AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2351781104
Éditeur : Gallmeister (01/04/2016)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 49 notes)
Résumé :
Pete Fromm a une quarantaine d’années, deux beaux garçons, une vie splendide en plein cœur du Montana. Son passé de ranger et d’emplois saisonniers dans les espaces les plus sauvages des États-Unis est derrière lui, il est désormais père de famille. Un jour, on lui propose de partir s’installer un mois dans une cabane perdue au cœur de la Bob Marshall Wilderness. Dans cette région, qui abrite l’une des plus fortes densités de grizzlys des États-Unis, il devra surve... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
majero
  21 septembre 2018
25 ans après son célèbre Indian Creek c'est comme nounou pour bébés poissons que Pete Fromm rempile dans un Montana froid et pluvieux qu'il parcourt en chantant très fort pour éloigner les grizzlis.
C'est l'occasion d'un retour sur sa vie, ses petits jobs saisonniers de maître nageur ou gardien de parc, les rencontres qui l'ont amené là. Il sait bien manier sa plume et ces souvenirs sont vraiment plaisants.
Et le plus beau, l'amour pour sa femme Rose et ses jeunes gamins Aidan et Nolan qui ne rêvent que d'accompagner leur papa.
Commenter  J’apprécie          280
cardabelle
  24 mai 2016
-"Indian Creek ", 2006. Pete Fromm nous fait passer un hiver fantastique en sa compagnie dans les Rocheuses. Prétexte, surveiller des oeufs de saumons.
-"Le nom des étoiles", vingt ans plus tard.
Il a vieilli notre ranger, et nous aussi.
Qu'importe, on repart ensemble surveiller des oeufs d'ombres: " Vingt ans auparavant,...j'avais pêché des tas d'ombres dans un lac isolé. Ils avaient été introduits dans les années 1950, puis oubliés. Ce sont de beaux poissons parsemés de taches fluorescentes, avec une petite nageoire dorsale en éventail..."
Cette fois, il nous emmène dans le Bob Marshall Wilderness.
Mais, le récit est aussi une balade dans le passé. Les récits de l'aventure présente alternent avec les souvenirs. Et, parmi eux, Indian Creek est omniprésent, comme un doux refrain, un murmure.
Et, malgré la nostalgie qui émaille parfois le ton de l'auteur, il nous offre encore un sacré bon moment d'évasion.
Désolée pour les amateurs de thrillers, mais les ours ne sont pas ceux que l'on croit. Non, c'est du pur Nature Writing !
Mais, cette fois, le ton a changé. On sent notre conteur moins exalté, le wild le comble toujours bien sûr,mais son bonheur n'est pas complet. Sa famille lui manque. Ses jeunes fils de 9 et 6 ans, il les aurait bien emmenés surveiller les oeufs d'ombres, lui ! Mais son épouse craignait que les ours ne supportent pas les enfants !
Bon, vivement que grandissent les " oursons " de Pete Fromm, on aura peut-être droit à une autre escapade plus détendue et familiale cette fois ?
J'apprécie beaucoup cet auteur mais, j'oserais une petite critique: j'ai parfois ressenti de la lourdeur dans le style . J'attribue cela à la traduction sans doute, pourtant, une des principales saveurs du Nature Writing reste la poésie du texte.
Autre regret, les répétitions trop nombreuses des gestes du quotidien (à mon sens inutiles au bout du trentième jour! ). Mais la critique est facile ! N'est-il pas ?
Malgré ce petit bémol, c'est un livre que je referme à regret.
Un seul souhait: que son auteur garde la forme pour que naisse le prochain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
mollymon
  04 mai 2016
Le nom des étoiles est la description d'un séjour à Gates Park à laquelle l'auteur mêle les souvenirs de ses aventures précédentes et de ses exploits lorsqu'il était maître nageur, sauveteur puis ranger.
En 2004, Pete Fromm accepte une mission qui l'amènera au coeur d'un parc naturel du Montana, là où les montagnes donnent au firmament toute sa grandeur...
Il voit dans dans cette proposition l'occasion idéale d'offrir à ses deux jeunes fils des vacances inoubliables en immersion totale dans la nature sauvage mais l'administration du parc refuse que les enfants l'accompagnent. C'est donc seul qu'après un voyage long et éprouvant, il s'installe dans sa cabane isolée avec pour toute compagnie wapitis, cerfs, ours noirs, loups et grizzlys. Malgré le confort tout relatif de son campement, les seize kilomètres quotidiens à crapahuter pour veiller sur les oeufs de poisson, la solitude des soirées et la peur constante de se voir transformé en déjection de plantigrade, lui font paraître son séjour bien moins séduisant qu'il ne se l'était imaginé.
Il en vient à se demander si au cours des vingt-cinq années écoulées depuis Indian Creek, il n'est pas simplement devenu vieux.
Mais Pete Fromm ne se perd pas dans un voyage introspectif, ne se plonge pas dans des réflexions philosophiques inutiles car il a bien mieux à faire. Il préfère se consacrer aux profondeurs des gorges où coule la rivière, à la forêt fourmillant de vie sauvage et n'a pas d'autre prétention que celle de raconter sa vie sur place pour nous faire partager son amour pour la nature . Un amour qui l'a pris comme un virus alors qu'il était tout gamin quand il jouait comme un sauvage à rampe-marée avec ses frères. Un virus qui ne l'a jamais lâché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Wendat69
  25 décembre 2018
Pete Fromm nous fait partager une belle expérience, celle de son séjour solitaire dans la Bob Marshall Wilderness, où il resta un mois au cours de l'année 2004, seul dans une cabane. Enfin, seul...disons le seul homme, parce que la nature fabuleuse qui l'entoure est emplie d'êtres vivants qui la subliment et qui lui confèrent sa dimension sauvage.
Initialement, l'auteur voulait partager cette expérience unique avec ses deux jeunes garçons, qui n'étaient alors encore que des enfants. Pete aurait adoré leur faire découvrir ce milieu sauvage et authentique, et leur apprendre ce que l'homme ne peut obtenir que de lui lorsqu'il est en prise avec la nature, loin des facilités de la civilisation. Las ! le père-auteur renonça finalement à leur faire vivre cette expérience, la rudesse du climat et surtout certains habitants plantigrades de ces contrées ayant incliné la balance du côté du renoncement.
Choix douloureux mais somme toute raisonnable, de fait, la mission de Pete était de s'occuper d'oeufs d'ombres, de surveiller leur éclosion pendant un mois, afin que ceux-ci peuplent les cours d'eau de la réserve -ou nourrissent les truites. Rigoureux et attentif, Pete chemine donc quotidiennement vers les incubateurs pour surveiller sa presque « progéniture ». Et cette ballade quotidienne est loin d'être une sinécure. Car si des wapitis et autres cerfs de Virginie ornent le spectacle du jour naissant au sortir de sa cabane, il est d'autres animaux qu'il convient de croiser en conservant une distance appréciable -de l'ordre de la centaine de mètres, ou qu'un obstacle naturel conséquent permet d'éviter. Ours noirs et grizzlys -oui, surtout les grizzlys-,agrémentent en quelque sorte la substance du quotidien du père des ombres, qui se contraint -ou prend plaisir, à pousser la chansonnette sur les sentiers, ou à aboyer quelques commentaires, pour éloigner les plantigrades et éviter ainsi une rencontre dont l'issue pourrait s'avérer préjudiciable à l'un des deux, entendons à celui qui a le moins de poils...Terminer sous forme de casse-croûte serait un peu cher payé pour voir des oeufs prendre des nageoires...
On prend en tout cas beaucoup de plaisir à partager le quotidien de Pete Fromm, et ce mois passé au-dessus des ombres et à côté des grizzlys est un véritable enchantement. Un bon moment de lecture qui donne notamment envie d'en apprendre davantage sur ces magnifiques créatures que sont les grizzlys.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LN
  14 juin 2016
Après avoir rêvé pendant des années de s'établir en pleine montagne dans une cabane "introuvable car trop isolée", Pete Fromm s'est installé dans les plaines, à Great Falls, avec sa femme et ses deux fils, passant ainsi "De la nature sauvage à la vie bien sage". Vingt cinq ans ont passé depuis son expérience de gardien d'oeufs de saumon qu'il conte dans Indian Creek, quand on lui propose de s'installer un mois au coeur de la Bob Marshall Wilderness afin de surveiller à nouveau la croissance d'oeufs de poissons. Il voit là l'occasion de renouer avec ses rêves de vie sauvage, et surtout, il pense pouvoir partager cette expérience unique avec ses fils, leur inculquant ainsi davantage encore son goût pour l'aventure et la nature. C'est sans compter sur sa femme et le garde forestier du district, la première n'étant guère enthousiasmée à la perspective d'envoyer ses petits en pleine nature à la merci "des sales bêtes sournoises" comme les grizzlys, "Et il y avait aussi les loups. l'eau rapide et glacée. Les chutes. Les blessures. Les maladies.", et le deuxième avançant des questions de responsabilité en cas d'accident pour poser son veto à la venue des enfants. Pete part donc seul, déçu tant il souhaitait partager sa passion pour l'aventure avec ses enfants.
Mais les premiers vingt kilomètres à cheval pour rejoindre sa cabane font déjà vaciller ses certitudes : ses fils auraient-ils été vraiment à leur place dans cet univers sauvage, où même des chevaux peuvent devenir dangereux, parce qu'ils "sont grands, ils sont cons, et tôt ou tard ils vous flanquent un coup de pied." Quant au grizzly, son omniprésence devient obsédante, le moindre bruit devenant alarme, obligeant Pete à chanter à tue-tête pour chasser l'ombre du danger. Il reste bien conscient que toutes les précautions ne pourront pas empêcher une malencontreuse rencontre. Ainsi, jour après jour, il se résigne et à accepte le bien-fondé des craintes de sa femme et du garde.
Fort de sa solitude, son activité ne lui prenant que peu de temps, il a tout le loisir de se remémorer d'autres aventures, vécues tout au long de sa vie, du temps où il était maître nageur dans le Nevada, guide de rivières sans le parc national de Grane Teton, ou garde forestier au coeur du parc national de Big Bend. Au fil de ses souvenirs il s'interroge sur ce qui a fait de lui un homme, un père, et sur ce qu'il peut transmettre à ses enfants.
"Je me retrouve au milieu de ma vie, déjà si pleine, où les regrets sont rares, comme de petits tourbillons au sein du courant principal, aucun qui me hante, et pas un, pas un seul qui concernne les jours passés en pleine nature sauvage."
Les espaces infinis qui l'entourent font naître de vastes questions en son âme sur le sens de sa vie ou sur la direction étrange que peut prendre nos destinées pourtant soumises à un faisceau d'options. Niché dans sa cabane en tête à tête avec lui-même, il découvrira qui il est vraiment...

Lien : http://www.lecturissime.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   31 décembre 2016
Il y a un mois, je m'étais battu pour amener les garçons ici avec moi.Un mois en pleine nature. Une expérience de la vie sauvage qu' ils concerveraient toute leur vie.
Nolan, neuf ans, Aidan, six ans.Mes fils. (...)
Avec un sentiment proche de la surprise, je me rends compte que je suis père depuis neuf ans seulement. Mais qu' étais-je auparavant ? Un gosse moi-même...(p.15)'
Commenter  J’apprécie          230
cardabellecardabelle   25 mai 2016
...dans une semaine ou deux, ce paysage grouillera d'équipes d'entretien des pistes, de gardes forestiers, de guides, de marcheurs, de cavaliers, de pompiers.
Au printemps, à Indian Creek, je m'étais donné beaucoup de mal pour éviter les premiers visiteurs venus voir la rivière ...
Je m'imagine toutes ces soirées tapi près du ruisseau, caché dans les saules, à souhaiter en vain qu'ils s'en aillent tous.
Non, j'ai eu de la chance d'être seul ici, et j'ai aussi de la chance d'en partir au bon moment, si pénible que soit ce départ.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cardabellecardabelle   24 mai 2016
...baissant les yeux vers la piste pour éviter de me casser le cou, je tombe, glissant dans le gravier et la terre, je me retrouve face au postérieur de l'ours...que je suis en train de suivre.
A moins de dix mètres de moi, l'ours prend conscience de ma présence au même instant.
Au lieu de filer, de foncer sur le pont, il pivote pour me faire face.
Il reste planté là un moment, nous nous dévisageons, ses yeux sont petits dans sa grosse tête noire et luisante.
Après cet instant d'hésitation, l'ours pivote de nouveau, retombe sur ses pattes avant, ses pattes arrière démarrent, s'élançant d'un bond hors de la piste pour suivre le petit sentier qui descend en aval....
Je me souviens que je dois respirer
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Wendat69Wendat69   24 décembre 2018
Au lieu du souffle, le bruit qui vint ensuite ne pouvait être qualifié que de rugissement. Un vrai rugissement de lion de la MGM, qui vous fait lâcher un juron, vous précipite sur vos deux pieds et vous tord les boyaux. J'écarquillai les yeux face au vent, qui empêchait la chose de sentir combien j'étais dangereusement humain. Je n'y voyais absolument pas plus loin qu'avec mon feu minuscule. Les contours des arbres étaient seulement devenus visibles et les ténèbres plus noirs à l'arrière.
Nouveau rugissement, des branches brisées. Quelque chose qui frappait. Ou qu'on frappait.
-Hé, criai-je, je suis au sommet de la chaîne alimentaire!
Tu parles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson   27 décembre 2018
La pluie tambourine sur le toit et je la regarde tomber, assis à la table. Il n’est que 9 heures, j’éteins la lanterne, je me glisse sous le sac de couchage et, par un dernier coup d’œil vers la fenêtre, je vois une dizaine de wapitis mouillés qui paissent au bord du porche.
Le lendemain, dans le passage Hansel et Gretel, je marche sur le petit wapiti à moitié mangé, je rentre tremblant dans ma cabane, tout mon univers un peu décentré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Pete Fromm (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pete Fromm
Mon désir le plus ardent, de Pete Fromm
autres livres classés : nature writingVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Nature writing

Quel philosophe est considéré comme le fondateur du Nature writing?

Ralph Waldo Emerson
Henry David Thoreau
Benjamin Franklin

10 questions
66 lecteurs ont répondu
Thèmes : nature writing , écologie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..