AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021093735
Éditeur : Seuil (10/01/2013)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 16 notes)
Résumé :
A la mort de leur père, Bob, douze ans, et sa soeur Marie-Claire, dix ans, se retrouvent sans famille. Pour échapper à l'orphelinat, ils s'enfuient à New York, où ils espèrent être adoptés par un oncle qu'ils n'ont jamais vu. Les voici bientôt à Manhattan, livrés à eux-mêmes. Commence alors une aventure extraordinaire, pleine de rebondissements et de personnages étonnants, comme seuls les enfants savent en inventer. Car Bob et Marie-Claire possèdent un pouvoir fabul... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Jumax
07 mars 2013
Bob 12 ans et sa soeur Marie-Claire site le rat 10 ans vivent avec leur père à Winipeg. le rat est une drôle de petite fille, tout le monde l'aime bien, même si son frère la trouve un peu folle, elle sait plein de choses bizarres. D'ailleurs un matin elle déclare à son frère que leur père va bientôt mourir. Une semaine plus tard ils retrouvent leur père mort dans sa cuisine, s'en suit alors un grand voyage clandestin vers New York pour les deux enfants qui veulent retrouver leur dernière famille, leur oncle Jérôme et ne surtout pas être séparés. S'ensuit alors belles rencontres, gros problèmes et grandes aventures.
Commenter  J’apprécie          160
Margotmatou
26 février 2013
Un roman assez sympa, mais qui comporte un nombre assez conséquents de défauts.
A la mort de leur père, Bob, treize ans, et sa soeur Marie-Claire, dix ans fuient à New York, pour retrouver un oncle inconnu. Perdus à Manhattan, ils feront de nombreuses rencontres inoubliables. Un pitch plutôt alléchant avec plein de trouvailles. Une couverture magnifique et titre qui fait rêver.
Mais... car il y a toujours un mais : tout d'abord, un souci de construction dans la vraisemblance des personnages. Entre le "grand ami de la famille" (hum hum) qui laisse les enfants fuir clandestinement pour aller chercher un inconnu à des centaines de kilomètres, et l'héroïne, Marie-Claire qui en voyant son père mort, s'exclame presque "ah ba c'est ballot tant pis !"... Tiens, parlons-en, de Marie-Claire ! Cet insupportable personnage vous tapera peut-être sur les nerfs tout au long du roman. Elle concentre tro p de personnalités, de points d'intérêts à la fois : comme une ébauche où l'auteur n'aurait pas réussi à choisir.
L'équipe traduction a opté pour un "on" désagréable à la narration, et, inversement, pour le "nous" dans le langage des personnages. Bizarre...
Beaucoup d'humour dans les situations et les dialogues. Et beaucoup de tendresse.
En résumé, une lecture sympathique, mais dont on ne garde pas un souvenir impérissable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nodreytiti
01 avril 2013
Pour toi je décrocherai la lune est un roman particulier sur deux enfants particuliers qui vont vivre une aventure particulière et faire la rencontre de personnes particulières. Pas un coup de coeur, mais presque, je vais essayer au mieux de vous retranscrire mon avis sur ce merveilleux livre. Celui-ci est raconté par Bob quelques années plus tard après ces événements. Ecrit donc à la manière d'un enfant et particulièrement bien écrit car ce n'est pas toujours évident pour un auteur de se mettre à la place d'un enfant, mais Gregory Hugues a réussi ce pari.
Tout commence par notre rencontre de Bob et Marie-Claire à Winnipeg, la capitale de la province du Manitoba au Canada. Nous découvrons leur petite vie en compagnie de leur père et de tous leurs amis et nous commençons à découvrir les deux personnalités assez contraires des deux enfants. Marie-Claire dit “Le Rat” est une petite attachante un peu spéciale, qui vit les choses à fond, possède un don car elle peut ressentir à l'avance ce qu'il va se passer, veut devenir actrice et entretien une relation fusionnelle avec son père. Bob quand à lui est plus terre à terre. Poète à ses heures perdues, c'est un garçon qui n'ose pas montrer ses sentiments au contraire de sa soeur. Il admire et adore son père ainsi que sa petite soeur mais n'arrive pas à les comprendre. Tout va basculer à la mort de leur père, puisque les deux enfants décident de partir à New-York seuls dans l'espoir de retrouver leur oncle pour ne pas être séparés dans des familles d'accueil.
Bien que j'ai apprécié découvrir l'univers des enfants avant leur périple, j'ai trouvé que le livre prenait du temps à commencer, car pour moi, celui-ci commence vraiment avec leur road-trip. Armés de sac-à-dos et de vélos, ils prennent la route pour New-York où ils vont faire la connaissance de personnes aussi hétéroclites les unes des autres : arnaqueur, trafiquant et rappeur. Malfrats en tout genre qui vont se révéler avoir bon coeur et vont les aider dans leur folle quête de leur oncle à travers tout New-York en commençant par le Bronx!
On a peur pour ses enfants où tout peut leur arriver puisqu'ils sont livrés à eux-même dans la rue. Marie-Claire voit très peut le danger. Elle n'hésite pas à se lier d'amitié avec beaucoup de monde grâce à son don qui la prémunie. Bob lui a vraiment peur mais ne le montre pas car celui-ci doit protéger coûte que coûte sa petite soeur. Cependant, on a parfois l'impression, surtout dans les paroles, que c'est Marie-Claire qui protège son frère grâce à ses paroles réconfortantes.
Alors oui, on peut dire que ce qu'il leur arrive est vraiment de pure fiction, que jamais deux enfants pourraient vivre et s'en sortir selon le contexte de l'histoire, que les gens ne sont pas aussi bons et prêts à aider dans la vraie vie. Mais justement, il s'agit avant tout d'une fiction, d'un conte de fées des temps modernes où la fin nous ramène à la réalité brute de la vraie vie. Une fin qui m'a surprise tant je ne l'ai pas vue venir.
Lien : http://labibliodenodrey.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Virgule-Magazine
16 juin 2015
« Je pense que P'pa va mourir bientôt » : voilà ce qu'a dit le Rat à son grand frère Bob. Et Bob est inquiet, car le Rat a déjà eu plusieurs fois des prémonitions, qui se sont réalisées. « le Rat », c'est le surnom de Marie-Claire, une petite fille étrange, très... théâtrale. D'ailleurs, elle rêve de devenir actrice, et elle sait imiter divers accents, notamment l'accent aristocratique anglais, qu'elle fait à merveille. Malheureusement, ce qu'elle avait prédit se réalise : un jour, en rentrant de l'école, Bob et Marie-Claire trouvent leur P'pa inanimé. Il est mort. Les deux enfants décident alors de s'enfuir, et d'aller à New York, pour éviter d'être envoyés à l'orphelinat.
L'avis de Nils, 13 ans : Un très bon livre qui nous fait comprendre la détresse des orphelins se retrouvant seuls au monde. C'est aussi l'histoire d'un frère et d'une soeur prêts à tout, l'un pour l'autre. Un très bon livre, mais la fin est triste. Dommage. 
L'avis de la rédaction : Dès le titre, le ton est donné : Bob est prêt à décrocher la lune pour le Rat. C'est ce qui rend leur périple émouvant et le dénouement poignant. Et ce livre est un bip de bon roman (le Rat ne dit jamais de gros mots : elle les remplace par des "bip" dans toutes ses phrases).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Colibrille
03 avril 2014
Bob, 12 ans et Marie-Claire, 10 ans, vivent paisiblement avec leur père au milieu des prairies de Winnipeg au Canada. Leur vie est bouleversée lorsque leur père décède d'une crise cardiaque. Pousser par leur désir de rester ensemble, d'échapper à l'orphelinat et de conserver leur liberté, la fratrie décide de mettre les voiles pour New-York où résiderait un oncle dont ils ignoraient l'existence jusqu'au décès de leur père. Avec pour seul indice un prénom, Bob et Marie-Claire s'embarquent pour un voyage périlleux fait de rencontres étonnantes.
Une belle histoire aux airs de road trip. Des personnages forts et vulnérables, loufoques et profonds à la fois. Au contact des uns et des autres, leurs coeurs s'ouvrent, les blessures se rouvrent mais finissent enfin de cicatriser. le genre de la comédie cohabite avec celui du drame, le rire se mêle les larmes.
Commenter  J’apprécie          10

