AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749928338
Éditeur : Michel Lafon (14/01/2016)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 240 notes)
Résumé :
Un soir, Alyssa, dix-sept ans, reçoit un texto d'un mystérieux lycéen qui lui propose un jeu étrange : 《 Devine qui je suis et je serai à toi. 》

L'occasion pour la jeune fille de mettre enfin du piquant dans sa vie qu'elle juge d'un ennui mortel... quitte à prendre des risques.

Jusqu'où Alyssa ira-t-elle pour un garçon dont elle ne sait rien?
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (113) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  15 avril 2016
Ce livre ayant eu énormément de publicité sur babélio, lors de sa sortie , je pense que vous savez déjà que l'auteur a écrit ce roman à 14/15 ans et qu'elle est actuellement en classe de seconde...
Je vous dis ça parce que , c'est délicat de critiquer un livre écrit par une si jeune auteur . Je suis personnellement assez admirative du travail accompli. Il y a bien des auteurs adultes et confirmés qui feraient bien d'aller butiner du coté de chez Morgane , et prendre deux ou trois conseils en passant. CHHHUUTT! Je ne dirai pas les noms, "Z'avez qu'à lire" mes critiques énervées...
Alors avant de passer aux "pour" et aux "contre" [..Ce que j'ai trouvé de plus classieux afin de ne pas passer pour une vieille conne, ce qui pour Morgane doit équivaloir à 18 ans ?
- YES !!..].
Voyons voir de quoi ça cause...
"Call me" ,chantait Blondie .
C'est un peu ce que va penser Alyssa , après qu'un garçon inconnu lui ai proposé un jeu , via un texto : "Devine qui je suis et je serai à toi".
Vous , vous auriez renvoyé l'inconnu au néant, lui auriez dit d'aller se faire... voir . Vous auriez à la limite rigolé en pensant que c'était une mauvaise blague ...
Et bien Alyssa, pas du tout!
Alyssa, elle s'ennuie dans sa petite vie pépère et protégée , elle a envie de rencontrer "le grand frisson", de s'encanailler, de mettre du piment dans sa vie. Ses parents ne font pas attention à elle, occupés à (trop) bosser . Et elle en a marre , la Alyssa!
[Répétez après moi: "Je ne ferai pas comme Alyssa."].
Non, mais c'est vrai , c'est un grand malade ce type!
Mais elle , elle continue , elle y prend goût, voire même pire , elle s'attache...
[La suite dans les meilleures librairies...]
Alors les "contre" d'abord , histoire de finir sur une note positive!
1 / Je crois, Morgane , que tu t'es emmèlè les pinceaux!
Ou l'histoire se passe en Angleterre, (Alyssa va dans un collège à Oxford, les prénoms sont anglo-saxons ),ou elle se passe en France ( Alyssa veut rester étudier en France après le bac , elle passe son bac de Français).
A moins que ça ne se passe dans une école française en Angleterre? C'est pas clair , cette affaire !
2/ Je pense qu'après la révélation de l'identité de l'inconnu , l'histoire aurait gagné à s'arrêter . La suite (un peu gnan-gnan ) ,ne sert pas à grand-chose et coupe l'effet réussi du roman, à savoir la montée en pression .
3 / J'avais deviné la fin à la moitié du roman...
Les "pour":
1 / Et bien curieusement ,cela ne m'a pas gênée, parce que la grande force de ce livre , c'est le suspens distillé dans les échanges de textos. La pression monte entre les deux personnages .C'est très bien fait et laisse présager d'une jolie évolution de carrière ... A mon avis , avec un peu plus de maturité et quand elle aura vécu pleins de choses, je lui vois bien un avenir dans le roman policier...
[Iris29 :voyante extra lucide?...]
2/ j'ai bien aimé cette montée en puissance des textos.
3/ j'ai bien aimé le langage jeune , (utilisé avec parcimonie , je dois dire ).
4/ Et j'ai trouvé une fraîcheur assez charmante dans la psychologie des personnages .

Très agréable ce "voyage en terre ado", vu par une ado, ça change ...
Morgane Bicail: une petite qui a tout d'une grande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
April-the-seven
  24 janvier 2016
Je remercie les éditions Michel Lafon ainsi que Camille pour cet envoi. Avant sa sortie, il me faisait déjà de l'oeil. D'après ce que j'ai compris, Morgane Bicail est une jeune auteur de 14 ans ayant fait ses débuts sur la plateforme littéraire Wattpad. Son histoire, Phone Play, a connu un joli succès et aujourd'hui, son livre a été édité, histoire de régaler un plus grand lectorat.
J'ai commencé ce roman avec Léa du blog Lectureavie et c'était le livre idéal pour débattre, car la grande énigme n'en a pas fini de nous travailler. Je devais me forcer à reposer le livre de temps en temps, autrement il aurait été terminé l'espace de quelques heures. Parce que oui, il faut garder en tête que Phone Play est hautement addictif !
Alyssa a seize ans. Aux yeux de ses parents, elle a tout de la fille modèle et est promise à un bel avenir. Mais la réalité est toute autre. La vie de l'adolescente est mortellement assommante et elle trompe son ennui en fumant en cachette, entre autres choses. C'est sa manière à elle de se rebeller et de mettre un peu de piment dans son existence. Cela dit, son quotidien bascule complètement le jour où elle reçoit un SMS d'un numéro inconnu. Un garçon mystérieux l'invite à jouer à un jeu. Si elle découvre son identité, il lui appartiendra. La seule condition : ne parler de ce jeu sous aucun prétexte à qui que ce soit. Pas très emballée et même carrément suspicieuse, Alyssa se laisse néanmoins prendre au jeu des devinettes. Qui se cache derrière celui qu'elle surnomme Lui ? Pourquoi s'adonne-t-il à ce jeu si bizarre, voire malsain ? C'est toute la question, et ça tient en haleine !
Je dois avouer qu'au début j'étais assez perplexe. Très intriguée, mais perplexe. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre et les premiers chapitres n'ont pas vraiment répondu à toutes mes attentes. Il y avait un décalage entre les dialogues et les parties descriptives qui trahissait la jeunesse de l'auteur. Ça m'a un peu déstabilisé. Heureusement, cette impression étrange a fini par s'estomper et j'ai commencé à apprécier le roman pour ce qu'il était : frais et léger.
L'histoire repose sur un suspens atroce. J'ai rapidement adhéré au concept, au point de pousser mes investigations dans chaque mot de chaque ligne, à la recherche de la moindre petite miette pouvant se révéler être un indice. Mais pour brouiller les pistes, on peut dire que Morgane Bicail est très forte. Elle nous balade et nous amène où elle le souhaite, sans la moindre pression. À peine pense-t-on avoir découvert le pot aux roses qu'elle nous dévoile une nouvelle carte cachée dans sa manche, de façon à nous prouver qu'on est tombé dans son piège comme des amateurs. le lecteur peut ainsi s'imaginer les possibilités les plus farfelues pour débusquer la vérité. Parfois, l'auteur balance une information comme une bouteille à la mer et on saute au plafond, persuadé d'avoir compris, de savoir qui est Lui. Mais on finit par se rendre compte qu'on faisait fausse route et je ne vous raconte pas la frustration !
Pendant une bonne partie du livre, j'ignorais si j'appréciais l'Inconnu. Difficile de savoir sur quel pied danser avec lui, surtout au début. Pervers ? Séducteur ? Grand timide ? On peut lui coller énormément d'étiquettes sans jamais réussir à comprendre qui il est réellement. Pourquoi fait-il tout ça ? Qu'est-ce que ce jeu lui apporte, concrètement ? Est-ce un simple amusement ou cherche-t-il à provoquer quelque chose ? Je peux vous dire que mon cerveau carburait à toute allure...
L'Inconnu est un personnage qui m'a beaucoup intriguée, car il est multifacettes et aussi insaisissable qu'une brise. Autoritaire, doux, en demande d'affection, intransigeant. Il se montrait tellement changeant que c'en était perturbant ; mais j'ai adoré cela ! Quelquefois, l'auteur nous laisse entrer dans sa tête. Au lieu d'apporter la lumière sur beaucoup de choses, on ressort du chapitre encore plus frustré parce qu'on s'aperçoit que c'est beaucoup plus compliqué que ça en a l'air aux premiers abords.
Cet Inconnu s'installe très rapidement dans le quotidien d'Alyssa. Celle-ci est déjà vulnérable et trouve sa vie morne. Les messages anonymes sont alors une gorgée d'air pur. Ils atteignent un tel degré d'intimité qu'ils en deviennent fondamentaux, indispensables. L'Inconnu est sa drogue, sa came, comme elle dit.
Je me suis revue à cet âge. Les flirts au téléphone, les SMS échangés à toute heure du jour et de la nuit, les liens qui se créent avec une facilité déconcertante, l'impression de proximité sans même connaître l'interlocuteur. En fait, ça m'a rappelé une époque de ma vie aujourd'hui révolue, et ça fait du bien (je vais arrêter là parce que je parle comme une vieille dame). J'ai même ressenti les petits papillons dans le ventre à certains moments, signe que j'accrochais vraiment beaucoup à la relation entre l'héroïne et son Inconnu.
Cela dit, j'aurais aimé qu'Alyssa fasse un peu plus preuve d'orgueil. Quand elle sent qu'elle a déçu l'Inconnu et qu'il lui en veut, elle se traîne limite à ses pieds pour ne pas qu'il l'a remplace par une autre joueuse. D'un côté, ça colle avec son besoin d'être reconnue et son jeune âge, mais de l'autre eh bien... J'espérais avoir affaire à une héroïne plus fière, plus opiniâtre. Néanmoins on ne peut pas lui retirer qu'elle a son petit caractère et ce n'est pas désagréable.
Bon, par contre une chose qui m'a vraiment fait grincer des dents : les petits surnoms ridicules qui font perdre toute crédibilité aux personnages. Babe, Bébé et Chérie… beurk, beurk, beurk ! Ça n'avait rien de sexy ou d'attirant, ça manquait de naturel, sachant que les personnages ne se connaissaient pas.
La plume est plutôt agréable et si je ne l'avais pas lu sur la quatrième de couverture, jamais je n'aurais cru que Morgane Bicail soit seulement âgée de 14 ans. L'écriture gagne en fluidité au fur et à mesure, et l'originalité est là !
Concernant le dénouement et le dévoilement de l'intrigue, j'ai eu du nez ! Sans le savoir, j'avais envisagé une possibilité concernant l'identité de l'Inconnu et celle-ci s'est révélée vraie. Honnêtement – et je vous le dis à froid, bien des heures après avoir tourné la dernière page du roman –, c'est une histoire bien ficelée et pas tirée par les cheveux, comme je le craignais au départ. Morgane Bicail a très bien su mener sa barque. Ah, et mention spéciale pour « Wicked Game » de The Weeknd, une de mes chansons préférées. Comprendront ceux qui liront le livre.
En résumé, eh bien c'est une histoire toute mignonne qui m'aura amenée à bien cogiter. L'addiction est au rendez-vous, et je n'ai pas pu m'empêcher de mener les investigations comme une enquêtrice. On sent tout de même par moment que la plume de l'auteur est encore juvénile, mais l'histoire monte crescendo et l'écriture s'affirme pour nous concocter un final loin d'être décevant. Je serais ravie de découvrir d'autres histoires de cette jeune auteur.

Lien : http://april-the-seven.weebl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
AliceNeverland
  24 janvier 2016
PhonePlay est un livre qui m'avait attirée dès son annonce. Son résumé et sa couverture me bottaient, donc c'est sans surprise que je me suis rapidement jetée sur ce livre sitôt paru. Sauf que, voilà… Installez-vous bien, ça va être long, mais je vais essayer d'exprimer au mieux mon ressenti général sur cette lecture…
Je ne vais pas prendre de pincettes : je n'ai pas du tout aimé ce livre. Pourtant, le young adult c'est mon dada, ma came comme on dirait. J'adore ce genre, j'en raffole, et j'ai tendance à être gaga devant les relations sirupeuses à souhait de ces chers adolescents. Mais j'ai eu l'affreuse sensation dès les premières pages que ça n'allait pas le faire du tout ici. Comme si j'étais trop vieille pour apprécier le style de l'histoire. Et se prendre ses vingt-sept années en pleine tête, ce n'est pas vraiment très agréable.
J'ai eu cette impression de m'être faite avoir sur la marchandise. Et je me sens vraiment coupable de ressentir cela. Car il ne faut pas oublier que l'auteur est toute jeune – seulement quinze ans – et je suis admirative de sa volonté d'écrire. Sauf que, pour ma part, cela n'excuse pas tout. Surtout à ce niveau là de l'édition : je m'attends à quelque chose de bon, et pas autant cliché à souhait. Je vais être sévère, et je m'en veux vraiment de ressentir cela pour l'auteur. Mais voilà : pour moi c'était fade, creux, et complètement futile. Et je vais essayer d'être la plus claire possible sur les raisons de ce ressenti.
Déjà, dès le début, je savais que ça n'allait pas le faire avec Alyssa, l'héroïne. Et la suite de l'histoire n'a fait que confirmer ce sentiment. Décrite comme une jeune fille « intelligente, rebelle, intéressante et libre », j'ai pourtant eu envie de la tarter dès le premier paragraphe ; ce n'est qu'une gamine prétentieuse, froide, hautaine et complètement snob dans sa façon d'être. Elle n'est nullement attachante; j'avais l'impression de voir une jeune en pleine crise d'adolescente. Au contraire, elle ne pense qu'à elle et c'est une véritable garce avec sa meilleure amie (je me demande d'ailleurs comment Holly peut rester à ses côtés malgré ce qu'Alyssa lui balance…). Pourtant l'auteur essaie de nous la présenter comme une jeune fille incroyablement mature. Sauf qu'elle m'a paru bien plus gamine qu'autre chose…
L'histoire, quant à elle, souffre de nombreuses platitudes. A un certain moment je sautais carrément des pages entières pour arriver au plus vite vers la fin. Car il faut dire qu'il ne se passe pas grand chose (voire rien du tout en dehors du correspondant mystère des textos). D'ailleurs le niveau des échanges SMS était complètement à côté de la plaque. Comme si on voulait à tout prix faire passer nos deux héros pour des ados super-hyper-méga cool, au summum de la coolitude tant espérée et complètement imagée. Bref, du cliché en veux-tu en voilà à toutes les sauces..
Quant à l'écriture, elle est assez naïve, et très enfantine, et les dialogues restent peu élaborés. Alors oui, Morgan Bicaïl avait quatorze ans quand elle a écrit ce livre, mais voilà, pour moi, cela n'excuse pas tout. Et je ne juge pas un livre par rapport à l'âge de l'auteur. Mais les « Je fume comme un pompier depuis mes quinze ans car mes parents travaillent trop et ne s'occupent pas de moi » et autres « Cool, t'as dix-huit ans, tu peux aller en boîte légalement ! »… J'en avais les yeux ronds comme des soucoupes devant tant de naïveté, et j'avais juste envie de crier un gros « WTF ??? » !
Quant à « Lui », il ne m'a pas immédiatement convaincue. Et moi qui m'attendait à quelqu'un avec beaucoup de charisme pour proposer un tel jeu, je suis un peu tombée de haut. Sincèrement, qui tombe sous le charme d'un Inconnu qui annonce le plus naturellement du monde « Je ne choisis que les plus belles filles pour jouer » et « Il y en a eu dix-huit avant toi » ? Euh LOL. Heureusement que l'auteur a intégré quelques point de vue de son côté à « Lui », car sinon mon désespoir aurait été des plus total… Et cela m'a quand même permis mieux comprendre quelque peu la situation…
Mais je ne cache pas que ma curiosité était quand même titillée dès le départ, malgré mon énervement. Je me suis prise au jeu d'essayer de découvrir qui se cachait derrière « Lui », j'ai élaboré pas mal d'explications bien plus farfelues que la vérité. A ce niveau là, l'auteur a réussi à fournir assez d'indices et d'éléments pour nous donner envie de poursuivre cette lecture. Même si malgré tout cela n'a malheureusement pas permis de sauver le roman pour ma part, et je me suis empressée de le terminer au plus vite.
Pour conclure : j'ai du mal à comprendre les éditeurs qui se jettent aujourd'hui sur les auteurs « Wattpad » dès que ceux-ci commencent à recenser un certain nombre de lecteurs fidèles. Car, malheureusement, pour l'instant je n'ai pas rencontré ces fameuses pépites que l'on nous promet. Certes certains se démarquent et offrent des histoires agréables, mais il ne faut pas oublier que tout n'est pas bon à être édité. Malgré tout, je rappelle que ce n'est que mon ressenti, d'autres ayant bien plus apprécié cette lecture que moi. Et je ne peux que vous conseiller de vous faire votre propre avis. Sans oublier que je souhaite vraiment à Morgan Bicaïl de continuer, car ce n'est pas tout le monde qui peut accomplir son rêve à quinze ans (c'est même merveilleux pour elle, et j'en suis vraiment admirative). Mais, pour ma part, c'est une histoire que je vais m'empresser d'oublier…
Lien : https://aliceneverland.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Lipette
  14 octobre 2017
En lisant le résumé de ce livre je me suis tout de suite dit que j'allais définitivement accrocher avec ce livre ! Quelle erreur ce fut !!!
L'histoire commençait plutôt bien : une jeune ado qui se cherche, entre des parents qui ne semblent pas faire attention à elle et celle-ci qui joue les petite fille modèle alors qu'elle aime faire la fête, boire de l'alcool et fumer, et qui, un jour, reçoit un SMS de la part d'un inconnu qui lui demande si elle accepterait de jouer à un jeu avec lui. D'abord réticente, elle se laisse tenter et doit ainsi découvrir l'identité de cet homme mystère pour que ce dernier lui "appartienne".
Dans les faits, ça avait l'air prometteur, mais plus concrètement, j'ai trouvé que les dialogues étaient parfois assez ridicules, voire gnangnan. En même temps il s'agit du premier amour et des premiers émois adolescents me direz-vous. Mais même ça, ça n'a pas réussi à me faire entrer dans l'histoire. de plus, autant j'ai pu apprécier l'histoire de l'inconnu (le pourquoi derrière le "jeu", comment il en est arrivé là), autant le personnage de Alyssa ne pas du tout convaincu ; elle m'a laissée perplexe. Ses actions sont assez déroutantes : elle est d'accord pour découvrir qui est l'inconnu mais elle ne commence vraiment ses recherches que vers la fin du livre. Elle met un temps fou à se décider à véritablement chercher l'identité de l'homme mystère. Même quand ce dernier lui dit de ne pas approcher Matt car c'est une personne dangereuse, que fait-elle ? Dès qu'elle le voit et que celui-ci vient lui parler, elle ne résiste pas longtemps et discute avec lui comme si de rien n'était ! C'est genre : je sais que je ne dois pas lui parler, je ne vais pas lui parler, il ne faut pas que je lui parle, ne surtout pas le regarder sinon il va croire que je veux lui parler, mais je ne peux pas résister, j'ai trop envie de lui parler, en plus il a un petit quelque chose d'assez séduisant... Non mais je rêve là !!!! Quand on lui donne un avertissement, elle fait totalement le contraire et elle fonce dans le tas ! Sans blague ! Ok, elle veut se faire sa propre opinion sur le caractère de Matt, mais elle a tout de même bien remarqué après avoir discuté au moins une fois avec lui qu'il était comme le laissait entendre son inconnu ! Quel besoin elle avait de lui parler plus que nécessaire ? Je sèche là, j'ai pas compris le pourquoi du comment dans cette histoire !
Comme vous l'aurez sûrement compris, Alyssa n'est pas un personnage auquel j'ai réussi à m'attacher. J'ai préféré Holly, l'amie d'Alyssa, qui s'inquiétait réellement pour elle quand ça n'allait pas ; aussi, je n'ai pas aimé la façon dont Alyssa rembarrait Holly quand elle lui proposait de l'aide ! de même, Louis, le meilleur ami d'Alyssa, m'a paru très intéressant, même si son passage est assez court dans le livre.
En conclusion, c'est un livre qui se lit très facilement, avec quelques bonnes idées scénaristiques mais ce n'est pas un livre qui retiendra bien longtemps mon attention. Dommage car le postulat de base était intéressant à développer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LesMotsPourRever
  12 juillet 2016
Alyssa est une adolescente qui vient d'un milieu aisé. Elle s'ennuie dans sa grande maison avec ses parents absents, toujours plongés dans leur travail. Bien que petite fille modèle en apparences, elle tente de se rebeller en fumant des cigarettes et en assistant à toutes les soirées possibles, n'hésitant pas à boire à outrance. Un jour elle reçoit un étrange texto d'un parfait inconnu « devine qui je suis et je serai à toi ». Alyssa se retrouve intriguée et voit dans cette proposition l'occasion de se sortir de son quotidien barbant. Commence alors un échange régulier de sms entre elle et cet inconnu qu'elle a baptisé Lui où chacun apprendra à connaître l'autre.
Je ne vais pas vous mentir, je n'ai pas aimé ce livre. Arrivée au premier tiers je n'étais toujours pas rentrée dans l'histoire et je désespérais de pouvoir un jour en venir à bout. Je l'avoue sans honte, j'ai sauté quelques pages ici et là tellement je m'ennuyais et ça n'a absolument pas gâché ma lecture, c'est dire à quel point il y a trop de passages inutiles dans ce livre. Peut-être est-ce l'héroïne, le contexte, ou tout simplement le sujet, je ne sais pas. Je n'ai rien à reprocher au style de l'auteur mais entre Phoneplay et moi, ça n'a pas marché.
L'idée de base était pourtant sympa. Un échange entre un mystérieux inconnu et moi me semblerait relativement romantique, après tout. Alors pourquoi est-ce que ça ne marche pas ici ? Tout simplement parce qu'aucun des deux ne connaît l'autre au départ. Pour moi un jeu de séduction par sms doit avoir un minimum d'intérêt. Je ne vais pas aller chercher le numéro d'un inconnu parce que je le trouve beau et jouer les femmes mystères juste pour voir si ça marche entre nous. Si je dois devenir une admiratrice anonyme, ce sera avec quelqu'un que je connais déjà, avec quelqu'un à qui je n'aurais jamais osé me déclarer autrement. Si Lui ne connaît pas Alyssa, pourquoi l'avoir choisi ? Réponse : parce qu'elle fait partie des plus belles filles du lycée. Ouais. Mais non. D'autant plus qu'il avoue lui-même qu'il y a eu dix-huit autres filles avant Alyssa. Avec une telle base, comment voulez-vous que je croie en une possible et sincère histoire d'amour ? Mais passons. Imaginons que Lui soit simplement désespéré à l'idée de trouver la femme de sa vie (s'il désespère déjà à dix-huit ans, j'ose pas imaginer à trente …) et qu'il ratisse large. Ça je peux éventuellement y croire. Mais il gâche tout au fil de ses échanges de sms. Je n'aime pas sa façon de parler (pas du tout dans le style adolescent), je le trouve trop pompeux et présomptueux. Et que dire de ces chapitres où nous avons droit à son point de vue ? Je pensais que l'auteur en profiterait pour nous attacher à lui, pour nous le montrer sous son meilleur jour, pour nous faire comprendre qu'il y avait plus derrière les mots qu'il utilise. Et au final non. Il n'y a qu'un gamin jaloux qui ne juge que sur les apparences et dont la principale ambition dans la vie est de faire tomber les filles amoureuses de lui sans jamais les aimer en retour. D'accord sur le final on apprend qu'il y a un peu plus que ça mais même cette seconde raison me semble stupide et franchement faiblarde. Même maintenant j'en garde l'image d'un garçon manipulateur, jaloux, possessif et égocentrique. Je n'ai donc pas du tout été convaincue par Lui et malheureusement il en va de même pour Alyssa.
