AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Anath Riveline (Traducteur)
EAN : 9791036354496
416 pages
Bayard Jeunesse (23/08/2023)
3.94/5   31 notes
Résumé :

Dans une petite ville australienne, Natasha Carmody vit une vie de lycéenne relativement tranquille, 9 ans après avoir vécu un évènement traumatique : l'enlèvement de son amie de l'époque, Mallory Fisher, retrouvée saine et sauve, mais en état de choc, une semaine après sa disparition. Persuadée à l'époque d'avoir vu l'homme qui a kidnappé Mallory, Natasha est découragée par ses proches et sa psy, qui pensent qu'elle a imaginé ce souvenir. Mais quand Mallory... >Voir plus
Que lire après StalkerVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 31 notes
5
3 avis
4
7 avis
3
0 avis
2
2 avis
1
0 avis
Natasha Carmody a vécu un drame il y a dix ans. Elle a toujours habité à Port Bellamy sur la Mid North Coast sur la côte est de l'Australie avec ses parents Richard et Elaine et son petit frère, Tim.

En 2008, Mallory Fisher, originaire de Port Bellamy, a disparu de Greenwillow à une fête foraine au grand drame de ses parents, Daniel et Annabel et de son petit frère Morgan, alors ami avec Natasha. La jeune fille a été retrouvée sept jours plus tard dans la forêt, elle n'a pas dit un mot, elle est restée mutique et toute la famille a déménagé à Brisbane. Lors de l'enquête, Natasha a témoigné auprès de la police car elle est persuadée avoir vu un homme étrange qui la traquait depuis des jours alors qu'elle était en vacances chez sa tante Ally, la soeur de son père, dans la maison familiale.

En effet, ses parents l'avaient envoyée chez Ally pendant l'accouchement de Elaine. Depuis ce drame, Natasha a continué à parler de cet homme qui l'aurait traquée à Greenwillow, elle a souffert de troubles de l'humeur et tout le monde a vite convenu qu'elle s'était inventée un ami imaginaire pour manifester sa jalousie à la naissance de son petit frère. Après des années de suivi psychiatrique, elle va mieux même si elle peut encore avoir des troubles paniques et des bouffées d'angoisse. Elle est soutenue par son amie Sadie, son amie d'origine maorie et lesbienne mais elle est harcelée par Rachael Tan. Elle est passionnée de photographie et envisage d'entrer à l'université de Sydney ou de Melbourne.

C'est alors que les Fisher décident alors de revenir à Port Bellamy, Morgan est devenu un beau jeune homme et Natasha tombe sous son charme. le retour de la famille Fisher ravive les plaies du passé.

--- --- ---

Sarah Epstein est autrice et illustratrice. Elle a grandi dans la banlieue de Sydney et vit à présent à Melbourne avec son mari et ses deux garçons. Elle écrit des thrillers psychologiques pour jeunes adultes, dont Deep Water, et a remporté un grand nombre de récompenses prestigieuses. - source : éditeur
Son premier thriller, Deep Water, a aussi été publié en français par Bayard en 2022 avec une couverture dans la même ligne graphique que Stalker.

--- --- ---

Ce nouveau thriller psychologique de Sarah Epstein est toujours aussi convenu. Elle alterne le récit au présent de l'héroïne qui replonge dans le drame qu'elle a connu dix ans auparavant à l'occasion de la disparition d'une jeune fille enlevée et séquestrée pendant sept jours par un psychopathe, et les séances de psychothérapie juste après le fait divers durant lesquelles la pédopsychothérapeute essaie de suggérer à l'enfant que celle-ci a inventé un ami imaginaire pour mieux surmonter la naissance de son petit frère.
Nous comprenons évidemment immédiatement que l'héroïne enfant a bien assisté à l'enlèvement et qu'elle connaît le ravisseur. La tension du roman repose uniquement sur l'attente de l'apparition du psychopathe et il faut attendre quatre cent pages.

Le caractère extrêmement convenu de l'intrigue suscite non seulement l'ennui mais révèle aussi tous les stéréotypes : la pédopsychothérapeuthe est peu crédible dans son obstination à suggérer une solution d'ami imaginaire à l'héroïne, la mère est presque caricaturale dans son absence d'empathie et son agacement à supporter sa fille, les parents de la victime apparaissent totalement inconscients lorsqu'ils laissent leur fille traumatisée et mutique retourner sur les lieux du drame et passer la nuit seule avec une jeune fille instable…

Rien décidément ne permet d'envisager de sauver ce thriller générique si peu original.
Commenter  J’apprécie          130
Quand j'ai refermé ce livre, je suis restée quelques minutes à regarder dans le vide, en me demandant ce que je venais de lire... Parce que c'est vrai quoi, en l'ouvrant la première fois, je ne m'attendais pas du tout à l'aimer à ce point ! Je ne sais pas à quoi je m'attendais en réalité, mais pas à grand chose. Pourtant, dès les premières lignes, j'ai été happé par l'histoire, et l'écriture à la première personne du singulier permet une totale immersion dans cet univers pour le moins étrange...

Comme Tash qui ne sais plus si ce qu'elle voit, ce qu'elle vit, est réel, je me demandais sans cesse si ce que je lisais était vrai, et ça m'a un peu retourné le cerveau à plusieurs reprise, je l'avoue.
Comme Tash on doute, on se sent épier, on angoisse.
Pourtant, je n'avais pas vraiment l'impression de lire un thriller, j'avais même tendance à oublier qu'il se passait des choses un peu flippantes (dont une disparition) pour me retrouver dans un simple roman contemporain young adult, où une romance, que j'ai adoré d'ailleurs parce qu'elle est en équilibre avec le reste, se développe peu à peu.

Le style d'écriture créé cette atmosphère particulière où tout semble être parfaitement normal, où l'héroïne explore sa vie de jeune adulte, se pose des questions, et nous ressemble, mais où derrière se cachent des éléments plus étranges qui apparaissent par ci par là et fondent une sensation déconcertante en nous, comme si on savait que quelque chose clochait mais qu'on n'arrivait pas à mettre le doigt sur ce que c'était. Plusieurs fois, je me suis même demandée si je lisais un livre fantastique avec des apparitions paranormales... Ce que j'aime ici c'est qu'on aborde la psychologie d'une façon unique où on ignore si le cerveau de l'héroïne fonctionne normalement ou s'il invente des choses, et même si c'est elle qui raconte l'histoire, on ne sait plus si on peut la croire ou non, surtout que plusieurs fois on la qualifie de "stalker", alors, finalement, c'est qui le.a méchant.e de l'histoire ?

Par contre, même si j'ai adoré ce roman, je l'ai néanmoins trouvé assez prévisible... Je ne suis jamais tombée dans l'une des plus grosses fausses pistes dans laquelle l'auteur voulait nous emmener, et puis finalement la fin ne m'a pas tant surprise que ça, c'était couru d'avance comme on dit.

Autre point que j'aimerais aborder : le titre. Je ne comprends pas du tout le choix du titre de la traduction française, parce qu'il ne représente pas l'histoire d'après moi et ne la dessert pas. Alors que le titre de la vo "Small spaces" prend tout son sens et est une conséquence directe à ce qu'il se passe dans l'histoire (et est aussi un indice maintenant que j'y pense!).

Bref, malgré ces quelques points négatifs, je reste heureuse d'avoir découvert ce livre que j'ai envie de désigner comme coup de coeur, c'était si addictif et j'ai tellement été immergé dans l'univers que même en le fermant, mon esprit restait encore à l'intérieur ! (et il est fort possible qu'un bout y soit encore enfermé...). C'est une lecture que je recommande, surtout avec l'automne qui arrive. J'espère que, comme moi, il vous fera douter du cerveau de l'héroïne... et du vôtre !

Je remercie chaleureusement les éditions Bayard pour l'envoi de ce livre !
Commenter  J’apprécie          40
Ce roman, c'est un questionnement constant. Qu'est-ce qui est réel ? Qu'est-ce qui ne l'est pas ? Tash est perdue, submergée par des événements qu'elle ne comprend pas et qui vont chambouler sa vie. Son traumatisme va refaire surface, et l'entraîner dans une spirale infernale.

Tourbillon d'émotions palpitant et haletant, Stalker est un livre qu'on n'oublie pas car il retourne complètement le cerveau. On s'attache à notre protagoniste que l'on voit souffrir au fil des pages, se poser de multiples questions et se demander si elle n'est pas folle, si elle n'a pas rêvé tout ça, finalement, que ce soit l'enlèvement auquel elle a assisté ou les événements qui rendent son quotidien peu rassurant.

Que se passe-t-il réellement ? Qu'est-il arrivé à Mallory Fisher ? Et qui est cet homme qu'elle voit en permanence ? Hallucinations, pertes de mémoire, crises d'angoisse… Tash ne sait plus quoi faire pour aller mieux, si tant est qu'elle a un véritable problème. Mais peut-elle avoir confiance en son propre esprit ?

Entre thriller psychologique, romance, rebondissements, et enquête, Stalker est riche, prenant, et effrayant. Sarah Epstein nous fait frissonner, douter, nous coupe le souffle et nous entraîne dans un récit incroyable à l'atmosphère pesante et sombre. Tout est calculé pour nous offrir une histoire unique et angoissante qui ne laisse pas indifférent.

J'ai tellement aimé la plume de cette autrice, l'ambiance, l'intrigue en elle-même et les personnages… Tout était très bien construit, avec des éléments distillés par-ci par-là, du suspense, des péripéties, et des mystères à foison ; impossible de ne pas lire ce roman d'une traite et de ne pas en ressortir bouche-bée, et peut-être un peu chamboulé !
Commenter  J’apprécie          30
Ayant adoré le premier roman de l'autrice, je n'ai pas hésité un instant avant de découvrir celui-ci. Et bien que j'ai préféré "deep water", j'ai cependant passé un bon moment avec celui-ci.

Il faut dire aussi que le thème est dans doute plus parlant. Déjà, rien que le titre annonce la couleur : stalker. Se sentir épié en permanence. Mais ce n'est pas que ça. L'héroïne que nous suivons a cette sensation prégnante d'être surveillée, suivie et pourtant, personne ne la croit. Et si elle était devenue folle depuis la disparition d'une jeune fille quelques années plus tôt ? Et si elle inventait tout ça pour qu'on s'intéresse à elle ? Et si, et si...

L'autrice a cette facilité de nous embarquer dans son thriller dès les premières pages. Nous sommes plongés dans une ambiance inquiétante,a à couper au couteau. On tourne les pages sans réellement s'en rendre compte, car comme Tash, on veut essayer de comprendre ce qu'il se passe.

Et lorsque la vérité éclate... On est surpris ! On se rend alors compte de beaucoup de choses et que les apparences peuvent être trompeuses. Mais surtout, on se rend compte que la barrière entre la réalité et la fiction la vérité et le mensonge, peut être très mince...

Un thriller psychologique adolescent très bien mené, avec une jeune fille qui est persuadée d'être suivie et qui veut prouver à ses proches qu'elle n'est pas folle, bien au contraire. Après "deep water", l'autrice nous offre un roman sur le côté sombre des êtres humains mais aussi la force et l'envie de vouloir s'en sortir.
Commenter  J’apprécie          10
Ce roman m'a carrément fait flipper ! Franchement j'étais pas sereine en le lisant en pleine nuit 😅 Mais je dois dire qu'il est merveilleusement bien ficelé. Je le trouve encore meilleur que le précédent roman de l'autrice.

J'avais le cerveau embrouillé si bien qu'il fallait que je termine le roman au plus vite pour tout savoir. Et je ne suis pas déçue parce que, même si j'avais deviné qu'un des personnages était suspect, j'étais loin d'imaginer l'ampleur du truc 🥵

Tash m'a fait énormément de peine, c'était horrible de la voir se faire traiter de menteuse par tout le monde. Mais au cours du roman, on se demande si tout est dans sa tête ou si tout est réel. C'était chaud chaud chaud 🥹

J'ai vraiment beaucoup aimé, c'est le genre de thriller parfait pour Halloween je dois le dire. C'est rare que je flippe mais là j'étais pas bien j'avoue 😭 donc soyez avertis avant de vous lancer et lisez le en journée, c'est mieux 🥲
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
NC : j’ai lu une phrase, l’autre jour. Depuis les mots se sont gravés dans mon esprit.
IB : C’était quoi ?
NC : « Un oiseau sur un arbre n’a jamais peur que la branche casse, parce qu’il ne se fie pas à la branche, mais à ses ailes. »
IB : Je vois. Qu’est-ce que ça veut dire selon toi ?
NC : Il est question de confiance en soi, non ? Est-ce que je m’appuie trop sur les autres ? Est-ce que je crois assez en mes capacités de me sauver moi-même ?
IB : Et c’est quoi ta réponse ?
NC : C’est le problème. Il va falloir attendre que la branche casse pour le savoir.
Commenter  J’apprécie          10
La peur. La solitude dévorante. L’inquiétude de ne pas être compris.
Je prends soudain conscience que c’est ce qu’on a tous en commun. On partage tous ce besoin fondamental d’être écoutés et entendus. De compte pour quelqu’un. C’est ce qui nous relie les uns aux autres et nous rappelle que nous ne sommes jamais vraiment seuls.
Commenter  J’apprécie          10
Marrant comme en affrontant le danger, on trouve soudain inoffensif ce qui nous effrayait le plus.
Commenter  J’apprécie          10
Mais parfois, je me dis que l’espace clos que je crains le plus est celui de ma propre tête.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : séquéstrationVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus

Autres livres de Sarah Epstein (1) Voir plus

Lecteurs (131) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2794 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..