AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2374910571
Éditeur : Quidam (03/03/2017)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Au mitan de sa vie, Ben rapporte à ses amis, Rick et Francesca, sa rencontre fascinante avec Lily au cours d’un séjour dans les Dolomites. Cette jeune femme juive est venue en Italie avant tout pour voir le jardin intérieur d’un hôtel à Sienne où, par le passé, sa grand-mère est tombée amoureuse d’un jeune violoniste, qui sera bientôt victime de l’Holocauste.
Avec l’apparente simplicité et nudité du dialogue, Gabriel Josipovici nous confronte aux interrogatio... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
5Arabella
  04 avril 2017
Un homme; Ben raconte à son ami Rick ses vacances, et surtout une rencontre qu'il a fait avec une femme, Lily, qui avait pour sorte d'obsession de retrouver un jardin dans un hôtel, dans lequel sa grand-mère avait passé une journée avec un jeune homme, au temps de sa jeunesse. Souvenir en apparence banal, fugitif, sans véritable incidence dans la vie de la grand-mère, mais pourtant qui semble être l'essentiel même, une sorte de point de fixation.
Une ouverture sur ce qui aurait pu être, un autre possible. Il faut dire que le jeune homme, brillant violoniste est disparu peut après dans les camps nazis. Et que la grand-mère a épousé un autre homme. Pour Ben aussi, cet été qui marque la rupture de son couple avec Sandra, et cette attirance pour Lily, qu'il n'arrive pas à formuler, peut devenir une sorte de point de fixation.
Tout cela sous le regard mi-amusé, mi-agacé de ses amis, Rick et Francesca, qui dans le quotidien, entre les promenades du chien, les repas, les enfants à gérer, n'ont pas forcément le temps ni l'envie de creuser du côté de l'indicible et du fugace.
Entièrement écrit sous forme de dialogue, dans une construction brillante, même si en apparence anodine, c'est un livre étrange, où il se passe peu de choses en apparence, mais où les possibles affleurent à chaque mot. Mais il faut prendre le temps, avoir la disponibilité, ne pas chercher à être ébloui. Un objet étrange, qu'il faut apprivoiser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Ingannmic
  06 avril 2017
J'ai d'emblée été séduite par la forme du texte, presque exclusivement composé de dialogues, le dotant ainsi d'un rythme très dynamique, et donnant l'impression, par moments, de lire une pièce de théâtre. Cette méthode permet en tous cas à l'auteur de dégraisser son roman de toute digression inutile, et en même temps de le rendre très prégnant car malgré la rareté des descriptions, les échanges entre les personnages les rendent très vivants, et permettent au lecteur de les imaginer de manière très naturelle.
Le nombre de protagonistes à l'origine de ces échanges est lui-même assez restreint, Ben étant le principal porte parole de l'histoire ainsi relatée. Ce dernier évoque avec ses amis Rick et Francesca sa rencontre, lors d'un séjour dans les Dolomites, avec Lily. La jeune femme lui a confié l'expérience déroutante et bouleversante qu'elle venait de vivre à Sienne, en pensant retrouver le jardin d'un hôtel où sa grand-mère, une juive de Turquie, avait fait la connaissance d'un musicien avec lequel elle avait eu de longues conversations. Malgré sa nature platonique et a priori anodine, cette brève rencontre avait eu pour l'aïeule de Lily, dont cette dernière était très proche, des résonances profondes et intimes.
De se remémorer cet épisode, dont sa grand-mère n'avait confié le souvenir qu'à elle seule, a provoqué chez la jeune femme un tortueux questionnement quant à l'influence des destinées possibles mais non réalisées sur les êtres et leurs descendants, aux connexions invisibles qui lient les individus, à la manière dont les rendez-vous manqués, les coïncidences découvertes a posteriori, participent à une compréhension profonde de ceux qui nous ont précédés, et par conséquent de nous-mêmes.
Surtout, ne vous effrayez pas de ce que je viens d'écrire... le roman de Gabriel Josipovici est d'une indéniable limpidité ! A aucun moment il ne plombe son récit de la complexité des pistes de réflexion qu'il invite le lecteur à emprunter. Les thématiques évoquées ci-dessus sont induites sans être développées, l'auteur maniant avec un grand talent l'art de la suggestion. Il parvient en effet à exprimer l'essentiel sans l'énoncer, de manière furtive, dans les silences, à travers les hésitations, les tentatives avortées pour faire comprendre à l'autre ce que l'on a du mal à se formuler clairement à soi-même.