Je n'ai rien contre le fait qu'elle fume, mais qu'elle le fasse juste pour protester face à ses parents toujours absent ? Là je dis non. On peut fumer pour un tas de raison mais certainement pas pour celle là. Surtout qu'elle semble bien accro, la Alyssa. Et puis si c'est un acte de rébellion, pourquoi s'en cacher ? Ça n'a aucun sens. Ce simple fait est l'exemple parfait de l'immaturité de l'héroïne alors que l'auteur elle-même nous la décrit comme mature. Ça et certaines de ses réflexions comme « la vache tu as dix-huit ans ? Tu peux rentrer en boîte quand tu veux alors ! » You-pi. Sans oublier Alyssa m'énerve à être aussi stupide avec sa meilleure amie. On peut vouloir ne pas partager ses pensées ou ses problèmes, mais là Alyssa est centrée sur elle-même pratiquement du début à la fin. On se demande même pourquoi l'auteur a pris le temps de lui faire des amis. Elle aurait été une solitaire, ça aurait eu le même impact sur l'histoire. Pareil pour Louis, dont je ne comprends pas l'intervention. A sa première apparition je me dis « tiens, Lui va les voir et va lui faire une scène de jalousie, ça pourrait être sympa ». Mais non. Louis va et vient, n'apporte aucun rebondissement à l'histoire et pas vraiment de soutien non plus à notre héroïne concernant son histoire avec Lui via portables interposés. L'apparition de Louis aurait pu être une pause, un moment détente au milieu de tout cet univers un peu glauque, mais les moments passés en sa compagnie m'ont profondément ennuyée.
Je pense que ce qui m'a empêché de vraiment rentrer dans l'histoire c'est le côté malsain du scénario. Non seulement je trouve le concept un peu bancal et Lui fait un peu psychopathe au début, mais en plus tout est parsemé de mensonges. Alyssa ment à Lui et Lui ment à Alyssa. Si elle a de pseudo bonnes raisons, lui n'en a aucune. Et le pire c'est qu'elle lui pardonne tout. le problème aussi c'est que je ne crois pas en leurs échanges. Je n'avais pas espéré un langage « jeune » bourré de fautes de grammaire ou de syntaxe, mais là clairement, ça ne marche pas. La façon dont Lui s'adresse à Alyssa, ses tournures de phrases, … Je suis désolée mais je n'y crois pas. Et que dire de ses « chérie » qu'il balance à tout bout de champ ? Argh que je déteste ce petit nom ! Mais en plus qu'il décide de l'appeler comme ça dès leur premier échange, c'est juste bien trop étrange. Au risque de me répéter, comment voulez-vous que je croie à la sincérité de leurs sentiments avec un truc pareil ? Parce que non, je n'ai pas réussi à croire en la véracité de leurs sentiments. Malgré tous ces chapitres passés en compagnie d'Alyssa, je n'ai pas vu de transition, je ne l'ai pas vu passer de « moyennement intriguée » à « complètement amoureuse ». Idem pour Lui. Jusqu'au bout je me suis dit qu'il se jouait de l'héroïne, qu'il ne l'aimait pas réellement.
Quant à l'intrigue, ça n'en est pas vraiment une. Oui j'ai aimé émettre des hypothèses, m'interroger sur la véritable identité de Lui, mais Alyssa ne remplit pas sa part du contrat. Elle ne cherche pas à savoir qui il est avant le dernier quart du livre alors que je m'attendais à plus d'investigation, à plus de curiosité de sa part. A plus d'action, tout simplement. Et puis finalement ce mystère autour de l'identité de Lui est assez rapidement levé, du moins pour moi.
