AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081411229
Éditeur : Flammarion (07/06/2017)

Note moyenne : 2.92/5 (sur 6 notes)
Résumé :
"J'avais 10 ans en 1940, quand éclata la première grande bataille de la Seconde Guerre Mondiale, en France. Elle se termina par la victoire du dictateur allemand Adolf Hitler. À Dunkerque, où je vivais.
J'avais 10 ans, et je rêvais, je voulais, je croyais que les Français allaient gagner, comme ils l avaient fait vingt ans plus tôt, sur la Marne et à Verdun. Mais j'ai connu le drame d'une défaite comme mon pays en avait rarement subi.
Et j'étais au c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
oran
  23 juillet 2017
Jacques Duquesne est né à Dunkerque en 1930 (son patronyme assure de ses racines nordiques !)
En mai 1940, il a dix ans et réside toujours dans sa ville natale. Il est au coeur de la tourmente et assiste aux évènements dramatiques qui s'y déroulent. C'est un âge où de tels souvenirs restent, à jamais, ancrés dans la mémoire.
Dans son avant- propos il écrit : « J'ai toujours cherché à comprendre les raisons et le sens de la tragédie de Dunkerque, fouillé bien des archives, écouté, lu et vu tout ce que l'on pouvait entendre, lire et voir à ce sujet."
Dans ce récit, Il nous livre son témoignage, ses commentaires sur le pourquoi de cette débâcle tragique en se référant aux nombreux ouvrages, archives et documents consultés.
Dès 1939, les dés étaient pipés, la défaite en ligne de mire. Il reprend les nombreux faits - causes et conséquences - en les synthétisant : Traité de Versailles non-respect (remilitarisation de la Rhénanie dès 1936…), faiblesse de notre industrie du guerre, notamment concernant la production d'avion, méthodes obsolètes (utilisation d'un colombogramme alors que les Allemands utilisaient pour leurs transmissions des radios, les Français en étaient rarement équipés…) , moyens inégaux (divisions équipées de baïonnettes arrivées sur le lieu de combat après avoir fait 120 km à pied contre des divisions blindées les fameuses « Panzerdivisonen » …)
C'est une lecture aisée, les explications sont bien formulées, les références de ses sources bien précisées , elles permettent de poursuivre nos investigations, d'élargir nos lectures si nous le souhaitons.
Un ouvrage accessible à tout un chacun, intéressant, instructif qui permet de mieux comprendre cet épisode peu glorieux mais crucial de notre histoire nationale. Son témoignage, à la fois, sobre et poignant apporte un complément d'âme à ce livre.
Duquesne se dit journaliste, ici c'est un travail d'historien qu'il nous donne à lire. Deux cartes figurent en fin de livre, elles permettent une meilleure reconnaissance de la poche de Dunkerque , d'apprécier les avances allemandes entre le 13 mai et le 30 mai et le territoire défendu par les seules troupes françaises entre le 1er et le 4 juin.
Une lecture qui enrichit la séance de cinéma consacrée au film éponyme de Christopher Nolan (sorti le 19 juillet, 1h46 d'intense émotion ) ou inversement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          204
blister_hck
  12 juillet 2018
Comme l'impression d'avoir été trompé.
En effet, je m'attendais à un témoignage de l'auteur, jour après jour de la bataille de Dunkerque (cf la 4ème de couverture). Or, on a ici un récit des événements antérieurs : politiques, militaires, stratégiques.
Cette explication pourrait être efficace si elle ne durait que quelques pages. Elle s'étale sur environ 200 pages sur 300.
Au bout de 200 pages, on arrive ENFIN à la bataille dont le livre porte le nom. Et là... Gros déception. La partie témoignage est infime, les faits historiques imprécis, il survole la bataille sans vraiment entrer dans le vif du sujet.
A oublier.
Commenter  J’apprécie          10
Selket
  01 mars 2019
Décu. Je m'attendais à un témoignage sous forme de fiction et c'est plutôt un documentaire (bonne recherche historique) à 80%
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
LeFigaro   17 juillet 2017
La superproduction sort mercredi 19 juillet dans plus de 440 salles en France. Mais le film très attendu est aussi l'objet d'un superbe livre Jacques Duquesne. Le journaliste avait dix ans lors de l'opération Dynamo.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
oranoran   23 juillet 2017
LA NUIT DE DUNKERQUE – Louis ARAGON –
La France sous nos pieds comme une étoffe usée
S’est petit à petit à nos pas refusée
Dans la mer où les morts se mêlent aux varechs
Les bateaux renversés font des bonnets d’évêque
Bivouac à cent mille au bord du ciel et l’eau
Prolonge dans le ciel la plage de Malo
Il monte dans le soir où les chevaux pourrissent
Comme un piétinement de bêtes migratrices
Le passage à niveau lève ses bras rayés
Nous retrouvons en nous nos cœurs dépareillés
Cent mille amours battant au cœur des Jean-sans-terre
Vont-ils à tout jamais cent mille fois se taire
O saints Sébastien que la vie a criblés
Que vous me ressemblez que vous me ressemblez
Sûr que seuls m‘entendront ceux qui
La faiblesse eurent
De toujours à leur cœur préférer sa blessure
Moi du moins je crierai cet amour que je dis
Dans la nuit on voit mieux les fleurs de l’incendie
Je crierai dans la ville qui brûle
A faire chavirer des toits les somnambules
Je crierai mon amour comme le matin tôt
Le rémouleur passant chantant Couteaux
Couteaux
Je crierai je crierai Mes yeux que j’aime où êtes-
Vous Où es- tu mon alouette ma mouette
Je crierai je crierai plus fort que les obus
Que ceux qui sont blessés et que ceux qui ont bu
Je crierai je crierai Ta lèvre est le verre où
J’ai bu le long amour ainsi que du vin rouge
Le lierre de tes bras à ce monde me lie
Je ne peux pas mourir Celui qui meurt oublie
Je me souviens des yeux de ceux qui
S’embarquèrent
Qui pourrait oublier son amour à Dunkerque
Je ne peux pas dormir à cause des fusées
Qui pourrait oublier l’alcool qui l’a grisé
Les soldats ont creusé des trous grandeur nature
Et semble essayer l’ombre des sépultures
Visages de cailloux Postures de déments
Leur sommeil a toujours l’air d’un pressentiment
Les parfums du printemps le sable les ignore
Voici mourir le Mai dans les dunes du Nord
(In les Yeux d’Elsa)
Louis Aragon , Paris 1942
Seghers, Paris 1942 ; 2004

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
oranoran   23 juillet 2017

La 3e DLM (1), l’une des plus modernes unités de l’armée française, entrée en Belgique, (…) compte dans son service de santé Louis Aragon (…) Il a vécu au matin du 10 mai, l’entrée en Belgique sous les applaudissements du peuple belge. Et l’écrira l’été suivant :
« Je n’oublierai jamais l’illusion tragique
Le cortège les cris la foule et le soleil
Les chars chargés d’amour les dons de la Belgique
L’air qui tremble et la route à ce bourdon d’abeille.
Le triomphe imprudent qui prime la querelle
Le sang que préfigure en carmin le baiser
Et ceux qui vont mourir debout dans les tourelles
Entourés de lilas par un peuple grisé »
Les Lilas et les Roses- Cité par Alcalay Jean-Marc La Plume et le fusil.
(1) Division légère mécanique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
oranoran   23 juillet 2017
Après l’armistice conclu par le maréchal Pétain en juin 1940, bien des soldats envoyés dans leurs foyers et qui n’avaient pas été capturés par les Allemands résumeraient amèrement et avec dérision leur vie depuis la mobilisation : « Neuf mois de belotes ; un mois de course à pied et mille balles à l’arrivée » Ce que l’on peut traduire : neuf mois à ne rien faire dans l’armée, un mois de fuite rapide et une prime de démobilisation de mille francs octroyée par le gouvernement de Vichy pour le retour dans leurs foyers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
oranoran   23 juillet 2017
La faiblesse de notre appareil industriel était notamment flagrante en matière de production d’avions. (…) Pour des raisons diverses, les commandes d’appareils étaient réparties entre d’innombrables sociétés. C’était la méthode dite du « saupoudrage. » (…) afin de satisfaire le plus grand nombre d’industriels (…) Résultat : ces 255 appareils furent de 180 types différents et 83 de ceux-ci seulement pouvaient servir à des emplois militaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Jacques Duquesne (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Duquesne
Livre de Bord à JerusalemSur les rives de la Mer morte et de la Méditerranée, au coeur historique de Jerusalem et sur les hauteurs de Tel Aviv, Brice & Nicky vous présentent l'actualité du livre et rencontrent David Fitoussi, Richard Bohringer et Eliette Abecassis.Et aussi, l'incroyable voyage d'Edouard et Mathilde Cortes.Richard Bohringer : "Traîne pas trop sous la pluie" (Flammarion), Christian Oster : "Le miroir menteur du méchant prince moche" (L'école des loisirs), Alain McDonald : "Raoul Craspouille joue et gagne" (Folio cadet), Isabelle Carrier & Elsa Valentin : "Derrière le mur" (Alice jeunesse), David Fitoussi : "La Bar-Mitsva de Samuel" (Livre de poche), "Le premier mot (Vassilis Alexakis), Charles Dantzig : "Pourquoi lire ?" (Grasset), Edouard & Mathilde Cortes : Un chemin de promesses (Pocket), Alan McDonald : "Les trolls font du camping" (Folio cadet), Valérie Vandescal : "Panique au château" (Folio cadet), Eliette Abecassis : "Une affaire conjugale" (Albin Michel).Et aussi : René Grousset : "L'épopée des croisades" (Tempus), Amin Malouf : "Les croisades vues par les Arabes" (J'ai Lu), Jean Diwo : "Les chevaux de St Marc" (J'ai Lu), Jacques Heers : "La première croisade" (Tempus), Claude Rappé : "Dieu le veut" (Albin Michel), Jacques du quesne : "Jesus" (Livre de poche), Paul Mattei : "Le christianisme antique de Jesus à Constantin" (Armand Colin), Evangiles apocryphes (Albin Michel), Frédéric Lenoir : "Comment Jesus est devenu Dieu" (Fayard), Eric de Broqueville : "Le secret de Paul" (Mols), Gérald Messadié : "Judas le bien-aimé" (Livre de poche).
+ Lire la suite
autres livres classés : historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Harry Potter et l'ordre du phénix : film & livre

Dans le film, c'est Cho Chang qui révèle à Dolores Ombrage les activités de l'armée de Dumbledore. Qu'en est-il dans le livre ?

C'est Cho Chang
C'est Marietta
C'est Luna
C'est Neville

10 questions
609 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 5 : Harry Potter et l'Ordre du Phénix de J. K. RowlingCréer un quiz sur ce livre