AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290163597
314 pages
Éditeur : J'ai Lu (02/10/2019)
3.96/5   146 notes
Résumé :
Dans le royaume de Cendrelune, les dieux épient les pensées des hommes, et leur Exécuteur, l’Ombre, veille à condamner tous ceux qui nourriraient des envies de rébellion.

Or, il semble que certaines failles existent. À l’âge de 17 ans, Céphise ne vit en effet que pour se venger. Depuis qu’on l’a amputée d’une partie d’elle-même et privée de sa famille, elle ne rêve plus que d’une chose : s’affranchir de la tyrannie du tout-puissant Orion, Dieu parmi l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (87) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 146 notes
5
42 avis
4
27 avis
3
10 avis
2
4 avis
1
0 avis

Saiwhisper
  23 février 2020
Ce titre était l'un de ceux qui me faisaient le plus envie parmi la sélection du PLIB ! Il faut dire que les avis étaient unanimes, notamment chez les copines blogueuses qui m'avaient fait frétiller d'impatience ! Je remercie La bibliothèque de Calysse qui m'a gentiment offert ce premier volet grâce à un concours. Elle m'a permis de plonger dans cet univers riche et mythologique que l'on prend plaisir à découvrir au fil des pages. Ce monde a pour particularité d'être véritablement obscur, puisqu'il est dirigé par le terrible dieu Orion, un Empereur sanguinaire dont les ordres ne sont que chaos, torture, mort et destruction. Il règne un climat de terreur où toute révolte est impossible, car Orion a la capacité d'espionner les pensées de ses concitoyens. Ces rebelles sont ensuite assassinés afin de ne pas engendrer de conflits. Les traîtres, les personnes n'appréciant pas le système ou ceux qui ne servent pas leurs dieux n'ont pas leur place. Ils sont automatiquement anéantis par l'Ombre, alias Verlaine, l'exécuteur et fils d'Orion. L'ambiance est donc très sombre, puisque ces battues sont nombreuses et parfois détaillées. Il faudra que les âmes sensibles aient l'estomac bien accroché, en particulier lors des descriptions des massacres… Cet univers terrible a su m'intéresser dès le début, car je me demandais comment Céphise, l'héroïne à qui on a tué la famille et à qui on a arraché la moitié du corps pour lui greffer une prothèse mécanique permettant d'envoyer directement les pensées à Orion, allait s'en sortir. Son avenir me semblait particulièrement tendu et sans espoir ! Pourtant, je ne pouvais que comprendre son désir de vengeance, sa haine ainsi que son envie de renverser les tyrans dictateurs… Comment allait-elle échapper à la surveillance du monstre de Cendrelune ?
Céphise s'est révélé être une narratrice attachante, intelligente, à fort tempérament et avec une grande sensibilité. Malgré son statut de « Rapiécée » avec ses prothèses métalliques et sa place de rejetée dans la société, elle garde en tête ses objectifs. de plus, elle a énormément de réflexions : elle se pose des questions sur elle-même, sur ses agissements, sur les personnes qu'elle va rencontrer et sur ce qu'elle va traverser. Ses réactions m'ont souvent paru crédibles. Ainsi, j'ai rapidement ressenti de l'attachement pour elle. Verlaine est un héros qui m'a laissé un sentiment plus mitigé. Globalement, je l'ai trouvé complexe, fascinant, attachant et courageux. Par son statut de demi-dieu et le métier qu'on lui impose, le pauvre jeune homme doit faire preuve de bravoure pour ne pas sombrer… Son passé est terriblement douloureux et je n'ai pu retenir un pincement au coeur lorsque l'on a découvert des bribes de sa jeunesse. En outre, j'ai grandement aimé son pouvoir magique qui est bien plus étoffé qu'on le pense au premier abord. Toutefois, Verlaine m'a parfois agacée. D'abord présenté comme un individu brisé, mais intraitable, il va perdre tous ses moyens dès sa rencontre avec Céphise. Bien que j'apprécie leur relation (fort semblable à celle de Rey et Kylo de Star Wars), j'ai trouvé que la belle Rapiécée changeait radicalement le caractère de celui qu'elle détestait. Ce dernier devenait alors très doux, prévenant, attentionné, protecteur et gentil. Il y avait une fascination trop proche de l'amour « coup de foudre » pour que j'y croie… Est-ce qu'à travers leur lien, l'auteure a voulu que la demoiselle rende ce nouveau compagnon plus affectueux et plus humain ? Je l'ignore cependant, l'idée est intéressante… Je regrette néanmoins ce comportement trop radical et contraire…
La multiplication de points de vue narratifs est l'une des forces de cet ouvrage. Elle permet de mettre en lumière le tandem principal ainsi que les personnages secondaires comme la vestale Prosperine ou encore Héphaïstos, le frère de Verlaine. Ces derniers ne sont finalement pas aussi manichéens qu'on peut le croire… Ils ont du potentiel ! Il me tarde de voir quel rôle ils vont jouer dans la suite. En plus de creuser le caractère de tous les personnages, la narration multiple permet à Georgia Caldera d'approfondir l'univers dans lequel tout le monde évolue. J'ai ainsi apprécié les révélations… Et cela m'a surprise, car je pensais qu'il s'agissait d'un simple monde fictif ! Tout cela a rendu la lecture immersive, addictive et captivante ! En outre, la fin est un véritable crève-coeur qui donne envie de se jeter sur le second volet. Il fallait oser et j'ai aimé cela ! Mais, bon sang, heureusement que l'on ne doit attendre que mars ! Il faudra donc que je m'arme de patience, mais pas de trop. Je suis curieuse d'en savoir plus sur les différents protagonistes ainsi que la direction du scénario. Pour l'heure, les choses ont été assez introductives cependant, ce qui est mis en place est très prometteur ! En plus d'avoir une couverture vraiment jolie, cet ouvrage a tout à fait sa place dans les cinq finalistes du PLIB…
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          296
Ichirin-No-Hana
  20 avril 2021
J'ai découvert l'autrice Georgia Caldera tout récemment avec son roman de fantasy Victorian Fantasy avec lequel j'avais passé un très bon moment de lecture. Je continue ma découverte avec ce premier tome des Brumes de Cendrelune qui fut une très belle surprise !
Dans le sombre royaume de Cendrelune, les dieux sont omniprésents et totalement omniscients. Impossible de leur cacher quoi que cela soit, Orion, Dieu des dieux connaît les pensées des hommes et envoie l'Ombre, l'exécuteur, tuer toute menace bien avant une quelconque action.
Céphise est une jeune femme de 17 ans. Orpheline depuis que ses parents ont été emmenés par l'Ombre lorsqu'elle était encore très jeune, elle vit seulement pour se venger. Amputée après la mort de ses parents et sur ordre de l'Ombre, la jeune fille est meurtrie par la vie, regardée comme une pestiférée dans sa ville, elle n'aura rien à perdre.
Véritable surprise pour ce premier tome, Georgia Caldera m'a embarqué dans un univers captivant, sombre et original. L'autrice nous propose une palette de personnages très prometteuse et les relations entre les personnages, souvent ambiguë, sont captivants !
Céphise est une jeune femme intelligente, courageuse et surtout très attachante. Tout comme Andraste dans Victorian Fantasy, c'est une jeune femme qui sait ce qu'elle veut, est consciente des risques qu'elle prend et qui assume toujours ses choix. le personnage de Verlaine est un antagoniste très intrigant et d'ailleurs, c'est son évolution qui me rend la plus curieuse. C'est un personnage très sombre qui est conscient de la douleur qu'il crée autour de lui mais qui ne voit aucune échappatoire. Sa rencontre avec Céphise est un véritable électrochoc et je suis impatiente de voir comment il va s'affirmer.
L'univers de Cendrelune est très original et très poussé. Il nous offre des surprises et des rebondissements intéressants. La mythologie est captivante et nous promet encore de belles surprises. La lecture du deuxième tome ne saurait tarder !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
nekomusume
  25 février 2020
Whaouh! Quelle claque! Je l'ai dévoré en 2 jours. Il y a longtemps que je n'avais pas été captivée comme ça. Céphise et Verlaine sont deux personnes complexes que je n'ai pas pu abandonner plus de quelques heures. le monde imaginé par l'auteur est simplement impressionnant, oppressant et fascinant. L'histoire de ces personnages particulièrement poignante.
Dans un monde où les seuls être vivants restant n'appartiennent plus qu'à deux espèces: les humains et les dieux, le monde est sous la domination d'Orion, dieu omniscient qui connait les pensées de chacun de ses sujet. Enfin presque.
Céphise était une enfant quand l'Ombre, l'exécuteur d'Orion, est venu chercher ses parents pour les exécuter, son frère pour le transformer en soldat monstrueux intégré à une armure mécanique et dépourvu d'émotion et de jugement, et elle pour en faire une Rapiécée, un paria dont deux membres ont été remplacés par des pièces mécaniques créées par Héphaïstos censées permettre une meilleure connexion entre Orion et ses sujets. Seulement la jeune fille semble immunisée contre ce pouvoir étrange et heureusement car elle nourrit des projets de vengeance et de rébellion qui lui vaudraient la mort pour une simple pensée.
Verlaine est un jeune homme mélancolique de la cour d'Orion, dont le statut de bâtard du dieu lui vaut la haine de ses demi-frères et soeurs. Son pouvoir est tellement étrange qu'il a besoin de se maîtriser en permanence et de s'entourer de précautions pour éviter leur déclenchement. Personnage complexe et tourmenté, il essaie d'anéantir sa part humaine en lui pour pouvoir enfin accéder au statut de dieu que lui promet son père. Pourtant, si cela lui semble une obligation, ce destin et ce qu'il implique pour son avenir ne le satisfait pas réellement.
Le triangle de haine et de fascination entre ces deux personnages et l'Ombre forme une trame tragique grandiose dans laquelle j'ai vibré au fur à mesure des révélations et des rebondissements.
Les personnages d'Héphaïstos et Proserpine, bien que secondaires dans ce tome, sont également très intrigants, j'espère qu'ils prendront plus de place dans la suite de l'histoire.
En résumé, un monde dystopique particulièrement pesant, des personnages avec une vraie profondeur, complexes, absolument pas manichéen bien que leur monde le laisse supposer qui m'ont beaucoup touchés au point que je n'ai pas pu m'empêcher de verser une petite larme, une intrigue captivante, ce roman a tout ce qu'il faut pour être mon premier COUP DE COeUR de 2020! Je n'ai qu'une seule question: Quand sort le tome 2? réponse facile: le 25 mars!

#ChallengePlumesFéminines2020 item 15 un livre qui m'a fait rire ou pleurer
#ChallengeMauvaisGenres2020
#ChallengeMultiDéfis2020 item 6 une virgule ou un accent circonflexe dans ce titre
#ChallengeSéries2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          157
Vidia
  13 octobre 2019
Attention gros spoiler
Georgia Caldera revient à ses premiers amours avec ce roman fantastique, fantasy en y ajoutant une bonne dose de dystopie. Dès les premières pages, le décor de l'univers de Cendrelune est planté. Un monde sombre, où la liberté d'expression mais aussi de ressentir des sentiments est proscrit sous peine de la peine de mort.
Le prologue annonce la couleur nous prenant derechef à la gorge face à cette injustice écoeurante qui condamne pour l'unique raison d'éprouver des sentiments humains. A travers ce prologue, Céphise entre en scène ainsi que L'Ombre, un personnage qui vu par les yeux de Céphise n'est qu'un Monstre cruel. Un superbe pied de nez de la part de l'auteure qui arrive avec ses quelques lignes à nous faire également ressentir une haine viscérale pour lui, sentiment qui nous aurait condamné aussi si nous vivions dans ce monde fantasy.
Une lecture rythmée ensuite à travers les yeux de Céphise qui se forge une carapace tenace avec pour unique but de se venger de ce monde cruel où elle n'est pas libre et qui lui a arraché sa vie et à travers les yeux de Verlaine. Un "homme" dont la particularité en fait de lui un paria dans sa société qui n'hésite pas à le montrer du doigt. Verlaine tantôt un homme taciturne, rebelle mais aussi fragile qu'on ne peut qu'apprécier en le voyant lutter contre sa natures et ses sentiments qui l'empoisonnent. Epinglé par son rôle mais aussi par ce rôle attribué d'office par son Père, Verlaine tente de vivre, cherchant sa place ou plutôt Une place où il se sentira bien malgré ce poison qui coule dans ses veines.
Autour d'eux gravitent des personnages importants pour cette histoire fantasy, dans un univers aussi sombre que riches, milieu parfaitement dosé entre magie et épouvante. Une multitude de personnages apportant son lot d'interrogation pour une complexité de " races" intéressantes. Entre Dieux, Rapiécés, Humains, Vestale, Adultes, Enfants, enchantement et noirceur, le tout avec des sentiments prenant à la gorge et des situations aussi tristes qu'amères, Les Brumes de Cendrelune est une histoire qui ne laisse pas indifférent.
Néanmoins dans ce univers complexe, il n'est arrivé souvent de me perdre. Volonté de la part de l'auteure ? Mauvaise interprétation ou incompréhension je ne saurais le dire. Il y a à la fois trop d'informations diverses et à la fois pas assez. Un choix peut-être au vu des autres tomes qui donneront les réponses plus tard. Cependant, bien que l'univers soit intriguant et piquant la curiosité, j'y ai trouvé des longueurs, j'avoue avoir sauté quelques paragraphes en arrivant vers la fin. Beaucoup trop d'introspections parfois un chouïa répétitif, très peu de dialogues pour rythmer cette lecture parfois un brin étouffante.
De plus, la lecture de différents types de narrations m'a un peu perturbé. Tantôt à la première personne du singulier, nous plongeant ainsi dans la peau du personnage, quelques fois spectateur, passant à un point de vue extérieur avec la troisième personne du singulier. Un choix discutable mais qui permet d'explorer des visions de d'autres personnages qui ont visiblement une importance dans le récit.
A coté de ça, on retrouve une héroïne de caractère, courageuse, bouffée par une envie de vengeance prenant aux tripes. Céphise n'est pas une demoiselle en détresse et apparemment la clé pour briser ce monde sombre aux goûts de cendres. Verlaine est bien plus humain qu'il ne le souhaiterait avec ses émotions et ses choix. Sa repartie ne le rend que plus attachant, ses sentiments que plus humain et sa triste, douleur ne laisse pas insensible.
J'ai noté quelques points de ressemblances avec le premier roman de Georgia Caldera, Les Larmes Rouges. Cette impression que là aussi, Céphise et Verlaine étaient liés par le destin depuis des années, passé, présent, futur, formant un noyau de lumière et de ténèbres contre Cendrelune.
Dans ce tome, il ne faudra pas s'attendre à de la romance. Pour le moment, il n'y a rien entre les deux Héros. Plutôt des sentiments contraires : de la haine pure. Si Verlaine commence a regardé Céphise et souhaite la protéger à tout prix, Cephise ne pense qu'à le tuer au vu de ses actions passées.
A coté de ça, je dois reconnaître que cette histoire se distingue des autres romans déjà existant sur le thème de la dystopie. Georgia Caldera à créé un monde, un univers propre à elle, nous entraînant dans cette parenthèse fantasy grâce à ses descriptions détaillées qui plantent bien le décor mais aussi les particularités physiques des personnages. Beaucoup de questionnement, beaucoup de points pas encore résolus. Elle manie parfaitement les mots riches de la langues françaises, dose à merveille les sentiments humains créant ainsi comme un film qui défile devant les yeux lorsqu'on lit.
Les brûmes de Cendrelune est un premier tome qui plante plus le décor pour la suite qu'une simple lecture pouvant se passer de suite. Chaque scène et détails auront sûrement leur importance pour les prochains tomes. Les ennemis d'hier deviendront probablement les alliés de demain à l'instar d'Héphaïstos.
[spoiler] le Dieu de Dieu à 10 enfants, beaucoup n'ont pas encore fait leur entrée ou ont été présentés. Qu'est devenu le frère de Céphise, le reverra-t-on ? Est-ce que Proserpine sortira de sa prison ? Elle semble avoir un lien avec Eldriss, Vestale elle aussi si j'ai tout compris ... Comment s'était retrouvé prisonnière de cette infâme Dieu ? Qui est cette déesse qui semble guider Eldriss et faire mettre Orion sur la défensive ? Ou est passé la fiancée de Verlaine ? Tellement de question sans réponse
Quoi qu'il en soit, Les brumes de Cendrelune n'est pas un coup de coeur mais une lecture agréable dans un monde très sombre et riche à souhait où les sentiments humains ont une place considérable en faisant presque des personnages à part entière. Céphise semble bien déterminée à mener à bien sa mission et cette fin de tome laisse présager que le pire est à venir avec l'acte commis sur Verlaine...
Une suite prometteuse s'annonce donc pour ce roman fantasy, dystopie qui saura plaire aux fans. Sans compter que les diverses illustrations de l'auteure aide incroyablement à se faire une idée, dommage que l'arbre aux suppliciés, le Dieu des Dieu où d'autres personnages n'aient pas pris vie sur une feuille de dessin pour encore mieux nous aider. J'ai d'ailleurs notre que Céphise ressemble à la violoniste de talent Lindsey Stirling.
Les brumes de Cendrelune est donc le premier roman dystopie que je lis en entier, un exploit en soit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LightandSmell
  14 février 2020
Je ne m'attendais pas à adhérer autant à la plume de l'autrice qui, dès les premières pages, a su m'embarquer dans son univers. Un univers sombre et violent dans lequel les habitants sont à la merci de l'Empereur-Dieu Orion. Un être au-dessus de tous, humains et autres déités compris, omniscient, omniprésent et sans coeur. Il n'hésite ainsi pas à asservir, à espionner les pensées de chacun et à faire tuer chaque semaine les personnes qui pourraient, dans le futur, se rebeller. Des meurtres préventifs qui ne peuvent que révolter…
C'est dans ce climat de peur que Céphise voit sa famille détruite, ses parents assassinés, et son frère enrôlé de force dans l'armée avant elle-même de subir les foudres de l'Ombre. le Premier Exécuteur d'Orion punit ainsi la jeune fille pour les insultes émises par son père. Mutilée, Céphise devient alors une Rapiécée, une moins-que-rien dont une partie des membres est remplacée par des prothèses de métal. Comment alors ne pas comprendre son envie de vengeance ? Un sentiment qui l'a guidée durant les années qui ont suivi ce terrible traumatisme et qui l'ont endurcie jusqu'à ce qu'un événement, celui de trop, la fasse craquer et la pousse à s'attaquer à un être bien plus puissant qu'elle. Mais contre toute attente, en croisant le regard de l'Ombre, ce n'est pas la mort qu'elle rencontre, mais un tout autre monde qui s'offre à elle… et à lui. Un monde qui soulève de nombreuses questions, mais que je vous laisserai le plaisir de découvrir par vous-mêmes.
Alors que l'autrice alterne les points de vue, on entre de plain-pied dans ce monde sombre et ultraviolent dans lequel aucune erreur ni mauvaise pensée envers les dieux ne sont permises. Mais petit à petit, les choses nous semblent bien plus complexes et moins binaires qu'il n'y paraît. Les méchants, le sont-ils tous vraiment ou leurs agissements, du moins en partie, ne sont-ils pas dictés par les circonstances et le poids d'une dictature qui a faussé leur sens moral ? Une question que l'on vient obligatoirement à se poser en suivant le parcours de l'Ombre, un être hybride abject qui n'hésite pas à tuer toutes les personnes que son père lui ordonne de faire passer de vie à trépas. de fil en aiguille, l'image du monstre finit néanmoins par se déliter au profit de celle d'un être isolé, perdu, victime de pouvoirs qui le dépassent et qui anéantissent tout sur leur passage quand ils ne sont pas maîtrisés.
Sous le joug de son père, maître et Dieu, ses émotions sont comme anesthésiées et remplacées par un sens aigu du devoir qui le pousse à tuer sans sourciller. Mais la situation va changer quand il découvrira sa connexion inattendue et inexplicable avec une simple humaine, Céphise. Comment expliquer que l'Ombre, qui déteste les humains, va tout faire pour la protéger alors qu'il vient à peine de la rencontrer ? Il n'en sait rien lui-même, mais est bien décidé à le découvrir même si Céphise ne semble pas prête à lui faciliter la tâche. Courageuse, têtue, et mue par une haine sans pareille à son égard, cette jeune femme ne peut qu'attirer le respect des lecteurs bien que ses agissements semblent parfois manquer de réflexion. Mais difficile de lui en tenir rigueur au regard de tout ce qu'elle a dû traverser et de la terreur que cette vie de captive auprès de l'Ombre lui inspire. La jeune femme, en plus d'avoir une grande force de caractère, vous réserve également quelques surprises…
Si l'univers développé par l'autrice avec sa mythologie et cette idée d'un Dieu-Empereur impitoyable dominant le monde est fascinant et très bien construit, force est de constater que c'est bien la relation entre l'Ombre et Céphise qui rend le roman aussi addictif. de fil en aiguille, leur relation évolue, chacun découvrant les faiblesses de l'autre sans pour autant que nous ayons l'impression de tomber dans une relation niaise ou malsaine. À ce stade de l'histoire, la haine est encore bien présente, Céphise ne pouvant pardonner la mort des siens et de milliers de personnes innocentes à l'Ombre juste parce que derrière le masque de froideur, se cache un être avec ses propres douleurs.
Un aspect que j'ai apprécié et qui sonne résolument juste. C'est probablement la raison pour laquelle mon coeur de lectrice a souvent été partagé vis-à-vis de l'Ombre qui se révèle d'une prévenance et d'une grande gentillesse envers Céphise tout en étant la personne responsable de tous ses malheurs. Évidemment, le Premier Exécuteur n'est qu'un outil de mort au service d'Orion qui l'a éduqué et façonné pour le rendre froid et implacable, mais le poids de l'éducation excuse-t-il pour autant ses agissements ? Une question qui se pose d'autant qu'aux côtés de Céphise, l'Ombre s'adoucit et gagne en humanité. Une évolution particulièrement bien amenée qui rend le personnage très touchant, ce qui explique peut-être que la fin m'ait tellement marquée et donné envie de me jeter sur la suite.
Les personnages secondaires se révèlent également intéressants et plutôt nuancés à l'instar d'Héphaïstos, demi-frère de l'Ombre qu'il déteste. Ce dieu m'a touchée notamment pour sa totale dévotion envers une autre personne… Je n'en dirai pas plus sur ce personnage afin d'éviter de vous spoiler, mais je peux néanmoins vous révéler que c'est peut-être celui qui m'a le plus surprise. On sent un réel potentiel autour de ce dernier, et je croise les doigts pour qu'il prenne encore plus d'importance dans la suite de la trilogie que je continuerai d'ailleurs avec plaisir.
En conclusion, je m'attendais à une lecture sympathique et distrayante, je me suis retrouvée avec un livre que j'ai dévoré et qu'il m'a été presque douloureux de lâcher chaque soir. D'une plume immersive, rythmée et non dénuée de poésie, Georgia Caldera nous plonge avec force dans un univers sombre et violent dominé par les dieux et leur implacable manque d'humanité. Mort, asservissement, doutes, peur, mais aussi espoir et révélations marqueront votre lecture en même temps que le métal froid et implacable de la vengeance… Les astres se sont rencontrés, la toile du destin est altérée et le vent de la révolte commence enfin à souffler !
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
jade_jade_   28 juillet 2021
Alors, pour la première fois, je décidai de détourner la mélodie afin d'en proposer une nouvelle variante.
Et, après un bref silence attentif, l'inconnu m'accompagna, adoptant mes nuances...
Le coin de mes lèvres se retroussa contre le bois de mon instrument.
L'inconnu m'écoutait.
L'inconnu me répondait...
Commenter  J’apprécie          10
SaiwhisperSaiwhisper   23 février 2020
Mon don se débattait rageusement en moi, exigeant de combler ce gouffre insupportable qui n'en finissait pas de se creuser au plus profond de mon être. J'avais besoin de ces âmes. J'étais leur dévoreur...
J'étais la mort incarnée. Et la mort ne s'encombrait pas de scrupules, elle prenait sans vergogne.
Commenter  J’apprécie          60
SaiwhisperSaiwhisper   23 février 2020
Je crois que l'humanité a longtemps régné seule sur le monde et que c'est ce qui l'a menée à sa ruine. Les divinités n'ont fini par se matérialiser et ne sont descendues sur terre que pour tenter de réparer les dégâts et remettre de l'ordre dans le chaos semé par les hommes.
Commenter  J’apprécie          60
FungiLuminiFungiLumini   04 janvier 2020
Je n’aimais plus la musique, mais je jouais.
Je n’avais plus aucune considération pour les dieux, mais je les honorais en accomplissant leurs rituels avec assiduité.
Je détestais ce monde et son système gangrené jusqu’à la moelle, mais je continuais d’en être l’un des rouages, faisant bonne figure envers et contre tout.
J’attendais simplement mon heure…
Commenter  J’apprécie          40
FanniieFanniie   23 juin 2021
Apprends, Céphise. Apprends et attends ton heure. Les apparences ne sont pas toujours ce qu'elles semblent être et rien n'est jamais perdu, ne l'oublie pas...
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Georgia Caldera (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georgia Caldera
À l'occasion de la sortie de son nouveau roman "Hors de question" aux éditions Pygmalion, Georgia Caldera vous fait quelques confidences sur la genèse de son livre.
"Hors de question" de Georgia Caldera, le 11 mai 2016 aux éditions Pygmalion
Retrouvez-nous sur les réseaux : Page Facebook : https://www.facebook.com/ed.Pygmalion/ Twitter : @ed_Pygmalion Instagram : @ed_Pygmalion Spotify : ed_pygmalion
Georgia Caldera : Site : http://www.georgiacaldera.com/ Blog : http://www.lafilleauxcheveuxbleus.com/ Facebook : https://www.facebook.com/georgia.caldera
autres livres classés : dystopieVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3622 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..