AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782754802130
392 pages
Éditeur : Futuropolis (18/06/2009)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 8 notes)
Résumé :

Quinze ans après sa première publication aux USA, Brooklyn Dreams reste l'un des chefs d'oeuvre de la bande dessinée américaine inconnu en France.Alternant les styles graphiques, du réalisme à l'humour, le dessinateur Glenn Barr transcende le récit autobiographique de J.M. DeMatteis, à mi-chemin entre Woody Allen et Martin Scorcese.Comment survivre à une famille haute en couleur quand on a 17 ans à Brookly... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
svecs
  13 janvier 2015

un gros livre qui semble passer inaperçu. Et pourtant, il ne manque pas de qualité.
JM DeMatteis y tente une étrange expérience d'autobiographie romancée. il nous raconte son adolescence, mais en mettant en scène un alter-égo: Vincent carl Santini. Un peu à la manière de Jodorowski, il semble vouloir se détacher d'une trop grande orthodoxie dans la relation des faits pour privilégier une part de folie et d'excès qui permet à l'auteur de s'affranchir de le réalité quand elle devient trop peu intéressante. L'idée est intéressante.
Son association avec Glenn Barr au dessin fonctionne au delà de toutes espérences. Ce dernier n'hésite pas à mofdifie son style de manière radicale selon la tonalité du récit. il passe du réalisme à la caricature, en passant par des planches plus psychédélique avec une aisance incroyable, ce qui permet de traduire à merveille le foisonnement du récit de DeMatteis.
Le récit, parlons-en. il s'intéresse à cette année ou tout va basculer pour lui. Récit initiatique doublé d'introspection et révélations, multipliant les digressions drôles ou émouvantes. Mais c'est là la principale faiblesse de ce récit. A force de digresser et de le narrateur en devient envahissant et agaçant. le livre en devient aussi inutilement long et le dernier chapitre flirte régulièrement avec l'ennui. Reste malgré tout un objet original et intéressant qui mérite qu'on s'y arrête
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Yvan_T
  08 novembre 2020
Publié aux Etats-Unis en 1994, cet ouvrage de J.M DeMatteis et Glen Barr aura tardé à franchir l'Atlantique. Grâce aux éditions Futuropolis c'est maintenant chose faite et cela fait toujours plaisir de découvrir des récits américains de grande qualité et dénués de super-héros.
Pendant près de 400 pages l'auteur nous conte l'année de terminale de Vincent Carl Santini. le lecteur se retrouve donc à Brooklyn, dans les années 70, en compagnie d'un adolescent qui n'a finalement rien de vraiment spécial, excepté une ascendance particulièrement hétéroclite. Ce jeune homme épris de littérature qui est à la recherche de soi-même se découvre des sentiments amoureux et n'hésite pas à avoir recours à des substances illicites qui prolifèrent dans le quartier où il vit. le cadre familial du jeune homme est pour le moins original, probablement à l'origine de son adolescence mouvementée et la principale source d'humour de cet album. Il faut dire que les scènes décrivant sa situation au milieu d'une mère juive hypocondriaque, un père italien colérique, un oncle mafieux et une tante tyrannique sont assez jubilatoires et la caricature de cette famille plutôt réussie.
Servi sous forme de longue psychanalyse d'un adolescent recherchant la clef de son existence et le but d'une vie d'adulte qu'il s'apprête à entamer, le récit combine une force narrative impressionnante à une étonnante fluidité malgré les nombreuses digressions. L'auteur a en effet tendance à passer d'un sujet à l'autre, mais sans perdre de vue le fil rouge de son histoire. Ballotté d'une anecdote à l'autre, le lecteur explore les méandres de la mémoire de ce narrateur d'une quarantaine d'années qui se remémore son année de terminale sous forme d'auto-psychanalyse. de l'adoption d'un chien à l'enterrement de son oncle, en passant ses démêlés avec la justice, ces petits bouts de vie sont admirablement liés par un narrateur qui, tout en faisant mine de se perdre au fil des histoires, raconte comment l'adolescent qu'il était a fini par se trouver.
Le graphisme noir et blanc de Glenn Barr sert admirablement le récit. Passant d'un style réaliste à un style proche du « super déformé » utilisé dans les manga afin d'accentuer à outrance les sentiments des protagonistes, le dessinateur procure beaucoup d'humour et de légèreté à ce one-shot.
Excellent !
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pugoscope
  29 décembre 2017
Pas de super héros ici, pas non plus de fantastique ou de pouvoir magique et un graphisme qui part dans tous les sens. Brooklyn Dreams est une sorte de récit semi-autobiographique qui raconte la jeunesse de Vincent Carl Santini, au début des années 70. Il s'agit d'un personnage fictif mais pour qui l'auteur s'est inspiré de sa propre vie. On est dans le quartier de Brooklyn et ce personnage va être le narrateur de sa vie, il va nous montrer sa famille : une mère juive hypocondriaque qui se gratte au sang dès qu'elle est contrariée et un père italien et macho...
Lien : http://pugoscope.fr/791-broo..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
michel.carlier15michel.carlier15   05 décembre 2014
Devenu adulte , on a tendance à voir dans nos aspirations adolescentes de l'autocomplaisance , l'effet des hormones ... L'équivalent psychologique d'un bouton de fièvre .
Mais pour moi , ces questions sont les seules qui comptent vraiment , et grâce à Dieu , j'ai eu le bon sens ou la naiveté , de me les poser .
Je me souviens d'avoir arpenté Coney Island Avenue en suant comme un porc , d'avoir fixé les immeubles , regardé passer les voitures . Et qu'à travers le prisme de l'acide , tout cela m'a paru incroyablement vain .
Cette civilisation bâtie dans le seul but de nous donner un sentiment
d'importance , de permanence dans ce monde de l'éphémère .
Ces tours de béton comme autant de symboles phalliques brillants et lustrés ... cette télévision stupide , cette musique sans âme .
Et tout ça pour quoi ? Vous allez me le dire ? Pourquoi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de J.M. DeMatteis (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de J.M. DeMatteis
J.M. DeMatteis at Baltimore Comic Con! 2013
autres livres classés : autobiographie romancéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1120 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre