AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 236540779X
Éditeur : Éditions Sharon Kena (18/11/2014)

Note moyenne : 4.71/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Deux forces s'affrontent. L'une cherche une arme, l'autre fait son possible pour qu'elle ne la trouve jamais, il en va de sa survie. Mais quand elles se défient à l'échelle cosmique depuis des générations, il y a forcément des dommages collatéraux, des batailles qui empiètent sur des planètes insouciantes, qui influes sur la vie d'innocents.Ayame est la première de sa planète à assister à l'un de leur combat aérien et sans l'avoir voulu, simplement parce qu'elle se ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
ddreambookine
  07 avril 2015
Comme toujours, je tiens à remercier les Éditions Sharon Kena pour ce service presse. J'avais déjà lu le premier tome de « Sarangins » du même auteur et encore une fois, je ne suis pas déçue ! J'ai même été surprise d'y voir un lien entre les deux, tout en ayant une histoire totalement différente.
Dès le début, j'ai eu un doute ! Je m'attendais à lire une romance sur fond de sciences fiction alors que la première scène me faisait penser un à mélange d'action et d'aventure. Finalement, pas du tout ! C'est bien la romance qui domine toute la première partie. Elle nous fait également découvrir un monde futuriste où chaque peuple occupant une planète est sous la menace d'une seule et même personne voulant dominer tout l'espace : Toborel !
C'est dans cette même partie également que nous faisons la connaissance d'Ayame, d'Yvon et de son peuple.
Ayame est une jeune femme de caractère mais avec une certaine sensibilité qui la rend très attachante. Ascellia, sa planète, est sous le contrôle de Toborel qui a asservi toute la population par la peur et la répression! En danger, elle est sauvée par Yvon qui la conduit alors, grâce à son chasseur, jusqu'à sa colonie. Rapidement, ils ne sauront se passer l'un de l'autre et iront jusqu'à faire l'impensable afin de ne pas être séparé. On ressent leur amour sincère et cela ne les rend que plus appréciables et touchants. Leur histoire est belle malgré les malheurs qui la composent !
Concernant Toborel, on ne sait pas grand-chose sur lui si ce n'est que, d'après les écrits, il serait vaincu par les Hamrains, le peuple d'Yvon. Une « création » serait la cause de sa perte. Les Hamrains sont donc à sa recherche pour le combattre alors que Toborel la recherche pour la détruire.
Dans la deuxième partie de ce roman, nous plongeons pleinement dans l'action au côté d'Edréa, la fille d'Ayame et Yvon. Même si le changement de situation est assez soudain et perturbant, il relance l'intrigue afin de nous embarquer un peu plus dans cette histoire.
Edréa, bien décidée à faire tomber Toborel, peu importe le prix que cela lui en coutera, est déterminée ! Très douée, que ce soit aux commandes d'un chasseur ou lors d'un combat au corps-à-corps, rien ne pourra la détourner de son objectif. Surtout qu'elle s'est trouvé un allié en Wulver, du peuple Soakyl, qui souhaite la mort de Toborel tout autant qu'elle.
Ce que j'ai beaucoup apprécié dans ce récit est le fait que nous ne soyons pas envahis par des thermes extrêmes au nom totalement impossible à retenir. Certes, nous avons plusieurs peuples (Ascelliant, Hamrain, Soakyls, …) ayant chacun leur propre technologie ! Mais tout ça reste parfaitement compréhensible et agréable à lire. Les descriptions sont présentes afin de nous dépayser facilement sans pour autant nous plomber le texte. le seul bémol étant la longueur des chapitres ! Je pense sincèrement que certains auraient pu être divisés en deux ou trois parties … Surtout que l'auteur à une écriture riche et fluide qui rend la lecture très agréable.
En bref, il est clair que je n'ai pas trouvé ce récit totalement addictif dû aux longueurs des chapitres qui alourdissent un peu le tout. Mais il est malgré tout intrigant et intéressant ! Emmanuelle Amadis nous transporte encore une fois dans son univers particulier. Les personnages sont attachants et leur amour est décrit avec passion. Je dis OUI !
Lien : https://ddreambookine.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
viou03
  28 mars 2015
On découvre un univers futuriste avec différents peuples de l'espace et une menace en la personne de Toborel qui veut devenir le maître de l'univers.
La scène d'ouverture débute sur un combat entre navettes. Je me suis dit alors que le roman allait prendre une direction aventure science fiction et non pas du tout . C'est la romance surtout dans la première partie qui domine. On apprend aussi à connaitre le peuple d'Yvon et le personnage d'Ayane.
La deuxième partie est consacrée à leur fille Edrea. Ici aussi, il y a de la romance mais le but de départ, retrouver Toborel, revient et l'intrigue s'étoffe.
Le monde décrit par l'auteur est original : un mélange de Stargate et des Âmes Vagabondes avec une pointe de bit-lit , plus une touche personnelle. L'univers que l'on découvre est assez proche du nôtre tout étant très différent pour que l'on accroche sans difficulté et que l'on assimile son fonctionnement sans souci. J'ai beaucoup apprécié d'être dépaysée sans être perdue au milieu d'un flot d'informations.
J'ai adoré la plume de l'auteur : une écriture entraînante , fluide, enchanteresse . Elle décrit avec beaucoup de passion la vie d'Yvon et Ayane. On découvre un personnage d'Ayane : passionné, droit, généreux ...
Une magnifique histoire , superbement écrite !
Mon seul minuscule bémol est la longueur des chapitres, un peu long.
Vous aimez la romance, les intrigues de science-fiction avec une quête, une prophétie, n'hésitez pas à découvrir ce roman.

Lien : http://viou03etsesdrolesdeli..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
viedefun
  09 avril 2016
J'ai vraiment été charmée, captivée, conquise par ma lecture de L'erreur de Toborel ! Les races extra-terrestres créées par l'auteure, leurs capacités physiques et psychiques (notamment ceux de la race d'Yvon) sont fascinantes. Dans cette histoire, vous avez de l'aventure, de la science-fiction, de la romance, du suspens, la lutte contre un ennemi diabolique dont nous découvrons la vraie nature avec surprise et évidemment, un « p'tit peu d'cul » !….Mais L'erreur de Toborel ce sont aussi des moments vraiment dramatiques qui exacerbent l'histoire d'amour extraordinaire entre Ayame et Yvon…..Sans parler ensuite des aventures de leur fille Edréa devenue adulte et prête à découvrir l'amour et à se battre contre Toborel, elle aussi !….Bref, si vous voulez un livre qui vous transporte dans un autre univers et qui fasse palpiter votre petit coeur de mille façons, foncez, lisez-le ! Et pour ceux qui connaissent la saga des Sarangins, vous serez aussi contents du petit clin d'oeil fait à leur intention par l'auteure dans cette magnifique romance cosmique !
Ma note : 19/20
Lien : http://lespassionsdeviedefun..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
kiwiriki
  18 janvier 2015
Une romance sur fond de science-fiction pas trop complexe, une histoire magnifique et une écriture fluide mais riche. Ce livre est un cocon chaud et douillet que je ne voulais plus quitter!
Lien : http://mon-irreel.blogspot.b..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
viedefunviedefun   09 avril 2016
Tu as vu ! s'exclama Cylian, elle a cinq orteils. Tous regardèrent ses pieds, même Kolin qui pourtant ne semblait guère intéressé par la jeune femme. Alors que Cylian s'extasiait devant sa découverte, Yvon regarda son corps avec plus d'attention. Depuis le début, il s'était principalement attaché à son visage, à sa blessure, et surtout à la sensation de douceur qu'il conservait de son contact mental avec elle, il n'avait pas vraiment attaché d'importance à son physique. Bien qu'en suspension à une bonne dizaine de centimètres du sol, elle faisait une tête de moins que lui. Moins longiligne que son peuple, Ayame lui semblait disproportionnée, principalement sa poitrine qui avait une ampleur inédite. Il fronça le nez, comprenant soudain le dégoût primaire de Kolin. Par contre, il trouvait les courbes de son ventre et de ses fesses, plutôt agréables à l'oeil, sans doute parce qu'il s'apparentait pour lui à un signe de grossesse. Ses yeux glissèrent le long de ses jambes jusqu'à ses pieds, dont il n'aurait peut-être pas perçu la particularité sans l'oeil avisé de son ami. Tout comme ses amis le faisaient certainement, il se demanda s'ils étaient tous mobiles et indépendants, ou si certains étaient inutiles. Il remonta le long de son corps, l'impression de disproportion s'intensifiant, jusqu'au moment où il regarda son visage. Bien que moins allongé que les leurs, il lui paraissait plus normal et esthétique que le reste, hormis ses yeux, qui semblaient manger son petit visage. Mais connaissant leur valeur, cette particularité ne le gênait pas du tout, il avait même plutôt tendance à trouver ce détail attachant, même s'il se doutait que ce ne serait probablement pas le cas de ses congénères.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
kiwirikikiwiriki   18 janvier 2015
" -C'était vraiment indispensable? demanda sévèrement Daron.
- Doublement irrésistible, avoua Yvon sans aucun remords. Ayame est particulièrement confortable, confia-t-il un peu embarrassé.
- Confortable! s'écria la jeune femme. Je suis con-for-ta-ble! Un vieux pull. Une vieille couverture. Une paire de chaussons, fulmina-t-elle. Ça ce sont des choses confortables. Je ne suis pas une chose, tu ne peux pas me qualifier de "confortable", ragea-t-elle.
Alors qu'Yvon se creusait la tête pour comprendre ce qui clochait, Daron, visiblement plus perspicace intervint.
- C'est un compliment! Le plus beau qu'un Hamrain puisse te faire, déclara-t-il."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
viedefunviedefun   09 avril 2016
Physiquement, il était différent de ce qu'elle avait imaginé. Certes, comme il le lui avait dit, ils étaient plus grands que les Ascelliants, propablement dans les deux mètres dix, Yvon était également plus pâle, mais depuis qu'elle avait vu les Dovestes sur les écrans, elle s'était imaginée que les Hamrains avaient la même carnation qu'eux. Loin d'être grisâtre, la sienne était crémeuse, si lumineuse, qu'elle ne pouvait pas être considérée comme maladive. Par contraste, ses cheveux étaient particulièrement sombres, Ayame ne parvenant pas à décider s'il lui semblait aussi noirs parce qu'ils l'étaient réellement, parce qu'ils contrastaient sur sa peau blanche. Pourtant, chaque fois qu'elle le regardait, c'était à ses yeux qu'elle revenait. Ils avaient une couleur bleu opaline dont la nuance variait en fonction de ses sentiments, et qu'elle ne se lassait pas d'admirer. Elle n'avait jamais compris l'expression qui voulait que le regard soit le miroir de l'âme, jusqu'au moment où elle avait vu ceux d'Yvon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
viedefunviedefun   09 avril 2016
-Mais quel âge as-tu donc ?
-Presque vingt, et toi ? Presque signifiait qu'elle ne les avait pas encore, et son interrogation ne visait qu'à ne pas lui laisser le temps de s'appesantir sur sa jeunesse. Il y répondit tout de même.
-Vingt sept et je pilote depuis presque dix ans. Mentalement, il se reprocha d'avoir usé du même adverbe qu'elle. Ne l'entendant pas réagir, il se tourna vers elle. Faisant mine de regarder les instruments de bord, elle répondit avec une certaine gêne.
-Un peu moins de neuf.
-Tu avais onze ans, s'exclama-t-il ahuri. Pourquoi t'at-on mise si tôt dans un chasseur ? Nouveau silence, pendant lequel il réalisa qu'elle n'avait pas utilisé l'adverbe presque, mais qu'elle avait parlé de "un peu moins" ce qui signifiait plus. Nouveau regard avant qu'elle ne se décide à avouer.
-J'ai commencé sur simulateur à sept ans. Tu as faim ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
viedefunviedefun   09 avril 2016
L'un des peuples qu'il a voulu soumettre s'est pourtant rebellé d'une manière inédite pour lui : il s'est purement et simplement anéanti, avant que quiconque ait pu prendre véritablement contact avec l'un de ses représentants. Pourtant, tout comme les hommes de Toborel, nous avons découvert des écrits sur leur planète qui nous ont permis de comprendre leur geste. C'était une race humanoïde, mais dont les capacités psychiques dépassaient grandement les nôtres. Ils parvenaient également à calculer, où à deviner, les différentes conséquences de chaque acte, chaque décision, et ils en déduisaient ainsi les divers avenirs possibles. Pour eux, il paraissait indispensable de disparaître pour ne pas renforcer la puissance déjà colossale de Toborel, et cela, bien qu'ils ne connaissaient aucun des mondes qu'ils protégeaient par leur sacrifice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : romance fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Harry potter

A quel âge les sorciers sont ils mageurs?

16 ans
17 ans
18 ans
19 ans

35 questions
219 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'Ecole des Sorciers de J. K. RowlingCréer un quiz sur ce livre