex Alice, de nombreuses reproductions des essais, des sources d'inspiration etc. Et puis ce sont de très beaux objets... le tome un est épuisé depuis longtemps, le tome trois l'a été en une semaine, ne reste que le tome deux.
La suite sur le blog
Lien : http://leslecturesdecyril.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Les critiques presse (1)
Lecturejeune01 mars 2008
Lecture jeune, n°125 - Le premier tome de cette trilogie évoque l’enfance de Siegfried, fils d’une déesse et d’un mortel, élevé par Mime, forgeron de son état. L’enfant ignore tout de son histoire : seul un étrange pendentif à tête de loup, qui le fascine, le rattache à son passé. Il passe ses journées dans la forêt, ramassant du bois et côtoyant les loups, ses seuls compagnons. Un jour, Siegfried découvre la lame brisée d’une épée qui s’avère providentielle lorsque le jeune héros doit lutter contre un terrible loup noir. Il ignore alors que l’autre moitié de l’épée se trouve toute proche, au fond d’un étang, et qu’elle a jadis appartenu à son père… Cette ambitieuse trilogie vise à rendre accessible au grand public la légende de Siegfried adaptée par Richard Wagner dans l’opéra L’Anneau de Nibelung. La qualité du dessin d’Alex Alice permet de contrebalancer une mise en place trop longue du sujet. En effet, il maîtrise tout à la fois les cadrages, les mouvements ou encore les expressions des visages. Qui plus est, les couleurs dominées par les tons bleutés instaurent une ambiance féerique. Le tome 2 devrait être déterminant afin de juger au mieux de la qualité de cette série. Ce triptyque donnera également lieu à un film d’animation qui sera sur les écrans dans le courant de l’année 2008. Anne Clerc
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
MaksMaks02 mai 2016
Siegfried est un mortel, faible. Ignorant.
Il ne connais rien de son ennemi, ni de l'or, ni même de ce Mime qui veut l'empoisonner.
Même s'il traverse la forêt interdite et le pays des géants, les montagnes et la brume, il ne peut rien contre le pouvoir de l'or, face au dragon, l'enfant loup n'a aucune chance !
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Alex Alice (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alex Alice
(BD) La chronique de Jean-Edgar Casel - Le chateau des étoiles
autres livres classés : légendes nordiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





. .