Les critiques presse (1)
Ricochet14 février 2013
C'est frais, charmant, un peu déjà vu quoique osé, mais c'est la conclusion qui va faire basculer ce roman dans l'émotion brute. [...] Rien que pour ce cri superbe et douloureux d'amour filial, Pour toi je décrocherai la lune mérite une attention particulière. On referme le livre le cœur serré, tourneboulé…
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations & extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
MargotmatouMargotmatou23 mai 2013
On demanda à un flic de la circulation, à une femme sortie promener ses enfants et à un peintre en haut d’une échelle. On interrogea un chauffeur de taxi garé devant une pizzeria, un facteur et la femme avec qui il s’engueulait. On demanda aux propriétaires de magasin, aux vendeurs de rue, et au garçon dans la confiserie où le Rat s’acheta du chewing-gum. On interrogea un tatoueur dans sa boutique et la fille qu’il tatouait, et sa copine qui disait que sa mère allait la tuer. On demanda à la barmaid d’un pub irlandais, et elle demanda à son petit chien qui était debout sur le bar, mais, il ne savait pas. On demanda aux filles blacks qui gambadaient sous la pluie, et elles demandèrent à leur amie Laetitia qui répondit qu’elle n’en savait rien et qu’elle s’en fichait. On demanda à un type avec un costume tout taché qui jura qu’il pouvait le trouver, mais que ça nous coûterait un max. Et on demanda au type qui bondit soudain d’une voiture, poursuivant l’homme en costume souillé jusqu’au bout de la rue, mais il ne répondit pas. On demanda à la dame avec le parapluie cassé et au type avec des écouteurs et qui n’arrêtait pas de danser. On demanda à la fille en rollers, au type avec qui elle ne voulait pas sortir, et à son ami qui le lui avait dit. On demanda à des Noirs et à des Blancs, et aux Coréens installés devant un fast-food asiatique. On interrogea un millier d’Hispaniques qui semblaient composer la majorité de la population de tous les quartiers qu’on traversait, mais personne ne connaissait notre oncle. Pas une âme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nodreytitinodreytiti01 avril 2013
- Si, je le sais. Tu vois, Bob, quand tu meurs, ton esprit quitte ton corps et il se dirige vers les cieux. Il vole autour des différents systèmes solaires et des galaxies, à plusieurs fois la vitesse de la lumière, visitant des mondes qu’on ne pourrait même pas imaginer. Etre mort, c’est ton billet pour les étoiles, mais il faut mourir pour y arriver. Jusqu’à ce que cela arrive, on ne peut qu’en rêver.

Elle me regarda, ses yeux luisants dans l’obscurité.

- Je sais que tu penses que je suis folle, Bob. Mais je ne te mentirai pas. Pas sur ce sujet.

Elle regarda les étoiles.

- Est-ce que tu peux imaginer Maman retrouvant P’pa après toutes ses années? Je te parie qu’un ange le lui a amené. Et maintenant, elle lui fait faire le tour de la Voie Lactée et il chante pour elle comme Frank Sinatra. Il est heureux, et je suis heureuse pour lui.”

Le Rat disait parfois de vraies âneries, mais là, ce n’en était pas. Je ne croyais pas vraiment à ce qu’elle avait dit. Mais, comme un enfant à qui on lit un conte, je me sentais mieux rien que de l’écouter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nodreytitinodreytiti01 avril 2013
Vous savez, les enfants, le rap a été décrit comme la poésie des temps modernes. Mais ce n’est de la poésie que quand c’est bien écrit. N(importe quel electro beat va faire que les frangins vont sauter sur la piste de danse. Mais seuls les mots dureront dans les mémoires. Quand j’écris une bonne phrase, je deviens nerveux: c’est comme si je tenais une main de poker gagnante. Et quand j’écris une bonne chanson, je ne peux pas dormir. J’ai montré le meilleur de mon boulot à ma maison de disques. Mais il n’y a que le gangsta rap - le rap façon gangster – qui les intéresse, et plus y a de gens qui se font butter, mieux c’est. J’ai toujours rêvé de devenir un grand artiste. Ecrire des mots qui émeuvent les gens comme Langston Hughes!

- Accroche-toi bien à tes rêves, car si les rêves meurent, la vie est un oiseau aux ailes brisées qui ne peut pas voler, déclamai-je.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JumaxJumax25 février 2013
"Pourquoi les gens qui veulent la guerre ne vont-ils pas se battre les uns contre les autres en nous laissant vivre en paix ?"
Commenter  J’apprécie          180
JumaxJumax24 février 2013
"Un pays si plat que vous pouvez regarder votre chien tout droit vers l'horizon pendant trois jours."
Commenter  J’apprécie          170
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Gregory Hugues (1)Voir plus




Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
860 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre