AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Collège de Pataphysique (Éditeur scientifique)
EAN : 9782729119133
491 pages
Editions de La Différence (18/11/2010)
3.8/5   5 notes
Résumé :

" Tout est dans Faustroll, affirmait Boris Vian, y compris la manière de cuire un mouton vivant jusqu'à la halte du cuità-point. " Le Faustroll est le maître livre d'Alfred Jarry. Au cours de sa navigation sur terre ferme, le savant docteur révèle au singe Bosse-de-Nage " qui ne savait de parole humaine que ha ha ", à l'huissier Panmuphle qui consigne tout par écrit et au lecteur les plus singulières quintessen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
lanard
  08 mai 2018
Le docteur Faustroll est l'inventeur d'un navire dont le principe de flottaison s'effectue, non pas en vertu de la poussée d'Archimède, mais en vertu de la tension de surface de l'eau habilement utilisée à l'instar des araignées d'eau.
Outre des Éléments de pataphysique, ce volume contient également deux lettres télépathiques du Docteur Faustroll à Lord Kelvin ainsi qu'un calcul de la surface de Dieu.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   24 septembre 2016
DU PETIT NOMBRE DES ÉLUS
À travers l’espace feuilleté des vingt-sept pairs, Faustroll évoqua vers la troisième dimension :
De Baudelaire, le Silence d’Edgar Poë, en ayant soin de retraduire en grec la traduction de Baudelaire.
De Bergerac, l’arbre précieux auquel se métamorphosèrent, au pays du soleil, le rossignol-roi et ses sujets.
De Luc, le Calomniateur qui porta le Christ sur un lieu élevé.
De Bloy, les cochons noirs de la Mort, cortège de la Fiancée.
De Coleridge, l’arbalète du vieux marin et le squelette flot-tant du vaisseau, qui, déposé dans l’as, fut crible sur crible.
De Darien, les couronnes de diamant des perforatrices du Saint-Gothard.
De Desbordes-Valmore, le canard que déposa le bûcheron aux pieds des enfants, et les cinquante-trois arbres marqués à l’écorce.
D’Elskamp, les lièvres qui, courant sur les draps, devinrent des mains rondes et portèrent l’univers sphérique comme un fruit.
De Florian, le billet de loterie de Scapin.
Des Mille et Une Nuits, l’œil crevé par la queue du cheval volant du troisième Kalender, fils de roi.
De Grabbe, les treize compagnons tailleurs que massacra, à l’aurore, le baron Tual par l’ordre du chevalier de l’ordre pontifical du Mérite Civil, et la serviette qu’il se noua préalablement autour du cou.
De Kahn, un des timbres d’or des célestes orfèvreries.
De Lautréamont, le scarabée, beau comme le tremblement des mains dans l’alcoolisme, qui disparaissait à l’horizon.
De Maeterlinck, les lumières qu’entendit la première sœur aveugle.
De Mallarmé, le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui.
De Mendès, le vent du nord qui, soufflant sur la verte mer, mêlait à son sel la sueur du forçat qui rama jusqu’à cent vingt ans.
De L’Odyssée, la marche joyeuse de l’irréprochable fils de Pélée, par la prairie d’asphodèles.
De Péladan, le reflet, au miroir du bouclier étamé de la cendre des ancêtres, du sacrilège massacre des sept planètes.
De Rabelais, les sonnettes auxquelles dansèrent les diables pendant la tempête.
De Rachilde, Cléopâtre.
De Régnier, la plaine saure où le centaure moderne s’ébroua.
De Rimbaud, les glaçons jetés par le vent de Dieu aux mares.
De Schwob, les bêtes écailleuses que mimait la blancheur des mains du lépreux.
D’Ubu roi, la cinquième lettre du premier mot du premier acte.
De Verhaeren, la croix faite par la bêche aux quatre fronts des horizons.
De Verlaine, des voix asymptotes à la mort.
De Verne, les deux lieues et demie d’écorce terrestre.

Cependant, René-Isidore Panmuphle, huissier, commençait de lire le manuscrit de Faustroll dans une obscurité pro-fonde, évoquant l’encre inapparente de sulfate de quinine aux invisibles rayons infra-rouges d’un spectre enfermé quant à ses autres couleurs dans une boîte opaque ; jusqu’à ce qu’il fût in-terrompu par la présentation du troisième voyageur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coco4649coco4649   02 novembre 2016
SPÉCULATIONS


Cercle vicieux :
Le Président n’obéit point à la température, mais à la pesanteur.
Il oscille, tel un pendule, de ci et de là avec Paris pour centre.
Ceci explique qu’un balancement l’ait envoyé en Algérie et que l’élan du
retour le rejette, brûlant sa bonne métropole, jusqu’à Londres.
On se rappelle l’expérience de Foucault, au Panthéon.
Le pendule passe par un tas de points qui n’avaient pas été prévus dans
son premier itinéraire.
Et voilà pourquoi la terre tourne.
La tête de l’observateur tournerait à moins.
Il est grandiose de renouveler l’expérience de Foucault avec un Président de
République.
Il passe, au cours de ses oscillations, par toutes les capitales.

                              *

Autre similitude : comme le pendule, ou la pendule, le Président ne marche
que pendant un temps donné.
Après, il s’arrête, et on le remonte, ou c’en est un autre.

p.312-313
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
genougenou   24 septembre 2016
Le docteur Faustroll naquit en Circassie, en 1898 (le XXe siècle avait (– 2) ans), et à l’âge de soixante-trois ans. À cet âge-là, lequel il conserva toute sa vie, le docteur Faustroll était un homme de taille moyenne, soit pour être exactement véridique, de (8 x 1010 + 109 + 4 x 108 + 5 x 106) diamètres d’atomes ; de peau jaune d’or, au visage glabre, sauf des moustaches vert de mer, telles que les portait le roi Saleh ; les cheveux alternativement, poil par poil, blond cendré et très noir, ambiguïté auburnienne changeante avec l’heure du soleil ; les yeux, deux capsules de simple encre à écrire, préparée comme l’eau-de-vie de Dantzick, avec des spermatozoïdes d’or dedans. Il était imberbe, sauf ses moustaches, par l’emploi bien entendu des microbes de la calvitie, saturant sa peau des aines aux paupières, et qui lui rongeaient tous les bulbes, sans que Faustroll eût à craindre la chute de sa chevelure ni de ces cils, car ils ne s’attaquent qu’aux cheveux jeunes. Des aines aux pieds par contraste, il s’engainait dans un satyrique pelage noir, car il était homme plus qu’il n’est de bienséance.
Ce matin-là, il prit son ponge-bath quotidien, qui fut d’un papier peint en deux tons par Maurice Denis, des trains rampant le long de spirales ; dès longtemps il avait substitué à l’eau une tapisserie de saison, de mode ou de son caprice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SZRAMOWOSZRAMOWO   27 janvier 2015
Le homard et la boîte de corned-beef que portait
le docteur Faustroll en sautoir.
FABLE
À A.-F. Hérold.
Une boîte de corned-beef, enchaînée comme une lorgnette,
Vit passer un homard qui lui ressemblait fraternellement.
Il se cuirassait d’une carapace dure
Sur laquelle était écrit qu’à l’intérieur, comme elle, il était sans arêtes,
(Boneless and economical) ;
Et sous sa queue repliée
Il cachait vraisemblablement une clé destinée à l’ouvrir.
Frappé d’amour, le corned-beef sédentaire
Déclara à la petite boîte automobile de conserves vivante
Que si elle consentait à s’acclimater,
Près de lui, aux devantures terrestres,
Elle serait décorée de plusieurs médailles d’or.

— Ha ha, » médita Bosse-de-Nage, mais il ne développa pas ses idées d’une façon plus complète.

Et Faustroll interrompit la frivolité des propos par un grand discours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
genougenou   24 septembre 2016
Il est vraisemblable que vous n’avez aucune notion, Panmuphle, huissier porteur de pièces, de la capillarité, de la tension superficielle, ni des membranes sans pesanteur, hyperboles équilatères, surfaces de nulle courbure, non plus généralement que la pellicule élastique qui est l’épiderme de l’eau.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Alfred Jarry (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alfred Jarry
Grâce à des archives sonores exceptionnelles, la série Entendre le théâtre explore en 7 épisodes l'évolution des sons et des voix qui ont marqué le théâtre français du 20e siècle.Quand Alfred Jarry écrit en 1888 une première ébauche d'Ubu roi pour un petit théâtre de marionnettes familial à Rennes, il explique que le Père Ubu, figure de tyran grotesque, devait avoir une « voix spéciale », une voix de marionnette, travestie, étrange. Marie-Madeleine Mervant-Roux, directrice de recherche au CNRS, revient sur ce que Jarry lui-même a décrit comme une « voix de phonographe » - en référence à l'appareil de reproduction sonore qui connaissait alors les débuts de son développement.La série Entendre le théâtre accompagne le lancement du site pédagogique http://classes.bnf.fr/echo/ fruit d'unpartenariat entre le CNRS, le département des Arts du spectacle et le service des Éditions Multimédias de la BnF.
+ Lire la suite
autres livres classés : 'pataphysiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2732 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre