AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 208050293X
Éditeur : Flammarion (08/01/1992)

Note moyenne : 4.88/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Ces onze textes entre autobiographie et essai nous font (re)découvrir l'une des écritures les plus fortes du XXe siècle italien. Qu’il s’agisse du souvenir du confinement dans un petit village du Sud ou du portrait de Cesare Pavese, d’une réflexion sur la valeur de l’argent et surtout d’une bicyclette pour un enfant, ou de son métier d’écrivain, Natalia Ginzburg écrit des « histoires » qu’elle puise dans la mémoire toujours explosive de ce siècle retentissant. Son e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox

critiques presse (1)
LeMonde   06 juillet 2018
Tout y est intime et distancé, pensé dans la langue avec une mesure de poète, sobre, une mesure d’avance.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   07 avril 2018
L'Angleterre est belle et mélancolique. À vrai dire je ne connais pas beaucoup de pays ; mais j'ai comme une idée que l'Angleterre est le pays le plus mélancolique du monde.
C'est un pays hautement civilisé où se trouvent résolus, avec une grande sagesse, les problèmes de la vie, comme la maladie, la vieillesse, le chômage, et les impôts.
C'est un pays qui sait avoir, je crois, un bon gouvernement, et l'on s'en aperçoit dans les petits détails de la vie quotidienne.
C'est un pays où règne le plus grand respect et la plus grande volonté de respect de son prochain.
C'est un pays qui s'est toujours montré prêt à accueillir les étrangers, les populations les plus diverses, et, je crois, sans les opprimer.
C'est un pays où l'on sait construire les maisons. Le désir de l'homme de jouir d'une petite maison, pour lui seul et pour sa famille, avec un jardin qu'il peut lui-même cultiver, est considéré comme un désir légitime, et les villes sont donc composées de cette sorte de petites maisons.
Même les maisons les plus modestes peuvent avoir, à l'extérieur, un aspect plaisant.

Éloge et complainte de l'Angleterre - écrit à Londres au printemps 1961 et publié dans le Mondo - p. 31
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   13 mai 2018
Mon métier est d'écrire des histoires, des choses inventées ou des choses de ma vie dont je me souviens, mais, en tout cas, des histoires, des choses où n'entre pas la culture, mais seulement la mémoire et la fantaisie. C'est cela mon métier, et je le ferai jusqu'à la mort. Je suis très contente de ce métier, et je n'en changerai pour rien au monde ; j'ai compris, il y a très longtemps, que c'est cela mon métier.

Mon métier, p. 68
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Alice_Alice_   19 mars 2018
Du reste, jusqu'à présent, il m'est toujours arrivé d'écrire très rapidement, et des choses plutôt courtes ; et à un certain moment, j'ai cru comprendre pourquoi. Parce que j'ai des frère beaucoup plus âgés que moi, et lorsque j'étais petite, si je parlais à table ils médisaient toujours de me taire. Pour cette raison, j'avais pris l'habitude de toujours dire les choses à toute vitesse, à fond de train, et avec le moins de mots possible, toujours avec la crainte que les autres se remettent à parler entre eux et cessent de m'écouter. Il se peut que cette explication paraisse un peu stupide : pourtant cela a dû réellement se passer ainsi.
(Mon métier)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Alice_Alice_   26 mars 2018
En ce qui concerne l'éducation des enfants, je pense qu'on doit leur enseigner non pas les petites vertus, mais les grandes. Non pas l'épargne, mais la générosité et l'indifférence à l'argent ; non pas la prudence, mais le courage et le mépris du danger ; non pas l'astuce mais la franchise et l'amour de la vérité ; non pas la diplomatie, mais l'amour du prochain et le sacrifice ; non pas le désir du succès, mais le désir d'exister et de savoir.
(Les petites vertus)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SZRAMOWOSZRAMOWO   16 mars 2018
La ville que notre ami aimait est restée la même : il y a quelques changements, mais peu importants; on a mis des autobus à trolley, on a fait quelques passages souterrains. Il n’y a pas de nouveaux cinémas. Les vieux cinémas sont toujours là, avec les mêmes noms, qui réveillent en nous, en les redisant, notre enfance et notre jeunesse. Nous, à présent, nous habitons ailleurs, dans une autre ville, plus grande et très différente ; et si nous nous rencontrons et que nous parlions de notre ville, nous en parlons sans regrets de l’avoir quittée ; nous disons que maintenant, nous ne pourrions plus y vivre. Mais, lorsque nous y revenons, il nous suffit de traverser le hall de la gare et de marcher dans le brouillard des rues pour nous sentir vraiment chez nous; et la tristesse que nous inspire la ville, chaque fois que nous y revenons, c’est de nous sentir chez nous, et, en même temps, de sentir que nous, chez nous, n’avons plus de raisons d’y rester; car ici, chez nous, dans cette ville où s’est passée notre jeunesse, il ne nous reste désormais presque rien de vivant, et nous ne sommes accueillis que par une foule de souvenirs et de fantômes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : italieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
499 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre