AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782352633808
40 pages
Editions du Ricochet (04/03/2022)
4.62/5   81 notes
Résumé :
Du Mexique à l'Afghanistan en passant par le Kenya ou encore le Népal, Naître fille nous emmène à la rencontre de cinq jeunes filles. Chacune nous raconte son histoire et met en lumière une question de société liée à la place et aux droits des femmes dans son pays. Chaque récit est suivi de pages documentaires afin d'élargir le débat et fournir des éléments concrets.
Que lire après Naître filleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
4,62

sur 81 notes
5
13 avis
4
4 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
Je ne sais pas par où commencer.... Peut-être par remercier Babelio et les Editions du Ricochet pour ce joli cadeau. Et puis remercier aussi l'autrice, Alice Dussutour, pour ce très bel album destiné aux ados, filles comme garçons. Mais au final à mettre en toutes mains !
Un album très coloré, très punchy. Franchement une réussite ce livre !
Le livre se découpe en 5 histoires, suivies de petites notes sur la thématique vue. Petites notes intéressantes, enrichissantes et pas rébarbatives du tout.
5 histoires autour de 5 jeunes filles qui embrasse les thématiques autour de la condition féminine :
- au Népal j'ai découvert la quarantaine obligatoire durant les règles. Quarantaine car ces règles sont signes de malheur, de malédiction.... ce qui n'empêche pas certains hommes d'aller profiter de ces gamines, seules, isolées loin du village...
- en France, là pointe le culte du corps, la grossophobie qui peut mener loin, très (trop ?) loin
- Afghanistan : là évidemment la condition féminine.... dans cette histoire on suit une jeune fille devenue Basha Posh (grimée en garçon)
- au Kenya ce sont mariages forcés et excisions qui vont être mis en avant
- on parle de violences conjugales et de féminicides au Mexique...
.
Le tableau pourrait paraître noir (il l'est !). Mais le livre en fait est optimiste, bourré d'espoir quant à un futur meilleur. le tout est enveloppé dans des couleurs vives qui donne envie de se battre, qui donne de l'énergie. Vraiment je suis emballée par ce recueil que je vais m'empresser de passer à mes filles (j'aurais eu des garçons je leur aurais également passé - mais selon la tradition afghane je suis une femme "aride" je n'ai eu que des filles !).
.
Un très beau livre indispensable qui devrait figurer dans les CDI des collèges notamment.
Vraiment je suis ravie de cette découverte, ce livre m'a beaucoup plu, j'y ai appris des choses, il est enthousiasmant et volontariste. Une réussite !
Commenter  J’apprécie          284
Coup de coeur pour cet album documentaire à destination des adolescents, filles et garçons, aussi beau et lumineux qu'intelligent et engagé et qui, sous couvert de nous raconter les histoires fictives (quoique...) de cinq jeunes filles qui ne se croiseront sans doute jamais mais qui toutes à leur manière subissent l'injustice parce qu'elles ont eu la malchance de "Naître fille" aborde le sujet nécessaire, brûlant de l'inégalité et des violences faites aux femmes.

Au Népal, Kaneila doit s'isoler dans une cabane à l'écart de son village à chaque fois qu'elle a ses règles, jugées impures voire néfastes par les croyances traditionnelles. Et tant pis pour les serpents venimeux ou pire encore les hommes mal intentionnés qui peuvent se glisser dans la cabane quand le village s'endort.
Kaneila, pourtant, va se révolter.
Jade vit en France et subit jour après jour les injonctions à la minceur de son entourage et se met à détester son corps auquel elle est prête à tout infliger jusqu'à la prise de conscience.
En Afghanistan, Mahnoosh voit l'arrivée de sa puberté avec angoisse. Celle-ci marque en effet la fin de sa vie de bacha posh: ses parents la vêtaient comme un garçon afin qu'elle puisse aider son père dans son travail. de quelle liberté elle jouissait alors! Bien plus qu'aucune de ses soeurs n'en auraient jamais!
Makena, elle, grandit au Kenya et découvre l'horreur de l'excision quand sa meilleure amie est mutilée. Bientôt ce sera son tour, à moins qu'elle ne parvienne à fuir...
Enfin Luisa qui grandit au Mexique, qui sent bien que la rue ne sera jamais autant à elle qu'aux hommes, qui voit les coups, les "bijoux bleus" parer la peau de sa soeur battue par son petit ami.

Cinq portraits, cinq histoires différentes mais qui tendent à l'universel, qui résonnent, qui mettent en lumière tout ce qui révolte, tout ce qui déconne et l'immense détresse qui réside parfois dans le simple fait de n'être "que" fille dans un monde pétri de sexisme, de violences. Et de tout le reste.
Cinq portraits, cinq histoires pour se rendre compte, pour se révolter, pour espérer, pour s'engager.
Cinq portraits comme cinq doigts de la main: s'étreindre et lever le poing.

La force de "Naître fille", c'est les pages documentaires claires et bien construites qui suivent chacun des récits. Ce sont aussi la beauté et les couleurs éclatantes des illustrations éclatantes de vitalité, de lumière.
C'est enfin, l'absence de tabous: les règles, la grossophobie, les mutilations génitales, les féminicides. Les sujet, quoique violents, quoique insoutenables sont tous abordés et rien n'est tu sous prétexte de l'âge du lectorat. C'est audacieux, c'est engagé, c'est fort et fait avec assez de sensibilité pour ne pas traumatiser.
Choquer oui, blesser non.

"Naître Fille" va circuler: auprès de mes cousines plus jeunes, auprès de mes élèves. de mes amis aussi. C'est une nécessité, même ici, même aujourd'hui.










Commenter  J’apprécie          162
Incontournable Documentaire Mai 2022


"Naître fille" est un documentaire à la frontière de l'album jeunesse, sur des enjeux au féminin. Cinq filles de cinq pays nous introduise l'enjeu qui est important pour elles.


Kaneila ( signifie "belle comme une rose") est Népalaise ( Asie) , et vit près dans les montagnes avec sa famille. Elle nous parle de la tradition "Chaupadi", selon laquelle les femmes menstruées sont considérées impures et risque d'apporter le malheur. C'est pour cette raison qu'elles sont envoyées au Chau Goth, une hutte en retrait du village, durant le temps de leurs règles. Là, elles sont à risque de se faire mordre par des serpents ou même de se faire agresser par des hommes. Surtout, elles se sentent sales et invisibles. Mais les choses sont appelées à changer, avec l'aide de l'éducation, notamment celui du cycle menstruel. Avec Kaneila, on aborde l'enjeu des règles, du tabou qui leur sont associés et de l'accès aux produits hygiéniques inégal et/ou restreint de par le monde.


Jade ( de la pierre verte du même nom) est française ( Europe), habite le sud-est de la France, sur le bord de la mer. Son enjeu est son poids et plus largement sa silhouette ronde. Les préjugés et les commentaires désagréables lui mettent beaucoup de pression et viennent aussi bien de son entourage directe qu'indirecte. L'alimentation est en jeu, il faut surveiller ses aliments, faire du sport et "ne pas se laisser aller". Sa santé mentale et son bien être son compromis. L'idéal corporel semble impossible à atteindre et si on semble promouvoir la diversité et la beauté naturelle sur les réseaux sociaux, dans les faits, on maintient une forte pression sur les filles pour être conformes à certaines normes. Avec Jade, on aborde pas seulement l'enjeu du poids, mais de la diversité de la beauté féminine en générale.


Mahnoosh ( du perse, signifie "Clair-de-lune") vient de Kandahar, en Afghanistan ( Moyen-Orient) . Elle est ce qu'on appelle une "Bacha Posh", c'est-à-dire "habillée en garçon" en langue dari. Les Bacha poch sont une solution trouvée par les familles du pays n'ayant pas de fils, qui sont jugés plus importants parce qu'ils peuvent rapporter de l'argent, peuvent parcourir les rues, étudier, faire du sports, bref: faire tout ce qu'une fille ne peut pas. Devenue "Mahyar" ( Ami de la lune), elle peut donc assister son père au magasin et même l'accompagner à la mosquée. Mais quand elle aura ses règles, elle ne pourra plus se faire passer pour un garçon, c'est jugé "indécent". Avec Mahnoosh, nous abordons la vie de bacha poch dans un contexte de mainmise talibane bien sur, mais aussi la profonde iniquité de genre dans le système patriarcal, l'importance de l'éducation des femmes comme vecteur de changement social et l'activisme chez les afghanes.



Makena ( du swahili, signifie "Celle qui apporte le bonheur") vient du district de Samburu, au Kenya ( Afrique). Dans son pays, la pratique de l'excision et sa meilleure amie Aïsha est déjà passée par là. C'est une mutilation du sexe féminin, qui consiste à couper les lèvres et/ou du clitoris du sexe féminin, et certaines sont même cousues pour ne laisser qu'un petit passage pour l'urine et les règles. Cette tradition perdure encore aujourd'hui. Cependant, Makena nous entraine dans un village composé de femmes ayant refusé l'excision pour elles ou pour leurs filles. Elles ont fui la violence des hommes. Tumaï est l'un de ces villages, mais il en existe d'autres. Avec Makena, on abord le mariage forcé, l'excision mais aussi les sociétés matriarcales.


Enfin, Luisa ( signifie "Glorieuse Guerrière") habite l'État de Mexico, au Mexique ( Amérique du Nord). Elle nous parle du machisme, plus spécifiquement la violence des hommes à L,endroit des femmes. Que ce soit les attouchements déplacés, les regards vicieux ( et donc, du fait de ne pas pouvoir se vêtir comme on le souhaite de peur d'être victime des agresseurs) et la violence conjugale banalisée au Mexique, il semble que les femmes ont du mal à se faire justice, un élément gravé par la mollesse et la corruption des instances policières. Quand sa propre grande soeur, qui portait déjà des traces de violence physique, disparait, c'est pour la famille de Luisa le début d'une grande mobilisation. Donc, avec Luisa, on aborde les féminicides, le harcèlement et la mobilisation pour réclamer des changements.


Cinq filles, cinq grandes causes féminines qui ne sont pas localisées à leur seul pays ou même leur seul continent. le livre est abondamment illustré, très coloré et rempli de symboles. Une touche d'humour ponctue le tout de temps à autre. Les textes sont aérés, ça respire beaucoup, ce qui enlève une certaine lourdeur. Chaque fille est présentée de la même manière, avec sa photo, son pays présenté sur une carte, la signification de son prénom, le prénom dans l'alphabet du pays et il y a pour chacune une "fenêtre". Cette fenêtre est dans son sens littéral: qu'est ce que la fille "voit" chaque matin? Des animaux? Des bâtiments en couleur? de hautes montagnes? J'aime cette petite ouverture douce sur le paysage.


"Naître fille" nous informe, bien sur, de grands enjeux qui ne datent pour la plupart pas d'hier. Ce qui est notable, surtout, c'est l'axe d'espoir ouvert à la fin de chaque histoire. On parlera de mobilisation, d'avancés éducatives, de manifestations, de changements, d'évolution et de solidarité féminine. Pour qu'il y ait changement, il doit y avoir regroupement. Dans un monde qui a été presque entièrement conçu pour les besoins et les idéaux masculins, la cause féminine va devoir se montrer astucieuse, courageuse et unie. Et bien sur, elle devra inclure les hommes, qui ne sont pas tous dupes de ce monde inégal.


Dans un format aussi joli qu'attrayant, l'autrice permet au lectorat adolescent de s'initier à certains grands enjeux sans tomber dans la lourdeur informative. Un livre qui permet en outre de traiter de la diversité ethnique, physique et psychologique. Chaque histoire est accompagnée de son volet "doumentaire" qui permet d'aller plus profondément dans le sujet et d'avoir certaines pistes de réflexion. Aussi, à la fin, il y a pour chaque fille un répertoire comprenant des oeuvres culturelles qui permettent d'aller encore plus loin sur chaque sujet, comme des films, livres ou des associations.


Une préface de Clémentine Beauvais est disponible au début. L'autrice, illustratrice et graphiste du présent ouvrage, Alice Dussutou prend également la plume à la fin.


Un très bel ouvrage à rependre dans les écoles et les bibliothèques, le genre qui, malheureusement , n'existait pas dans mon enfance et que j'aurai assurément apprécié. C,est donc avec un regain d'espoir que je vois fleurir ce genre de livre, qui peuvent enfin présenter des modèles féminins intéressantes et puissantes, tout en traitant d'enjeux laissés trop longtemps dans l'ombre, simplement parce que ce sont des sujets liés au filles et aux femmes. Bref, un petit impératif pour cultiver nos futurs citoyennes et citoyens de demain.


Pour un lectorat à partir du premier cycle secondaire, 13 ans+.

Pour les bibliothécaires et profs: Il n'y a pas de scènes sordides, violentes ou sexuelles. Seules quelques taches de sang tout à fait de circonstance peuvent apparaître.
Commenter  J’apprécie          20
Le propos de "Naître fille" est encore d'actualité, on l'accordera.
Le titre refera un point, décomplexera, libérera la parole sur le "faux" tabou féminin qui pourra parfois installer les femmes encore comme un citoyen de second ordre, un personnage à charge ou hélas, un bien meuble à certains lieux du monde.
Le titre piochera dans plusieurs sociétés des exemples concrèts, ancrés dans les habitudes et les normes de société (plutôt patriarcales). La preuve que l'égalité homme-femmes n'est pas une nécéssité ou une urgence allant toujours de soi partout.
Si certaines filles en France vous diront que lancer des alertes est peut-être exagéré, parce que leur famille, leurs parents, leur communauté, leur tribu d'amis, les ont aidé à grandir, s'émanciper, à se montrer pleines d'espoirs et de projets, libres de faire, en tant que fille, il faudra aussi se résoudre: ça ne sera pas le cas partout, ici et ailleurs.

Avec " Naître fille", garçons et filles, on se permettra de découvrir des cultures, de dire, de voir, de juger et d'en parler peut-être après, entre filles, entre jeunes et adultes.
Un drôle de regard sur le monde en tant que fille (et en tant que garçon).
Nous parlerons tabous, à plusieurs niveaux, sur les secrets du corps féminin d'une part (dont la meilleure compréhension pourrait rapprocher les deux sexes, justifier des aménagements à l'école, au travail...) et aussi sur la place, le regard à porter sur les filles dans diverses sociétés (c'est la loi de la tradition, donc le mauvais traitement est un mal nécéssaire, il ne se discute pas et encore moins en dehors des communautés). Tabous.

Le titre est bien fait et très avenant malgré les révélations des textes.
La charte graphique est extrêmement fraîche et colorée, on peut parler de choses qui fâchent sur un terrain apaisé et une lecture attrayante.
On se raconte en fille, en amie et non en martyr grâce à cette présentation des profils girlies rouges et roses.
Le déroulé est originale: un cas féminin différent abordé en fiction et un développement simple par la suite pour creuser le sujet, concis, en plusieurs points clé de compréhension.
Le sommaire le montre, différents destins en France, le Népal, l'Afghanistan, le Kenya et le Mexique, dans lesquels nous nous immiscerons avec les confidences des personnages sous forme d'extraits de journaux intimes.
Kaneila et ses cycles de menstruel, sa foi, Jade et ses formes généreuses, Manoosh la Basha posh qui devra se vêtir en garçon, Makena et l'excision, les mariages forcés, Luisa et les harcèlements de rue.
Non, l'injustice et la maltraitance ne sont pas culturels, insistera le titre et l'auteure Alice Dussutour.
On en apprend vraiment, c'est un titre à recommander à toutes les très grandes ados mais aussi aux garçons du même âge.
Nous irons parfois dans les extrêmes parce que ces témoignages n'iront pas dans l'exception, ces brimades et humiliations des filles seront des modes de comportement pensés, validés, normalisés sur la base négligeable d'une femme possiblement ignorée, bafouée, parfois battue pour avoir fait valoir son libre-arbitre.
Qu'il est dur de découvrir le " Chau Goth", la petite cabane d'exil dans laquelle Kaneila doit se rendre à chaque menstruation pour ne pas "souiller" les gens et la nature ou bien les craintes de Makena de se voir mutiler les parties intimes de force.
Intéressant, la situation des familles de filles qui peuvent choisir de les troquer le temps de leur enfance avec des garçons, les déguisant. Ces filles pourront jouer à découvert, circuler sans permission, faire du vélo sans violer la décence. Jusqu'à la puberté seulement car après, hélas pour les familles, il n'y aura plus rien à faire pour camoufler l'escroquerie.
Certaines n'iront toujours pas à l'école pour les rendre dociles et soumises.
Chacun en sortant de ce livre devra se poser les questions: est-ce normal pour les filles de ne pas naître comme l'égal de ceux qu'elles devront épouser, aimer?
Est-ce normal qu'ils ne leur souhaitent pas toujours la pareille?

Un document riche, touchant dans sa dimension de vérité et instructif.
Commenter  J’apprécie          40
Clémentine de Beauvais rappelle en préface qu'en fonction de l'endroit où l'on nait être fille ne signifie pas forcément la même chose, les exigences et tabous sont différents. C'est ce que ce livre met en lumière à travers l'histoire de cinq jeunes filles des quatre coins du monde :

Au Népal, Kaneila ne peut pas aller au temple ou à l'école, la semaine de ses règles. le sang menstruel est le fruit d'un pêché selon les écritures hindoues. Il lui faut donc s'exiler pendant cette période où elle est considérée comme impure, elle ne peut rien toucher au risque de contaminer...

En France, Jade doit faire face aux remarques de son entourage sur son poids...tout le monde a un avis sur son corps... Perdant peu à peu sa joie de vivre, elle peut heureusement compter sur son amie pour la convaincre de parler avec ses parents et réapprendre à aimer son corps.

En Afghanistan, Mahnoosh se fait passer pour un garçon pour aider son père. Grâce à ce secret, bien caché des talibans, elle peut sortir librement, jouer et faire du sport pendant que ses soeurs ne peuvent pas sortir seules et uniquement si elles sont complètement couvertes.

Au Kenya, Makena souhaite échapper à l'excision passage obligée dans son village au moment de la puberté. Elle part alors pour Tumaï un village où les femmes vivent entre elles.

Au Mexique, Luisa doit constamment réfléchir à sa tenue, ses parents lui demandent de s'habiller de façon à ne pas attirer le regard des hommes. Après avoir remarqué que sa soeur était battue par son copain, cette dernière disparaît...

Leurs parcours permettent d'exposer un quotidien qui sera ensuite approfondi par quelques pages reprennant les thèmes abordés : règle, image corporelle, éducation, mariage forcé ou encore le harcèlement. L'autrice reprend l'origine de certaines croyances, et nous fait prendre conscience que les règles posent un problème à un grand nombre de femmes vivant dans la pauvreté, que les injonctions permanentes sur le corps des femmes est dangereux ou encore que l'instruction des jeunes filles est précisieuse...

Elle nous informe sur les combats menés sur ces différentes thématiques et aborde des sujets tabous comme la précarité menstruelle, grossephobie, l'excision ou le féminicide...

Le tout est accompagné par de magnifiques illustrations très colorées donnant du peps à notre lecture ! J'ai beaucoup aimé aussi les petits focus sur quelques parcours inspirants : Calamity Jane, Malala Yousafzai, Rebecca Lolosoli...

En résumé, ce livre est un coup de coeur, un petit bijou à mettre entre les mains de toutes nos filles !
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (2)
Ricochet
24 août 2022
Un roman graphique aussi punchy que nécessaire, aussi lucide qu’optimiste, destiné aux filles bien sûr, mais aux garçons aussi.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Liberation
12 mai 2022
Tous ces récits, intelligemment incarnés, sont illustrés avec force couleurs et rondeurs, dans un équilibre savamment dosé entre textes et dessins. Les témoignages permettent une entrée simple et claire dans chacun des sujets, mais ouvrent aussi la voie à plus de profondeur [...].
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Quand je sors, je dois réfléchir à la façon dont je m'habille.
Quand il fait chaud, si je mets un short, je sais qu'on va me faire encore plus de remarques.
J'évite certaines rues, j'essaie d'être accompagnée d'amis garçons.
Il m'arrive même de serrer les clés entre mes doigts au cas où.
Si j'ai l'impression qu'on me suit, je fais semblant de téléphoner tout en restant attentive.
Je ne comprends pas pourquoi ce ne sont pas les garçons et les hommes qui changent?
Commenter  J’apprécie          30
Jusqu'alors, je pensais être punie par les dieux car je suis née fille. Je pensais être sale, je me sentais humiliée pendant mes règles, alors qu'elles sont un processus naturel qui fait partie du corps de chaque femme du monde.

KANEILA, Népal
Commenter  J’apprécie          10

Video de Alice Dussutour (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alice Dussutour
Naître fille – Un livre de Alice Dussutour publié aux Éditions du Ricochet
Résumé : Selon son pays de naissance, naître fille n'offre pas les mêmes perspectives… Au fil des pages, cinq jeunes filles, originaires de cinq pays différents, racontent leur passage à l'âge adulte et ce que signifie naître fille pour elles. Elles s'interrogent sur les injustices, les violences et les barrières qu'on leur impose. Ancrée dans la réalité, chaque histoire est enrichie d'une partie documentaire qui éclaire le lecteur sur la situation générale vécue par des millions de femmes.
Textes et illustrations : Alice Dussutour Textes book trailer : Préface de Clémentine Beauvais Musique : Twisted Bandits all Bandits par NoMBe
Retrouvez le livre en librairie ou sur : https://www.editionsduricochet.com/hors-collection/naitre-fille-la-condition-feminine-dans-le-monde/
+ Lire la suite
autres livres classés : documentaireVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus

Autres livres de Alice Dussutour (1) Voir plus

Lecteurs (159) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
845 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..