AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Mon désir le plus ardent (62)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Piatka
  18 juin 2018
De temps en temps, je lis un roman des éditions Gallmeister. J'y trouve le plus souvent dépaysement, nature omniprésente, auteurs sélectionnés avec soin, de belles écritures aux qualités littéraires certaines.
Cette fois-ci, il s'agit du dernier Pete Fromm que je découvre avec son désir le plus ardent, un titre accrocheur.
Bon, j'suis franche, j'ai bien failli m'arrêter à la quatrième de couv. La love story qui vire au cauchemar quand « La putain de sclérose en putain de plaques » s'invite à bord, j'étais pas sûre d'avoir très envie de m'embarquer dans l'aventure, même aux côtés d'un couple non conventionnel, très amoureux et très courageux. Mon désir à moi était moins ardent tout d'un coup.
Mais l'envie de découvrir cet auteur dont je vois passer ici régulièrement des oeuvres chroniquées avec enthousiasme a été la plus forte.

À l'arrivée, mon coeur balance entre quatre et cinq étoiles. Quand même !
Bien sûr, il s'agit d'une très belle histoire d'amour sublimée par les épreuves que les héros, Maddy et Dalton, rencontrent. La nature, entre Wyoming et Oregon, est bien au rendez-vous. On sent que Pete Fromm maitrise le job : histoire bien ficelée, rythmée, justesse de ton sans pathos excessif. On ne s'ennuie jamais, et c'est déjà beaucoup.

Mais il en faut un peu plus pour passer la barre des quatre étoiles.
Je crois que c'est la force positive qui se dégage de ce roman qui fait tout simplement du bien et lui donne son supplément d'âme. Ce n'est pas l'obstacle (la maladie ici) qui compte finalement mais la façon dont on le surmonte. Pete Fromm l'illustre avec talent et humour. Très important l'humour, oui, j'allais l'oublier, le liant majeur de l'aventure : ce couple est doté d'une bonne dose d'auto-dérision salvatrice qui force l'admiration et les aide à faire reculer leurs propres limites, tout en faisant passer le lecteur du rire…aux larmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7912
cardabelle
  26 mai 2018
Pete Fromm , un auteur que j'admire beaucoup . Ses romans trahissent un grand humaniste sensible et sincère .
Ses récits sont autant de déclarations d'amour à la vie tout simplement .

"Indian Creek " , une ode à la nature et à la jeunesse a bouleversé bien des lecteurs par sa force et sa poésie . Mais, voici que " Mon désir le plus ardent " survient comme le couronnement de la maturité .
C'est comme une voix qui s 'élève vers un sentiment d'éternité , c'est une grande âme qui vient nous raconter une histoire d'amour qui atteint le sublime par son intensité .

Cette histoire est celle de Maddy et Dalton .
D'abord, tout jeunots , ce sont deux coeurs purs en parfaite osmose avec une nature belle et sauvage qui s'enivrent d'amour et de liberté .
C'est là, au milieu des rivières que le jeune couple va se construire et vivre les moments d'un intense bonheur .
Sans dévoiler l'intrigue , on peut déjà dire qu'il puise en partie dans ce terreau son amour immense : une force inébranlable face à la maladie de Maddy .
A deux, ils vont mener une lutte sans failles et si certains jours le bonheur a un goût de souvenir, ils s'en contentent et avancent à défaut d'espérer .
Quelle leçon !
Et , la vie va , comme on dit ! Les années passent ...

Cette histoire , on la vit intensément avec chacun des personnages , tous aussi merveilleux les uns que les autres . Et pourtant, pas de pathos, peu de larmes .
Tout au long du récit, de l'énergie , de l'humour ,de la vigueur malgré les obstacles et la souffrance .
Et de l'amour comme s'il en pleuvait !

Ce n'est pas un texte que j'ai envie de décortiquer . Cette émouvante histoire d'amour est , je crois, une des lectures les plus intimes qui soient et l' une des plus belles que j'ai pu lire .
Un récit magnifique pour méditer .






+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7411
Merik
  16 juillet 2018
Peut-être que pour mieux cerner ce livre il suffirait de se plonger dans la couverture. Comme si tout y avait été savamment orchestré, soupesé, au millimètres près.
Il y aurait tout d'abord ce rose omniprésent, enclin dans un premier temps à faire fuir l'allergique aux séries rose bonbon, mais prompt à retenir celui qui y verrait des nuances de rouge et un manque si évident de discrétion que ça en deviendrait louche. Forcément. Pour n'y voir au final non plus du rose pur, mais un rouge désenchanté comme du sang délavé, malade. Une subtile annonce d'une histoire d'amour et de vie, annonçant peut-être le thème d'un amour plus fort que tout, allez savoir.
Il y aurait aussi cette photo noir et blanc en bandeau, proclamant de loin une abstraction, invitant à y regarder de plus près. Non ce n'est pas une chevelure ou une crinière que cette main caresse. Tout simplement de l'eau, aussi pure que peut l'être l'eau. Comme si l'histoire était proche de l'élément naturel.
Il y aurait aussi du mouvement suggéré dans ce bandeau, qui n'en doutons plus nous plonge plus précisément dans le scénario. L'eau est dans deux états, calme et sombre en amont de la main, bouillonnante et troublée en aval. Comme si le mouvement suggérait l'avancée de l'histoire. On pourrait croire à un courant que la main tente de retenir, mais c'est sûrement la main qui administre le mouvement, l'obturateur ayant figé tout cela. Une main peut-être tremblante qui sait, dévoilant derrière elle des tourbillons de matière grise comme écumée de myéline, telle des synapses devenues folles. Comme si tout cela avait été fait exprès, pour évoquer une maladie peut-être bien, allez savoir.
Il y aurait encore autre chose, assez subtil en y regardant à la loupe, qui confirmerait l'ensemble des investigations. Le mouvement de l'eau dessine comme une bague sur l'annulaire de la main féminine, et ce malgré le remous. Comme s'il y avait vraiment une histoire de mariage et de couple à l'intérieur, plus forte que les aléas.
Il y aurait ensuite le besoin d'éloigner la couv', pour une vue d'ensemble. Le tout s'éclairerait alors d'évidence, un parfait équilibre comme un petit miracle qui donnerait envie de se plonger dans la lecture. À commencer par le titre.
Mais peut-être que tout ceci ne serait dû qu'au hasard, comme le suggèrerait insidieusement le titre où les mots désir et ardent résonneraient en allitération sur un coup de «d». Ce que semblerait confirmer d'ailleurs d'autres livres de la maison Gallmeister, habituée des couvertures à dominantes unies surplombées d'un bandeau noir et blanc.
Peut-être même que tout ceci ne serait qu'un délire interprétatif du lecteur lambda comme moi, comme si j'étais resté baba devant la couv' à la fin de ma lecture, regrettant que celle-ci se termine, tentant de prolonger en vain le petit miracle. Un peu comme si j'avais eu du mal à me résoudre au point final.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          687
marina53
  05 novembre 2018
Dalton et Maddy se rencontrent lors d'une soirée. Bien qu'elle soit déjà avec Troy, elle tombe sous le charme de ce jeune passeur. Une petite descente sur la Buffalo Fork, une soirée au clair de lune et cela semble déjà une évidence entre eux. Peu de temps après, le mariage est célébré peu communément. À l'aube, au coeur des Tetons qui brillent d'un éclat rosé, après des échanges de voeux originaux, le couple abandonne ses invités et file sur son raft. De leur passion commune pour le rafting, ils quittent le Wyoming et montent leur propre entreprise dans l'Oregon. Mais Maddy, fatiguée et prise de vertige, doit se reposer. Une simple mononucléose, semble-t-il. Malheureusement, après des examens plus poussé, le couperet tombe : il s'agit de la sclérose en plaque. Une nouvelle d'autant plus frappante que la jeune femme apprend qu'elle est enceinte...

Ils sont jeunes, beaux, pleins d'espoir en la vie et dans ce qu'elle a à offrir de meilleur, pleins d'élan. Et surtout ils sont amoureux. Un amour inébranlable, puissant et intense semble lié Mad et Dalt. Même la maladie, sournoise et dégénérative, ne pourrait altérer cette envie d'aimer, cette soif de vivre. Maddy, la narratrice, est une jeune femme d'une force et d'un courage incroyables. Plus que tout, elle croit en la vie, en l'amour et en son mari. Dalt, lui, fait montre d'une grande patience, de compassion et d'énergie. Amoureux fou, il fera tout pour aider sa femme et la soutenir au quotidien malgré les épreuves qui, immanquablement, ne cesseront de s'enchainer. Narrativement, Pete Fromm nous plonge dans des instantanés de vie en créant des ellipses, parfois de plusieurs années, entre chaque chapitre. Une construction narrative originale et intelligente. Dans ce roman puissant et très émouvant, l'auteur fait montre d'une grande sensibilité, d'une authenticité rare et se glisse avec finesse dans le corps et le coeur de Maddy.
Une magnifique histoire d'amour...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          667
Archie
  11 juillet 2018
Un livre poignant ! Mon désir le plus ardent est le roman d'un amour total, la chronique d'un combat à deux contre la fatalité. C'est un texte dont le ton provocateur et l'humour incongru arrachent des larmes tout en impulsant l'envie de rire. Derrière l'agressivité, la fierté d'être. Derrière l'autodérision, le courage de lutter. Et encore derrière tout cela, l'amour, la tendresse, un désir résolu de construire une famille.

Maddy est une jeune étudiante. le week-end, elle fait office de guide de rafting sur les rivières du Wyoming. Elle adore cela. Conduire des rafts pour touristes sur des eaux tumultueuses, c'est aussi le métier de Dalt. Son métier et sa passion...

Dalt ! Un physique qui aurait pu inspirer le David de Michel-Ange, une force hors du commun… et sur le plan comportemental, la crème des hommes ! Maddy et Dalt ont à peine plus de vingt ans lorsqu'ils se rencontrent. Coup de foudre, septième ciel, amour fusionnel. Ils se marient au sommet d'une petite colline bordée de rivières. À l'officiante qui leur pose la question rituelle, chacun répond : c'est mon désir le plus ardent.

Ils ont plein d'autres désirs ardents. Mais ils devront adapter leurs ambitions et leur mode de vie, sans pour autant renoncer au bonheur. Maddy est fatiguée, souffre de vertiges. Une simple mononucléose, croit-on. Mais des analyses révèlent les indicateurs d'une SP. « Vous voulez parler de la sclérose en plaques ? » demande Maddy. Elle ne peut pas le croire. « Mais je n'ai que vingt ans, merde. Je cours les rivières. Je franchis tous les rapides, même les pires, sans la moindre hésitation. J'ai une santé de fer. Moi dans un fauteuil roulant, secouée de spasmes, tête pendante, mains sur les genoux, agitées de courants invisibles ? »

La SP est une maladie dégénérative qui obère graduellement les aptitudes physiques et certaines fonctions intellectuelles. La maladie n'est pas directement mortelle, mais les handicaps qu'elle induit peuvent provoquer un accident. La simple déglutition d'un sandwich peut devenir une menace.

Maddy et Dalt ne renonceront jamais à leur désir le plus ardent, s'aimer et vivre. Sublimé par le courage et la combativité de sa femme, Dalt palliera tout ce qui deviendra impossible à Maddy. La crème des hommes, on vous dit !

Maddy, elle, c'est un roc ! Elle est la narratrice du roman. Sauf pour le dernier chapitre, où Dalt la … supplée. Maddy est une narratrice qui n'écrit pas. Elle parle, elle crie. Une expression spontanée, simple, directe, un ton léger où l'humour alterne avec la rage – la rage de vivre, la rage de vivre heureux –, des mots jetés sans fard au visage de ceux qui observent son couple et leurs enfants. Qui, face à Maddy, oserait douter de leur bonheur ?

Pete Fromm est un écrivain américain d'une soixantaine d'années. Fasciné par la beauté des grands espaces, il a mené des expériences de vie au grand air, coupé du monde, avant d'entrer en littérature et de se spécialiser dans ce que les Américains appellent le nature writing. Créer le personnage de Maddy et l'interpréter soi-même est une performance littéraire hallucinante. Bravo aussi à la traductrice qui transpose avec brio l'esprit du texte.

Dès les toutes premières lignes du livre, une sorte de magie m'a frappé. Magie du style, magie du sens, jusqu'à la dernière page, et plus. A la fin du roman, je n'ai pu le lâcher et j'ai relu plusieurs chapitres. Heureusement que j'établis mes commentaires par écrit. Je n'aurais pu prononcer trois mots sans être étranglé par l'émotion.

Le prologue est un concentré de chef d'oeuvre. Il donne toutes les clés. Ce n'est pas clair ? Relisez-le plus tard, lorsque Maddy vous aura embarqué. Il vous paraîtra limpide.

Lien : http://cavamieuxenlecrivant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          653
Deslivresalire
  22 octobre 2018
Le Wyoming en toile de fond, Maddy et Dalton s'aiment parce qu'ils partagent le même amour pour la nature, les rivières, la vie, le sexe et la liberté.

Tous deux guides de rivière, leur progression dans la vie se réalise avec des hauts et des bas, qui les obligent progressivement à rentrer "dans le rang" mais sans jamais abandonner leurs rêves malgré les difficultés. Et surtout sans jamais que cet amour qu'ils se vouent, ne décline ou ne s'altère.

Et alors qu'ils attendent leur premier enfant, Maddy découvre également qu'elle est atteinte de sclérose en plaque.

La vie s'écoulera au rythme de l'évolution de cette maladie, qui mettra leur couple à l'épreuve, sans que celui-ci ne cède jamais...

"Nous sommes revenus à ce que nous faisons le mieux, ironiser, prendre les choses à la légère".

"-C'est ton désir le plus ardent ? Me prendre dans tes bras pour franchir quelque chose ?
Il sourit et glisse un bras sous mes épaules, commence à me soulever.
-Oh que oui. Pour franchir tous les obstacles.
-Mon désir le plus ardent, je répète, secouant la tête. C'est pathétique, non ?"

A mon avis :
Ce n'est certainement pas un roman sur la maladie, non.

C'est un roman sur le temps qui passe, sur l'amour d'un couple, d'une famille qui grandit malgré les déboires et sur l'évolution normale de la vie.

Bien sûr que la maladie reste le pivot centrale de ce récit, mais ce n'est que l'allégorie du temps qui passe et de la vieillesse, à mon sens. C'est aussi ce qui permet de mieux cerner le caractère de chacun : elle, c'est un pilier, lui, c'est une béquille.
Et ce qui nous explose à la figure, c'est l'amour absolu qui fonde leur vie et qui rend Maddy et Dalt tellement attachants.

Le thème de la famille et de ses relations est également abordé très justement, sans exagération, avec ces bonheurs simples qui font grandir les enfants et rendent les parents heureux.
"Je les préviendrai, dit-il. de faire très attention au bonheur. Je leur dirai qu'il risque de les prendre par surprise, de leur couper le souffle, et qu'ils en voudront toujours plus".

Et c'est beau, c'est émouvant, car rien ne vient détruire ce bonheur, cet amour... pas même cette horrible maladie !

Un récit tout en sensibilité, tendresse, humour et sagesse, qui se termine en émotion pure... quitte à vous arracher quelques larmes.

Du bonheur en page.

Retrouvez d'autres avis sur d'autres lectures sur mon blog :
https://blogdeslivresalire.blogspot.com/
Lien : https://blogdeslivresalire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
Titania
  24 septembre 2018
Pete Fromm nous raconte avec sa belle plume, la vie dans un cadre sublime, une belle région de montagne et d'eaux vives qu'il connaît bien.

Il nous emmène dans une aventure humaine ordinaire, le meilleur et le pire d'une vie de couple qui s'enracine dans une passion commune, le rafting et la pêche, jusqu'à ce que la maladie les ramène à la ville et les oblige à d'autres choix, loin du paradis perdu.

C'est Maddy, de moins en moins mobile qui raconte bonheurs et douleurs . Avec elle, on vit la maladie de l'intérieur. Le récit est mené avec des ellipses comme autant d'étapes qui suivent l'évolution lente de la terrible SEP.

Pete Fromm cherche à saisir l'extraordinaire dans l'ordinaire, la force de l’ineffable, ce désir de vivre et l'amour sublimé par la complicité, les crises, les moments de panique, de découragement et d’humour. Les enfants tellement désirés arrivent comme une bénédiction et bousculent tout . C’est aussi une chronique de la force des liens entre les membres d'une famille .

C'est un roman émouvant, l'auteur a trouvé le juste ton pour nous toucher. On est loin d'une histoire à l'eau de rose, la maladie est sale, Dalt et Maddy sont ruinés par les frais médicaux, mais ils ont monté dans l'adversité une famille et plusieurs entreprises , de vrais bâtisseurs.

Si on m'avait demandé avant si je voulais lire un roman sur une jeune femme atteinte de SEP, j'aurais probablement décliné l'offre, comme beaucoup il me semble.

C’est l’auteur que j’ai choisi, car je sais qu’il peut me raconter n’importe quoi. Mais dès la première page, on part dans une histoire pas si triste que ça , qui nous dit qu'on peut traverser le pire et l'inéluctable en étant très aimé .

C'est très bien raconté, délicat, pas mélodramatique , je l'ai lu d'une traite tout simplement car il parle à notre humanité de chair et de sang.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          481
BonoChamrousse
  16 avril 2018
MON DÉSIR LE PLUS ARDENT de Pete Fromm
Traduit par Juliane Nivelt
Éditions Gallmeister

"C'est mon désir le plus ardent"
C'est de cette façon que Maddy et Dalton concluent leurs voeux de mariage, à la place du sempiternel "Je le veux". Une union célébrée au bord de l'eau, au petit matin, pour que les jeunes mariés puissent aussitôt entamer leur lune de miel en descendant la rivière sur un raft...
Ils sont jeunes, amoureux, avec des projets plein la tête et, pour eux, la vie est une merveilleuse aventure qui commence à peine... Jusqu'à ce que la maladie s'invite alors qu'ils viennent juste de créer leur propre entreprise de rafting...

Il y a des livres lumineux malgré la tristesse du sujet, un couple face à la sclérose en plaques, et celui-là l'est assurément.

C'est une des plus belles histoires d'amour que j'aie lue jusqu'à présent...  mais malheureusement, depuis les Rita Mitsuko, on sait bien que les histoires d'A finissent mal en général...
Celle-ci nous est racontée par Maddy, et chaque chapitre relate un fragment de sa vie. Il n'y a aucun pathos car Maddy ne nous laisse observer de la maladie que ce qu'elle veut bien montrer à ses proches, ce qui fait que le livre ne bascule jamais dans le voyeurisme.

Un livre emplit d'humour, de vie, d'humanité, d'empathie, d'instants de bonheur et encore de larmes.

Un roman MAGNIFIQUE et BOULEVERSANT qu'il faut absolument lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          486
Crossroads
  13 décembre 2018
Mon désir le plus ardent, c'est évidemment de tomber sur un récit original qui me transporte et m'émeuve au plus haut point. En cela, Pete Fromm vient de répondre à toutes mes attentes de manière éclatante.

Quoi de plus beau que l'amour absolu.
Celui qui casse les codes, soulève des montagnes, n'infléchit devant aucun obstacle, fût-il insurmontable.

Maddy et Dalt se sont trouvés.
Mieux qu'une évidence, l'impérieuse nécessité de ne faire qu'un, puis rapidement deux puis trois.
Une seule ligne de vie que l'on croyait commune affranchie de tout tumulte extérieur, de tout chaos personnel.
Une putain de SP !
Une putain de saloperie de sclérose en plaques !
Maddy vient de toucher le gros lot sans avoir gratté ni tiré quoi que ce soit.
Un non-invité surprise qui allait bouleverser leur idéal de vie.
Un parasite gangrénant qui allait mettre à mal leur zone de confort, rongeant une cellule familiale jusqu'à l'implosion promise.
Cecile Fée déclama un jour alors qu'on venait de lui sucrer son quatre heures à moteur: "On dit que l'adversité retrempe les âmes ; cela n'est vrai que pour celles qui sont de fer."
Gageons que celles de Maddy et Dalt soient forgées du même métal.

La claque, magistrale, sèche, inattendue.
Un roman sur la maladie pourvoyeur de sourires en cascades, d'espoir fou, de tendresse absolue, d'amour incommensurable, de tristesse éperdue.
Un shaker d'émotions relaté avec une simplicité confondante et jouant divinement sur la corde sensible sans jamais tomber dans une caricature qui discréditerait dès lors tout propos.
Un quotidien de guerriers faisant dignement belle figure sur plusieurs fronts.
Celui de la maladie dégénérative mais également celui du couple que l'on imagine devoir se déliter progressivement, inévitablement.
Les doutes sont nombreux mais il est une certitude, celle de s'aimer encore et toujours quels qu'en soient les noirs tourments et le prix à payer.

Mon désir le plus ardent, celui de retrouver un jour Maddy et Dalt.
Rien n'est moins sûr...

PS : si les éditeurs pouvaient anticiper une possible difficulté lacrymale à appréhender les tous derniers feuillets en misant sur une typo bien plus généreuse, d'avance, merci.
Putain d'allergie, tiens...

J'allais oublier, incontournable !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          457
berni_29
  23 septembre 2018
Comment vous parler d'un livre où l'on perd pied dès le début du récit ? Où l'on perd pied d'émotion comme la narratrice, Maddy... Sauf qu'elle perd pied physiquement, et nous, nous sommes au bord des pages, certes près d'elle, mais nous ne perdons pas pied de la même manière, juste une émotion, une sensation très forte, une envie d'aller plus loin, de traverser les pages et de devenir l'ami de Maddy et Dalton.
Au début du livre, Maddy et Dalton ont vingt ans. Maddy est une jeune étudiante. Le week-end, elle sert de guide de rafting sur les rivières du Wyoming. C'est aussi le métier de Dalt. Déjà ils se découvrent tous deux une passion commune...
Ainsi, ils tombent amoureux à la faveur d'une rencontre liée à leur métier commun. Ils s'aiment, leur horizon est un endroit empli de rêves et de paysages grandioses. Ils veulent vivre ensemble. Et ressentir un désir le plus ardent possible.
Ils se marient, Maddy tombe enceinte. Elle est prise de vertiges incessants. C'est là qu'on lui diagnostique une sclérose en plaques. Alors, à partir de ce jour, le ciel et la terre vont basculer dans tous les sens.
C'est tout d'abord le début de la maladie, des premiers symptômes vécus par la narratrice. Il se trouve qu'elle découvre sa maladie en étant enceinte. Ce n'est pas anodin. Ce premier enfant vient avec la maladie de sa maman. Ce n'est pas un obstacle pour le couple. Ce ne le sera jamais pour eux.
Lorsque vient sa maladie, Maddy s'en prend au ciel, à la vie, au sol qui se dérobe sous ses pieds. Elle dit pourquoi, mais elle le dit avec humour. Elle s'en prend à un quelconque Dieu. Il faut la voir l'injurier et c'est drôle. Dieu existe-t-il ? se demande t-elle et s'il existe, ce ne peut pas être une femme, ce serait trop cruel... Sans cesse, l'humour vient comme une arme, une bouée, un geste pour calmer d'autres gestes qui s'animent de manière chaotique.
Cependant, Maddy se pose des tas de questions, à commencer par la plus simple : Pourquoi ?
L'humour est là, c'est une forme d'autodérision salvatrice, je dirai heureusement, pour exorciser les maux, les douleurs, tracer aussi les chemins qu'il faut poursuivre d'une autre manière, vers d'autres méandres. C'est alors que la magie du roman opère.
Maddy et Dalt se marient, construisent une vie avec cela, c'est-à-dire une maladie qui va et qui vient, grandit, et lorsqu'elle vient elle ne prévient pas, elle fait trembler le bras, la main, le corps aussi. Le sol devient une sorte de terre qui tremble.
Lorsque se révèle la maladie de Maddy, son mari décide alors de construire une rampe à l'intérieur de la maison pour la guider dans ses pas chancelants.
Ne faut-il pas autre chose pour guider les pas, les gestes de Maddy ?
Une voisine survient, Janice, elle traverse la rue, elle vient avec sa spontanéité, sa lumière, ses mots forcément maladroits, elle vient avec un plat de lasagnes et brusquement elle devient comme une alliée, une amie, dans le cheminement bancal de Maddy. Et puis,...
Et puis je me suis attaché totalement aux personnages, à leur histoire, à ce tremblement des gestes de Maddy. Tout le récit chancelle dans ces gestes totalement incertains.
Lorsque Janice déménagera, la terre tremblera de nouveau sous les pas de Maddy.
Ce sont aussi ses enfants, Atty et Izzy. Ils grandissent dans cette histoire et nous aussi un peu avec eux. Mais c'est cet humour qui ne lâche jamais Maddy, qui la tient jusqu'au bout, debout, magnifique. Rire, bien sûr, pour faire la nique à la vie, au destin, lutter ainsi, c'est une arme.
L'amour est là aussi, entre Maddy et Dalt, l'amour comme une sorte de rempart... S'aimer dans le tremblement des gestes que la maladie rend de plus en plus visible.
Et tout est dit ici si merveilleusement, avec les mots qui nous permettent de prendre les personnages dans nos bras.
La maladie de Maddy progresse au fil du roman. Elle grandit inexorablement. Nous le savions dès le départ. Elle grandit dans la vie de Maddy, de Dalton, des enfants. Elle entre dans leur intimité. Parfois, nous voudrions nous retirer à petits pas et l'auteur a alors cette délicatesse de nous prendre la main pour faire ce pas de côté qui nous aide. Mais il nous demande en même temps de rester encore un peu, alors on ne peut pas refuser cela. Il faut le prendre comme un cadeau.
J'ai beaucoup aimé ce livre. Il est venu comme une caresse, il m'a rappelé des choses intimes que je ne pourrai dire ici, sauf brièvement, notamment le souvenir d'une soeur décédée il y a quelques années et qui luttait avec ce même humour contre la maladie ; cela existe aussi en effet dans d'autres vies.
Mon désir le plus ardent serait désormais que vous lisiez ce livre que j'ai aimé et qui m'a fait du bien, qui vous fera aussi du bien, j'en suis persuadé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4510


Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3093 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..