AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Pucelle tome 2 sur 2
EAN : 9782205089202
232 pages
Dargaud (21/05/2021)
3.96/5   252 notes
Résumé :
Avec ce deuxième volume de "Pucelle", Florence quitte l’enfance pour l’adolescence, et avec sa patte tragi-comique, elle raconte les changements physiques et ses rapports ambivalents à sa sexualité naissante. À mesure que son corps change, c’est son regard sur son éducation, sur son rapport aux autres qui évoluent, et surtout les Hommes qui l’attirent tout en la plongeant dans une abîme d’angoisse. Que faire de toutes ces pulsions interdites ?
Et, à mesure qu... >Voir plus
Que lire après Pucelle, tome 2 : ConfirméeVoir plus
Ursa par Causse

Ursa

Manu Causse

3.76★ (69)

Merel par Lodewick

Merel

Clara Lodewick

3.79★ (368)

Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 252 notes
5
9 avis
4
14 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Pucelle est une série qui raconte la difficile émancipation sexuelle d'une jeune fille élevée dans un milieu catholique très puritain. le graphisme est brut, accentuant volontairement l'inélégance des personnages. le récit est cru, comme le ton qui ne nous ménage pas. L'autrice se ménage encore moins, se représentant assez laide.

On pourrait reprocher à Florence Dupré la Tour de régler ses comptes personnels, et c'est bien un truc que je déteste dans les publications. Mais elle ne tombe pas dans les travers du genre, au contraire, c'est presque un documentaire sur ce milieu, c'est pas La Servante Écarlate mais on n'est pas loin. Florence Dupré la Tour ne cherche à dénoncer personne, seulement l'ignorance forcée, les croyances rétrogrades et une culture malsaine et dangereuse. Dans ce livre, il y a un moment très marquant, et même choquant : c'est le passage où les animateurs de colo catho présentent des films de propagande anti-avortement. Ce livre secoue, s'il paraît comme un exutoire pour Florence Dupré la Tour, il apporte une prise de conscience, c'est une claque contre ceux qui prônent l'ignorance sexuelle (ceux qui combattent le droit à l'avortement sont les même que ceux qui cherchent à fermer les planning familiaux, cherchez l'erreur).

Je ne dirais pas que cette bande dessinée m'a passionné, je ne suis certainement pas le public visé, mais elle a le mérite d'exister et j'invite le public visé à s'y pencher.

(Je n'ai jamais compris comment fonctionnait le cerveau de ceux qui combattent le droit à l'avortement et en même temps font fermer les planning familiaux, il y a un bug quelque part)
Commenter  J’apprécie          130
Il y a un peu plus d'un an je découvrais le premier tome de Pucelle et je me prenais une claque magistrale tant cette BD était impactante. J'apprenais à connaître la jeune Florence durant son enfance dépourvue de bienveillance de la part de ses parents.

Le corps féminin étant un tabou important à ne pas briser dans cette famille catholique traditionnelle, je me demandais comment l'autrice avait pu se construire dans son adolescence et sa vie d'adulte.
Ce deuxième tome tombait donc à point nommé puisque celui-ci se concentre sur l'adolescence de Florence et de sa soeur jumelle Béné.

Encore une fois, Florence Dupré La Tour frappe fort et nous livre les événements de sa vie avec un réalisme glaçant, malgré les traits caricaturaux des différents personnages.
Même si les années passent, Florence est toujours aussi gênée dans ses rapports à son propre corps et elle limite ses interactions avec ce dernier au strict nécessaire. C'est à peine si elle sait à quoi ressemble sa vulve étant donné qu'elle ne la regarde ni ne la touche, même durant ses passages sous la douche.

Avec l'adolescence viennent normalement les premiers émois amoureux, les premières sorties et les premières expériences. Sauf qu'encore une fois, Florence est perturbée par tout ce qui lui a été inculqué par le passé et lorsqu'elle découvre presque malgré elle la masturbation, cela se fait également dans la peur du jugement divin.

Parallèlement à tout cela, l'autrice nous montre de nombreux exemples des dérives d'une société hétéro-patriarcale, notamment via la scène où les professeurs de son école catholique en Guadeloupe leur montrent une fausse vidéo d'une violence inouïe sur les conséquences d'un avortement sur un foetus, ou encore les différentes scènes d'agressions sexuelles dont elle est victime durant son adolescence.

Avec ce deuxième tome, Florence Dupré La Tour continue de nous livrer un récit percutant - parfois dérangeant - adoucit cependant par son ton cynique et parfois humoristique. L'autrice parvient facilement à nous faire entrer dans son quotidien, qu'elle relate d'une manière plutôt détachée et avec une énorme dose de dérision.

Ce deuxième tome est tout aussi puissant que le premier et continue l'Odyssée de Florence dans sa découverte d'elle-même. le ton de l'autrice est toujours aussi grinçant mais addictif.
J'espère sincèrement que celui-ci ne sera pas le dernier tome car je me suis profondément attachée à Florence et j'ai vraiment envie de comprendre comment elle a pu évoluer et se détacher suffisamment de toute cette éducation pour en faire un BD aussi sublime.
Lien : http://www.cranberriesaddict..
Commenter  J’apprécie          90
Dans ce second volet, Florence entre en plein dans l'adolescence mais aussi la découverte de son corps. Elle toujours aussi garçon manqué voit sa soeur s'épanouir et vivre ses premières histoires d'amour... avec les garçons qui lui plaisent à elle aussi.
Toujours à la marge question sexe, elle va le découvrir à travers le fameux cours de biologie évoquant la reproduction et un film porno. Mais tout cela ne résous pas toutes ses questions.

L'autrice évoque tout au long de ces deux tomes sa scolarité religieuse qui inculte des préceptes datées sur la conditions de la femme ainsi que de l'avortement.

Ce tome est tout aussi caustique que le premier. Il permet aussi de voir Florence évoluer et grandir jusqu'à la fin de son adolescence avec plus ou moins de chance dans sa quête de réponses et de se trouver elle-même.
Commenter  J’apprécie          90
Au début j'étais réticente, Pucelle, quel nom de bande dessinée horrible, Pucelle, à mon oreille cela sonnait un peu comme une insulte.
Et puis, j'ai lu quelques critiques sur les réseaux sociaux, critiques qui était plutôt bonnes, alors j'ai décidé de franchir le pas et d'ouvrir les yeux.
Pucelle, c'est une autobiographie en 2 tomes. C'est presque un documentaire qui expliquerait comment, nous, les filles, nous sommes nous, le sujet de cette bande dessinée, comment donc, nous découvrons notre corps et le rapport de notre corps aux autres. Les autres incluant bien sûr, les garçons, mais pas que les garçons, cela commence avec les parents, la mère, la petite soeur, le petit frère etc….
C'est l'histoire de Florence que l'on voit grandir tout au long de ces deux tomes. Personnellement, j'étais contente de pouvoir lire le 1er avant d'aborder le 2eme tome. Cela permet d'entrer de plein pied dans l'enfance de Florence.
Florence, grandit dans une famille catholique et bourgeoise. Les deux sujets sont extrêmement bien abordés et critiqués. On sent qu'il y a du vécu 😉
Mais ce n'est pas le sujet de cette bande dessinée, les garçons et la sexualité ne sont pas non plus, le sujet, le sujet est plus complexe, plus difficile aussi. le sujet c'est nous. Nous et toutes les étapes, parfois différentes pour certaines, qui nous amènent à réaliser la complexité de notre corps. Car oui le corps d'une femme est complexe, compliqué diraient certains, ok compliqué, je ne sais pas si le mot est juste, simplement il ne faut pas le prendre de façon péjorative. Car en fait, ce qui est compliqué peut être beau si c'est bien expliqué, et c'est vraiment tout le sujet de cette bande dessinée. Expliquer avec des mots simples et quelques coups de crayon rapides à quel point on nous explique mal, la complexité de nos corps de femmes en devenir.
C'est intense car tout est abordé de façon un peu décousue, un peu comme une enfant qui grandit et qui reçoit plein d'informations de façon désordonnée et qui essaye de les classer. C'est un peu embrouillé mais c'est un peu la vie, il me semble.
Alors, bien sûr on n'est pas obligés de toutes se reconnaitre dans cette BD. On n'est pas toutes issues de familles riches, religieuses ou rigide à ce point mais il relève quand même beaucoup de tabous dans lequel nous avons pour beaucoup grandies. Beaucoup de non-dits ou plutôt de non expliqués qui lorsque l'on est une petite fille peuvent provoquer des peurs, des angoisses irréparables. Je citerais dans un ordre relatif et certainement incomplet : les règles, les poils des jambes, le « dépucelage », la « reproduction », l'enfantement, les droits de la femme, et le dernier mais pas des moindres, le plaisir de la femme.
J'ai adoré le dessin simple, sans fioritures ni trop de couleurs, un peu caricatural c'est comme dessiné rapidement sur le coin d'une table. C'est un dessin caricatural mais réaliste dans les sentiments, et surtout dans les explosions de sentiments.
Ce sont de grandes planches d'explosions de vie et de ressenties et le trait est bien là pour nous le faire réaliser, ce ressenti.
Je ne dirais pas que c'est une belle histoire ou une belle bd, non c'est le conte d'une découverte intime, qui est vraiment, vraiment super bien conté.
Pucelle, c'est – WOUAH -, oui c'est ça, je n'aimais pas ce mot Pucelle car derrière il y a cette image dévoyée avec laquelle j'ai grandi. Pucelle, c'est un mot tabou mais c'est ce que la femme doit être avant d'enfanter. Pucelle, c'est celle qui ne sait pas. Dans cette BD tout y est abordée, tous ces silences gênés sur des sujets tellement important. Et j'ai vraiment apprécié comment dans Pucelle sans vulgarité, ni gêne, l'autrice aborde tous ces sujets.

Lien : https://fdl.radio/pucelle-de..
Commenter  J’apprécie          30
Ce qui est terrible dans ce second tome de Pucelle, c'est l'exactitude avec laquelle je me suis identifiée à plusieurs épisodes de vie de la protagoniste Florence. Et c'est là toute la force de la narration de Dupré la Tour, définitivement: raconter l'intime avec tant de justesse qu'elle raconte finalement notre intimité.

Florence a une soeur jumelle qui ne traverse pas l'adolescence et ses affres de la même façon qu'elle et d'autres femmes s'identifieront à la construction en apparence plus enviable mais au fond tout aussi chaotique, de Bénédicte. Cette héroïne-miroir, si elle n'était pas autobiographique, serait un procédé très efficace.

Au-delà d'une simple démonstration de la catastrophe que représentent le patriarcat, le dogme religieux et L'Histoire pour les femmes et leur construction, ce second tome de Pucelle est encore plus personnel que le premier, amenant une dose supplémentaire d'émotions propres à la période de la vie décrite.

Le dessin intuitif, le trait rapide de l'autrice, garantit l'authenticité et la brutalité des situations. La chute est belle, toutes les chutes le sont d'ailleurs, et j'ai fini en larmes.

Très fort.
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (5)
BDGest
15 octobre 2021
Décrivant la société d'il y a trente ans, Pucelle raisonne étrangement comme parfaitement contemporain. Percutant et sans filtre, il aborde de multiples sujets et tire un à un les nombreux fils de cette pelote toute mélangée que constitue la condition féminine en France. Un ouvrage à mettre entre toutes les mains.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD
02 août 2021
Avec ce tome 2, Florence Dupré La Tour signe un nouvel opus autobiographique au propos féroce mais non dénué de fragilité et d’humour.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario
02 juillet 2021
Pucelle - Confirmée est loin d’être le premier ouvrage à traiter des affres de l’adolescence, mais Florence Dupré La Tour le fait avec talent, et son dessin semi-réaliste, aux nuances de rouge, s’il peut être de prime abord dérangeant, s’accorde bien avec ce 2ème tome touchant et sensible !
Lire la critique sur le site : Sceneario
FocusLeVif
21 mai 2021
Florence Dupré la Tour publie le deuxième volet de son autobiographie féministe et sans fards: elle a cette fois treize ans et plonge dans les affres d'une sexualité naissante mais mal née. Aussi tragique que brillant. Rencontre.
Lire la critique sur le site : FocusLeVif
LesInrocks
18 mai 2021
La dessinatrice revient avec la suite de son génial “Pucelle”.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Trop d'ordures sans nom s'entassaient dans mon beau jardin intérieur. Il était temps de leur donner une forme.
Commenter  J’apprécie          40
L'avortement est un acte médical auquel chaque femme doit avoir accès selon sa volonté, sans restrictions.
Commenter  J’apprécie          30
C’était un rendez-vous important, avec quelqu’un que je connaissais bien mais que je n’avais jamais réellement rencontré. Moi-même.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Florence Dupré la Tour (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florence Dupré la Tour
Dans le 162e épisode du podcast Le bulleur, on vous présente Maltempo que l'on doit à Alfred et qui est édité chez Delcourt dans la collection Mirages. Cette semaine aussi, on revient sur l’actualité de la bande dessinée et des sorties avec : - La sortie du deuxième tome des Mémoires du Dragon Dragon, un tome baptisé Belgique, c’est chic, que l'on doit au scénario de Nicolas Juncker, au dessin de Simon Spruyt et c'est édité chez Le Lombard - La sortie de l'album Une nuit avec toi que l'on doit à Maran Hrachyan et aux éditions Glénat dans la collection 1000 feuilles - La sortie de l'album Les petites reines que l'on doit à Magali Le Huche qui adapte ici un roman jeunesse de Clémentine Beauvais et que publient les éditions Sarbacane - La sortie de l'album Hiver, à l'opéra, titre que l'on doit à Philippe Pelaez au scénario, Alexis Chabert au dessin et c'est édité chez Grand angle - La sortie de deuxième tome de Jumelle baptisé Dépareillés, série que nous devons à Florence Dupré La Tour et aux éditions Dargaud - La sortie de l'album À quoi pensent les Russes, titre que l'on doit à Nicolas Wild et à l'éditeur La boite à bulles
+ Lire la suite
autres livres classés : tabouVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (427) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5256 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..