AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2867469198
Éditeur : Liana Lévi (06/04/2017)

Note moyenne : 2.75/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Ça y est. À l'instant précis où il reçoit un coup de téléphone de son père, Carlo sait que le moment de vérité est arrivé. Treize ans qu'il se tient loin de lui, de ses grognements, ses débordements, ses accès de colère. Sept ans qu'il tente de se construire une vie normale, avec femme, enfants et travail régulier, loin de la mer et des embarcations sur lesquelles ils naviguaient ensemble. Et voilà que cet appel au secours vient tout chambouler : convoyer un bateau ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
tomsoyer
  14 décembre 2017
Petit roman sympa mais sans plus où sont évoqués les liens unissant un père et un fils
Quelques retour en arrière dans le temps permettent de mieux comprendre pourquoi le fils agit ainsi.
Les liens sont aussi rude que le climat qui sévit dans la région où se situe l'histoire
Commenter  J’apprécie          31
Charybde2
  12 juin 2017
Père et fils dans le Passage du Nord-Ouest. Simple et curieusement beau.
Sur mon blog : https://charybde2.wordpress.com/2017/06/12/note-de-lecture-le-passage-pietro-grossi/
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   12 juin 2017
De près aussi, l’embarcation paraissait en excellent état et très bien entretenue. L’antidérapant semblait tout neuf, de même que les drisses et les écoutes qui, chacune d’une couleur différente, descendaient le long du mât ou couraient vers le cockpit et la barre d’écoute des voiles. Les aciers brillaient, les filières étaient bien tendues, les cordages soigneusement rangés et attachés. Cela ne m’étonnait pas : j’avais toujours été frappé par le contraste que formaient l’ordre des bateaux à bord desquels mon père naviguait et le désordre de sa vie. Comme si ses certitudes qu’en mer chaque mécanisme est renforcé par ses pièces les plus faibles étaient contrebalancées, à terre, par un besoin d’accumuler anecdotes et babioles de la manière la plus chaotique qui soit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Charybde2Charybde2   12 juin 2017
Tout avait commencé la semaine précédente par une banale sonnerie de téléphone. Assis de travers sur un coin de mon bureau, des dessins à la main, j’essayais d’expliquer à un stagiaire le mécanisme d’une série de lucarnes. Je saisis le combiné et bougeai la main comme si un pivot la traversait.
Comme ça,tu as compris ? Ça doit basculer.
Carlo, ton père est sur la trois, m’avertit la standardiste.
Mon père ?
Oui, ton père.
Je ne peux pas lui parler maintenant, je le rappellerai plus tard.
Il dit que c’est très important.
La main qui tenait les dessins s’effondra sur ma jambe.
Bon, passe-le moi.
Je posai les feuilles de papier sur la table et, d’un geste, priai Manuel, le stagiaire, de m’excuser.
Allô ? ALLÔ ? s’exclama mon père.
Je suis là, ne crie pas.
Ah, je pensais que tu avais raccroché. Alors, comment vas-tu ?
Papa, je suis occupé, qu’est-ce que tu veux ?
J’ai besoin de toi.
Pour quoi faire ?
Pour convoyer un bateau au Canada.
Un long soupir s’échappa de mes lèvres. Manuel m’observait. Avec ses cheveux lisses et noirs, qui lui descendaient sous les oreilles, il avait l’air d’un lévrier afghan. J’avais toujours envie de le tondre et de lui dire de se redresser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   12 juin 2017
Tu es donc marin.
Euh, je l’étais.
Tu étais doué ?
Je passai un ongle sur la surface rugueuse de l’accoudoir.
Surtout, je ne savais rien faire d’autre.
Ian produisit un bruit étrange avec sa bouche, comme une brève aspiration.
Tu verras, la mer n’a pas oublié.
Je ne sais pas, la mer que je connaissais était beaucoup plus chaude, me semble-t-il.
Cette fois, c’est lui qui éclata de rire.
Et comment vous débrouillez-vous avec les ours ? repris-je au bout d’un moment.
Là où je vais, il n’y en a pas.
D’autres animaux dangereux ?
Les moustiques.
Les moustiques ?
Oui, les moustiques.
Avec ce froid ?
C’en est bourré.
Quelle plaie !
Ouais.
Donc, le pire danger, ce sont les moustiques.
Non, le pire danger, c’est de se blesser.
C’est-à-dire ?
De mettre le pied au mauvais endroit. De se casser la jambe, ou un truc de ce genre.
Je réfléchis.
J’imagine qu’il faut être un peu fataliste.
Il émit de nouveau son bruit étrange.
Surtout, il faut faire très attention.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Video de Pietro Grossi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pietro Grossi
Pietro Grossi - Le passage
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox

Autres livres de Pietro Grossi (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Avec des ailes ...

Ce dieu porte deux ailes sur son casque et deux autres aux pieds

Morphée
Eros
Hermès
Pégase
Icare

10 questions
35 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , mythologie , ailesCréer un quiz sur ce livre