AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les Cités des Anciens tome 8 sur 8
EAN : 9782756411569
311 pages
Pygmalion-Gérard Watelet (18/09/2013)
4.32/5   320 notes
Résumé :
À Kelsingra, le capitaine Leftrin et ses compagnons s'efforcent d'accéder au précieux contenu du puits d'Argent, source de la magie des Anciens, afin de permettre aux dragons de retrouver leurs pouvoirs. Il en va de la vie du petit Phron, l'enfant de Malta et Reyn.

En aval sur le fleuve, alors que le mercenaire du duc de Chalcède poursuit Tintaglia, les dragons de Kelsingra s'abattent sur les deux bateaux et capturent leurs occupants pour les ramener... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
4,32

sur 320 notes
5
16 avis
4
19 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

Sortez les mouchoirs et essuyez vos yeux embués, car voici que s'achève « Les cités des anciens », dernière série en date de Robin Hobb faisant suite à deux de ses plus célèbres cycles : « L'assassin royal » et « Les aventuriers de la mer ». Avec « Le puits d'Argent » se terminent ainsi les aventures de Thymara, Tatou, Alise, Leftrin et compagnie, autant de personnages que l'on avait pu découvrir il y a de cela huit volumes. Ou du moins est-ce le cas en France, puisqu'en version originale la série se compose de seulement quatre tomes que les éditions Pygmalion se sont fait un malin plaisir de chaque fois découper en deux afin, comme c'est leur habitude, d'ôter toute cohérence à l'oeuvre publiée (G. R. R. Martin fait d'ailleurs lui aussi toujours les frais de cette honteuse politique éditoriale). Et c'est qu'il y en a eu, du chemin parcouru depuis le tout premier volume qui voyait le retour dans le Désert des Pluies de dragons (ou plutôt de parodies de dragons, bien loin des standards habituels) et le départ d'une expédition menée par une troupe très hétéroclite à la recherche de Kelsingra, fameuse cité perdue des Anciens.

Il est agréable de constater la profonde évolution subie par l'ensemble des personnages depuis le premier tome. Il en va évidemment de même pour les dragons qui, de pathétiques animaux mesquins et incapables de survivre par eux-mêmes, en sont venus à se transformer au fil du voyage en ces créatures sublimes et majestueuses auxquelles on est en droit de s'attendre dès qu'il est fait mention de dragon. Les jeunes anciens sont finalement eux aussi parvenus à maturité et ont acquis une connaissance plus poussée de leur nouvelle condition et des responsabilités qu'elle implique. Ce huitième volume est aussi l'occasion d'en apprendre encore un peu plus sur Kelsingra, cité qui mériterait bien à elle-seule au moins une nouvelle tant nombreuses sont les possibilités qu'elle offre et forte l'envie du lecteur d'en arpenter encore davantage les rues et d'en découvrir tous les secrets. Comme souvent chez Robin Hobb, la fin nous offre un véritable « happy-end » qui pourrait sembler un peu convenu mais qui, en ce qui me concerne, m'a parfaitement comblé. La carte (en couleur) fournie en fin de volume et retraçant l'expédition a aussi été une belle surprise.

Si « Les cités des anciens » se situe à mon sens un peu en dessous des « Aventuriers de la mer » et bien sûr de « L'assassin royal », il s'agit néanmoins incontestablement d'une série de qualité dont la lecture fut des plus plaisantes, que ce soit grâce au talent de conteur de Robin Hobb qu'à son imagination qui a su donner vie à un univers incroyablement attractif et qui recèle encore de nombreuses et belles possibilités. A quand la suite ?!

Commenter  J’apprécie          371

Voilà , c'est avec regret que je laisse Thymara, Tatou, Alise et les autres gardiens et membres du Mataf dans la cité de Kelsingra. Un dernier tome qui se lit vite, avec beaucoup d'actions et surtout les retrouvailles enfin tant attendues entre Hest/ Alise et Sédric ! Les deux héros ont beaucoup changés , j'avais donc hâte de voir cette confrontation ....Et je ne suis pas déçue ! Par contre j'ai trouvé un peu caricatural de forcer autant sur le caractère dominateur et arrogant de Hest, comme si il ne doutait jamais, n'avait peur de rien. Par contre j'ai trouvé que les problèmes chalcédiens se résolvaient un peu vite (tout ça pour ça j'ai envie de dire) , j'aurai apprécié en savoir plus sur la fin du duc par exemple.

Mais a part cette rapidité, j'ai vraiment adoré cette saga, voir les personnages évoluer autant, découvrir les secrets des dragons et des anciens, le tout sur fond de tension avec Chalcède. C'est une réussite, une fois de plus !

Challenge Mauvais genres 2020

Challenge séries 2020

Challenge auteures SFFF

Commenter  J’apprécie          310

Le tome de l'au revoir avec l'univers du désert des pluies… Il est étonnamment dense, en comparaison avec les tomes précédents. Ce qui est relativement habituel chez Robin Hobb : les derniers tomes donnent souvent l'impression d'une accélération violente, le nombre de page se réduisant à vitesse grand V alors que le devenir des personnages reste incertain jusqu'à la fin. Cela peut se révéler frustrant ! Les batailles navales et aériennes abondent, l'action ne manque pas.

Tandis qu'à Chalcède, le peuple subit la lente agonie du Duc, agonie qui laisse de sanglantes traces dans son sillage, dans le désert des pluies les dragons tentent de redécouvrir tous les mystères de Kelsingra. L'étau se resserre, : le Duc fait peser sur ses soldats de telles menaces que ceux-ci préfèrent les crocs des dragons aux tortures promises par leur dirigeant fanatique.

Tome de toutes les batailles, rhétoriques, juridiques, navales ou encore aériennes, tome dans lequel sont soldés tous les passifs de nos personnages : tous accomplissent leurs destins dans la mythique Kelsingra. Cette saga, pas tout à fait aussi envoûtante que celles de Fitz et du Fou, mais presque ;), m'a permis de renouer avec plaisir l'univers tissé par Robin Hobb.

Commenter  J’apprécie          170

En cinq mois à peine, j'ai dévoré les 36 tomes de cet univers. Et je regrette vraiment de ne pas l'avoir fait dans l'ordre logique, soit :

- première série de l'Assassin royal

- Les Aventuriers de la mer

- deuxième série de l'Assassin royal

- Les Cités des Anciens

- le Fou et l'Assassin

Il est certain que j'aurais perçu différemment l'importance du désert des pluies, de Chalcède, des îles pirates ou des dragons, puis de la ville mythique de Kelsingra si j'avais lu la geste de l'Assassin royal dans le bon ordre. C'est donc ainsi que je la relirai dans quelques années, comme je le fais toujours pour les livres qui m'ont marquée.

Pour moi, cette longue et admirable série figure parmi les meilleures que j'ai lues, après Terremer, mais peut-être bien au même niveau que le Trône de fer ou le Seigneur des anneaux, bien que son auteure n'ait pas encore cédé aux offres d'adaptation à l'écran, tellement elle est attachée à ses personnages. Mais cela va peut-être changer avec Netflix et ses séries originales... Wait and see.

Les Cités des Anciens fait suite aux Aventuriers de la mer dans la mesure ou l'on poursuit le cycle d'évolution des derniers dragons, serpents de mer du noeud de Maulkin qui ont perdu une grande partie de leur mémoire atavique, puis se transforment en dragons dégénérés chassés vers l'amont du fleuve avec leurs gardiens, adolescents très marqués par le désert de pluies et qui n'auraient pas dû vivre selon les critères de la ville de Cassaric.

Le Fou et l'assassin ne sont pas présents dans cet affluent de l'histoire principale, mais on y retrouve Alise et Seldric, proches de Hest, macchiavélique marchand de Terrilville, qui vont vivre une épopée extraordinaire à laquelle ils n'étaient absolument pas préparés.

L'intrigue est toujours aussi soignée et riche, pleine de rebondissements inattendus et originaux avec des personnages en demi-teinte qui se cherchent et finissent par devenir eux-mêmes dans une happy end qui me réjouit.

À bientôt donc chers personnages et chers dragons, au cours d'une nouvelle lecture ou sur Netflix.

Commenter  J’apprécie          100

Ca y est, je viens une nouvelle fois de refermer le dernier tome d'une série de Robin Hobb. Encore une fin grandiose comme je les aime et qui laisse suffisamment de portes ouvertes pour une éventuelle nouvelle série à Kelsingra.

J'ai adoré cette série et tous ses nombreux personnages. D'ailleurs, ceux que l'on suit principalement au début ne sont pas forcément les mêmes à la fin. L'histoire s'étale et se réparti sur pas mal de protagonistes, toujours aussi bien maîtrisée par l'auteure.

Il ne me reste plus qu'à aller me plonger dans les dernières aventures de Fitz.

Commenter  J’apprécie          160

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation

Les hurlements des humains apeurés lui parvinrent plus clairement, et il partagea leur épouvante l'espace d'un instant : les dragons étaient venus pour cracher leur acide brûlant qui ferait fondre leur chair sur leurs os ; leurs maisons s'écrouleraient, quiconque lèverait la main contre les agresseurs mourrait à coup sûr, et leurs enfants orphelins pleureraient dans les rues désertes et enfumées. Il n'y avait rien à faire contre les dragons.

Commenter  J’apprécie          200

Hest écarquilla les yeux, sidéré. "Mais ... mais je suis Hest Finbok ! Je viens de très loin pour retrouver ma femme Alise ! J'ai embarqué à bord des bateaux les plus modernes et les plus rapides pour la chercher. Quand, par la perfidie du capitaine, des pirates chalcédiens se sont emparés de nos navires, j'ai cru que tout était perdu ; mais me voici ! Grand Sà, tes miracles n'ont pas de fin :! Je suis ici, bien vivant et ma chère épouse aussi ! Alise, ne me reconnaîs-tu pas ? Ce pays terrible t'a t-il tourneboulé l'esprit ? Je suis ici, et tu n'as besoin d'aucun autre protecteur que ton mari aimant."

Commenter  J’apprécie          40

Tintaglia était resplendissante dans son harnais incrusté de pierres précieuses aux plaques métalliques fixées entre elles par des fils; elle avait choisi des teintes or et bleu clair qui mettaient en valeurs l'indigo de ses écailles. A côté d'elle, Reyn portait un heaume bleu ciel et une tunique Ancienne de la même couleurs.... Il s'efforçait d'adopter un ton léger, mais son épouse ne s'y laissait pas prendre; Malta voyait son départ d'un mauvais oeil, non seulement parce qu'elle craignait pour lui, mais surtout parce qu'elle eût voulu aller elle-même au combat sur le dos de la reine.

Commenter  J’apprécie          10

« C’est toi qui refuses de grandir et de mûrir ; tu tiens à demeurer la petite fille qui courait dans les arbres et se soumettait aux règles de son père. Tes parents prenaient toutes les décisions à ta place, et, maintenant que tu es seule, tu restes incapable d’acquérir ton indépendance et de décider pour toi-même. Tu veux que rien ne change, Thymara, mais ce qui ne change pas meurt ; et, même après la mort, des changements se produisent. Tu demandes l’impossible, et, si tu persistes à exiger l’impossible de tes amis, ils vont grandir, mûrir, et te laisser sur le bord du chemin. Regarde-toi aujourd’hui ; tu es toujours à part, toute seule. C’est ce que tu désires ? Etre seule toute ta vie ? C’est ça, grandir, pour toi ? »

Commenter  J’apprécie          00

Brashen se gratta le menton puis sourit à Althéa.

"On dirai que vous avez ça dans le sang, de changer l'histoire ; d'abord Hiémain et Malta, aujourd'hui Selden".

Commenter  J’apprécie          30

Videos de Robin Hobb (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb
Quand l'auteur de CHERUB revisite le mythe de Robin des Bois en mode ultra contemporain !
ROBIN HOOD de Robert Muchamore, déjà 2 tomes en librairie
autres livres classés : dragonVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

Robin Hobb

Comment se nomme le seul roman de SF écrit par Robin Hobb?

Alien
Terre étrangère
Alien Earth
Aliens

10 questions
226 lecteurs ont répondu
Thème : Robin HobbCréer un quiz sur ce livre