Et pour ne rien gâcher, ses dialogues distillent régulièrement un humour subtilement ironique, mais jamais malveillant, mettant en exergue toute la richesse de ses héros, dans leurs imperfections comme dans leurs générosités.
Lien : https://bookin-ingannmic.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MarianneL
  19 mars 2017
Comment dire ? le roman dialogué, subtil et accompli d'un musicien du langage.
Ben vient de passer des vacances dans les Dolomites avec sa compagne Sandra, souffrante et acariâtre tout au long du séjour. Revenu à Londres, il raconte à ses amis Rick et Francesca les circonstances de la rencontre avec Liliane, dite Lily, pendant ces vacances où son couple battait visiblement de l'aile.
Lily, anglaise et marcheuse aguerrie, séjournait seule dans cet hôtel à son retour de Sienne, où elle avait retrouvé un jardin ayant joué un rôle central dans la vie de sa grand-mère, juive du Levant qui lui a transmis, entre autres, son prénom, et le souvenir d'une conversation dans ce jardin de Sienne avec un jeune violoniste juif assassiné quelques années plus tard par les nazis.
«Dans le jardin d'un hôtel», livre entièrement dialogué, s'ouvre avec la promenade des deux amis Rick et Ben, qui conversent en promenant le chien de Rick dans le quartier de Putney Hill. La conversation routinière des deux amis a plusieurs objets qui s'entremêlent, l'histoire du retour compliqué de vacances de Ben, son réveil dans l'appartement gagné par une sensation de vide, découvrant dans le silence matinal que sa compagne l'a quitté, les mouvements et l'attention portée au chien de Rick, diffusant d'emblée cette forme d'humour subtil et ironique qui imprègne les romans de Gabriel Josipovici.
La suite sur mon blog ici :
Lien : https://charybde2.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Etsisite
  03 mai 2017
Gabriel Josipovici écrit la vie.
Ses livres sont des mystères, ils sont ce dont ils parlent. Ils me portent, me submergent, m'entraînent… des tourbillons de… de je ne sais quoi d'irrésistible et de fascinant. Ce jardin m'a toutefois semblé plus léger que ses autres livres, plein d'un rien si prenant qu'il en devient tout.
Lien : https://emplumeor.wordpress...
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Alice_Alice_   22 février 2017
- C'est seulement moi, dit-il, ou c'est toute notre société? Qui rend si tout difficile, je veux dire. Qui nous oblige à prendre des décisions tout le temps. Même quelque chose d'aussi simple que de revoir quelqu'un?
Commenter  J’apprécie          100
Alice_Alice_   22 février 2017
- Pourquoi ça ne peut pas être comme cette montagne? dit-il.
- Comme quelle montagne?
- Celle où nous avons marché. Tout simplement solide, grande, présente. Mais apparement la vie n'est pas comme ça. On croit qu'on avance et puis on se rend compte qu'on n'a pas bougé. On pense qu'on n'a pas bougé et on se rend compte qu'on a reculé. Sauf qu'on ne sait plus ce qui est derrière ou devant ni pourquoi on fait ce qu'on fait à la base.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
5Arabella5Arabella   04 avril 2017
Il la regarda repartir vers l'hôtel puis se mit à descendre la colline escarpée menant à l'extérieur du village. Une fois en bas, près de la chapelle ronde, il s'arrêta et se retourna vers la colline pour regarder les lumières de l'hôtel et les quelques maisons autour. Il essaya de repérer leur chambre au dernier étage, sous le toit pentu, en se demandant si Sandra était en train de lire ou si elle avait éteint la lumière, mais il était impossible de dire avec certitude quelle chambre était la leur.
Il renversa la tête en arrière, regarda en l'air dans l'obscurité du ciel et respira à fond. Puis il se mit à remonter lentement la colline.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EtsisiteEtsisite   03 mai 2017
– Et vous comprenez ?
– Bien sûr que non, dit-elle.
Ils marchent en silence.
– On ne comprend jamais rien, dit-elle, n’est-ce pas ?
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : dolomitesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quand le tube se met à la littérature

Paul Verlaine

Johnny Halliday
Dave
Serge Gainsbourg
Alain Souchon
Jacques Brel

10 questions
197 lecteurs ont répondu
Thèmes : chansonCréer un quiz sur ce livre