AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
L'assassin royal tome 10 sur 13

Arnaud Mousnier-Lompré (Traducteur)
EAN : 9782857049210
300 pages
Pygmalion-Gérard Watelet (05/05/2004)
4.33/5   1310 notes
Résumé :
A Castelcerf, Fitz s'efforce de poursuivre sa mission : former un clan d'Art avec le prince héritier Devoir, un serviteur simple d'esprit, et lui-même. Mais comment parvenir à fondre en un tout harmonieux des personnalités aussi disparates ? Car rien n'est apaisé dans la forteresse ancestrale où la menace des Pie se fait toujours plus pressante. Ceux-ci, pétris de haine, ont réussi à introduire des espions à la cour même. Quant à la reine, elle doit recevoir des rep... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
4,33

sur 1310 notes
5
18 avis
4
15 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

Yendare
  11 mai 2020
Je suis toujours surpris quand je lis un roman de Robin Hobb par la facilité avec laquelle je rentre dans l'histoire qu'elle propose, quelques pages, lignes et me voilà entraîné dans ma lecture jusqu'à la dernière phrase du roman avec l'envie de me jeter sur le suivant.
Ce tome reprend directement suite aux évènements du tome 9, Tom/Fitz y est bien occupé encore dans ce tome et va passer de nouveau très près de la mort, cependant ses amis ne sont pas prêts à le voir partir et vont faire en sorte que ce dernier reste en vie grâce à l'art, cette magie que Fitz tente tant bien que mal d'enseigner au prince Devoir mais qui va voir le nombre de ses étudiants triplé avec l'arrivée d'Umbre et de Lourd en tant qu'élève. On en apprend plus sur Lourd au cours de ce tome et force est de constater que l'auteure nous présente une foi encore un personnage fort intéressant, j'étais curieux au moment de ma lecture de voir quel rôle jouerait ce dernier dans la suite de l'intrigue.
En parlant de personnage intéressant difficile ici de ne pas parler de celui du fou. Quel personnage a ici créé Robin Hobb ! Mystérieux et complexe à souhait, ce personnage ne cesse de surprendre. Les relations entre lui sont Fitz sont des plus tumultueuses au cours de ce tome et le destin que Robin Hobb profile à l'horizon pour son personnage semblé plutôt sombre.
Quant aux Pies les choses avances pas mal sur ce point au cours de ce tome et j'étais là aussi curieux de voir comment allaient évoluer les choses et notamment du rôle qu'allait y jouer Trame, ce nouveau personnage énigmatique qui apparaît lors de ce tome.
En bref ce dixième tome est vraiment pas mal et j'ai sans trop tarder avaler les 3 derniers tomes de cette fabuleuse saga.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
NathalC
  19 janvier 2020
Dans ce tome, on rentre dans le vif du sujet du Vif (oups, quel jeu de mot !!! ahahah...)
Un peu d'Art, beaucoup de Vif.
On rentre violemment dans le sujet de cette magie avant de trouver un semblant d'apaisement, un début de solution. Les choses se mettent peu à peu en place, un peu plus sereinement pour chaque protagoniste de l'histoire.
Encore une fois, j'ai hâte de découvrir la suite des aventures des Loinvoyant. Fitz n'est plus seulement le personnage central de l'histoire. C'est tout son entourage, sa famille, qui est au centre des aventures.
Commenter  J’apprécie          401
Koneko-Chan
  12 août 2013
La fin du tome précédent nous annonçait l'intrigue des prochains tomes : Devoir a pour mission de ramener la tête d'un dragon endormi à la Narcheska pour que celle-ci consente à l'épouser ! Il aura plus que jamais besoin d'un clan d'Art, qui va se révéler assez improbable et apparaître dans des circonstances inhabituelle. L'identité de Fitz est connue par de plus en plus de personnes, et sa relation avec le prince n'en est que meilleure ! Par contre, en ce qui concerne le Fou... Leur dispute débute ce 10ème volume et j'ai trouvé dommage qu'on en arrive là. On ne retrouve plus du tout cette complicité entre nos deux personnages dans pratiquement tout le tome.
On fait plus amples connaissance avec Leste, le fils de Burrich, mais aussi avec Lourd, que Fitz a décidé de former à l'Art. Sauf que sous ces airs idiots, Lourd peut se révéler dangereux... On a un peu le même scénario qu'avec Romarin dans le premier cycle. Les Pie constituent toujours une menace, et on ignore encore quel rôle ils auront à jouer par la suite... surtout quand on sait que Henja, la servante de la narcheska, est impliquée.
L'intrigue de ce volume est bien menée, je ne me suis pas ennuyée une seule fois (comme avec les autres livres de Robin Hobb). J'avais hâte que l'identité de Tom Blaireau soit un peu plus connue, et j'aimerais qu'il soit reconnu à sa juste valeur ! Il semble en tout cas intimer le respect chez le Lignage.
Lien : http://miyu-neko.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Bislys
  15 juin 2020
Après l'annonce de la fin du tome 9, je m'attendais à ce que Fitz, Devoir et les autres se mettent rapidement en quête du dragon des glaces. C'était sans compter Robin Hobb et son art de faire traîner les choses. Pas que ce tome soit inintéressant, mais j'avais hâte de me mettre en route. Je devrais encore patienter un peu. En attendant, on retrouve Fitz en maitre d'Art, tentant difficilement de former un clan pour Devoir et de ne pas se faire assassiner par les Pies. A mon sens, ce tome fait un peu figure de réchauffé et j'ai l'impression d'avoir déjà lu la plupart des événements dans le premier cycle. S'en serait presque lassant. Seule évolution, la relation de Fitz et du Fou qui vire vraiment à l'aigre. le Fou en est presque relégué à un personnage secondaire et je regrette leurs échanges des premiers tomes. Fitz se retrouve plus isolé que jamais et ses vieux travers de Calimero sont de retour, car la vie c'est vraiment trop injuste. Pauvre Fitzounet, j'espère que les choses vont s'arranger pour toi (car j'en peux plus de te voir passer ton temps à te plaindre de ton sort!). Pitié, Robin Hobb fait quelque chose!
Allez je croise les doigts, on va bien finir par quitter Castelcerf, voir du pays et vivre des aventures palpitantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
Meygisan
  01 juillet 2016
Tiens j'ai omis de critiquer ce tome 10 et suis passé directement à la critique du tome suivant. du coup que vais je bien pouvoir en dire maintenant que j'ai dévoré le tome 11 et qu'il se passe tellement de choses dans un volume de l'Assassin Royal qu'il va m'être difficile de resituer celui ci. Donc je vais faire cela au souvenir et m'évertuer à vous livrer mes impressions plus que de vous raconter le contenu, ce qui, en soi ne présente pas vraiment d'intérêt car si vous souhaitez le connaître, il ne vous reste rien de plus utile qu'à ouvrir vous même ce tome...
Bref si je me souviens bien, l'accent était mis sur la relation entre Fitz et le Fou. L'accent était également mis sur la relation entre Fitz et son fils avec qui il a bien du mal à jouer son rôle de père. il était également fortement question du clan d'Art en formation et les difficultés à gérer le pauvre Lourd, qui se révèle être très dangereux pour tout le monde et un véritable problème pour le voyage à venir.
Il me semble que j'ai eu l'impression d'un volume de préparation à l'image des personnages qui se préparent pour le long voyage qui les attend. Un tome " de passage" où il ne se passe pas vraiment quelque chose mais dont les relations entre personnages se redessinent, définitivement peut être, comme tout un chacun lorsqu'il se prépare à un long voyage. D'autant que les protagonistes en question ne sont absolument pas assurés d'en revenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
steppesteppe   17 décembre 2010
"Si c'est vrai, je crois que tu me dois la vérité sur toi-même. Quelle est la réalité, fou ? Pas celle sur laquelle tu plaisantes ou que tu laisses les autres imaginer : Qui es-tu ? Qu'es-tu ? Quels sont tes sentiments pour moi ?"
Enfin, il se tourna vers moi. Son regard était bouleversé. Mais comme je continuais à le dévisager, exigeant de savoir, je vis la colère s'allumer dans ses yeux. Il redressa soudain les épaules, poussa un petit soupir de dédain comme s'il ne parvenait pas à se convaincre que je lui posais vraiment la question. Il secoua la tête, prit une grande inspiration, puis les mots jaillirent de sa bouche comme un torrent. " Tu sais qui je suis. Je t'ai même confié mon vrai nom ; quand à ce que je suis, tu le sais aussi. Tu cherches un faux réconfort en exigeant de moi que je me définisse par des mots. Les mots ne contiennent ni ne définissent personne. Un coeur en est capable, s'il le veut ; mais je crains que le tien n'y soit pas prêt. Tu en sais beaucoup plus sur moi que quiconque, et pourtant tu persistes à prétendre que tout cela n'est pas moi. Que voudrais-tu que je retranche de moi ? Et pourquoi devrais-je me réduire pour te faire plaisir ? Pour ma part, jamais je ne te le demanderais. Et, par ces mots, admets une autre vérité : tu connais mes sentiments pour toi, depuis de longues années. Seuls ici, toi et moi, ne faisons pas semblant que tu les ignores. Tu sais que je t'aime. Je t'ai toujours aimé et je t'aimerai toujours." Il s'exprimait d'un ton égal, comme s'il décrivait un fait inévitable ; on ne percevait ni trace de honte ni d'humiliation dans sa voix. Il se tut ; des paroles comme celles qu'il venait de prononcer exigent une réponse.
Je repoussai tant bien que mal l'accablement induit par l'écorce elfique, puis je décidai de parler franchement et sans ambages. " Tu sais, toi aussi, que je t'aime, fou. Je t'aime comme un homme aime son ami le plus cher, et je n'en éprouve aucune gêne. Mais laisser croire à Jek, Astérie ou n'importe qui que notre relation dépasse les limites de l'amitié, que tu aurais envie de coucher avec moi, c'est...." Je m'interrompis, espérant un signe d'acquiescement qui ne vint pas. Au contraire, il fixa sur moi son regard ambre où je ne vis aucune dénégation.
" Je t'aime dit-il à mi- voix. Je n'impose pas de limite à mon amour ; aucune. Comprends-tu ?
- Trop bien, malheureusement! " répondis-je en chevrotant. Je rassemblai mon courage et poursuivis d'une voix rauque : " Jamais je ne... Me comprends-tu, toi ? Jamais je ne pourrais te désirer comme compagnon de lit. Jamais."
Il détourna les yeux. Ses joues rosirent légèrement non de honte, mais sous l'effet d'une passion tout aussi profonde et il murmura d'une voix parfaitement maîtrisée : " Cela aussi, nous le savons depuis des années. Ces mots qu'il n'avait jamais été nécessaire de prononcer, je devrai désormais les porter pour le restant de ma vie." Il me fit face de nouveau mais son regard paraissait aveugle. " Nous aurions pu vivre toute notre vie sans avoir cette conversation. Tu viens de nous condamner à ne jamais l'oublier."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
floki83floki83   02 novembre 2020
J’avais peine à croire le fou, jadis, quand il affirmait que le temps était une grande boucle et que nous étions à jamais condamnés à répéter ce qui avait déjà été fait. Mais, plus je vieillis, plus je constate qu’il avait raison. Il voulait dire, pensais-je à l’époque, que nous étions tous enfermés dans un vaste cercle ; en réalité, à mon avis, chacun de nous naît sur sa propre voie circulaire, et, tel un poulain au bout de sa longe de dressage, nous suivons le chemin qui nous est fixé. Nous accélérons, ralentissons, nous arrêtons à la demande, puis recommençons ; et chaque fois, nous sommes convaincus que nous empruntons une route nouvelle.
L’éducation de mon père a été confiée, il y a bien longtemps, au demi-frère de mon grand-père, Umbre ; à son tour, mon père m’a donné à élever à son homme de confiance, et, une fois adulte, je n’ai pas douté que cet homme était le plus apte à protéger ma fille et à lui donner une instruction convenable? Pour ma part, j’ai pris l’enfant d’un autre et j’ai fait de Heur mon fils. Le prince Devoir, qui est mon fils sans l'être est devenu mon élève, et, plus tard, le fils de Burrich est venu apprendre auprès de moi ce que son père refusait de lui enseigner.
Tout cercle donne naissance à un autre cercle. Il paraît nouveau mais c’est une illusion : il représente notre dernière tentative en date pour corriger d’anciens manquements, réparer d’anciens torts dont nous avons été victimes et suppléer à nos négligences passées. A chaque cycle, nous rattrapons peut-être de vieilles fautes mais je crois que nous en commettons aussi de nouvelles. Toutefois, quel autre choix s’offre à nous ? Répéter indéfiniment les mêmes bévues ? Avoir le courage de trouver une voie nouvelle, c’est peut-être oser risque des erreurs nouvelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NathalCNathalC   15 janvier 2020
J'avais l'impression de m'approcher d'une tapisserie : on voit d'abord le dessin dans son ensemble, puis un examen plus poussé révèle les divers types de matériaux employés pour créer le tableau, et une étude plus approfondie encore permet de distinguer chaque point, la couleur et la texture de chaque fil.
Commenter  J’apprécie          250
steppesteppe   17 décembre 2010
La main qui a manié autrefois la hache et l'épée n'aspire plus qu'à tenir pour un soir la plume. Quand j'en nettoie la pointe d'une, je me demande souvent combien de seaux d'encre j'ai utilisés au cours de ma vie ; combien de mots ai-je confiés au papier ou au vélin, croyant ainsi capturer la vérité? Et, de ces mots, combien en ai-je jeté au feu parce que je les jugeais sans valeur ou erronés ? Comme d'innombrables fois auparavant, j'écris, je sable l'encre pour la sécher, j'examine mon texte puis je le brûle. Peut-être alors la vérité s'échappe-t-elle par la cheminée sous forme de fumée ? Est-elle détruite ou au contraire, délivrée, se répand-elle sur le monde ? Je l'ignore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
gouelangouelan   20 mai 2014
A chaque cycle, nous rattrapons peut être de vieilles fautes mais je crois que nous en commettons aussi de nouvelles. Toutefois, quel autre choix s'offre à nous? Répéter indéfiniment les mêmes bévues? Avoir le courage de trouver une voie nouvelle, c'est peut être oser risquer des erreurs nouvelles.
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Robin Hobb (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb
Quand l'auteur de CHERUB revisite le mythe de Robin des Bois en mode ultra contemporain !
ROBIN HOOD de Robert Muchamore, déjà 2 tomes en librairie
autres livres classés : fantasyVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

Robin Hobb

Comment se nomme le seul roman de SF écrit par Robin Hobb?

Alien
Terre étrangère
Alien Earth
Aliens

10 questions
226 lecteurs ont répondu
Thème : Robin HobbCréer un quiz sur ce livre