AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Anaïs Bouteille-Bokobza (Traducteur)
EAN : 9782266308618
504 pages
Éditeur : Pocket Jeunesse (10/06/2021)
4.46/5   13 notes
Résumé :
Plus de 100 000 exemplaires vendus en Italie !
À 17 ans, Gioia ne se résout pas à faire comme les autres. Enfermée dans sa bulle, elle écoute en boucle les Pink Floyd, discute avec son amie imaginaire, photographie les gens de dos et collectionne dans un carnet des mots étrangers intraduisibles.Puis, sans prévenir, sa rencontre avec Lo fait voler en éclats ses convictions. Solitaire comme elle, ce garçon lui inspire des émotions qu'elle n'a jamais ressenties.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
migdal
  10 juin 2021
Ce roman est un diamant à plusieurs faces :
- Gioia, surnommée « miss rabat joie » dans son lycée, adolescente issue d'une famille décomposée et défavorisée, des « cas sociaux » … croise Lo, un garçon né avec une cuillère d'argent dans la bouche. de cette rencontre improbable nait une idylle et une intrigue addictive en cinq cents pages qui passionnera tout lycéen.
- M Bové, professeur de Gioia (et probable incarnation de l'auteur Enrico Galliano, considéré comme un des meilleurs d'Italie) devient son confident, son mentor, voire un père de substitution et, au fil des pages, sans en donner l'impression, enseigne les bases de la philosophie socratique en offrant une initiation à une matière jugée parfois rébarbative par les bacheliers.
- Gioia collectionne les mots intraduisibles et nous livre un dictionnaire original qui élargit l'esprit à d'autres modes de pensée et nous offre un cours de sémantique fort instructif.
- Très bien écrit et remarquablement traduit, cette Love Story, que l'éditeur m'a adressé lors d'une opération Masse Critique, est un chef d'oeuvre qui séduira les adolescents, les sensibilisera à des réalités aussi brutales que quotidiennes, et leur enseignera la tolérance et le respect d'autrui, notamment lorsqu'il est « différent ».
- Avec pudeur et délicatesse, Gioia atteint son objectif affiché « faire le bonheur de quelqu'un ». Merci Gioia et … mahalo pout tout ce que vous m'avez appris 😉)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          890
mosaique92
  05 juin 2021
Masse critique Babelio de mai 2021 : littérature jeunesse. Première réaction : ‘'ce n'est pas pour moi'', car je ne suis pas fan de ce genre littéraire. Deuxième réaction : ‘'je vais quand même voir ce qui est proposé'' (je suis d'une curiosité intellectuelle insatiable). Et je tombe sur un livre d'un ‘'nouvel auteur phénomène de la littérature jeunesse'' dont je n'ai jamais entendu parler. Je fais alors des recherches sur Enrico Galiano (l'auteur en question). Il semble que ‘'Et pourtant, le bonheur est là'' soit son premier roman, paru en 2017 en Italie sous le titre ‘'Eppure Cadiamo Felici''. Et je trouve des notes très élevées et des commentaires dithyrambiques… Ayant dans ma bibliothèque quelques (rares) pépites dans ce genre littéraire (1), je m'inscris et suis, par chance, retenue. Merci aux Editions PKJ et à Babelio.
Ce long préambule pour vous faire comprendre que j'étais très partagée lorsque j'ai ouvert le livre : réticence envers la littérature jeunesse vs enthousiasme des lecteurs ! le facteur m'a remis le livre hier en milieu d'après-midi, je l'ai ouvert en me couchant… et ne l'ai lâché qu'à 3h du mat' en tournant la 508e et dernière page. Ai-je besoin de préciser que j'ai rejoint la cohorte des lecteurs enthousiastes de cet auteur ?
Voilà comment celui-ci, dans une vidéo, présente son personnage principal, Gioia, et ses quatre caractérisques :
- rousse avec des taches de rousseur
- inséparable de son appareil photo avec lequel elle photographie les gens de dos
- une chanson de Pink Floyd toujours dans ses écouteurs
- inséparable de son cahier ‘'magique'' dans lequel elle inscrit les mots les plus bizarres et intraduisibles du monde : ex, le mot gallois cwtch signifie ‘'une étreinte dans laquelle on se sent chez soi, protégé'' (2)
Dès les premières pages, on s'attache très vite à cette adolescente intelligente mais terriblement seule : pauvreté, foyer dysfonctionnel, camarades de classe qui l'isolent lorsqu'ils n'en font pas leur tête de turc (ils l'ont surnommée Miss Rabat-joie). Alors Gioia s'est inventée une amie imaginaire, Tonia : ‘'elle est grande, elle a un léger accent du sud, elle joue au volley, elle est vulgaire, elle n'hésite pas à me dire les choses en face. Et ce que j'aime, c'est qu'elle me pose souvent des questions''. Et Tonia va l'accompagner dans une aventure magistralement orchestrée par l'auteur : un soir, Gioia fait la connaissance d'un ado, Lo, qui devient son amoureux… Mais voilà : où est la réalité dans tout ce qu'elle va vivre ? Comment démêler le vrai du faux, les bien-intentionnés des mal-intentionnés ? Les choses vont se compliquer avec le retour de son père, un looser de première ; mais, heureux contrepoint, Gioia trouve de l'aide et des réponses auprès de son professeur de philosophie, un enseignant qu'on aurait tous aimé avoir comme prof (voir la citation de la postface dans la page ‘'citations'' du livre) !
Enrico Galiano traduit très bien le mal-être de l'adolescence ; en le lisant j'ai revécu la mienne : les espoirs et désespoirs, les interrogations, les incompréhensions, les perspectives et les impasses, etc… Si vous ajoutez à cette réussite une touche d'humour et de thriller psychologique mené de main de maître, vous obtenez ‘'Et pourtant, le bonheur est là'' que je vous recommande vivement.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
(1) ‘'Wonder'' de R.J. Palacio, ‘'Le premier qui pleure a perdu'' de Sherman alexie… pour ne citer qu'eux
(2) L'auteur, dans la postface : « Pour moi, en tant que personne, pas en tant qu'écrivain, ça a été fantastique de partager cette passion avec Gioia, découvrir qu'il existe des mots de quatre syllabes qui à eux seuls signifient ‘'la lumière qui filtre à travers les feuilles des arbres'' ou ‘'la nostalgie des endroits où l'on est jamais allé''. C'est merveilleux »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
xnewlo
  26 juin 2021
Tout d'abord, je tiens à remercier Babelio et les éditions Pocket Jeunesse pour m'avoir permis de découvrir cet ouvrage lors de la dernière opération Masse Critique.
On suit ici l'histoire de Gioia, une adolescente italienne qui s'est toujours sentie rejetée de la société. Sa vie est ennuyeuse, ses camarades l'ont prise pour bouc émissaire. Ses parents, sous couvert de violence conjugale et de boisson, se séparent et se rabibochent sans cesse. Seuls son professeur de Philosophie, son amie imaginaire Tonia, les Pink Floyd et sa collection de mots intraduisibles lui font enchainer les jours, les uns après les autres, en l'espoir d'une vie meilleure un jour.
Sauf qu'une énième dispute familiale éclate dans leur petit appartement. Gioia en à marre, décide de prendre l'air et de se rendre dans un bar désert la nuit. Là-bas, elle va rencontrer le mystérieux Lo, qui va devenir sa bouée de sauvetage. Mais quand il disparait soudainement, la jeune fille se demande si il était vraiment réel ou si il était lui aussi, comme Tonia, le fruit de son imagination ?
Gioia, sous ses airs étranges est un personnage assez attachant et atypique. Pourtant héroïne d'une histoire destinée aux adolescents, nous n'assistons pas ici à une bimbo vénale et superficielle. Gioia rêve de mieux, de plus grand. La culture est quelque chose qui lui permet de s'évader, de "s'élever au dessus des autres". On sent sa fragilité psychologique et émotionnelle. Par moment, on se demande même si elle n'est pas victime d'hallucinations.
Lo, lui, est un personnage mystérieux qu'on a beaucoup de mal à cerner. Tantôt doux, tantôt colérique, on se demande souvent s'il n'est pas bipolaire. On doute parfois de sa sincérité et et de son vécu, mais il est tellement démonstratif avec Gioia qu'on veut y croire à tout prix.
Enfin, nous avons pas mal de personnages secondaires. Parmi eux, Mr Bove, le professeur de philosophie de Gioia, qui a d'excellents conseils et est très amitieux. Un pilier pour la jeune fille. Nous avons aussi les détestables et égoïstes parents de Gioia, Tonia, ses camarades de classe etc...
D'un avis général, je dirais que ce livre m'a assez plu. Déjà, le rythme est soutenu. Les chapitres ne font qu'une à deux pages, on les avale vitesse record. Les dialogues sont courts, ciselés, on va à l'essentiel. L'écriture est très abordable et vive. On ne s'ennuie pas.
Ce que j'ai aimé aussi, c'est que, tout du long, malgré une histoire assez peu originale, on est toujours sur le fil du rasoir. On se demande sans cesse si tout cela est réel ou non. Cela donne pas mal de suspense à l'intrigue. On veut savoir la suite, et cela se lit à toute vitesse.
Pourtant destiné aux lecteurs à partir de 12 ans, " Et pourtant le bonheur est là", n'est jamais mièvre. On y aborde des thèmes graves tels que le deuil, le harcèlement scolaire, l'alcoolisme, le mensonge.
Mention spéciale aux mots intraduisibles que j'ai particulièrement appréciés. J'ai été ravie d'en découvrir quelques uns, cela apporte un bon plus à l'histoire.
Toutefois, j'ai un peu moins aimé cette impression de "huit clos". On retrouve souvent les mêmes lieux, et donc souvent les mêmes scènes. A certains moment, cela en est presque répétitif, et on a hâte que cela se termine.
De plus, j'ai trouvé la fin un peu prévisible pour moi, et la ficelle principale est un peu simple par rapport à la complexité du récit mis en place. Un peu dommage de ce côté là.
En conclusion, j'ai pas mal apprécié l'histoire de Gioia et Lo. Complexe, on se demande si tout cela est réel ou non, ce qui est l'élément qui fait qu'on lit cet ouvrage à toute vitesse. Cela me fait penser à un petit mélange entre les oeuvres de John Green et la série "21 reasons Why". Pas mal, un bon divertissement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AmelineC
  13 juillet 2021
Je vous parle d'un roman qu'il m'est difficile de décrire car il est vraiment unique, originale, complètement à part ! C'est un gros coup de coeur !
Tout au long du roman on ne sait pas où l'auteur va nous mener. Ce côté mystérieux, beau et addictif nous tient en haleine. le lecteur passe par toutes les émotions, on ne sait plus où on en est mais on ne peut qu'adorer ce qu'on lit. D'habitude j'ai du mal quand il y a une sorte de flottement entre réel et imaginaire mais ici c'est maîtrisé à la perfection. On a toujours besoin d'en savoir plus.
Les chapitres sont courts et la plume est si fluide. J'ai aimé la façon de manier les mots et surtout ce vocabulaire unique puisé dans toutes les langues du monde (il faut le lire pour comprendre !). Chapeau à la traductrice car ça n'a pas du être facile par moment.
Le sujet des maladies mentales est très bien abordé, justesse et délicatesse tout au long du récit.
Je me suis tout de suite attachée à Gioia. Son côté solitaire et son quotidien difficile m'ont beaucoup ému. Je n'avais qu'une envie : la prendre dans mes bras et être son ami. J'ai été aussi très touchée par la relation amicale qu'elle entretient avec son professeur de philosophie. Chaque jour elle s'entretient avec lui sur divers sujets et j'attendais ces chapitres avec impatience.
L'enquête pour retrouver Lo est très prenante. le suspense est bien présent et tout est très bien ficelé.
Ce livre est une magnifique découverte. Je vous invite grandement à le lire, à rencontrer Gioai, Lo, Tonia, Giovanna ou encore M. Bove.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Stelou
  20 juillet 2021
Je met rarement toute les étoiles mais là je suis obligé. Ce livre est GÉNIAL il n'y a pas d'autre mot pour le qualifier.
Gioia, 17ans, n'est pas une fille comme les autres: elle ne se maquille pas, n'a pas d'ami ( hormis Tonia son amie imaginaire), aime trouver des mots impossible à écrire qui ne se traduisent pas dans d'autres langues et surtout n'est jamais tombée amoureuse. Jusqu'à un soir.
Lo est un garçon de 18 ans qui aime se promener la nuit dans un bar pour jouer au fléchette.
Gioia en tombe amoureuse directement mais quelque chose cloche: il ne veut pas sortir la journée avec elle sauf un jour mais il se cache.
Un jour celui ci disparaît et Gioia et bien décidé à le retrouver.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
unehistoiredemotsunehistoiredemots   16 juillet 2021
— Tu comprends ? Les visages des personnes mentent toujours. Même quand ils ont l'air « naturels », ils ne le sont pas vraiment. Ils se contrôlent, ils font attention à ne pas laisser échapper la moindre expression ! Mais de dos...
— De dos ?
— De dos, ils expriment toujours la vérité.
Commenter  J’apprécie          00
unehistoiredemotsunehistoiredemots   16 juillet 2021
Il y a un mot français, pour ce qu'elle ressent : frisson, qui inclut la peur, l'excitation, le désir et la tremblote, entre autres. C'est beau, un mot qui veut dire à la fois peur et désir.
Commenter  J’apprécie          00
unehistoiredemotsunehistoiredemots   16 juillet 2021
- Quoi qu'il en soit, rappelez-vous que nous nous laissons tous berner, tous les jours. Mais mieux vaut être abusé par un excès de lumière que par l'obscurité.
Commenter  J’apprécie          00
unehistoiredemotsunehistoiredemots   16 juillet 2021
Et aussi son bras droit, même si, vu le peu de considération que Casali a pour lui, on pourrait plutôt le qualifier de petit orteil gauche.
Commenter  J’apprécie          00
unehistoiredemotsunehistoiredemots   16 juillet 2021
Tu es la raison pour laquelle je vis sans raison.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Enrico Galiano (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Enrico Galiano
Enrico Galiano présente ''Eppure Cadiamo Felici'' paru en français sous le titre ''Et pourtant, le bonheur est là)
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
644 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre