AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
3,82

sur 39 notes
5
3 avis
4
10 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
Les Brigades du Steam, ou comment exceller dans le métier de mobilard en une seule mission ?

Je dois dire que j'ai été étrangement surpris par ce livre. Je ne suis pas friand des romans d'enquête, policier. Ce livre en est un. Et je n'ai pas été déçu.

Nous sommes en 1910. Auguste débute comme mobilard. Il est embauché dans la 13e Brigade. Sa toute première mission, alors qu'il vient d'arriver, est de prendre soin de l'agent Solange Chardon. Solange est au bord de la dépression. Elle a perdu un ami très proche lors d'une mission et s'est fait amputé du bras gauche. A la place de ce moignon, se trouve un bras en cuivre. Un bras qui va devoir faire qu'un avec elle. Solange va devoir s'y habiter, malgré elle, et s'en servir, non pas comme une faiblesse, mais comme une force, afin de pouvoir combattre les assassins qui veulent lui enlever la vie.

Ne vous dites pas que ce livre va être sans ennuyant, vide et non développé, car c'est complètement faux. Etienne Barillier a réussi à m'entraîner dans l'histoire malgré tout ! Les personnages sont attachants, ils ont tous une place qui leur est propre avec des sentiments distincts. de plus, je ne lis pas souvent de livres écrit dans le passé. Je lis généralement des livres qui se passe dans le futur. Ce changement est intéressant et j'ai plutôt bien aimé cette découverte littéraire !

J'aimerais ajouter aussi, que la couverture du livre et la mise en page du texte, … m'ont beaucoup plu. La couverture de ce livre est magnifique et on peut déceler du travail devant ça. Bravo ! =D

Avant de clore ma critique, je tenais à dire merci du fond du coeur à Masse Critique et aux éditions ActuSF qui m'ont envoyé ce livre juste avant le confinement. C'est un beau cadeau pour ce confinement ! J'ai franchement adoré ce livre et il mérite bien sa note ! Etienne Barillier a réussi à me convaincre d'aller regarder un peu mieux sa bibliographie ! :-)


Bref, c'était super et j'ai hâte que les prochaines opérations Masse Critique arrivent ! =D


Merci d'avoir lu jusqu'ici ! =)


Bonnes lectures pendant ce confinement, portez-vous bien ! Et 168 critiques !

Commenter  J’apprécie          282
Les Brigades du Steam est le fruit de deux plumes de talent qui se sont associées pour proposer ce récit d'imaginaire. Si Etienne Barillier est un auteur de référence en steampunk pour avoir notamment écrit avec Arthur Morgan, La France Steampunk (publié chez Mnémos en 2015), Cécile Duquenne, elle, n'est pas non plus en reste comme l'illustrent ses séries, Les Foulards rouges mêlant steampunk et space opera, ainsi que Penny Cambriole.

La sortie prochaine d'un second volet des aventures de la sémillante Solange Chardon de Tonnerre m'a donnée envie de sortir de ma PAL ce premier tome pour m'atteler enfin à sa lecture.

1910. Solange Chardon de Tonnerre se réveille sur un lit d'hôpital, l'esprit embrumé par les calmants, avec un bras en moins et des souvenirs confus quant à la raison de sa présence ici. Peu à peu, la mémoire lui revient et avec elle, le chagrin insoutenable d'avoir perdu son coéquipier et ami, Pierre, ainsi que l'incompréhension de cet attentat survenu au quai des Orfèvres. Parallèlement, Auguste Genovesi rejoint la 13e brigade. Et pour sa première mission, il est affecté au chevet de Solange car en tant que nouvel équipier, il se doit de l'aider à remonter la pente. Passés les premiers échanges houleux entre eux, ils n'auront bientôt pas d'autre choix que de trouver un terrain d'entente pour affronter ensemble des dangers qui menacent à nouveau Solange et même la France.

Les Brigades du Steam est une uchronie teintée de steampunk dans laquelle les auteurs ont imaginé l'existence d'une treizième brigade mobile qui vient s'ajouter aux douze déjà connues, créées par Georges Clemenceau en 1907. Celle-ci étant basée ici à Aix-en-Provence, ville natale des deux héros mis en scène par Etienne Barillier et Cécile Duquenne. Aussi, on ne s'étonne pas d'assister à un chassé-croisé de personnages fictifs et historiques qui ne cessent de se rencontrer entre ces lignes. La plus remarquable intervention est bien entendu celle de l'illustre Georges Clemenceau qui ne va pas manquer de venir inspecter les rangs de l'une de ses brigades. Clin d'oeil à la célèbre série "Les Brigades du Tigre", diffusée de 1974 à 1983, le roman d'Etienne Barillier et de Cécile Duquenne y ajoute une dimension steampunk, conférant au texte ses notes d'élégance et de modernité. En outre, la référence ne s'arrête pas là puisque le supérieur de nos deux mobilards est un certain commissaire Desailly, portant le même nom que le créateur de la série Claude Desailly.

Ici la vapeur et le cuivre s'expriment tous azimuts à travers des hippomobiles, autrement dit des véhicules fonctionnant à l'aide de chaudière à charbon, ou encore des cerveaux mécanographiques permettant la centralisation et la diffusion d'informations par voie télégraphique ou téléphonique. Sans parler des membres artificiels articulés et constitués de tuyaux, de pistons et autres rouages afin de remplacer ceux faits de chair et de sang qui sont endommagés. Des greffes qui modifient à jamais celui ou celle qui les reçoivent en faisant d'eux des êtres physiquement supérieurs, autrement dit des humains améliorés.

Outre cette atmosphère mécanique, les auteurs ont laissé leur imagination dériver vers cette notion d'expériences scientifiques secrètes menées sous le sceau du secret d'Etat. Une orientation du récit qui se mêle parfaitement à la menace prussienne qui plane sur la France. Ici, la sécurité nationale est en jeu car les hautes sphères du pouvoir semblent infiltrées par des agents prussiens alors pour celui que l'on surnommera plus tard le "père de la victoire", il n'y a pas d'autres choix que de mettre son meilleur homme, enfin plutôt sa meilleure femme sur l'affaire afin de démasquer les traites.

Les Brigades du Steam, c'est aussi un duo de héros étonnant. On a d'un côté la pétillante Solange Chardon de Tonnerre qui ne manque ni d'humour ni de ressources pour vaincre toute situation périlleuse. Complètement badass, Solange est une femme d'action qui plonge corps et âme dans la lutte contre la criminalité. Avec elle, ça virevolte, ça cogne, ça esquive, bref - vous aurez compris - qu'elle est le genre d'héroïne qui se jette dans la mêlée et règle la situation à coups de poing, d'autant que son bras mécanique lui confère un net avantage. A contrario, Auguste Genovesi incarne la figure du bleu. Jeune policier sans expérience, il a soif de bien faire et de plaire à son mentor. Il voue une sincère admiration à Solange et se laisse pousser des ailes pour se démarquer le plus possible. Affable et prévenant, on ne résiste pas à sa bonhomie. Clairement, ils forment une association insolite qui nous entraîne dans une enquête menée tambour battant.

Avec Les Brigades du Steam, Etienne Barillier et Cécile Duquenne signent un récit qui monte en puissance au fil des pages pour se conclure en une apothéose d'émotions et de suspense. Lecture coup de cour pour un univers qui ne demande qu'à être exploré... suite sur Fantasy à la Carte.

Lien : https://fantasyalacarte.blog..
Commenter  J’apprécie          110
Un roman sympa mais dans lequel j'ai eu du mal à me plonger. le bon point pour ce roman est vraiment d'avoir sorti le steampunk de Paris et d'avoir fait un duo masculin/féminin.
Si le roman se lit globalement bien et facilement, plusieurs éléments m'ont un peu sorti du récit. Tout d'abord un « fusil de Tchekhov » gros comme une maison. On insiste tellement sur un détail avec Solange que forcément on sait que ça va revenir sur le tapis, et pas du bon côté du tapis.
Ensuite, j'ai trouvé le début très long et lent. Alors c'est sur qu'il faut placer l'univers et les personnages mais ça manque un peu de dynamisme. Dynamisme qui croit tout au long du roman cependant.
Ensuite je n'ai pas réussi à m'accrocher aux personnages, et je ne sais pas trop pourquoi … Ils sont intéressants tous les deux, avec des qualités et des défauts… mais il m'a manqué une petite étincelle.
En enfin, et là on touche quelque chose de très personnel : je n'ai pas du tout les romans qui décrivent des « vrais lieux avec les noms des rues » …. Ça me sort directement d'un récit. Pourquoi ? car c'est « fait » pour les gens qui connaissent ledit lieu. Et ce n'est pas juste parce que ça se passe à Aix …. Mais ça c'est vraiment quelque chose de personnel et ça n'a rien à voir avec la qualité du livre.

Au final, j'avoue une petite pointe de déception, mais j'ai passé quand même un bon moment.

Lien : http://anaiscience.eklablog...
Commenter  J’apprécie          40
Si vous aimez le steampunk, ce roman pourrait vous intéresser : s'il reprend le classique duo aux caractères opposés, il apporte de la fraîcheur car il se déroule à Aix-en-Provence. le côté machine n'est pas trop marqué et l'ambiance bien rendue, même si le premiers tiers du livre, dédié à la mise en place, peut paraître parfois un peu long, surtout avec les derniers chapitres qui, eux, carburent à plein régime. Un meilleur équilibrage aurait bénéficié au roman, à mon avis.
Lien : https://lauryn-books.blogspo..
Commenter  J’apprécie          40
Si vous passez régulièrement sur le blog, vous avez dû y voir ces derniers temps pas mal de chroniques de romans de Cécile Duquenne. J'ai dévoré la fin de la saison 2 des Foulards Rouges et beaucoup aimé sa série sur l'application Rocambole, Les évaporées. Amatrice de steampunk, je m'étais fait offrir son roman écrit à quatre mains avec Etienne Barillier courant 2020 et je me suis dit que c'était le bon moment pour le découvrir. Je me suis lancée dans Les Brigades du Steam pleine d'enthousiasme et… malheureusement je suis un peu passée à côté !

L'intrigue se déroule dans le sud de la France, à Aix-en-Provence au début du vingtième siècle. On y fait connaissance avec Auguste, jeune recrue de la 13è brigade dont la première mission consiste à jouer les garde-malades auprès d'une vétérante clouée sur un lit d'hôpital. Solange vient d'échapper à un attentat à Paris, elle y a perdu son coéquipier mais aussi un bras, et elle est au fond du trou. Or, c'est une femme de caractère et elle est infernale avec le personnel médical. Jusqu'à ce qu'on tente de se débarrasser d'elle à nouveau. Elle réalise alors qu'elle n'a pas le loisir de s'apitoyer sur son propre sort et va entraîner Auguste dans un complot qui va bien au-delà de ce à quoi il s'attendait.

Sur le papier, tous les éléments étaient réunis pour que je passe un bon moment. Malheureusement, je n'ai jamais vraiment réussi à rentrer dedans. L'intrigue met un temps fou à se mettre en place au profit des personnages. Ce ne serait pas forcément un mal - quand on lit du King depuis aussi longtemps que moi, on n'est pas dérangé par ce genre de procédé - si j'avais éprouvé un peu plus d'empathie pour eux, ce qui n'a pas été le cas. Auguste est d'une naïveté presque agaçante et Solange est l'archétype de l'héroïne badass à l'excès. Quant à l'intrigue, elle se révèle assez basique.

Au final, je tourne la dernière page avec un sentiment assez mitigé, je m'attendais à tellement plus. Plus de steampunk déjà, mais surtout plus d'ambition dans cette intrigue qui manque un peu de profondeur. J'aurais aimé qu'elle soit davantage creusée, plus complexe, plus poussée. Un bras mécanique et une voiture à chaudière ne font malheureusement pas tout. Je ne suis pas sûre de lire la suite, si suite il y a un jour, mais si vous avez envie de steampunk léger, n'hésitez pas à tenter l'aventure, je serai toujours curieuse d'avoir votre avis.
Lien : http://etemporel.blogspot.co..
Commenter  J’apprécie          30
J'ai lu sur ce roman que le couple de héros était un cliché et qu'il ne se passait pas grand-chose.
Je n'ai pas lu le même roman.
Cependant, le démarrage a été difficile. le prologue, explicatif à souhait, était laborieux. Les toutes premières pages de l'histoire m'ont paru écrites avec pléthore d'adverbes. Puis est venue l'erreur récurrente de conjugaison, impardonnable pour moi, puisqu'elle est sans cesse venue interrompre ma lecture pour me sauter au visage tout au long du roman : non, on ne courrait pas autrefois, on courait ; non, on ne mourrait pas non plus, on mourait.
Passé ces détails un peu rebutants, je me suis laissé attraper par le duo d'enquêteurs.
L'héroïne est badass, certes. On y est habitués, de plus en plus, oui. Mais, elle est aussi très expérimentée ; ce n'est pas une jeune première et elle devient le mentor d'un jeune homme, toute jeune recrue. Si cela n'est pas battre en brèche les clichés, je ne vois pas ce qu'il nous faut ! Mécanicien, Auguste se caractérise par son inexpérience et sa naïveté. Il semble aussi très doux et n'a pas peur... eh bien d'avoir peur. On est loin des représentations de l'homme, le vrai, le dur.
Quant à l'histoire, elle démarre gentiment, c'est vrai. L'action tarde à arriver. Mais auparavant, il faut résoudre le mystère de ce qui est arrivé à Solange, lui permettre de venir à bout de son traumatisme. Moi, ça m'a aussi tenue qu'une épopée. Puis, quand le moment des affrontements est arrivé, je peux vous dire que la mayonnaise est montée et a explosé son contenant. Waaah ! Cette Solange est impressionnante ! Oui, elle ! Parce qu'Auguste est un bleu : ça se respecte ; on ne peut pas le lancer dans l'action, alors qu'il débute. Les combats sont épiques et je dirais réalistes, même si baignant dans le steampunk. Hum, hum. On ajoutera simplement au sang et à la douleur, l'huile, l'acier et les explosions. Car oui, c'est ça, un combat : de la douleur et du sang. Nourrie aux héros surhumains, j'ai surtout jusque-là croisé des surhommes qui souffraient à peine, qui chutaient soi-disant mortellement, pour renaître d'une pichenette : facile ! Nan nan, Mesdames, Messieurs, ici, on vous ramène dans la vie réelle (ou plutôt augmentée, Héhé) : se battre est certes une affaire de technique, mais surtout de volonté et d'endurance. CQFD.
Bref, c'était bien chouette. J'aime le duo ; j'adore l'indépendance d'esprit de Solange et la simple humanité d'Auguste. L'intrigue était bien menée et les scènes d'action explosives. le steampunk était light et je dirais, tant mieux. Quand il est trop présent, c'est souvent esthétisant et ça se fait aux dépens des personnages et de l'intrigue.
Commenter  J’apprécie          30
Une enquête qui se déroule à Aix en Provence, où l'on croise Georges Clémenceau ( surnommé le Tigre), et où l'on combat le crime sur fond de steampunk... Aventures, poursuites et complots, qui rappelleront aux moins jeunes une certaine série nommé "Les brigades du tigre" .

Découpé en trois parties, j'avoue que je me suis un peu ennuyée dans la première car le rythme était très lent, mais néanmoins nécessaire pour instaurer le contexte. J'ai commencé à vraiment accrocher pendant la seconde,un peu plus dynamique, mais l'action que j'affectionne tant était réellement plus présente dans la dernière !

Une belle rencontre avec le premier élément féminin ( et de plus un des meilleurs !), de la treizième Brigade mobile d'Aix en Provence : une femme exceptionnelle.

Une lecture sympathique, mais j'aurais aimé retrouver le même rythme tout au long de l'histoire...
Lien : https://www.facebook.com/VeR..
Commenter  J’apprécie          30
j'ai lu ce livre sur j'avais acheté pour mon mari qui cherche à sortir des polars. la libraire l'avait si bien vendu que j'ai fini par le lire aussi et c'est une très bonne surprise j'ai bien aimé l'univers et le fait que ça se passe à Aix une ville que je connais très bien pour y avoir vécu m'a fait grand plaisir et m'a donné des repères car c'est un genre que je ne lis pas.
la scène de fin est un peu trop longue mais tout le reste était très bien dosé pour une novice en littérature du genre steam.
Commenter  J’apprécie          10
Avec ce roman, on croirait avoir remonté le temps jusqu'au début du vingtième siècle au temps du Tigre (Clemenceau) et des célèbres Brigades. Sauf que…ce n'est pas tout à fait exact. Nous nageons dans le steampunk (bien dosé, d'ailleurs) et voici des brigades …assez intéressantes.

Auguste est un jeune mobilard, tout juste débutant à la brigade d'Aix-en- Provence. Il va se retrouver affecté en binôme avec une « ancienne », Solange, une dure à cuire qui a subi une grave blessure et a perdu son co-équipier dans ce qui va s'avérer être un complot. de là, les aventures, les scène d'action et les combats s'enchaînent crescendo…
Et comment dire ? simplement ceci : la construction du livre est une réussite.
Le rythme est lent pour la mise en place (prologue puis les premiers chapitres pour la présentation des personnages) ; c'est tout à fait ce qui convient, ni plus ni moins.
Dès que le duo est réuni, peu à peu l'action s'intensifie, les scènes de combats ou de poursuites sont très bien décrites et ne ressemblent jamais à un fouillis indescriptible (comme trop souvent….).
Quant aux personnages, rien à dire, non plus : c'est un duo classique. Lui est un peu naïf mais pas crétin non plus. Elle a vécu le pire et ne veut plus de contacts avec les autres humains, dirait-on ; elle a perdu son meilleur ami. de plus, elle a dû endurer le sexisme et les remarques déplacées au sein des Brigades, étant l'une des seules femmes à exercer ce métier (nous sommes en 1910, c'est tout à fait pertinent).
Pour le côté steampunk, il n'est pas envahissant, peut-être un brin léger. Mais cela ne m'a pas dérangée. Au contraire, je préfère qu'il soit utilisé de façon subtile, de cette façon. J'ai parfois lu des romans complètement farfelus qui finissaient par ruiner leur univers à force d'en rajouter sur le côté « cuivre/vapeur » et autres inventions. J'ai donc trouvé qu'ici, cela fonctionnait bien, de manière très cohérente.
Je pense que le seul point qui est, peut-être, un peu faible, est le côté « complot » qui m'a paru quand même très simple. J'avais envie que les choses soient un tantinet plus complexes. Disons que, puisqu'il y a enquête, pour réellement entrer dans le côté policier, il aurait fallu que l'intrigue soit un minimum plus touffue (oui, les lecteurs et lectrices de polar aiment que ça soit ardu, je sais 😉 ).
Mais cela n'enlève rien à la qualité : du style, de la construction du récit, des personnages, de l'univers. Il y a une vraie recherche historique, également.

Un roman réjouissant que l'on referme en se disant » et la suite? ». L'avenir prochain nous dira si la suite est pour bientôt. (suite)
Lien : https://imaladybutterfly.wor..
Commenter  J’apprécie          10
Je tiens tout d'abord à remercier chaleureusement Jérôme et les éditions Actu SF pour l'envoi de ce service presse !
Malheureusement cette lecture ne m'a pas totalement convaincue et j'en ressors un brin mitigée ! Pas que ce roman soit de mauvaises qualités, loin de là…seulement il n'a pas répondu à toutes mes attentes !
Pour le petit résumé, nous suivons Solange et Auguste en 1910 à Aix-en-Provence ! Tous deux font partie de la Brigade mobile, une sorte de police locale qui assure la sécurité de la population tout en maintenant l'ordre. Si Solange est une combattante aguerrie, une sorte de vétéran, ainsi qu'un élément-clé de la Brigade, Auguste, lui, vient tout juste de finir ses classes ! C'est un bleu, impatient de découvrir la réalité du terrain et d'enfin passer à l'action ! Quand il apprend qu'il va faire équipe avec Solange, qui se remet tout doucement de blessures graves à l'hôpital, et que ses supérieurs lui demandent, en gros, de jouer les nounous… dire qu'il est déçu serait un euphémisme. Bon an, mal an, il obéit cependant aux ordres…sans se douter que cette première affectation va être passablement plus mouvementée que prévu !
Ma première petite déception vis-à-vis de ce roman provient de l'univers ! le côté Steampunk n'y est pas assez développé à mon goût ! Il y a certes des éléments, comme les vélos Hirondelle ou les ordinateurs mécanographes,…(et j'en passe) mais j'en attendais encore plus ! Peut-être trop ? J'avoue que je suis souvent déçue par l'univers quand je lis un titre classé en « steampunk ». de ce fait, je me dis que cette impression est probablement davantage de mon fait que celui des romans que je lis ! Il faut dire aussi que « Élixir des nouvelles Stempunk » de Delphine Schmitz, titre avec lequel j'avais découvert ce genre, m'en avait mis plein les yeux. Depuis, je place peut-être la barre un peu trop haut !? Niveau du contexte, j'ai, par contre, trouvé très sympa que cette histoire se déroule en France ! D'autant plus dans le sud de la France, et non à Paris par exemple (même si j'aime beaucoup la capitale, ça changeait, ce que j'ai apprécié !).
L'autre point plus mitigé (pour moi) concerne l'intrigue. Je pensais rentrer directement dans le vif du sujet et avoir de l'action à gogo dès les premiers chapitres. Alors que pas du tout…Le début est, au contraire, assez lent ! Les auteurs prennent le temps de mettre en place leur univers et leurs personnages, ce que je conçois (et approuve) totalement ! Je dirais même que c'est le genre de construction qui me plait habituellement. Toutefois, dans ce cas-ci, je m'attendais à lire une histoire haletante du début à la fin et, de ce fait, j'ai été déçue. Pour autant, l'intrigue se complexifie progressivement (les éléments se rajoutant les uns après les autres) et les derniers chapitres sont très prenants. Vraiment l'ensemble tient la route et est bien pensé ! J'ai donc passé un bon moment de lecture, malgré tout !
Solange et Auguste sont deux personnages très intéressants dont la relation évolue au cours du récit ! Alors, pas de romance (pour ceux qui y sont allergiques) mais une belle complicité, qui n'était pourtant pas gagnée d'avance ! En effet, entre la vétérane et le jeune premier, les débuts sont plutôt froids et marqués par de nombreuses incompréhensions de part et d'autre. Cependant, petit à petit, ces deux-là vont apprendre à se connaitre, s'apprivoiser, se respecter et finalement s'apprécier ! J'ai, pour ma part, aimé le contraste entre la cynique, désabusée et un peu brusque, Solange, et le naïf (voire un brin innocent) et patient Auguste !
Dernier point : la plume des deux auteurs ! Je ne lis pas souvent de romans écrits à quatre mains et j'avoue que je n'y ai vu que du feu ! Leur style est drôle et frais, très agréable ! Vraiment un très bon point pour moi !
En bref, un roman steampunk sur fond de complot politique et d'enquête policière ! Si je suis, pour ma part, malheureusement passée un peu à côté, je pense qu'il pourrait plaire à beaucoup au vu de ses nombreuses qualités : la plume, la construction de l'intrigue (même si elle ne m'a pas convenue personnellement, je n'ai rien à lui reprocher !) et les personnages ! N'hésitez donc pas si le résumé vous tente !!


Lien : https://leslivresderose.word..
Commenter  J’apprécie          10




Lecteurs (80) Voir plus



Quiz Voir plus

Le temps de la SF

D'un chapitre à l'autre, l'Empire romain traverse les époques, jusqu'à l'ère contemporaine. Dans cette histoire alternative, l'Empire romain n'est pas détruit au Ve siècle et continue à asseoir sa puissance et à étendre ses frontières jusqu'en 1970.

Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick
Roma Æterna de Robert Silverberg
La Machine à explorer le temps de H. G. Wells
Replay de Ken Grimwood
Rêve de fer de Norman Spinrad
La Patrouille du temps de Poul Anderson
La Fin de l'Éternité d'Isaac Asimov
Les Voies d'Anubis de Tim Powers
Sans parler du chien de Connie Willis
Une porte sur l'été de Robert A. Heinlein

10 questions
54 lecteurs ont répondu
Thèmes : temps qui passe , temps , uchronie , science-fiction , voyage dans le temps , steampunk , paradoxe temporel , sfffCréer un quiz sur ce livre

{* *}