AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anouk Neuhoff (Traducteur)
ISBN : 2259210341
Éditeur : Plon (22/04/2010)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Une femme assiste à l'enterrement sous les drapeaux de son mari, mais elle sait que le cercueil est vide et que l'éloge funèbre est une mascarade. Des enfants courent entre des maisons de fortune où s'échangent ragots quotidiens et croyances éternelles. Une jeune fille épouse un homme dont les précédentes fiancées ont toutes été emportées par la " grande maladie au nom court ". D'autres s'envolent vers l'Europe et oublient la famille restée au pays. Terre de paradox... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
traversay
  29 août 2012
C'est une belle découverte. Les racines déchirées de Petina Gappah est un recueil de nouvelles tout en subtilité et en maîtrise. Son style est étonnant, assez peu courant dans la littérature africaine. Elle est capable de créer tout un univers en une petite dizaine de pages, avec une économie de mots et d'effets. Ses personnages, très différents les uns des autres, au fil des 13 histoires qui composent Les racines déchirées, ne sont pas que des esquisses, ils ont une chair, des sentiments et une psychologie que Petina Gappah décrit avec une précision stupéfiante. Et quelle lucidité dans le portrait d'un pays en décomposition, dirigé par l'infâme président Mugabe, dont la présente hante presque chaque page du livre, lui qui a fait du Zimbabwe un pays en pleine déshérence, isolé, rongé par l'inflation et "la grande maladie au nom court". Aujourd'hui, Petina Gappah vit à Genève, ce qui explique qu'elle a à la fois le regard d'une africaine et celui d'une observatrice, avec suffisamment de recul et de liberté pour écrire la tristesse de voir son pays agonisant. Une colère rentrée, froide, qui contraste avec l'extraordinaire tendresse avec laquelle elle campe ces hommes et ces femmes du Zimbabwe, dont elle loue le courage, l'humour et la vitalité. Alors, évidemment, on attend avec impatience son premier roman, The Book of Memory, qui aura pour thème : "Jalousie, obsession et triomphe du bien sur le mal".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
chocobogirl
  29 juin 2010
Ce recueil de nouvelles nous plonge en plein dans le quotidien du peuple zimbabwe. Au plus près de son quotidien, la jeune auteur nous présente un pays en pleine transition et en perte de repère. Mettant en scène des tranches de vies, on y découvrira une série de personnages accablés : une femme qui enterre le cercueil vide de son mari, une autre qui ne supporte pas sa stérilité, des hommes polygames ou qui trompent leurs femmes, un crédule qui espère toucher le gros lot, une bonne qui veut encore croire à l'amour, ...
A travers les différentes histoires, peu à peu se dresse un portrait sans concessions du Zimbabwe. Autrefois Rhodésie du Sud, le pays a connu de gros bouleversements. Ancienne colonie britannique qui pratiquait l'apartheid, il est devenu indépendant en 1980 après une guerre opposant le pouvoir blanc et les 2 partis noirs (ZAPU et ZANU). Les élections libres sont alors remportés par Robert Mugabe, leader du ZANU, toujours au pouvoir aujourd'hui... Ce dernier impose un régime très autoritaire : élections truquées, persécution de l'ethnie ndébélés (dont il ne fait pas partie), expropriations, etc...
Résultat : un peuple qui peine à vivre et à croire en l'avenir.
Et les nouvelles nous le montrent bien : inflation hallucinante qui donne des billets de milliards de dollars zimbabweéns (taux d'inflation à 231 000 000 % en 2008 !!), pénurie d'essence et queues de plusieurs jours, rackets, malversions et corruptions, coupures d'électricité, épidémies de choléra et de sida, famine, changements de dénomination pour les rues ...
Ce sont des personnages complètement désenchantés que nous avons en face, parfois prêt à tout pour trouver un peu de bonheur dans un environnement bouché, quitte à céder à l'appel de l'occident.
"Les racines déchirées", ce sont celles d'un peuple, brisé par une dictature, qui va de déceptions en désillusions. Un peuple qui continue malgré tout à avancer et à vivre en toute humanité.
Un recueil sombre à ne pas lire dans un moment de déprime et qui plaira aux amateurs de nouvelles et d'Afrique.
Personnellement, n'étant pas adepte de ce genre ni de l'Afrique, je suis tout de même resté un peu en dehors de ce recueil mais je reconnais que la qualité littéraire est tout de même au rendez-vous.
Pour moi, il est donc à découvrir !
Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mdrbxl
  09 février 2015
Des nouvelles pour raconter le quotidien des Zimbabwéens, des sans-grades à la poule de luxe, de l'enfant farceur à l'agent consulaire auprès des Nations Unies, le tout dans un monde où l'inflation délirante dicte sa loi et où le sida n'est jamais loin. Superbement écrit. de beaux personnages attachants.
Commenter  J’apprécie          10
BenjaminDP
  16 août 2013
J'ai été très agréablement surpris en lisant Les racines déchirées de Petina Gappah. Il s'agit d'un très bon recueil de nouvelles, ces dernières sont très différentes et en même temps assez uniformes et l'auteure nous raconte avec brio le Zimbabwe, et même de la Rhodésie du Sud. Histoire, culture, société, rien ne semble nous être épargné, et ce, de la riche banlieue aux townships, sans oublier Harare et les nombreux expatriés.
Après tout, les Zimbabwéens ne semblent pas être épargnés non plus : inflation, misère économique, dictature, mensonges politiques, SIDA, etc. le récit d'un peuple désenchanté qui paraît avoir perdu toute illusion si ce n'est celle de quitter le pays. Une oeuvre satirique, rempli d'humour noir et avec une pointe d'ironie. Par moment, on perçoit même une certaine colère ou plutôt de la frustration. En quelques pages, Petina Gappah arrive à nous faire voyager et nous raconter une histoire.
Lien : http://150mots.blogspot.fr/2..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BenjaminDPBenjaminDP   17 août 2013
Seule la vérité officielle importe. Seule cette vérité sera inscrite dans les livres d'histoire afin que les enfants l'apprennent.
Commenter  J’apprécie          20
mdrbxlmdrbxl   09 février 2015
Le matin, les hommes et les femmes d'Easterly lavaient leurs odeurs de sommeil dans des seaux d'eau qu'il fallait chauffer en hiver. Ils enfilaient des chemises et des jupes bien repassées à l'aide des fers qui marchaient à la braise. Dans leurs habits élégants levant le pouce au bord de la route, ils ressemblaient à n'importe qui d'autre, de n'importe où ailleurs.
Commenter  J’apprécie          00
BenjaminDPBenjaminDP   17 août 2013
La mort ne coupe pas les liens ; elle les resserre plus encore [...]
Commenter  J’apprécie          00
BenjaminDPBenjaminDP   17 août 2013
Mais chaque chagrin amoureux est quand même une petite mort.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Petina Gappah (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Petina Gappah
A l'occasion de cette rentrée littéraire 2016, la romancière Petina Gappah présente son nouvel ouvrage, "Le Livre de Memory" dans lequel la seule femme emprisonnée dans le couloir de la mort au Zimbabwe, déroule ses souvenirs à la recherche de la clé qui pourrait la faire sortir.
En savoir plus sur "Le Livre de Memory" : http://www.myboox.fr/livre/le-livre-de-memory-9782709650632
Musique : The place inside_Silent partner
autres livres classés : ZimbabweVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Petina Gappah (1) Voir plus