La fin en elle-même est trop lisse. Un certain personnage (que je ne révèlerai pas pour ne pas spoiler) vient leur mettre des bâtons dans les roues lorsqu'Alyssa commence à vraiment chercher qui est Lui. Et pourtant une fois que Lui s'est révélé au grand jour, le fauteur de trouble disparaît tout bonnement du paysage. Sans oublier toutes ces pages après la première rencontre IRL entre Alyssa et Lui. Je n'avais pas besoin de cette rencontre avec les parents et encore moins de cette lettre que Lui écrit à Alyssa. C'est niais, mielleux, ça sert à rien ça gâche tout en nous projetant brusquement dans une autre ambiance, presque dans un autre livre.
Il y a aussi une certaine confusion tout au long de Phoneplay, comme si l'auteur avait brusquement oublié certains détails de sa propre histoire. Exemple tout bête : on nous présente Alyssa comment étant une lycéenne d'Oxford (donc en Angleterre) et pourtant plus tard on apprend qu'elle étudie en réalité en France et que le fait de partir étudier en Angleterre ne l'intéresse pas plus que ça. Donc au final, où se déroule l'action ?
Vous allez me dire que l'auteur est jeune, bla bla bla. Ce à quoi je vous répondrais : c'est pas une raison. Si Michel Lafon a fait le choix d'éditer cette histoire, j'étais en droit de m'attendre à une certaine qualité, à des faits cohérents. La plume de l'auteur reste néanmoins bonne. A voire donc, ce que ça donnera dans quelques années avec un peu plus de pratique et de maturité.
Lien : http://lesmotspourrever.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
LipetteLipette   12 octobre 2017
Je t’aime.

« Aimer » est devenu le verbe le plus banal au monde. Tout le monde l’utilise, pour n’importe quoi, pour n’importe qui, dans n’importe quelle circonstance. Je trouve que ça fait pitié d’avoir réduit le terme le plus précieux de notre langue au mot à tout dire. Pourtant, je pense que tout le monde sera d’accord pour dire que « je t’aime » sont les mots les plus forts qu’un homme puisse dire. « Aimer » est le verbe le plus beau, le plus puissant de notre langue. Et pourtant, il a été réduit à néant.

Je t’aime. Je t’aime. Je t’aime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LipetteLipette   11 octobre 2017
Un livre peut par exemple avoir la plus belle couverture qui soit, si le contenu est merdique, il reste merdique.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   11 février 2016
« Aimer » est devenu le verbe le plus banal au monde. Tout le monde l’utilise, pour n’importe quoi, pour n’importe qui, dans n’importe quelle circonstance. Je trouve que ça fait pitié d’avoir réduit le terme le plus précieux de notre langue au mot à tout dire.
Pourtant, je pense que tout le monde sera d’accord pour dire que « je t’aime » sont les mots les plus forts qu’un homme puisse dire. « Aimer » est le verbe le plus beau, le plus puissant de notre langue. Et pourtant, il a été réduit à néant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
iris29iris29   15 avril 2016
LUI: [...] . Mais , Alyssa, réfléchis une seconde. Qui de nous deux est la personne la moins nette d'esprit ? Toi ou moi ? La personne qui propose le jeu ou celle qui accepte d'y jouer?
Commenter  J’apprécie          400
Pochiyo_Pochiyo_   04 février 2016
Je crois que j'aimerais bien qu'un jour quelqu'un découvre d'un seul regard ce qu'il y a de caché dans les tréfonds de mon esprit. J'aimerais compter assez pour que cette personne comprenne que je ne suis pas celle que je prétends être.
Commenter  J’apprécie          200
autres livres classés : langage smsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

PhonePlay

Quel age à Alyssa ?

18 ans
21 ans
17 ans

18 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : PhonePlay de Morgane BicailCréer un quiz sur ce livre
. .