AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,85

sur 210 notes
Acidus
  15 juillet 2021
Jean-Laurent del Socorro fut repéré dès la sortie de son premier roman, « Royaume de vent et de colères » pour lequel il avait reçu le prix elbakin du meilleur roman de fantasy française. On pouvait déjà y relever son intérêt pour l'Histoire et une indéniable qualité d'écriture. On retrouve ces deux éléments dans « Boudicca » qui, comme son titre l'indique, retrace la vie (le plus souvent imaginée faute de sources) de la célèbre reine bretonne, connue pour sa résistance contre l'envahisseur romain.


Comme son précédent livre, del Socorro ajoute une touche discrète de fantastique, ici liée aux divinités. Un bon roman bien que trop linéaire et peu surprenant. L'auteur n'a pas réussit à m'immerger totalement dans son histoire ni à y insuffler le souffle épique et guerrier attendu. Ça manque un peu trop de saveurs et d'âme malgré toutes les bonnes intentions de l'écrivain. En revanche, s'il y a bien une constante c'est bien la richesse de sa plume.


Au final, un roman intéressant et plaisant mais qui ne m'a pas totalement convaincu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
patrickpla
  19 juin 2021
Un beau récit mais qui se termine un peu en queue de poisson. La fin paraît précipitée. le thème central est bien entendu la vie de Boudicca mais c'est aussi le poids du silence et des non-dits. Il y avait là matière à faire un très grand roman mais l'auteur a été un peu paresseux et superficiel.
Commenter  J’apprécie          00
Lady_K
  28 avril 2021
Avec ce roman Jean-Laurent del Socorro revient sur le destin d'une femme extraordinaire, Boudicca (ou Boadicée). Je ne connaissais pas très bien l'histoire de cette reine celte, du coup le récit m'a passionnée. Il faut dire que l'écriture de l'auteur est très agréable et fluide. On se sent tout de suite transporté dans l'Histoire aux côtés de Boudicca, de sa naissance à la fin de sa vie. On partage ses peurs, ses blessures et ses espoirs. On la voit faire des choix, avoir des regrets mais se dresser malgré tous les sacrifices que cela lui demande contre l'envahisseur, avec un courage et une détermination hors normes.

La suite sur le blog :)
Lien : https://antredeslivres.blogs..
Commenter  J’apprécie          20
Lildrille
  07 avril 2021
Pas n'importe quelle femme

Boudicca… Un nom synonyme de liberté, de puissance, de courage mais aussi de défaite. Une figure souillée, malaimée ou adorée. Une femme forte qui a su défaire les romains, qui s'est élevée la peur au ventre et la colère dans les entrailles. Une celte courageuse dépeinte avec majesté par Jean-Laurent del Socorro dans cet ouvrage magnifique ; toute la splendeur du personnage et l'espoir que sa vie dégage transparaît à merveille dans ces lignes.

Il est dur de s'arrêter dans son élan même si l'on connaît la fin tragique de la reine des Icènes ; le caractère pugnace et rebelle de la jeune femme attire irrémédiablement et nous enchaîne. Boudicca invite à la découverte d'un passé tourmenté et d'un rêve permanent, celui qui nous porte chaque jour : celui de la vie. Page après page, la lumière enveloppe nos sens, déjà fascinés par cette énergie folle et palpable, cette femme à la fois mystérieuse et accessible.

Du style et de la sincérité

Les phrases sans artifice coulent avec fluidité, les mots s'enchaînent avec maîtrise et simplicité. La lecture enchante par sa prose qualitative mais aussi par les émotions multiples que les personnages partagent. Nos coeurs chavirent, au rythme des combats de Boudicca, de ses apprentissages et de ses entêtements.

Dans ce roman, elle nous apparaît telle qu'elle aurait pu être, avec ses nombreux défauts et ses innombrables qualités. Loin de la perfection, loin du monstre, elle nous ressemble. Ses émotions prennent souvent le dessus, alors que Rome cherche à assouvir tous les peuples celtes. Sa hargne guerrière nous plaît ; un volcan en éruption que savent calmer ses proches, et notamment certains philosophes érudits aux échanges empreints de secret, de sagesse et de charme. Des dialogues envoûtants qui nous bercent pour mieux nous plonger dans cette époque lointaine, qui calment notre ardeur, celle-là même que l'héroïne apprend à contrôler.

La plume de Jean-Laurent del Socorro dépeint une guerrière irréductible, farouche, à l'oeil perçant et au coeur battant. Sa sensibilité nous livre une Boudicca vulnérable, fragilisée par des conflits à la résolution que l'on sait tristement vaine, et animée par un besoin vital de liberté. Sa complexité nous touche, tout comme son esprit affûté qui se soumet pour mieux se relever.

Un passé plus vivant que jamais

Aussi passionnante, l'Histoire d'alors s'invite avec ses lois souveraines, ses armées impitoyables et un Empire ô combien redoutable et redouté. A côté de rangs bien ordonnés, de citoyenneté sournoise et de droits de la femme douteux, les romains montrent toute leur ingéniosité et savante politique, animées de rituels religieux variés, menés par un Jupiter peu clément. de l'autre côté, les celtes et leurs druides nous rattachent à la nature environnante, aux légendes vieilles comme le monde, à la Terre et ses besoins sacrés. Deux idéologies, deux familles, deux alliés, deux ennemis.

Dans ce roman, l'Histoire s'offre à nous sans ambages. L'auteur maîtrise son sujet sans nous abreuver de vocabulaires imbuvables ou de passages ennuyeux. L'Histoire prend vie, aussi bien celle de l'Empire que celle de tous les clans celtes. La magie qui entoure les druides nous happe, tout comme la puissance de l'aigle dévastateur. Les descriptions succinctes et vivaces, les explications dynamiques et les actions épiques embrasent nos coeurs avides d'abandon.

Deux réalités s'opposent, deux modes de vie fusionnent : Rome envahit tout et se lie aux autochtones, souvent ravis de pouvoir commercer sans craindre l'autorité terrifiante d'un Dieu vivant, qui trône paisiblement allongé sur un siège, quitte à mettre de côté leurs propres divinités. La paix au prix de sacrifices, la paix contre la liberté. La paix vaut-elle cela ? le roman malmène nos coeurs en présentant plusieurs générations : les enfants de Boudicca naissent sous le joug romain, alors que leur mère a subi l'annexion de son peuple. Une fois de plus, rien n'est jamais simple, ni tout blanc ni tout noir.

De la légende

Dans cette version à la couverture incroyable, ActuSF nous offre une fin nouvelle, qui ravira les fans de légendes. Alors que le récit ne s'aventurait pas en terrains féeriques, préférant s'ancrer dans une réalité bien assez trouble et magique, l'un des textes ajoutés donne à s'évader davantage, à rejoindre des mythes que l'on connaît bien, éprouvés par maintes refontes, imagées par une table ronde et une épée de feu.

Boudicca est un roman qui vaut le détour, tant à cause de son héroïne historique fabuleuse, que du talent de l'auteur. Leur magie combinée nous promet un avenir meilleur, encore faut-il que nous nous battions pour lui.

[Je publie des chroniques littéraires sur lavisqteam.fr et celle de ce roman est présente au lien suivant : http://www.lavisqteam.fr/?p=55270

J'ai mis la note de : 20/20]
Lien : http://www.lavisqteam.fr/?p=..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Acherontia
  06 avril 2021
Une écriture toujours aussi merveilleuse, avec un sens très pointu de la psychologie humaine et un talent certain pour faire ressentir aux lecteurs toute la complexité des personnages. J'ai trouvé l'histoire un peu trop légère, pas assez détaillée, avec une fin trop abrupte, et c'est bien dommage car il y a de belles qualités dans ce roman...
Lien : https://chroniquesdacheronti..
Commenter  J’apprécie          60
loladori
  21 mars 2021
Ce livre se lit d'une traite sans le moindre ennui. Boudicca est une légende, mais c'est aussi une femme, une mère, une reine. L'auteur nous l'a rendu attachante avec ses doutes, ses difficultés à communiquer malgré une éducation choisie. Il l'a décrite entière, courageuse, intelligente et pourquoi pas disons aussi féministe. Boudicca est la figure celte de la lutte pour la liberté comme il y en a eu et il y en a encore quand un peuple en oppresse encore.
Commenter  J’apprécie          40
ConfidencesLitteraires
  06 mars 2021
Boudicca est la reine des Icènes, un clan celte, autour de l'an 40 après JC. Ce roman est sa biographie romancée : sa jeunesse auprès d'un père qui la tient pour responsable de la mort de sa bien-aimée, son apprentissage de l'art du combat et de la force des mots, mais également ses combats contre les Romains, qui envahissent la Grande-Bretagne et asservissent les clans bretons un à un.
Bref, c'est un roman historique et pas du tout de la Fantasy, contrairement à ce que j'imaginais !! Ce n'est pas grave, c'était bien chouette quand même de suivre le destin de cette femme de pouvoir libre et insoumise, prête à tout pour sauvegarder la dignité de son peuple.

Ce fut un roman très agréable à lire. Juste assez intéressant pour donner envie de faire un tour sur Wikipédia pour mieux comprendre le contexte de l'époque, car l'histoire des peuples de Grande-Bretagne autour de l'an 0, ce n'est pas très connu !
L'auteur nous propose un très beau portrait de femme, sans s'attarder sur des aspects extrêmement dramatiques ou charnels, ce que j'ai beaucoup apprécié ! Il garde un certain recul sur les faits, tout en nous transmettant son admiration pour Boadicée.

Cette biographie historique romancée est agréable à lire et peut plaire à beaucoup de monde ! Je vous la conseille totalement pour découvrir une figure historique et une époque pas très connues : la reine d'un peuple celte pendant l'Antiquité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
DreamBookeuse
  16 janvier 2021
A l'instar de Je suis Fille de Rage que j'avais lu pour le PLIB et reçu de la part des éditions ActuSF, Boudicca a eu le droit à une édition collector -et je compte me procurer Royaume de vent et de colère dans le même format tellement ils sont beaux- que je trouve magnifique. Si vous souhaitez faire un beau cadeau n'hésitez pas à vous tourner vers ces éditions qui sont vraiment agréables au toucher et à la vue avec des dorures et une mise en page aérée. Mais si vous voulez en plus qu'il soit aussi excellent à la lecture qu'à sa vue, tournez vous vers les romans de Jean-Laurent del Socorro.

Alors oui étrangement je le découvre à rebours, remontant le fil de ses publications et je commence petit à petit à lui faire une confiance aveugle. J'ai déjà dû le dire dans une autre chronique mais j'ADORE qu'on me parle de l'histoire à travers la fiction et d'autant plus celle d'une femme au destin aussi fort que celui de Boudicca. Cette Reine qui n'était ni belle ni grâcieuse (comment ça les princesses ne sont pas TOUTES jolies ? et ben non) mais qui combattait aux côtés des guerriers, relevait la tête quand on voulait la faire ramper et faisait payer très cher à quiconque son manque de respect envers elle. Boudicca que mon frère prenait régulièrement comme impératrice quand nous jouions à Civilisations.

De Boudicca, les historiens ne disent pas grand chose car rares sont ceux à avoir voulu garder trace des échecs des romains pourtant ce sont bien à quelques uns d'entre eux que l'on doit les quelques lignes qui font référence. L'auteur s'est donc appuyé sur les bribes d'information pour extrapoler la personnalité, l'histoire, le passé de cette guerrière. Comment a t-elle été forgée ? Quelles étaient ses douleurs, ses souvenirs, ses trahisons ? Comment a t-elle grandi, qui lui a appris à combattre, qui l'a protégée ? Découpé en trois parties (auxquelles s'ajoutent un prologue, un épilogue, deux nouvelles), l'ouvrage s'intéresse à différentes périodes de sa vie où Boudicca fut tour à tour fille, femme, reine et mère, évoluant à travers ses différentes facettes d'elle même avec autant de candeur que de douleur. Antedios, son père, ne se remettra jamais de la mort de sa mère ; son mari, elle n'en tombera jamais amoureuse en lui témoignant toutefois de la tendresse, réservant ses silences pour Jousse, une femme muette aux doigts de fée ; reine, elle ne l'aura jamais été tout à fait que le jour où elle subit le fouet, le premier jour de sa bataille, où le regard des Icènes changèrent ; et mère, enfin, elle le fera difficilement, d'abord proche de ses filles puis lointaine, pleine de rage et de guerre, les mains sur la lance plutôt que sur leurs épaules.

Trois périodes donc, trois volutes, trois comme les arabesques qui composent le triskel, symbole si cher aux celtes. Des scènes de vie, de combat. Des scènes de paix et de tendresse. Tout n'est pas égal, et je ne dirais pas que c'était à chaque fois un superbe moment de lecture mais l'écriture de l'auteur est si facile, si fluide, et parfois ponctuée de telles pépites que je me redressais les yeux scintillants de plaisir à minima toutes les dix pages. Tout comme dans Je Suis Fille de Rage dont j'avais déjà apprécié la justesse, j'ai beaucoup aimé qu'il nous dépeigne une personne humaine, dans toutes ses faiblesses, ses défauts mais aussi sa grandeur. J'ai aimé qu'elle ne soit pas qu'une légende, un nom susurré, mais aussi une enfant, une adolescente en manque d'amour, une femme et une guerrière. le tout en traversant cette histoire et les rares lambeaux qu'il nous en reste.

En résumé

Au même titre que Je suis fille de rage, Boudicca est un roman à mi chemin entre la fiction et l'histoire, nous dévoilant avec brio le destin de cette Reine celte dont il ne nous reste aujourd'hui que le nom et quelques bribes d'informations. Dans ce roman intime, au coeur des batailles romaines et des landes anglaises regorgeant de sang et de sorts druidiques qui ne sont parfois que les actes des hommes, Jean Laurent del Socorro nous offre le portrait d'une fille, d'une femme, d'une mère et d'une guerrière aussi humaine que vous et moi. Mais profondément Reine. Et indubitablement Légendaire.
Lien : https://lesdreamdreamdunebou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
leboncoinlecture
  20 décembre 2020
Boudicca, cheffe de clan dans la Bretagne antique, résistant à l'envahisseur romain : une écriture efficace pour un personnage à la vie palpitante et dramatique, romancée certes mais avec une base bien documentée. C'est agréable de visiter la Bretagne antique, ses peuples, ses coutumes, ça change ! Une femme de pouvoir en plus, on ne boude pas son plaisir ! Et un bon moyen de comprendre les modalités de construction de l'Empire romain.
Commenter  J’apprécie          20
Jahyra
  14 décembre 2020
L'écriture de l'auteur, si facile à lire, permet de venir rapidement au bout de ce petit livre agréable.
Cela donne au roman un petit côté impersonnel, détaché de ce qui est raconté, assez étrange quand on pense que tout est dit à la première personne par la bouche de Boudicca elle-même. On peut aussi choisir de le traiter comme un ton de conte, façonnant une ambiance mystique un brin irréelle qui convient bien à ce récit légèrement emprunt de fantastique par moment.
Commenter  J’apprécie          70


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1874 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre