AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Carmen Mușat (Préfacier, etc.)Oana Crăciun (Éditeur scientifique)
ISBN : 9732331569
Éditeur : Cartea Românească (01/01/2016)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Le volume inédit que nous publions à présent dans la série des œuvres intégrale de cet auteur se trouve dans l'ordinateur de Gheorghe Crăciun dans un de fichier intitulé "Livres en cours". [...] La présente édition reproduit fidèlement le contenu de ce document : les textes proprement dits tout comme leur enchaînement. [...] Nous avons opté pour la création de deux sections distinctes "Images" et "Lettres et documents de voyage" qui puissent refléter la struct... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Tandarica
  13 février 2017
Je désespérais d'être plutôt une voix isolée qui entend défendre y compris par la critique les lettres roumaines, et voici que m'est livré enfin, sous une sublime couverture reprenant un dessin de l'auteur lui-même, cet ensemble de prises de positions des plus étonnantes. Gheorghe Crăciun use et parfois même abuse (mais venant de moi, cela n'a plus rien de méchant, car pour avoir démonté les ressorts intérieurs de dizaines de ses pages, je sais à quel point il le fait à dessein, dans quelle mesure il fait violence au verbe, l'exhortant à dépasser ses limites suggestives ou sinon à exploser en plein vol) des énumérations. J'aurais pu, peut-être, en tenter une : autofiction, Bernea (Horia), camaraderie, "Desant", émotions, fulgurance, galerie, honnêteté, inédit, "Jelenkor", "Koneț", lucidité, Madi, Mircea Nedelciu, Observator (cultural), professionnalisme, Românească (Cartea), Sighișoara, "șoșoni", tableaux, Radu G. Țeposu, utopie, Vlasie (Călin), Wittgenstein, xantho, yeux, "Zenit". Une seule, comme celle, unique, de l'article "Koneț film[a]" (p. 109-110), incluse par l'auteur en guise de signature ou plutôt de marque de fabrique. Mais, non, car le Crăciun essayiste surprend ici par la force roborative de son oeil de lynx et de sa langue bien pendue tantôt sceptique, tantôt étonnamment franche, tantôt nostalgique et élogieuse.
Intitulé "Images, lettres et documents de voyages", ce recueil réunit essentiellement des articles déjà parus dans la presse, notamment dans "Observator cultural", mais aussi quelques inédits, ainsi qu'un poème (qui évoque cette mystérieuse colline dont il se sert pour voir que, chemin faisant, la lecture est un moyen d'exister), agencés, après de nombreuses hésitations dont témoignent les différentes tables des matières "projetées" par l'auteur, autour d'une galerie de portraits, pour la plupart des amis de l'université.
Ce volume appartient à la collection des oeuvres complètes entreprise par Carmen Mușat, connaisseuse et chercheuse dévouée de son oeuvre aux côtés d'Oana Crăciun, la fille de l'écrivain. Je me dois de le relever, car une telle transmission entre générations me semble des plus salutaires. Elle est confirmée grâce à la longue biographie qui, en début d'ouvrage, éclaire sur un parcours des plus assidus où l'attachement à la littérature inclut aussi la traduction (du français, de la "Modernité", d'Alexis Nouss, en collaboration avec Viorica Popescu), le travail éditorial, l'enseignement, la promotion, même avec des moyens insuffisants, à l'étranger (Paris, Francfort, Krems en Autriche).
S'il fallait résumer les réflexions sur l'écriture, je dirais simplement que l'auteur est de ceux qui clament haut et fort que l'acte créateur est amour de la vie dans ce qu'elle a d'insupportablement vivant en elle, des viscères jusqu'au vent le plus purificateur. Il y a dans l'expérimentation jusqu'au-boutiste cet élan qui tend à fixer en lettres variées le "murmure du sang" et "la prière des os", bien que la comparaison avec Knut Hamsun puisse surprendre. Ce qui préoccupe au plus haut degré Crăciun est cette quête de sens à travers les bribes de perception que récoltent pour nous les sens, cette tentative persévérante de s'apprivoiser la corporalité la plus répugnante. Cela suppose qu'on accorde toute son importance au visuel, mais aussi à la sonorité, comme le souligne avec pertinence Carmen Mușat dans sa préface : "Crăciun a toujours souhaité imprimer à son écriture les sonorités et les rythmes spécifiques de la musique et a essayé, constamment, de faire de la parole écrite le plus performant des instruments de représentation de la diversité du réel." (p. 9).
"L'impact des stances de George Bacovia" (p. 71-73) est avoué dans un texte de 2004, au moyen d'une motivation progressive culminant avec "c'est chez lui que j'ai appris à écrire" et la mise en abyme de fin où il cite le poète "Quand je serai apaisé, un vers j'écrirai...".
"L'utopie d'un nouveau bovarysme" qui serait "sien", puisque, après tant de milliers de pages écrites, rien ne semble plus inexplicable que la littérature, les nombreuses amitiés, dont quelques photos des archives personnelles viennent témoigner utilement, en fin d'ouvrage, la peinture d'Ion Dumitriu, pour ne citer que quelques autres sujets. Je termine en m'attardant sur deux autres articles.
Il y a d'abord, à la page 97, une très brève, mais juste, critique du livre de Cecilia Stefanescu, "Liaisons morbides", ce livre "atrocement sincère et infiniment cynique" dont "les pages brûlent la peau". Ensuite, l'émouvant portrait d'Ovid S. Crohmălniceanu, "Croh et le professeur Crohmălniceanu", nécrologie ô combien juste qui insiste sur la solidité des connaissances littéraires du disparu.
Vous nous avez quittés il y a déjà une dizaine d'années, Gheorghe ; puisse votre esprit même sceptique nous redonner la force de croire en la littérature, la nôtre et celles d'ailleurs ! Que même vos faiblesses nous guident, car vous nous dites, et je l'entends quand du bout des doigts je suis les lignes de ce livre : "Je suis un oeil affamé, c'est tout" !
Le "printemps" reviendra bien assez tôt pour nous rappeler à tes nombreuses amitiés, pas toujours dépourvues de tensions comme celle avec "Călin Vlasie, [ton] ami [qui] est un éditeur redoutable, un grand homme du livre. Sacrifiant sa poésie, il est devenu ce qu'il devait devenir : le fondateur d'une importante institution culturelle privée" (p. 294, P45-  "Song of myself").
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
TandaricaTandarica   11 février 2017
Si les institutions culturelles roumaines font à nouveau mine d'ignorer ce qui se passe, ont hâte que le mois de novembre passe, inquiètes d'un possible renversement de nos hiérarchies et coteries internes, nous retournerons au même degré zéro pour déposer, à diverses occasions, sur la table européenne, des auteurs et des discours dont le monde actuel n'a que faire, mais qui font cependant les délices de nos critiques et essayistes nombrilistes disposés à tout moment à confondre l'expressivité avec les valeurs et le snobisme culturel avec l’authenticité créatrice.

[Dacã instituțiile culturale românești se vor preface iarãși ca nu prea știu ce se întâmplã, abia așteptând sã treacã luna noiembrie, neliniștite de posibila rãsturnare a ierarhiilor și coteriilor noastre interne, ne vom întoarce în același punct zero, punînd cu diferite ocazii pe masa culturalã a Europei autori și discursuri de care lumea prezentã nu are nevoie, dar care fac deliciul criticilor și eseiștilor noștri nombriliști dispuși în orice clipã sã confunde expresivitatea cu valoarea și snobismul cultural cu autenticitatea creatoare.]
(p. 218)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
TandaricaTandarica   11 février 2017
J'ai réussi à me rendre à Paris au moment même de la parution de ce livre. J'y ai rencontré Maurice Nadeau, l'éditeur, Anne Sarraute (la fille de la célèbre romancière, Nathalie Sarraute !), la rédactrice, Odile Serre, la traductrice, et Serge Fauchereau, le préfacier de mon livre. Il ne manquait plus que le regretté „desantist” [d'après le nom d'une anthologie] Ovid S. Crohmălniceanu, celui avec lequel il avait, deux ou trois ans auparavant, écrit, en français, un bref essai sur cette « Composition aux parallèles inégales », toujours à l'état de manuscrit...
[Am reușit să ajung la Paris chiar în momentul apariției acestei cărți. M-am întâlnit cu Maurice Nadeau, editorul, cu Anne Sarraute (fiica celebrei romanciere, Nathalie Sarraute!), redactorul de carte, cu Odile Serre, traducătoarea, și cu Serge Fauchereau, prefațatorul cărții mele. Nu mai lipsea decât regretatul „desantist” Ovid S. Crohmălniceanu, cel care cu doi-trei ani în urmă scrisese în franceză un mic eseu despre această „Composition aux parallèles inégales”, rămas în manuscris și acum...]
(p. 43, extrait d'un article paru en 2001, avec la mention de la note de bas de page selon laquelle l'essai d' Ovid S. Crohmălniceanu a finalement été publié en 2015)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
TandaricaTandarica   10 février 2017
Je me suis dit que si la littérature ne peut pas changer la vie, elle peut au moins en réveiller certains, ce qui n'est pas si peu.
[Mi-am spus că dacă literatura nu poate să schimbe viața, măcar îi trezește pe unii din somn. Ceea ce nu e puțin lucru.]
(p. 145, en marge de "Pupa russa")
Commenter  J’apprécie          300
TandaricaTandarica   11 février 2017
Le soir, avec O. dans un restaurant de fruits de mer, « Léon de Bruxelles ». Rien de nouveau depuis nos derniers échanges de courriels. La traduction de « Pupa russa » toujours au même point. Je suis résigné et, en apparence, indifférent, malgré son intention d'abandonner.
[Seara, cu O. la un restaurant specializat în scoici, „Léon de Bruxelles”. Nimic nou de la ultimele nostre schimburi de mesaje e-mail încoace. Traducerea la „Pupa russa” în același stadiu. Eu resemnat și aparent nepãsãtor, în ciuda intenției ei de a abandona.]
(p. 225, en marge de l’événement « Les Belles étrangères » consacré à la Roumanie, 2005)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
TandaricaTandarica   11 février 2017
J'aime à croire que chacun de mes romans a aussi sa musique obsédante, insidieuse. Cela dit, je n'ai aucune illusion : mes lecteurs sont peu nombreux, et pas assez patients avec mon écriture si peu confortable.
[Îmi place să cred și că fiecare din romanele mele își are muzica lui obsedantă, insidioasă. Acestea fiind spuse, nu-mi fac iluzii : cititorii mei sînt putini, și nici acesteia suficient de răbdători cu scriitura mea deloc confortabilă.]
(p. 69)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : utopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
832 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre