AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791040531135
283 pages
Librinova (27/06/2023)
4.6/5   72 notes
Résumé :
15 août. Après une épreuve traumatisante, Jeanne revient en Bretagne le temps d'un week-end pour y fêter l'anniversaire de son père. Elle y retrouve famille et amis d'enfance dans un grand verger, face à la mer. Pour la jeune maman, ces retrouvailles sont l'occasion de remonter le fil du temps et de se remémorer les moments décisifs de la vie de chacun, des plus légers aux plus dramatiques. Mais les fêtes de famille sont bien souvent le lieu où ressurgissent non-dit... >Voir plus
Que lire après Malgré les vaguesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (68) Voir plus Ajouter une critique
4,6

sur 72 notes
5
42 avis
4
14 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
La mort fait partie de la vie, mais quand il s'agit d'un enfant, la mort n'a plus rien de normal ni de naturel, c'est une monstruosité, la pire chose qu'un homme ou une femme puisse connaître. Mathilde Gall nous raconte l'après dans Malgré les vagues.

Jeanne se rend en Bretagne, chez ses parents, à l'occasion des quatre-vingts ans de son père. Ses relations avec sa mère sont difficiles, avec son frère Simon quasi inexistantes. Heureusement, il y a son père, Jo, et son plus jeune frère Estéban.

Quelques mois plus tôt, Jeanne a eu la douleur de perdre sa fille Eline, quelques jours seulement à sa naissance. Douleur insurmontable que peu de ses proches comprennent vraiment. Jeanne, isolée dans sa douleur, s'est séparée de son mari, Rémi.
C'est l'occasion pour Jeanne de passer plus de temps avec sa famille, et c'est à son tour de les comprendre mieux, et, non, pas de faire son deuil, c'est impossible, mais de s'ouvrir de nouveau aux autres.

Lien : https://dequoilire.com/malgr..
Commenter  J’apprécie          330
Jeanne, l'héroïne, est bretonne, la mer est donc ancrée dans ses racines. C'est pourquoi, tout naturellement, l'auteure associe la vie à la mer. Comme les vagues, la vie peut être douce comme un léger clapotis ou dramatique comme le terrible tsunami dévastateur qu'est la perte d'un bébé à peine nė et la difficile reconstruction après ce deuil pėrinatal.

La fête organisée pour les 80 ans de son père est pour Jeanne l'occasion d'évoquer les différentes "vagues" de sa vie, de son enfance à sa vie d'adulte et de nous raconter "le temps qui passe, les amis qui comptent, la famille qui ancre, les tempêtes qu'on traverse et la mer qui se calme toujours".

L'auteure a su trouver des mots justes et vrais, des mots qui viennent du coeur, pour expliquer ce drame terrible, sans jamais tomber dans le pathos. Au delà de ce tsunami émotionnel, elle nous raconte la vie d'une famille unie par l'amour et la tendressse. Cette histoire est belle, douce et tendre à la fois. J'ai eu de nombreuses vagues d'émotions à la lecture, la gorge serrée et les larmes au coin des yeux, mais, au final, c'est une ode à l'amour et à la vie.

Je vous conseille vivement de découvrir au plus vite ce magnifique premier roman que je referme sans aucun vague à l'âme, bien au contraire, mais tout sourire car "le soleil finit toujours pas se lever". ☀️💕
Commenter  J’apprécie          140
Quelle belle surprise cette histoire, j'ai adoré, j'ai été happé dans cette histoire de famille, j'avais vraiment l'impression que je faisais moi-même partie de la famille.

J'ai aimé que l'histoire soit tournée sur Jeanne, mais pas qu'elle, on suit l'histoire de tous les membres de la famille. Finalement, on se rend compte que chacun a vécu à un moment de sa vie, une épreuve, un moment difficile. Chacun l'a vécu à sa manière, j'ai beaucoup aimé cette vision des choses, finalement les épreuves rassemblent les membres de cette famille.

J'ai beaucoup aimé le personnage de Jeanne, elle m'a beaucoup touchée, elle a vécu un deuil périnatal et a beaucoup de mal à se relever. On va vivre ce drame à ses côtés à travers des flash- back, on va voir les années défiler avec cette peine qui est toujours bien présente, mais dont l'intensité s'estompe petit à petit. On va voir comment Jeanne a réussi à sortir de ce drame, grâce à ses amis, à sa famille. J'ai trouvé ça très émouvant, je l'ai trouvé très courageuse, elle reste une personne très à l'écoute et bienveillante. Elle se pose également beaucoup de questions sur l'homme de sa vie.

J'ai adoré aussi Esteban, le plus jeune de la fratrie, le plus gentil, le plus à l'écoute, le plus proche de Jeanne, son soutien infaillible. J'ai aimé son histoire, son parcours de vie, son homosexualité, son compagnon Martin, tout aussi gentil et bienveillant que lui. Mais surtout leurs deux petites jumelles de quatre ans qui m'ont fait complètement fondre.

J'ai aussi aimé Joseph, le père de famille, le roc et l'ancre de la famille même. Toujours optimiste, toujours des paroles pleines de sagesse, c'est toujours vers lui que ses enfants se tournent. J'ai été touchée par son abnégation et sa résilience envers ce qu'il a pu vivre.

J'avoue que j'ai eu un peu plus de mal avec Alma, la mère de famille et Simon le frère aîné. Même si j'ai eu beaucoup plus de sympathie pour Simon après avoir plongé dans ses souvenirs et découvert le drame qu'il a vécu, dont il ne s'est jamais remis.

Cette histoire traite principalement du deuil périnatal, on ressent bien que c'est un bout de la vie de l'auteure. Tout est tellement réel, vrai et bouleversant face à la mort de son enfant. Tout est décrit avec beaucoup de justesse, sans tomber dans le mélodrame, il y a beaucoup d'émotions, beaucoup de vérité dans cette histoire, dans les sentiments décrits. L'auteure parle également du deuil en général, quand un événement dramatique survient, quand la vague est démontée et emporte tout sur son passage, laissant ceux qui restent choqués, hébétés face à cette épreuve.

J'ai aimé la multitude de thèmes abordés par l'auteure, le deuil bien sûr, mais aussi l'homosexualité, l'acceptation, les secrets de famille, les difficultés de couple et encore beaucoup d'autres choses.

Mais ce que j'ai encore plus aimé, je crois, ce sont les nombreux bonds dans le temps, on retrace toute l'histoire de la famille. de l'enfance de la maman Alba, jusqu'en 2018, tant d'années, de petits clins d'oeil à certaines époques. Golman, Kurt Cobain, les sandales méduses que l'on a tous connus, bref, j'ai adoré retrouver ces bouts de mon enfance, qui me plonge toujours dans une belle nostalgie. Et puis bien entendu, il y a la Bretagne, la mer, la vie en Bretagne, l'ambiance, tout y est.

Malgré les vagues est une histoire de résilience, de deuil, de pardon, d'acceptation, de famille et d'amitié. C'est un coup de coeur pour moi, j'ai tout simplement eu l'impression de faire partie de cette famille pendant toute l'histoire. J'ai vibré avec eux, vécue pleinement leurs émotions, les joies comme les peines. J'ai aimé les personnages, j'ai aimé connaître l'histoire de chacun à travers les bons dans le temps. J'ai été touchée par ce livre, j'ai aimé l'ambiance, les thèmes abordés par l'auteure, bref un sans-faute pour moi. Une pépite que je suis tellement heureuse d'avoir découverte, un livre qui vaut vraiment la peine d'être lu que je recommande encore et encore.


Lien : https://rowenabookine.com/20..
Commenter  J’apprécie          20
"La vie, ce n'est qu'une succession de vagues. Il y a les vaguelettes, celles qui nous bercent ou qui nous poussent vers de nouveaux horizons.  Et il y a les tempêtes,  qu'on ne voit pas venir et qu'il faut traverser, malgré la houle. Ces vagues-là peuvent nous mettre à terre pendant un temps,  mais elles finissent toujours par nous ramener à la surface. Et quand ça arrive, alors on est surpris de constater qu'on a gardé un peu de sel au coin des lèvres,  après avoir bu la tasse. C'est ce sel qui nous apporte ce goût un peu plus prononcé pour la vie. Et si on réfléchit bien, c'est finalement grâce aux vagues qu'on a pu y goûter. "

Ces paroles pleines de philosophie et de sagesse sont destinées  à Jeanne. Elle a perdu une petite fille à la naissance et son couple n'a pas résisté à ce chagrin incommensurable. Deux ans après, toute la famille est réunie pour fêter les 80 ans de son père Joseph en Bretagne.
Retrouvailles, souvenirs d'enfance et d'adolescence, règlements de comptes. L'occasion de mettre des mots sur de vieilles blessures. Celle d'avancer sur le chemin de la reconstruction et du pardon.
Oui, après la tempête, et Jeanne a vécu un tsunami,  le calme revient et avec, le goût de la vie avec ce sentiment diffus que plus rien ne sera comme avant, parce que tout prend une intensité différente...

Mathilde Gall nous offre là un beau roman,  nous permettant avec une plume fluide de rentrer dans l'intimité de cette  famille et d'éprouver sympathie et empathie pour ses membres,  tous bien incarnés et si elle aborde de nombreux sujets difficiles voire tabous dans la société,  elle le fait de facon très délicate et juste. Sans pathos. Dressant à travers le personnage de Jeanne, un beau portrait de femme à laquelle il est difficile de ne pas s'attacher. Comme à toute sa famille...
Un roman qui sonne très vrai, inspiré par le vécu de l'autrice. Bravo Mathilde, ce roman, thérapeutique sûrement,  est un bonheur de lecture.  Une tranche de vie entre larmes et éclats de rire avec beaucoup d'amour...
Commenter  J’apprécie          60
//Après une épreuve qui a chamboulé sa vie, Jeanne revient en Bretagne le temps d'un week-end pour y fêter l'anniversaire de son père. Elle y retrouve donc sa famille, ses amis, mais va aussi lui faire remonter beaucoup de souvenirs. Alors vont ressurgir non-dits, rancoeurs, erreurs. Jeanne ne pourra pas y échapper, elle va devoir s'y confronter.//

🌊 Je remercie déjà beaucoup l'auteure de m'avoir proposé son roman parce que sans cela, je ne l'aurai certainement jamais decouvert et .. quelle belle découverte !

🌊 J'aime déjà beaucoup la couverture, mélancolique, complètement adaptée et puis, l'histoire se passe près d'un "Abri Côtier" que j'ai bien connu et ça fait plaisir de s'y retrouver. 😊

🌊 Ce récit est écrit de façon très juste, sans faut pas. Beaucoup de fois, je me suis répété "mais il faut avoir vécu le truc pour écrire des choses avec un ressenti aussi vrai" et en effet... quand on lit les remerciements on comprend mieux. Et c'est d'autant plus troublant et émouvant.

🌊 Ici vont donc s'entremêler secrets, deuils, nostalgie, histoire du coeur, d'amour, de fratrie, de souffrance mais aussi de partage et de pardon. On navigue entre le passé et le présent, sans s'y perdre pour autant. Dans ce roman fort de délicatesse, on y suit le portrait d'une femme qui tente d'avancer malgré les vagues. 😉

🌊 J'ai été agréablement surprise par les personnages. Je crois les avoir tous aimés, je ne les ai pas trouvé envahissants mais pas absents pour autant. J'ai aimé leur caractère, leur humour, leur personnalité si différente les unes des autres.

🌊 le seul petit regret est de ne pas savoir exactement géographiquement où se positionner. Ça aurait été un vrai plus de pouvoir placer les villes/villages dans le texte. Mais ça reste une très belle lecture ! Je vous la recommande ☺

Belle lecture et bonne soirée ❤
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Ce qui restera de ce bébé qu’elle avait aimé, dès l’instant où elle avait découvert sa grossesse. Qu’elle avait si souvent caressé sous son ventre et qui lui répondait par une bulle, un léger mouvement qu’elle seule était capable de ressentir. Ce bébé qu’elle caressait encore il y a quelques jours, délicatement, à travers son cocon de plastique, relié à la vie par cette foutue machine.
Commenter  J’apprécie          120
— Tu sais ma chérie, la vie, ce n’est qu’une succession de vagues. Il y a les vaguelettes, celles qui nous bercent ou qui nous poussent vers de nouveaux horizons. Et il y a les tempêtes, qu’on ne voit pas venir et qu’il faut traverser, malgré la houle. Ces vagues-là peuvent nous mettre à terre pendant un temps, mais elles finissent toujours par nous ramener à la surface. Et quand ça arrive, alors on est surpris de constater qu’on a gardé un peu de sel au coin des lèvres, après avoir bu la tasse. C’est ce sel qui nous apporte ce goût un peu plus prononcé pour la vie. Et si on y réfléchit bien, c’est finalement grâce aux vagues qu’on a pu y goûter. Bientôt ma fille, tu remonteras à la surface, j’en suis sûr. Et ce jour-là, tu retrouveras le goût des choses.
Commenter  J’apprécie          20
Ce qui est certain, c’est que la mort est rentrée dans ma vie très violemment, sans que j’y sois préparée. C’est comme si elle m’avait guettée, postée dans un coin, pour me donner un violent coup derrière la tête…Elle m’a surprise là où je ne l’attendais pas, et à l’endroit où ça fait le plus mal. Alors, depuis, je ne sais pas si c’est très… sain, mais je me prépare toujours au pire. Quand un de mes parents est en retard et que mon téléphone sonne, j’imagine que l’on va m’annoncer sa mort. Je me dis que si j’ai déjà visualisé mentalement cette éventualité, alors je souffrirai moins le jour où cela arrivera vraiment. Je ne tomberai plus jamais de si haut, je me le suis promis. En un sens, je crois que j’ai décidé d’apprivoiser la mort, de m’en faire une alliée pour qu’elle ne me prenne plus par surprise.
Commenter  J’apprécie          10
Ici, les couleurs variaient selon la saison, l’heure du jour, la luminosité, la couleur du ciel. On
pouvait passer de différentes teintes de bleus et de verts les jours de printemps à un feu d’artifice
de couleurs rougeoyantes certains soirs d’automne. L’été, en milieu de soirée, la végétation se
détachait du ciel bleu pétrole comme un liseré de dentelle sombre à contre-jour. Combien de
fois Jeanne était-elle restée postée devant ce panorama ? Aussi loin qu’elle s’en souvienne, elle
s’était nourrie de ces paysages dans lesquels la palette de couleurs s’accordait avec le temps.
Commenter  J’apprécie          10
Elle devinait que sa situation était tout simplement incompréhensible pour ceux et celles qui ne l'avaient pas vécue. Ce deuil les avait placés, Rémi et elle, sur une île non identifiée, dont le reste du monde ne connaissait ni le climat, ni la langue. Jeanne comprit vite qu'il lui faudrait trouver le courage de sortir les rames pour naviguer à contre-courant, s'ils espéraient un jour, rejoindre le continent des vivants. Le deuil, et encore plus le deuil d'un enfant, vous séparait inéluctablement du monde extérieur par le silence et la gêne qui y étaient associés.
Commenter  J’apprécie          10

Les plus populaires : Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus

Lecteurs (157) Voir plus



Quiz Voir plus

Des auteurs contemporains, très appréciés des lecteurs

Qui a écrit « La Dernière des Stanfield » ?

Marc Lévy
Joël Dicker
Michel Bussi
Guillaume Musso

10 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman contemporain , feel good bookCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..