AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782267031799
173 pages
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (17/10/2019)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Un célèbre auteur de romans gothiques décide d'arrêter d'écrire. Lassé de se plier aux exigences du genre et aux lois du marché éditorial, frustré d'y avoir sacrifié ses ambitions littéraires, il amorce un virage radical : sa vie sera désormais consacrée à l'opium. Encore faut-il en trouver. Commence donc pour notre héros une errance dans les rues de Buenos Aires jusqu'à une boutique, l'Antiquité. L'Huissier, un étrange dealer, l'y attend. Et lui ouvre très vite les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Pirouette0001
  17 février 2020
Quel drôle de livre que celui-ci ! Pas qu'il ne ressemble pas à son auteur, que du contraire. On y retrouve l'absurde à l'hispanique, mais avec en plus cette touche surréaliste ou fantasmagorique chère aux auteurs sud-américains. Un mélange détonnant, déstabilisant et déroutant.
Si le personnage de Aira, au nom d'un architecte argentin ayant construit une maison palais biscornue, comme celle qu'habite le héros du livre, prend à son compte tous les romans gothiques célèbres du 19e siècle anglais, c'est dire que, pour cet auteur, la réalité est élastique mais également fondée sur des référentiels connus, qui sont ou devraient être notre base culturelle commune.
Je me suis donc laissée bercer par cette histoire hautement improbable mais qui manie à ce point l'illusion de manière talentueuse, que ce soit le roman gothique ou l'opium, l'essentiel n'est-il pas dans ce voyage vers un ailleurs intangible mais qui nous sort du quotidien.
Commenter  J’apprécie          210
Nuageuse
  26 novembre 2019
Un roman inclassable !
C'est en écoutant La Dispute sur France Culture que j'ai eu envie de me procurer ce roman. Un auteur argentin que je ne connaissais pas.
Un auteur de roman gothique, comme l'auteur lui-même, n'arrive plus à écrire et se tourne vers l'opium. de là vont surgir des personnages tout aussi mystérieux les uns que les autres. J'ai adoré L'Huissier, le dealer de la boutique L'Antiquité, qui se retrouve coincé chez notre narrateur.
Un roman nocturne dans les bas-fonds de Buenos Aires à lire de surcroît la nuit pour mieux s'imprégner de l'ambiance.
Commenter  J’apprécie          144
jongorenard
  26 décembre 2019
Un court roman hallucinant avec des moments de lucidité. Dans une prose impeccable servie par une excellente traduction, César Aira raconte l'histoire d'un auteur lassé d'écrire des romans gothiques à succès d'une nullité crasse. Immensément riche, mais pas franchement sympathique, il décide un jour de prendre sa retraite et d'occuper son temps à fumer de l'opium. Mais trouver de l'opium à Buenos Aires n'est pas chose facile et cette quête conduira le narrateur à vivre d'étranges expériences, réelles ou imaginaires, on ne le sait pas, mais qui constitue le noyau dur du roman. Prins m'a offert une lecture rare, une expérience littéraire inédite grâce à un récit loufoque et absurde, drôle et réjouissant. Construite de façon très ordonnée, l'histoire n'a pourtant ni queue ni tête. Elle essaie d'expliquer avec sérieux et logique des phénomènes incohérents en les égayant de réflexions littéraires ou philosophiques convaincantes et subtiles. le délire proposé par César Aira est audacieux même s'il m'a semblé parfois difficile à comprendre, redondant et lourd. Il demandera plusieurs lectures tellement il est riche de détails et il ne conviendra peut-être pas à ceux qui privilégient la vraisemblance dans leur lecture. Quant à moi, je recommande cet ouvrage qui rend hommage à une littérature libre et imaginative.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nath_ocean
  19 août 2020
Merci à l'équipe de la Dispute sur France Culture de m'avoir fait découvrir cet auteur et ce roman complètement hallucinant et décalé dans lequel on se perd agréablement dans les méandres de cette histoire. Cheminement, drogue, hallucination, rêve, réalité, tout est fait pour nous faire perdre le fil mais avec humour et une belle écriture. S'il fallait un bémol ce serait pour les dernières pages.
Commenter  J’apprécie          50
TmbM
  05 novembre 2019
Très vite, l'auteur et son personnage m'ont perdu. J'en suis généralement friand mais les réflexions sur le travail d'écriture et d'édition, l'ambition littéraire et le pouvoir de la fiction n'ont pas fait écho en moi, pas plus que la confrontation avec les protagonistes, les milieux interlopes ou les décors secrets et labyrinthiques.
Je referme ce livre sans en avoir pleinement saisi le contenu ni apprécié l'immersion.
L'article complet sur Touchez mon blog, Monseigneur...
Lien : https://touchezmonblog.blogs..
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (2)
LeMonde   19 novembre 2019
Dans des brouillards opiacés, le romancier raté imaginé par César Aira tente de s’extirper de sa médiocrité. Un texte fou mêlant policier et fantastique.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeFigaro   14 novembre 2019
Le romancier argentin brosse le portrait d’un écrivain à succès qui abandonne tout pour se consacrer à l’opium. Truculent.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Pirouette0001Pirouette0001   10 février 2020
Le roman gothique tel que je le pratiquais n'était qu'une combinaison éculée des mêmes ingrédients à n'en plus finir. Je les connaissais par coeur : le manuscrit médiéval retrouvé au fond d'un coffre dans le grenier d'un couvent, écrit en grec ou en araméen et traduit par un moine errant providentiel ; le château en haut de la montagne, encerclé par une fosse profonde, avec son pont-levis, ses pièces délabrées, ses arches à l'abri desquelles les chauve-souris allaient se cacher ; le méchant comte, seigneur et maître des lieux, si possible après avoir usurpé le domaine ; la belle demoiselle orpheline enfermée dans un cachot tant qu'elle refuse de céder aux avances lascives du seigneur féodal ; le jeune garçon élevé par des paysans qui l'ont trouvé abandonné dans une forêt, la chevalière en or gravée d'un dessin étrange posée à côté de lui, si possible également une marque de naissance à l'épaule, en forme de flèche, de croix ou d'étoile ; le vieux prêtre qui a gardé quarante années durant le secret qui lui a été confié par la reine ou la duchesse sur son lit de mort ; le spectre qui ne cesse de déambuler en haut des tours tant que n'aura pas été versée la dernière goutte de sang du dernier descendant des usurpateurs ; la statue qui prend vie, la rose qui saigne, les catalepsies prolongées, les bruits inexpliqués ; et, pour circuler parmi toutes ces fadaises, les sempiternelles portes dérobées, passages souterrains, tunnels, couloirs interminables éclairés par une seule bougie qu'un courant d'air intempestif vient éteindre à minuit ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Pirouette0001Pirouette0001   17 février 2020
On ne devient pas écrivain du jour au lendemain. C'est un processus si long que plusieurs vies successives ne peuvent en venir à bout. Des mondes remplis d'expérience doivent s'accumuler dans la mémoire et dans l'oubli avant qu'on ose mettre un mot sur la page. Avant cela, il faut avoir laissé mûrir la volonté de s'asseoir devant cette page, en faisant provision de courage et de confiance ; bref, parvenir à se croire écrivain. Et ce n'est que le commencement, car une fois que l'estime de soi a fait son travail et que l'expérience a conclu sa dernière leçon, reste le plus difficile : savoir quoi écrire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Pirouette0001Pirouette0001   10 février 2020
La littérature de genre pousse, voire force à la quantité. Pour commencer, on exige d'elle une faible qualité, car la densité de la qualité littéraire rend la lecture malaisée, or la littérature de genre est conçue pour une lecture sans effort, avec plaisir. (...) Dans ces conditions, on peut écrire vite. Les lecteurs, à leur tour, lisent vite, parviennent rapidement au bout du livre, en veulent un autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LavieestunlongfleuvetranquilleLavieestunlongfleuvetranquille   12 février 2020
Paradoxalement, sa supériorité favorisait mes plans de domination, car les esprits brillants, qui déploient leurs ailes dans le vol majestueux des idées, trébuchent et bloquent sur les sentiers pierreux de la vie pratique, et se retrouvent le plus souvent à la merci des imbéciles.
Commenter  J’apprécie          30
PuffinFuligineuxPuffinFuligineux   26 novembre 2019
Cesser d'écrire, pour toujours, liquider la dette pérenne de l'écriture, voilà qui me laissait la liberté de m'organiser, dans un seul but : me sentir bien. Il ne me restait qu'à trouver la bonne occupation de substitution ; problamement était-elle à portée de main cachée dans la grande encyclopédie du monde ; je n'avais qu'à tourner les pages une à une, et en profiter pour me distraire en regardant les images.
Après y avoir sobrement mais consciencieument réfléchi, je me suis décidé pour l'opium.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de César Aira (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de César Aira
Payot - Marque Page - César Aira - Prins
autres livres classés : opiumVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
285 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre